NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Rapport hebdomadaire sur les violations israéliennes des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé (05-11 novembre 2020)

Rapport hebdomadaire sur les violations israéliennes des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé (05-11 novembre 2020)

 Un Palestinien atteint d’un cancer de la gorge meurt dans une prison israélienne

  • 6 civils palestiniens blessés, dont 3 enfants, dans un usage excessif de la force en Cisjordanie, et un pêcheur à Gaza
  • fusillades signalées sur des terres agricoles et 2 autres contre des bateaux de pêche à l’est et à l’ouest de la bande de Gaza
  • Dans 96 incursions de l’OIF en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée : 94 civils arrêtés, dont 9 enfants, 2 femmes (dont un journaliste)
  • L’OIF perquisitionne un hôpital de Tulkarm et tire des bombes sonores à l’intérieur de ses locaux, suscitant la peur parmi les patients et les équipes médicales
  • L’OIF a démoli une maison et un lave-auto à Jérusalem, et a rasé un atelier d’aluminium à Hébron
  • L’OIF a établi 70 postes de contrôle militaires temporaires en Cisjordanie et arrêté 3 civils palestiniens à ces postes de contrôle

Résumé

Les forces d’occupation israéliennes (OIF) ont continué de commettre des crimes et des violations à plusieurs niveaux contre les civils palestiniens et leurs biens, y compris des raids dans les villes palestiniennes qui sont caractérisés par un usage excessif de la force, des assauts, des abus et des attaques contre des civils. Cette semaine, Kamal N. Abu-Wa’ar, un Palestinien de 46 ans emprisonné par Israël depuis 17 ans, a été déclaré mort mardi soir 10 novembre 2020 au Centre médical de Shamir en Israël. Le regretté Abu-Wa’ar, originaire du village d’Yabad près de Jénine, souffrait d’un cancer de la gorge et son état de santé était en déclin constant depuis plus d’un an. Abu-Wa’ar est le deuxième prisonnier à mourir dans une prison israélienne cette année.

La mort d’Abu-Wa’ar a mis en lumière le déclin général des conditions de vie de milliers de Palestiniens dans les prisons israéliennes et révèle l’ampleur des mesures punitives qu’Israël adopte sans vergogne à leur encontre; à savoir la négligence médicale, car les autorités israéliennes retardent l’offre de soins médicaux nécessaires, et ne fournissent pas les médicaments nécessaires pour des centaines de prisonniers atteints de maladies chroniques et dangereuses. Cette manifestation constitue une violation grave des obligations de l’autorité d’occupation de fournir des conditions d’emprisonnement et des soins de santé sans cruauté conformément aux dispositions de la quatrième Convention de Genève, en particulier les articles 85 et 125.

L’OIF a également continué à créer de nouveaux faits sur le terrain en maintenant sa politique de démolition, de confiscation et de destruction de maisons et de propriétés palestiniennes pour ses projets d’expansion des colonies en Cisjordanie.

Cette semaine, le PCHR a documenté 180 violations du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire (DIH) commises par l’OIF et des colons dans l’oPt. Il convient de noter que les limites dues à la pandémie du virus corona ont limité la mobilité des travailleurs sur le terrain du PCHR et la capacité de faire de la documentation sur le terrain; par conséquent, les informations contenues dans le présent rapport ne sont qu’une partie des violations continues de l’OIF.

Fusillade de l’OIF et violation du droit à l’intégrité corporelle :

Sept civils palestiniens, dont trois enfants, ont été blessés lors d’un usage excessif de la force par l’OIF en Cisjordanie; ainsi qu’un pêcheur à Gaza. Toujours cette semaine, l’OIF a fait une descente à l’hôpital Dr Thabet Thabet de Tulkarem, dans le nord de la Cisjordanie; a tiré des bombes sonores dans la salle d’urgence terrorisant les patients et les équipes médicales et causant des dommages.

Dans la bande de Gaza, six tirs de l’OIF ont été signalés sur des terres agricoles à l’est de la bande de Gaza; et deux autres fusillades contre des bateaux de pêche, l’ouest de Gaza.

Incursions et arrestations de civils palestiniens par l’OIF : L’OIF a effectué 96 incursions en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée. Ces incursions comprenaient des raids de maisons civiles et des fusillades, des craintes parmi les civils et des attaques contre un grand nombre d’entre eux. Au cours des incursions de cette semaine, 94 Palestiniens ont été arrêtés, dont 9 enfants et 2 femmes (dont un journaliste). À Gaza, l’OIF a mené une incursion limitée dans l’est de La Bande de Gaza.

Démolitions:

Le PCHR a documenté 7 incidents, dont :

  • Bethléem : un Palestinien a reçu un avis de quitter ses terres pour la confiscation prévue; une salle agricole a été démolie;
  • Jérusalem-Est : Démolitions dans le village de Wadi Al-Rababa – Silwan; un lave-auto, un conteneur et une caserne ont été démolis à ‘Anata; et une maison démolie à Sur Baher.
  • Hébron: un atelier en aluminium détruit; 5 cessez-la-construction a servi à 3 Palestiniens pour construction présumée sans permis.

Attaques de colons : Les travailleurs sur le terrain du PCHR ont signalé et documenté un incident où un groupe de colons a arrêté un Palestinien dans sa terre dans la région d’al-Rajman, Beit Dajan, Naplouse.

Politique de fermeture israélienne et restrictions à la liberté de circulation :

La bande de Gaza subit toujours la pire fermeture de l’histoire de l’occupation israélienne de l’oPt, qui est entrée dans la 14e année consécutive, sans aucune amélioration de la circulation des personnes et des biens, des conditions humanitaires et ayant des conséquences catastrophiques sur tous les aspects de la vie.

