NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Chili. Après le triomphe retentissant lors du référendum, tout commence vraiment !

Par Cristian González Farfán

La victoire écrasante de l’approbation (78,27%) lors du référendum du dimanche 25 octobre a immédiatement ouvert l’appétit des partis politiques traditionnels pour présenter leurs candidatures à l’Assemblée constitutionnelle, un organe que les citoyens ont choisi, également à une écrasante majorité (78,99%), pour rédiger la nouvelle Grande Charte qui remplacera celle de 1980. Ce référendum historique a rassemblé plus de 7,5 millions d’électeurs (50,9% de la liste électorale), soit le taux de participation le plus élevé depuis le début du vote volontaire au Chili.

Après les célébrations sur la Plaza de la Dignidad et dans les rues du pays, une course contre la montre a commencé. Le 11 janvier 2021 – dans un peu plus de deux mois – le délai de présentation des candidatures à l’Assemblée constituante expire. Le 11 avril prochain, de nouvelles élections auront lieu pour choisir les 155 constituants, un nombre qui pourrait changer si le Congrès approuve un règlement qui accorde des sièges réservés aux représentants des peuples autochtones.

Le problème pour les plus de 5,8 millions d’électeurs et d’électrices qui ont coché, au crayon bleu, la case approbation dimanche 25 octobre est que leurs préférences ne seront pas nécessairement reflétées dans le vote d’avril. Selon Mauricio Morales, docteur en sciences politiques et professeur à l’université de Talca, «dimanche 25 octobre, les gens ont voté pour des options concernant l’avenir, alors qu’en avril 2021, ils éliront des candidats à la constituante qui se présenteront sur le territoire pour obtenir des votes. Les campagnes seront beaucoup plus personnalisées, et sur ce terrain la droite chilienne est forte. A tel point qu’historiquement, elle a frôlé les 40% des voix. Je ne vois pas où la gauche peut cartonner dans ces élections, car elle sera divisée, avec plusieurs listes et, dans un système de représentation proportionnelle, les listes unifiées de plusieurs partis tendent à recueillir plus de suffrages.»

Mauricio Morales fait référence à la méthode D’Hondt, c’est-à-dire le système de représentation proportionnelle qui sera appliqué au Chili pour choisir les électeurs, tel qu’établi par l’accord politique du 15 novembre 2019, passé un mois avant le début de l’explosion sociale. Lucía Dammert, docteur en sciences politiques et chercheuse à l’Université de Santiago, avertit que «quelque chose de tout à fait paradoxal peut arriver: si l’opposition est divisée en plusieurs listes, il est possible que le «rejet» [le refus d’une constituante lors du référendum] ait plus de représentation dans la Constituante que l’approbation».

Les outsiders de la Constituante?

Ceux qui voient des déboires dans ce scénario sont les candidats potentiels ayant un passé reconnu dans les organisations de base, mais qui ne sont pas membres d’un parti politique. Bien que la loi 21.216 – promulguée en mars 2020 et qui a assuré la parité des sexes de la Convention – stipule que les candidats indépendants peuvent former leurs propres listes, ils ne sont certainement pas à égalité dans la compétition avec ceux nommés par l’establishment des partis.

En ce moment, et compte tenu du contexte de pandémie, il existe un projet de réforme constitutionnelle au Congrès qui, entre autres mesures supplémentaires, permettrait aux indépendants de recueillir les signatures requises pour leur présentation par le biais d’une procédure en ligne – la règle établit que pour enregistrer une candidature indépendante, il faut présenter les signatures de 0,4% des électeurs de la circonscription électorale en question (voir l’article publié sur ce site le 26 septembre 2020 http://alencontre.org/ameriques/amelat/chili/chili-vers-une-nouvelle-constitution-encore-au-printemps.html).

«Ce qui s’est passé lors du plébiscite a été un triomphe pour les citoyens et citoyennes ainsi pour les majorités réduites au silence. Par conséquent, l’un des points sur lesquels la légitimité de la Constituante est en jeu réside dans la mise en place par les partis de mécanismes efficaces pour la participation des indépendants», assure Lucía Dammert. En fait, une option alternative possible pour les candidats issus du mouvement social qui a éclaté le 18 octobre 2019 consiste à s’inscrire dans le cadre des quotas qui seront accordés par les formations de parti.