Pendant ce temps, l’OIF a continué de diviser la Cisjordanie en cantons séparés, les routes clés étant bloquées par l’occupation israélienne depuis la deuxième Intifada et avec des postes de contrôle temporaires et permanents, où les mouvements civils sont restreints, et ils font l’objet d’arrestations.

  1. Fusillade et autres violations du droit à la vie et à l’intégrité corporelle
  • Le jeudi 05 novembre 2020, vers 17h00, des canonnières de l’OIF stationnées au large de la région d’al-Waha, au nord-ouest de Beit Lahia, au nord de la bande de Gaza, ont chassé des bateaux de pêche palestiniens naviguant à moins de 2 milles marins, ont ouvert des tirs nourris et leur ont pompé de l’eau, provoquant la peur et la panique parmi eux et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Le vendredi 6 novembre 2020, vers 7 h, l’OIF, stationné près du mur d’annexion le long des frontières du village de Toura oriental, à l’ouest de Jénine, a ouvert le feu sur un civil de 25 ans, du village de Nazlet Zeid, alors qu’il se trouvait près de la barrière de sécurité. En conséquence, il a été blessé par une balle dans l’épaule droite.
  • Vers 9h40, l’OIF stationnée à l’intérieur de la clôture frontalière entre Gaza et Israël, à l’est de Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, a ouvert le feu sur les terres agricoles près de la décharge, à l’ouest de la clôture frontalière. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 14h00, des jeunes Palestiniens se sont rassemblés dans la région de Bab al-Zawiyah, dans le centre d’Hébron, et ont lancé des pierres et des bouteilles vides au poste de contrôle établi à l’entrée de la rue Shuhadaa’ fermée menant à la région de Tel Rumeida. L’OIF a tiré des bombes sonores et des grenades lacrymogènes sur les lanceurs de pierres et les a poursuivis jusqu’à la zone du marché, forçant les magasins à fermer. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 18h00, mais aucune victime n’a été signalée.
  • Le samedi 7 novembre 2020, vers 12 h 30, l’OIF stationnée à l’« ent d’entrée nor » établie sur les terres de Kafr Qaddum, au nord de Qalqilya, a réprimé une manifestation organisée par des dizaines de civils palestiniens. L’OIF a poursuivi les jeunes hommes, qui se sont rassemblés dans la région et se sont heurtés à eux, tirant des balles en caoutchouc, des bombes sonores et des grenades lacrymogènes. En conséquence, un civil de 22 ans a été blessé par une balle en caoutchouc dans le dos tandis qu’un autre homme de 20 ans a été blessé par une balle en caoutchouc dans le pied.
  • Vers 16h00, une unité d’infanterie de l’OIF a quitté la tour de guet établie à l’entrée ouest du camp de réfugiés d’al-‘Aroub pour se rendre au camp de réfugiés, au nord d’Hébron. Les soldats se sont déployés entre les maisons, et de jeunes hommes se sont rassemblés dans la région et ont confronté les troupes en leur jetant des pierres. Les soldats ont poursuivi les lanceurs de pierres à travers les quartiers, tirant des bombes sonores et des bombes lacrymogènes. En conséquence, un certain nombre de jeunes hommes étouffés en raison de l’inhalation de gaz lacrymogènes. Les soldats étaient dans le camp jusqu’à 18h00, mais aucun raid n’a été signalé.
  • Vers 17h00, des canonnières de l’OIF stationnées au large de la région d’al-Waha, au nord-ouest de Beit Lahia, ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à moins d’un mille marin et ont ouvert le feu sur eux. En conséquence, Mohammad ‘Ali Yasin Zayed (26 ans), pêcheur de Beit Lahia, a été légèrement blessé par une balle en caoutchouc à la cuisse gauche alors qu’il se trouvait sur un bateau avec son frère, Maysarah (18 ans). Les tirs et la chasse ont également provoqué la peur et la panique parmi les pêcheurs et les ont forcés à fuir.
  • Vers 07h00 le dimanche 08 novembre 2020, l’OIF stationnée à l’intérieur de la clôture frontalière entre Gaza et Israël, au nord-est d’al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, a tiré des grenades lacrymogènes sur des chasseurs d’oiseaux, à l’ouest de la clôture frontalière. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 12h00, l’OIF stationnée à l’intérieur de la clôture frontalière, à l’est de Khan Younis, a ouvert le feu sur les terres agricoles et un camion d’assainissement dans la ville d’Abasan, dans l’est de l’Abasan, à côté de la clôture. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 20h00, Karam Eyad Mahmoud Sammar (17 ans), du village d’al-Yamun, au nord-ouest de Djénine, a subi diverses ecchymoses sur tout le corps après avoir été agressé par l’OIF alors qu’il se trouvait près de la barrière de sécurité dans le village de Rumana, à l’ouest de Jénine. Une ambulance est arrivée et l’a emmené à l’hôpital gouvernemental de Jénine. Sammar essayait de s’infiltrer en Israël par la barrière de sécurité à la recherche d’une opportunité d’emploi.
  • Le lundi 9 novembre 2020, vers 1 h 30, l’OIF a fait une descente à l’hôpital gouvernemental Dr Thabet Thabet, à l’IOF, dans la cour ouest de l’hôpital à Tulkarm, au nord de la Cisjordanie. Un de ses soldats a tiré des bombes sonores à l’intérieur du service des urgences, causant la peur parmi les patients et leurs compagnons et quelques dégâts.
  • Le lundi 9 novembre 2020, vers 8 h, l’OIF à l’intérieur de la clôture frontalière, au nord-est d’al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, a tiré des grenades lacrymogènes sur certains chasseurs d’oiseaux, à l’ouest de la clôture frontalière. Aucune victime n’a été signalée.
  • Le mardi 10 novembre 2020, vers 7 h 30, l’OIF stationné à l’intérieur de la clôture frontalière entre Gaza et Israël, à l’est de Khan Younis, a ouvert le feu sur les terres agricoles adjacentes dans l’est de Qarara. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 18h00, l’OIF s’est installée dans le quartier d’Ebeid, à l’ouest du village d’al-‘Isawiyah, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils se sont déployés dans le quartier et ont établi des points de contrôle à l’entrée principale. Pendant ce temps, de jeunes Palestiniens ont protesté et lancé des pierres, des feux d’artifice et des cocktails Molotov sur l’OIF, qui a riposté en tirant des balles en métal recouvertes de caoutchouc, des grenades lacrymogènes et des bombes sonores sur les manifestants. L’OIF a arrêté Anwar Sai ‘Abeid (22 ans).
  • Toujours mardi soir, Kamal N. Abu-Wa’ar, un Palestinien de 46 ans emprisonné par Israël depuis 17 ans, a été déclaré mort mardi 10 novembre 2020 au centre médical de Shamir en Israel. Le regretté Abu-Wa’ar, originaire du village d’Yabad près de Jénine, souffrait d’un cancer de la gorge et son état de santé était en déclin constant depuis plus d’un an.

En octobre 2019, Abu-Wa’ar, emprisonné à la prison de Jalbou, a reçu un diagnostic de cancer de la gorge et a été transféré à l’hôpital Rambam de Haïfa pour une chimiothérapie, qui lui a été livrée par un tube thoracique. Son état de santé s’est rapidement détérioré, car il a souffert de la rupture des plaquettes, la fatigue extrême, et la difficulté à respirer, la dysphasie, et la perte de poids extrême comme il a exigé l’alimentation de tube, selon la Commission des affaires de détenus. En juillet dernier, Abu Wa’ar a contracté le COVID-19 et a été transféré de la prison de Jalbou à la clinique pénitentiaire de Ramla. Il a été mis sur un dispositif de respiration d’assistance; mais malheureusement, sa santé a continué à décliner, et il a été transféré au centre médical de Shamir où il a été déclaré mort hier.

La mort d’Abu-Wa’ar a mis en lumière le déclin général des conditions de vie de milliers de Palestiniens dans les prisons israéliennes et révèle l’ampleur des mesures punitives qu’Israël adopte sans vergogne à leur encontre; à savoir la négligence médicale, car les autorités israéliennes retardent l’offre de soins médicaux nécessaires, et ne fournissent pas les médicaments nécessaires pour des centaines de prisonniers atteints de maladies chroniques et dangereuses. Cette manifestation constitue une violation grave des obligations de l’autorité d’occupation de fournir des conditions d’emprisonnement et des soins de santé sans cruauté conformément aux dispositions de la quatrième Convention de Genève, en particulier les articles 85 et 125.

En outre, la mort d’Abu-Wa’ar met en évidence le mépris persistant des Israéliens pour les appels répétés à la libération de dizaines de prisonniers palestiniens atteints de maladies chroniques et graves qui ont passé de nombreuses années derrière les barreaux, tout en négligeant son devoir de leur fournir des services de soins de santé adéquats. De nombreux prisonniers palestiniens ont perdu la vie à cause de cette indifférence délibérée, la dernière victime étant Sa’di Khalil al-Gharabli (74 ans) de la ville de Gaza, décédée le 8 juillet 2020, après avoir passé 26 ans en prison, et souffrait de maladies chroniques, dont un cancer de la prostate; pourtant, il a été laissé à mourir en prison.

  • Le mercredi 11 novembre 2020, vers 6 h 50, l’OIF stationnée à l’intérieur de la clôture frontalière entre Gaza et Israël, à l’est de Khan Younis, a ouvert le feu sur les terres agricoles adjacentes et les chasseurs d’oiseaux, à l’est de Khuza’a. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 8h30, l’OIF stationné par le mur d’annexion près de la colonie d’Oranit, dans le sud de Qalqilya, a ouvert le feu sur un groupe de Palestiniens qui tentaient de traverser leurs terres pour récolter des oliviers dans le village d’Azzun Atma. En conséquence, Mo’nes M. I. Younis (16 ans) du village de Sanniriya, à Qalqilya, a subi trois blessures par balle en caoutchouc à l’abdomen et aux pieds. Il a été immédiatement transporté à l’hôpital Yaser Arafat de Salfit pour y être soigné.
  • Vers 13h00, un groupe de Palestiniens s’est rassemblé à l’entrée du camp de réfugiés de Fawwar, à Hébron, où l’OIF maintient une tour de guet militaire. Le groupe a bloqué la route et incendié des gradins. Deux patrouilles de l’OIF sont arrivées sur la route principale du camp et ont reçu des pierres; les soldats ont poursuivi les garçons à travers les champs et ont tiré des grenades assourdissantes et des grenades lacrymogènes sur eux. En conséquence, beaucoup ont suffoqué en raison de l’inhalation de gaz lacrymogène. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 17h00, au cours desquels l’OIF a fermé l’entrée du camp et interdit la circulation à l’entrée et à l’provenance du camp.
  • Vers 15h00, un groupe de jeunes hommes et garçons se sont rassemblés près de l’entrée du village de Beit Ummar, au nord d’Hébron, où l’OIF maintient une tour de guet militaire. Le groupe a lancé des pierres sur la tour de guet et a mis le feu à des pneus. Des véhicules militaires de l’OIF sont arrivés au village; des soldats ont poursuivi les lanceurs de pierres dans la région d’Asida et ont tiré des grenades assourdissantes et des grenades lacrymogènes sur eux. En conséquence, beaucoup ont suffoqué en raison de l’inhalation de gaz lacrymogène. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 18h30, l’OIF a tiré des balles en caoutchouc et blessé un garçon de 14 ans à la main droite, et un garçon de 16 ans à la jambe gauche. Ils ont tous deux été transportés aux urgences du village.
  • Vers 15h30, un groupe de jeunes hommes et garçons se sont rassemblés à l’entrée nord d’al-Bireh et ont lancé des pierres sur les soldats israéliens stationnés au poste de contrôle militaire d’al-Mahkama, établi près de la colonie de Beit El, au nord d’al-Bireh. Un groupe de soldats a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, ainsi que des balles en caoutchouc et des affrontements ont éclaté, causant des dizaines de cas d’inhalation de gaz lacrymogènes. IOF poursuivi et arrêté: Amro A. Arar (19); Ahmed H. Dar Omar (20 ans) du village de Qarawat Bani Zeid, au nord-ouest de Ramallah. Le groupe se rassembla à nouveau et jeta des pierres sur les soldats stationnés derrière des blocs de ciment; les soldats ont riposté en tirant des grenades lacrymogènes, directement dirigées vers les garçons, et les ont poursuivis. Ils ont arrêté 6 Palestiniens, dont deux enfants, et les ont détenus à l’intérieur du poste de contrôle d’al-Mahkama. Les personnes arrêtées sont: Mounir S. Abu-Arkoub (17 ans), du village de Kafr Ein; Yousif A. Dardas (17 ans) et Khaled M. al-Masri (24 ans) du village d’Abwein; Fathi M. Fahel (20 ans) du village de Kobar; Amer A. Qendah (18 ans), du village d’Abu Shukheidim; et Baraa Shaaldeh (20), de Ramallah.