Mais pour l’instant, ceux qui se profilent le plus pour la constituante sont des figures familières de la politique post-dictature. Par exemple, l’ancienne ministre de l’éducation Mariana Aylwin (fille de l’ancien président Patricio Aylwin:1990-1993) a déjà annoncé sa candidature. Bien qu’elle ait été historiquement une démocrate chrétienne, elle est maintenant indépendante. Cette semaine, elle a déclaré à la télévision nationale qu’aujourd’hui, elle se sent plus proche d’Evopoli (Evolución Política), un parti qui se définit comme étant de centre-droit [formé en 2012 et établi en 2015, se situant en dehors de la droite coalisée autour de Sébastián Piñera] et que dimanche 25 octobre, elle a divisé ses votes entre approbation et rejet [le vote était de fait double : pour une nouvelle constitution et selon quelle modalité doit être élue la Constituante].

Contrairement à ces reconversions politiques de dernière minute, de nouvelles voix apparaissent dans les territoires les plus précaires du pays. Sol Danor est une militante, féministe, leader territoriale et poète de la population de La Legua, dans le quartier Santiago de San Joaquín, appartenant au 10e arrondissement. Depuis ce secteur emblématique en raison de son extraordinaire niveau d’organisation sociale, Sol Danor entend présenter une candidature à la Constituante sans s’allier à aucun parti politique: elle le fera par le biais d’une liste avec d’autres candidatures indépendantes.

«Nous, les marginaux, devons peindre avec des couleurs cette Constitution. Nous luttons contre une machine gigantesque qui s’incarne dans les visages des célébrités. Je suis intéressé à participer à ce processus, mais si je ne suis pas élu, j’essaierai quand même de l’influencer. La façon dont l’élection est prévue pour l’heure, la constituante n’aura aucune légitimité, puisque les mêmes partis politiques délégitimés ont tout organisé. Nous proposons depuis La Legua que ceux d’entre nous qui appartiennent à des organisations de base travaillent pour un projet commun, au moyen de porte-parole qui nous soutiennent dans les territoires, cela afin d’écrire la constitution», explique Sol Danor.

Giovanna Grandón, qui s’est fait connaître en dansant dans un costume du personnage de Pikachu [créature de fiction issue du Pokémon de Nintendo] sur la Plaza de la Dignidad, prévoit également de se présenter à la Constituante sans l’accord d’un parti politique. Tante Pikachu, comme elle est gentiment surnommée, a vécu toute sa vie dans la ville de Lo Hermida, dans la commune de Peñalolén. Pendant la pandémie, elle a soutenu les cantines communautaires qui ont été organisées dans tout Santiago (voir l’article publié sur ce site le 23 juin 2020 http://alencontre.org/ameriques/amelat/chili/chili-face-a-la-crise-les-cantines-communautaires-et-lauto-organisation-populaire.html). Elle indique que se présenter aux élections n’a jamais fait partie de ses projets, mais que ses propres voisins l’ont convaincue de le faire.

«Les gens ont commencé à me dire: “Tata, tu occupes la rue, tu sais ce que sont nos besoins”. Et c’est là que j’ai décidé de me présenter. Nous avons besoin de personnes qui connaissent la réalité des villes et des campagnes. Si ne participent que les mêmes personnes, comme toujours, – les personnes alphabétisées – il ne sert à rien de modifier la constitution. Mon idée est de constituer une liste d’indépendants. J’ai déjà une équipe, même si nous savons que c’est difficile: nous n’avons pas l’argent pour les campagnes électorales. J’ai l’avantage d’être un peu plus connue à cause de mon personnage», déclare Giovanna Grandón, dont la priorité est de s’inscrire dans le 11e arrondissement, auquel appartient Peñalolén. Elle hésite encore, car ce quartier comprend également La Reina, Las Condes, Vitacura et Lo Barnechea. Ces trois derniers sont les seuls quartiers de Santiago où a gagné le refus et où vivent des personnes à revenus élevés.

Pour améliorer les conditions de ceux qui n’appartiennent pas à un parti, explique le politologue Mauricio Morales, la stratégie des citoyens et des citoyennes consiste à poursuivre le chemin de la protestation et de la manifestation dans les rues. «C’est cette pression qui a porté le plus de fruits», dit l’expert, pour qui «les près de 80% obtenus par l’acceptation devraient être pris en compte par les partis, tant lors de l’établissement de leurs listes électorales que lors de la présentation de leur plan programmatique. Sol Danor est d’accord. Pour elle «ne pas lâcher la rue» et «réactiver les assemblées et conseils territoriaux» – qui ont fleuri dans la chaleur du 18 octobre 2019 – sont des éléments clés.