II. Incursions et arrestations :

Jeudi 05 novembre 2020:

  • Vers 00h30, l’OIF s’est déplacée dans le village d’al-Issawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Yazan Amjad Obaid (19) et l’ont emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 01h00, l’OIF s’est déplacée vers Khillat Hadour, dans le sud d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Abdullah Wissam Abu Shamsiya (19) et l’ont arrêté.
  • À peu près à la même époque, l’OIF s’installe à Illar, au nord de Tulkarm. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et arrêté (5) civils et les ont relâchés plus tard. Les personnes arrêtées sont : Emad Ahmed Abu Esba, Nazeer Mohammed Nassar, Jameel Jamal Ja’ar, Jaser Mohammed Kharouf et Nader Salem Kharouf.
  • Vers 1 h, l’OIF s’est installée dans le village d’Attil, au nord de Tulkarm. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et arrêté Marwan Mahmoud Sidqi et Amjad Adnan Abu Khalil. Ils ont été libérés plus tard.
  • Vers 02h00, l’OIF s’est installée dans le village de Deir al-Ghusun, au nord de Tulkarm. Ils ont arrêté Fo’ad Mohammed al-Qeb et l’ont relâché plus tard.
  • À peu près au même moment, l’OIF s’installe dans le village de Seida, au nord de Tulkarm, et arrête Lo’ay Fadi al-Ashqar et Fadi Monther Raddad. L’OIF les a libérés plus tard.
  • À peu près à la même époque, l’OIF s’installe dans la région d’Abu Freiha à Beit Sahur. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Hamada Omar Abayat (30) et l’ont emmené vers une destination inconnue.
  • À peu près au même moment, l’OIF s’installe dans le village d’al-Issawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné deux maisons appartenant à Yazan Amjad Obaid (19 ans) et Yazan Emran Obaid (18 ans) et les ont arrêtées.
  • Vers 02h30, l’OIF s’est renforcé avec plusieurs véhicules militaires qui se sont déplacés dans le camp de réfugiés d’al-Fawwar, au sud d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Abdullah Mohammed Rasras (25 ans) et l’ont arrêté.
  • À peu près à la même époque, l’OIF s’installe dans le village de Deir Sharaf, à l’ouest de Naplouse. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et arrêté Fakher ‘Aqil As’ad Zaghloul (22 ans).
  • Vers 3 h, l’OIF s’est installée à Beit Hanina, au nord de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné la maison d’Ahmed Ali Shalalida et l’ont emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 4 h 30, l’OIF s’est déplacée à Azun, à l’est de Qalqiliya, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et arrêté (3) civils. Les personnes arrêtées sont Abdul Karim Yaser Hussain (24 ans), Mostafa Sufian al-Riyashi (23 ans) et Zeid Fathi Swaidan (19 ans).
  • Vers 5 h, l’OIF s’est installée dans le village de Beit Rima, au nord-ouest de Ramallah. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Ghassan Ehsan al-Rimawi (31) et l’ont arrêté.
  • Vers 11h00, l’OIF a pris d’assaut un magasin d’oiseaux, route 90, dans le village d’al-Auja, au nord du gouvernorat de Jéricho. Ils ont perquisitionné et fouillé le magasin qui appartient à Omar Nasrallah al-Salaima et confisqué une vingtaine d’oiseaux (de toutes sortes).
  • Vers 15h00, l’OIF s’est installée à Wadi al-Joz, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné le secrétaire général des clans de Jérusalem et de Palestine, et le chef de la campagne arabe de Jérusalem, Abdullah Hasan ‘Alqam (53 ans), et l’ont arrêté.
  • Vers 17h30, l’OIF s’est installée dans le quartier d’al-Tur, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné la maison d’Ali Mohammed al-Kaswani (18) et l’ont emmené vers une destination inconnue.
  • L’OIF a effectué (5) des incursions à Sebstia dans le gouvernorat de Naplouse; al-Nazla al-Sharqiya et al-Wusta, au nord de Tulkarm; Azun, à l’est de Qalqilya; et Kafr Ne’ma, à l’ouest de Ramallah. Aucune arrestation n’a été signalée.

Vendredi 06 novembre 2020:

  • Vers 4 h, l’OIF s’est installée dans le village d’al-Mazra’a al-Gharbiya, au nord du gouvernorat de Ramallah. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Laith Mahmoud Ladadwa (23) et l’ont arrêté.
  • Vers 5 h, l’OIF s’est renforcé avec plusieurs véhicules militaires qui se sont installés dans le camp de réfugiés de Djénine, à l’ouest de Jénine. Ils se sont déployés parmi les maisons des civils et ont pris d’assaut deux maisons appartenant à Najeeb Awni Hawil (30 ans) et Ahmed Mahmoud Nasharti (28 ans).
  • L’OIF a effectué (4) des incursions à Beit Kahil et Deir al-‘Asal, dans le gouvernorat d’Hébron; Ramallah et Bituniya, à l’ouest de Ramallah. Aucune arrestation n’a été signalée.

Samedi 07 novembre 2020:

  • Vers 22h00, l’OIF a arrêté Hamza al-Tamimi (22 ans), de la région de Dahiyat al-Salam à Anata, au nord-est de Jérusalem-Est occupée, alors qu’il comparaissait pour une convocation des services de renseignement israéliens, et il a été traduit en justice le lendemain matin. Il est à noter qu’al-Tamimi a été arrêté la veille de son mariage.
  • Vers 18h00, l’OIF a arrêté Mosbah Majed al-Waridat (33 ans), d’al-Thahiriya, au sud d’Hébron, alors qu’il était présent près de la clôture frontalière près du poste de contrôle militaire « Meitar », à l’ouest du village. L’OIF l’a emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 19h00, l’OIF stationnée au poste de contrôle militaire de Container, à l’est de Bethléem, a arrêté Monjed Mohammed al-Darawish (27 ans), de Dura, au sud du gouvernorat d’Hébron, alors qu’il passait par le poste de contrôle. L’OIF l’a emmené vers une destination inconnue.
  • L’OIF a effectué (3) des incursions dans Yatta, Hébron et Surif. Aucune arrestation n’a été signalée.

Dimanche, 08 Novembre 2020:

  • Vers 01h00, l’OIF s’est installée dans la maison du prisonnier Nazmi Mohammed Abu Baker (49), de Yabad, à l’ouest de Jénine. Ils ont fait des descentes et fouillé la maison et aucune arrestation n’a été signalée. Il convient de noter qu’Abou Baker a été accusé d’avoir tué un soldat israélien en lui lançant une pierre sur la tête lors d’un raid de l’OIF dans le village en mai 2020.
  • Vers 02h00, l’OIF s’est installée dans le quartier d’al-Tur, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et arrêté (4) civils; Ahmed Marwan Abu Jom’a (20 ans), Ameer Ra’ed Abu Mfareh (21 ans), Mohammed Naji Abu Jom’a (18 ans) et Abdullah Mohammed Abu Jom’a (19 ans).
  • Vers 10h00, Ali Belal Taha (17 ans), du camp de réfugiés de Shu’fat, au nord-est de Jérusalem-Est occupée, s’est rendu à la prison d’al-Ramla pour purger sa peine de 4 mois et demi. Taha a déjà été blessé par l’OIF.

Bilal Taha a déclaré que son fils, Ali, a reçu une convocation pour se rendre après avoir été condamné à la prison la semaine dernière. Taha resterait à la prison d’al-Ramla pendant deux semaines (dans le cadre des mesures préventives COVID-19), puis il sera transféré à la prison d’al-Damoun pour purger toute la durée de sa peine. Taha a déclaré que son fils avait été blessé le 2 juillet 2019, alors qu’il passait par le poste de contrôle du camp de réfugiés de Shu’fat, lorsque l’OIF lui a ouvert le feu sur lui et lui a tiré une balle dans la jambe. malgré les blessures, ils l’ont agressé et l’ont détenu dans une chambre avant de le transférer à l’hôpital par l’intermédiaire d’une ambulance israélienne. Sa famille ne savait rien de lui, et il leur a été interdit de l’accompagner. Taha a ajouté qu’Ali a passé 14 jours en état d’arrestation à l’hôpital malgré ses blessures, puis il a été libéré lors d’une assignation à résidence ouverte à Beit Hanina. En septembre 2019, sa peine a été réduite de l’assignation à résidence à Beit Hanina à l’assignation à résidence dans sa maison du camp de réfugiés de Shu’fat. Il a également mentionné qu’Ali avait reçu 8 chirurgies et qu’il en avait encore besoin de deux autres.

  • Vers 11h00, l’OIF s’est installée à Beit Hanina, au nord de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Shady Saad al-Mtour (44), le secrétaire du mouvement Fatah à Jérusalem, et lui ont remis une convocation pour se référer au centre d’enquête al-Maskoubeya à Jérusalem-Ouest.

Fadi al-Mtour, le frère de Shady, a déclaré que les services de renseignement israéliens a interrogé son frère pendant plusieurs heures, puis ils lui ont remis une décision signée par le ministre israélien de la Sécurité intérieure qui a imposé des restrictions à son mouvement affirmant qu’il perpétuait la souveraineté palestinienne à l’intérieur de Jérusalem et menaçait la sécurité d’Israel. Fadi a ajouté que son frère avait été empêché de faire des activités à Jérusalem ou de fournir une aide, même humanitaire, aux habitants de la ville; il lui a également été interdit d’organiser ou de participer à des conférences ou des événements dans la ville. Il convient de noter que cette décision est intervenue après des dizaines de décisions, de convocations et d’arrestations contre M. al-Mtour, notamment l’interdiction de son entrée à la mosquée al-Aqsa et la vieille ville de Jérusalem, et l’interdiction de ses contacts avec 22 militants et personnalités.