La stratégie des élites

Tant l’ancienne Nouvelle majorité (héritière de la Concertación qui a gouverné pendant cinq des sept périodes présidentielles de la transition post-dictature, de 1990 à 2010) que Chile Vamos (coalition de partis de droite) ont été ambigus sur les quotas qu’ils céderaient aux candidats des mouvements sociaux qui n’appartiennent pas aux partis. En réponse à l’émergence de certains noms qui ont déjà occupé des fonctions publiques, un groupe de députés de l’opposition a présenté le 28 septembre un projet de loi qui vise à empêcher les parlementaires, ministres, sous-secrétaires ou maires en exercice de se présenter pour un siège à l’assemblée constituante.

Du côté de l’ancienne Nouvelle Majorité, le sénateur du Parti socialiste (PS) Carlos Montes est indécis quant à savoir si son parti va ou non offrir un pourcentage de sièges aux candidats indépendants des mouvements sociaux. Au contraire, note Carlos Montes, «je ne suis pas de ceux qui croient que toutes les vertus résident dans le fait de ne pas être membre d’un parti. La proposition du PS est la «diversité» de ses candidats, et c’est là que s’insèrent à la fois les leaders de la base et les militants socialistes expérimentés. Carlos Montes ne détecte pas non plus d’opportunisme dans le fait que son secteur se joigne aux célébrations de la victoire retentissante du oui à une nouvelle constitution, bien que les socialistes aient été un élément clé des gouvernements post-dictatures qui ont agi à l’ombre de la constitution de 1980.

Dans le camp du Chili Vamos, le député de la Renovación Nacional et figure médiatique de la campagne de refus d’une nouvelle constitution, Sebastián Torrealba, exclut qu’il y ait eu une défaite de son secteur lors du référendum. «Il est absolument irrationnel de penser que derrière le vote d’approbation, il n’y avait que des gens de gauche. Il ne faut donc pas dramatiser le résultat. Ce sont les citoyens qui ont demandé des changements, et cela ne peut être attribué ni à la droite ni à la gauche», déclare Sebastián Torrealba, qui est également d’accord avec la diversité des inscriptions pour l’élection du 11 avril: «Nous apporterons de nouveaux visages et des personnes qui ont un investissement historique dans la politique. Je ne peux pas concevoir la démocratie sans partis politiques.»

Mauricio Morales n’a aucun doute sur la stratégie conçue par les partis pour inclure les indépendants dans leurs listes: «Ils ne le feront pas par conviction, mais par obligation et par opportunisme. Il s’agira certainement d’indépendants connus qui simuleront un renouvellement des élites, mais cette solution est à court terme.» De même, bien qu’il existe un certain consensus sur l’abaissement des barrières à l’entrée pour présenter des candidats afin que les indépendants puissent former leurs propres listes, «les partis commenceront à élargir les quotas réservés aux indépendants afin de les décourager de se concurrencer eux-mêmes».

Pour Luciá Dammert, «quand on a été au pouvoir pendant tant d’années, il est très difficile de partir. Les partis politiques ne connaissent que certaines pratiques et essaient de les répéter pour voir si elles fonctionnent.» Pour sa part, Mauricio Morales estime que même dans l’accord de novembre 2019 qui a conduit au référendum, les dirigeants politiques ont su «traduire habilement le mécontentement des citoyens et le canaliser dans la constitution, cela dans des circonstances où la rage était contre eux et aussi contre la classe du monde des affaires. Le texte constitutionnel était un pare-feu pour éviter une crise majeure et se préserver d’une perturbation totale […]. Cependant, la colère est toujours latente», dit-il.

Selon le politologue, la victoire retentissante de l’approbation «est une victoire citoyenne et aucun segment idéologique ne peut la revendiquer». Mais il ajoute également que le processus «a impliqué la défaite absolue et historique du pinochetisme et de la droite la plus radicale». Luciá Dammert souligne que le résultat du référendum enterre l’idée d’une polarisation du pays en deux moitiés, puisque «la différence est de 80 à 20%». Ce qui se passe, dit-il, c’est que «ces 20% ont un lobby, des hommes d’affaires, des médias, qui pèsent deux fois plus». (Article publié dans l’hebdomadaire uruguayen Brecha, le 30 octobre 2020; traduction rédaction A l’Encontre)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 novembre 2020 par dans anticapitalisme, CHILI, DEMOCRATIE.