  • Vers 15h00, l’OIF stationnée à Bab Huta, l’une des portes de la mosquée Aqsa dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, a arrêté Shady Talal Abu Snaina (26 ans). Il a été conduit à l’un des postes de police de la ville.
  • Vers 16h00, l’OIF a arrêté trois civils du village d’al-Jalama, au nord de Jénine, qui tentaient d’entrer en Israël par la porte du mur d’annexion pour le travail. L’OIF a emmené Mohammed Yaser Sha’ban, Mohammed Zakaria Hamdan et Fadi Mohye Abu Farha vers une destination inconnue.
  • Vers 16h00, l’OIF s’est installée à Bab Huta, l’une des portes de la mosquée Aqsa dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Rami Saleh al-Fakhouri (29 ans) et confisqué tous les téléphones portables de la maison et lui ont remis une convocation pour se référer aux services de renseignement israéliens du poste de police d’al-Maskoubeya à Jérusalem-Ouest.
  • Vers 17h30, l’OIF s’est installée dans le quartier d’al-Sa’diya, l’un des quartiers de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mohammed Khaled Hazina (24), confisqué tous les téléphones portables de la maison et l’ont arrêté.
  • Vers 21h00, l’OIF s’est installée dans le quartier central de Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Marwan Othman al-Ghoul (46), directeur de Silwan GYM, et lui ont remis une convocation pour se référer au poste de police de Maskoubeya le lendemain.
  • L’OIF a effectué (2) des incursions dans la ville de Seida, au nord-est de Tulkarm. Aucune arrestation n’a été signalée.

Lundi 09 novembre 2020:

  • Vers 1 h, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés d’Ayda, au nord de Bethléem. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mohammed Salah al-Masa’eed (18) et l’ont arrêté.
  • Vers 01h30, l’OIF s’est renforcé avec plusieurs véhicules militaires qui se sont déplacés à Dura, au sud-ouest d’Hébron, et stationnés dans les quartiers d’al-Binouk et d’Abou Hilal. Ils ont perquisitionné deux maisons et arrêté Mohammed Yousef Shahin (29 ans) et Mo’ayad Waleed Amro (19 ans).
  • Vers 02h00, l’OIF s’est installée dans le village de Beit Ta’mir, à l’est de Bethléem. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et arrêté (5) civils, dont trois frères. Les personnes arrêtées sont : Murad Mohammed Abu Muhaimed (38 ans), Mohammed Hashem Abu Muhaimed (42 ans), Salah Jom’a Abu Muhaimed (25 ans) et ses frères Mo’taz (29 ans) et Fo’ad (28 ans).
  • À peu près à la même époque, l’OIF s’installe à al-Eizariya, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Ibrahim Fayez Murar et l’ont arrêté.
  • Vers 2 h 30, l’OIF s’est déplacée à Qaffin, au nord de Tulkarm, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et arrêté Emad Fahmi Zaghloul (38 ans). Il convient de noter que l’OIF a confisqué son téléphone cellulaire, son argent et fouillé son bureau dans la zone du complexe al-Ashqar, à Tulkarm.
  • À peu près au même moment, l’OIF s’est renforcée avec plusieurs véhicules militaires qui se sont installés à Hébron et stationnés dans la région d’Ein Sara. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Nidal Salah Zughaiar et arrêté ses deux fils; Mos’ab (25) et Salah (29).
  • Vers 2 h 40, l’OIF s’est déplacée à Naplouse. Ils ont fait des descentes et fouillé plusieurs magasins; aucune arrestation n’a été signalée.
  • Vers 3 h, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés de Qalandiya, au nord de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé les maisons de Laith Ammar (22 ans) et d’Eyad al-Shahham (23) et les ont arrêtées.
  • Vers 9 h, l’OIF s’est installée dans le village d’al-Issawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison familiale de Mohammed Samer Abu Riyala (16 ans) et Eisa Thafer Abu Riyala (16 ans) et les ont arrêtés.
  • À peu près à la même époque, l’OIF s’installe dans le village d’al-Shawawra, à l’est de Bethléem. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de l’ancien prisonnier Oday ‘Adi Ibrahim Salim (31) et lui ont remis une convocation pour se référer aux services de renseignement israéliens dans la colonie de « Gush Etzion », au sud de la ville.
  • Vers 12h30, l’OIF, stationnée sur la route Naplouse-Jérusalem, à 3 kilomètres du poste de contrôle militaire d’al-Mahkama, établie près de la colonie de Beit El, au nord d’al-Bireh, au nord du gouvernorat de Ramallah, a arrêté le personnel de la télévision palestinienne alors qu’il se dirigeait vers le village de Jiftlik, au nord de Jéricho.

Le photojournaliste Mohammed Awawda (24 ans) a déclaré au travailleur de terrain du PCHR :

« Aenviron 12h30, je me dirigeais avec 5 membres du personnel de la télévision palestinienne, y compris le chauffeur Mohammed Mousa, Maryam al-Tarifi, Abdul Karim Abu Sharif, et Hamed Nammoura de Jéricho à Ramallah pour tourner une émission de télévision dans le village de Jiftlik, au nord du gouvernorat de Jéricho. Lorsque nous sommes arrivés sur la route Naplouse-Jérusalem, un véhicule de police israélien nous a interceptés et les policiers ont encerclé, arrêté et fouillé notre voiture, nos cartes d’identité et notre matériel d’enregistrement. Ils nous ont retenus pendant 30 minutes en prétendant qu’ils faisaient la procédure de recherche, avant de nous laisser continuer sur notre chemin« .

  • Vers 18h00, l’OIF s’est installée dans le quartier de Batn al-Hawa à Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Khaldoun Izzat Salah (47) et l’ont emmené au poste de police d’al-Bareed, rue Salah al-Dein, dans le centre de Jérusalem-Est occupée.
  • Vers 18h30, l’OIF stationnée au poste de contrôle militaire de Yitzhar à l’entrée du village de Huwara, au sud-est de Naplouse, au nord de la Cisjordanie, a arrêté la journaliste Bushra Jamal al-Tawil (27 ans) et l’a emmenée au centre de détention de Hasharon en Israel.

Montaha al-Tawil, la mère de Bushra, a déclaré au travailleur de terrain du PCHR :

« e matin, Bushra est partie pour Jénine avec un ami pour faire du shopping. Vers 18 h 30, elle m’a appelé et m’a dit que l’OIF avait arrêté son véhicule au poste de contrôle militaire de Yitzhar, examiné sa carte d’identité et l’avait détenue. Bushra m’a dit qu’un agent du renseignement israélien l’avait appelée et l’avait informée qu’elle était en état d’arrestation et qu’elle devait être emmenée à la prison de Hasharon.

Il convient de noter que la première fois que l’OIF a arrêté al-Tawil, c’était le 6 juillet 2011, et qu’elle a été condamnée à 16 mois de prison, mais qu’elle a été libérée dans les cinq mois de l’accord d’échange de prisonniers conclu en 2011. Elle a été de nouveau arrêtée le 2 juillet 2014 et condamnée à purger la période restante de son emprisonnement de 2011. Le 17 mai 2015, elle a été libérée après avoir passé 10 mois et demi en prison. En 2017, l’OIF a arrêté al-Tawil en état d’arrestation administrative, après avoir perquisitionné et fouillé son domicile. Encore une fois en 2019, elle a été arrêtée pour son travail journalistique, enregistrant des sit-in pour d’anciens prisonniers palestiniens. Elle a été libérée après 8 mois de détention administrative.

  • Vers 20h00, l’OIF s’est installée dans le village d’al-Issawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Ma’moun Muhaisen et arrêté ses fils Mo’men (19 ans) et Mohammed (16 ans). L’OIF les a emmenés vers des destinations inconnues.
  • Vers 21h50, l’IOF stationné à l’entrée du village de Qusra, au sud-est de Naplouse, a arrêté (3) civils du village, et les a relâchés plus tard. Les personnes arrêtées sont : Ahmed Nimir Owda, Hammam Mohammed Mosbah et Khaled Ibrahim Owda.
  • L’OIF a effectué une incursion en Sebastia, Naplouse. Aucune arrestation n’a été signalée.

Mardi 10 novembre 2020:

  • Vers 02h00, l’OIF s’est installée dans le village de Yabad, dans le sud-ouest de Jénine; ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mohammed A. Hamarshe (30) et l’ont arrêté.
  • Vers 02h30, l’OIF s’est installée dans la ville de Silat ad-Dhahr, dans le sud-ouest de Jénine; ils ont perquisitionné et fouillé la maison familiale de Naief H. al-Qady (28 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 02h20, l’OIF s’est installée dans le village de Kafr Qallil, au sud de Naplouse. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et se sont retirés vers 4 h 40. Aucune arrestation n’a été signalée.
  • Vers 2 h 50, l’OIF s’installe dans le village de Mas-ha à Salfit; les soldats ont fait des descentes et fouillé plusieurs maisons et arrêté Belal S. Amer (22 ans).
  • Vers 3h30, l’OIF s’est renforcé avec plusieurs véhicules militaires qui se sont installés dans le camp de réfugiés d’al-‘Aroub, au nord d’Hébron, et stationnés dans le centre du camp. Ils ont perquisitionné deux maisons et arrêté deux enfants; Ammar Mohammed Jawabera (16 ans) et Eyad Hani Ja’ara (15 ans).
  • Vers 4h30, l’OIF s’est renforcé avec plusieurs véhicules militaires qui se sont déplacés à Dura, au sud-ouest d’Hébron, et stationnés dans la région de Kureisa. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Eyad Mohammed Abdullah Rajoub (33) et l’ont arrêté.
  • À peu près au même moment, l’OIF s’est renforcé avec plusieurs véhicules militaires qui se sont déplacés à Halhul, au nord du gouvernorat d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mohammed Jehad al-Wawi (25) et l’ont arrêté.
  • Vers 08h00, l’OIF renforcé par 4 véhicules de construction militaire s’est déplacé à 100 mètres de la clôture frontalière par Deir al-Balah, dans la bande de Gaza, puis s’est dirigé vers al-Maghazi. Ils ont rasé les terres et plus tard redéployé de nouveau du côté israélien.
  • Vers 16h00, l’OIF s’est installée dans le Centre de la jeunesse du camp de réfugiés de Shu’fat, au nord-est de Jérusalem-Est. Ils ont fouillé le centre pendant deux heures et ont saisi plusieurs documents. Avant de se retirer, l’OIF a arrêté Mohammed al-Bahri, directeur du Centre, et l’a escorté jusqu’à un centre de détention de la ville.

Le Centre de la jeunesse a publié un communiqué de presse soulignant qu’il s’agit du deuxième raid du genre au centre et l’arrestation de son directeur sans cause juridique dans l’année et il est motivé par l’impact croissant du centre dans le camp de réfugiés.

  • Vers 18h00, les forces spéciales israéliennes ont arrêté Ahmed Hasan al-Lawzi (26 ans), alors qu’ils étaient en service dans une station-service de La loi dans la rue Jérusalem-Ramallah, près du poste de contrôle militaire de Qalandiya, au nord de Jérusalem-Est occupée.
  • Vers 10h00, l’OIF s’est installée dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, a perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et a signifié des convocations à trois Palestiniens : Ahed al-Resheq – membre du Comité régional de Jérusalem; Raed Hijazi – Maire de Jérusalem; et Naser Qaws – Chef de la Société des prisonniers palestiniens de Jérusalem.

Mercredi 11 novembre 2020:

  • Vers 1 h 50, l’OIF a pris d’assaut Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné plusieurs maisons et arrêté Mo’ath Mohammed al-Ghandour.
  • Vers 02h00, l’OIF appuyée par plusieurs véhicules militaires a pris d’assaut le camp de réfugiés de Fawwar, au sud de Heborn. Ils ont perquisitionné trois maisons et arrêté Hasan Karam Zaghmout (27 ans), Ibrahim Ali Abu Wardah (21 ans) et Jawad Zeyad Hadeeb (26 ans).
  • Vers 02h30, l’OIF appuyée par plusieurs véhicules militaires a pris d’assaut le village de Sa’ir, au nord d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Ali Mousa Jaradat (30) et l’ont arrêté.
  • Vers 3 h, l’OIF a pris d’assaut le camp de réfugiés de Fawwar, dans le centre de Ramallah. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison familiale de Hamada Nakhlah (25) et l’ont arrêté.
  • Vers 03h30, l’OIF a pris d’assaut le quartier d’Um Al-Sharayet dans le centre d’al-Birah, au nord de Ramallah. Ils ont perquisitionné et fouillé une maison appartenant à Ayman Abed Abu Sareea (26 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 4 h, l’OIF, appuyée par plusieurs véhicules militaires, a pris d’assaut le village de Kobar, au nord de Ramallah. Ils patrouillaient dans les rues et étaient stationnés dans le quartier est. Les soldats déployés entre les maisons et un certain nombre d’entre eux ont attaqué un bâtiment de 4 étages appartenant à la famille Zebar; chaque étage dispose de 6 appartements. Après avoir fait sauter les portes du rez-de-chaussée, qui se compose d’un magasin et de magasins, les soldats ont attaqué l’appartement de Mahmoud Yusuf Zebar (44) et l’ont arrêté, lui et son fils Shadi (21 ans). Les soldats ont également fait irruption dans l’appartement du frère de Mahmoud, Mohammed (43 ans), et l’ont arrêté. Les détenus ont été emmenés à l’appartement de leur frère Ra’ed et arrêté sa femme Nedaa Mohammed Suleiman (38 ans). L’OIF a ensuite perquisitionné une maison appartenant à Wa’el Yusuf al-Taqez (43 ans) et l’a arrêté. Il est à noter que des soldats israéliens ont fait des raids et fouillé la maison de Ra’ed le 1er novembre 2020 et arrêté son fils Marcel. L’OIF a libéré Nedaa Suleiman le même soir.
  • Vers 11h00, l’OIF a pris d’assaut le quartier d’al-Tour, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné deux maisons appartenant à Mahmoud Ahmed Ashayer (17 ans) et Na’im Ibrahim Ashayer (13 ans) et les ont arrêtées.
  • Vers 18h00, l’OIF, accompagné d’un véhicule rempli de colons, a pris d’assaut le village de Kafl Hares, au nord de Salfit. Ils se sont postés sur la place du village et ont diffusé des chansons juives dans la région.
  • Vers 19h00, l’OIF a pris d’assaut le quartier d’al-Thawri, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé une maison appartenant à Redwan Jamal Amro (34 ans), chef du département des manuscrits de la mosquée Al-Aqsa. Ils ont ruiné le contenu de la maison et confisqué des téléphones cellulaires, des PC et un certain nombre de papiers et de livres, puis arrêté Amro.

L’arrestation de Redwan par l’OIF s’inscrivait dans le cadre d’une campagne israélienne qui s’est intensifiée ces derniers temps contre les agents de la mosquée al-Aqsa, en particulier ceux qui sont affiliés aux gardes du département et de la mosquée de l’Armée islamique (Awqaf). Il y a quelques jours, l’OIF a perquisitionné et fouillé la Direction des services médico-légaux près de Bab al-Asbat et arrêté le chef de la Direction des sciences judiciaires, le directeur général adjoint de la mosquée al-Aqsa, Najeh Dawoud Bakirat (64 ans) et lui a refusé l’accès à la vieille ville, à la mosquée al-Aqsa et à toutes les routes qui y mènent pendant six mois. L’OIF cible les officiers et les gardes d’al-Aqsa en les arrêtant, en les expulsant, en plus d’actes de harcèlement pour les dissuader de protéger et de sécuriser la mosquée al-Aqsa.

III. Expansion des colonies et violence des colons en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée

Démolition et confiscation de biens civils

  • Le jeudi 05 novembre 2020, les autorités israéliennes ont avisé Yusuf Rayan d’évacuer ses terres dans le village de Khalayel Al-Louz, au sud-est de Bethléem, en vue de sa confiscation, alléguant que les terres relèvent de la souveraineté de l’État d’Israël.

Hasan Brijiyah, chef du Comité populaire anti-colonisation à Bethléem, a déclaré au travailleur de terrain du PCHR que les autorités israéliennes avaient avisé Yusuf Rayan d’évacuer ses terres agricoles (des dizaines de dunums implantés d’oliviers) dans le village de Khalayel Al-Louz, alléguant que cette terre faisait partie de l’État d’Israël. Brijiyah a également déclaré que cette pratique est un exemple de la politique de restriction intense imposée par l’OIF aux civils, en particulier que Khalayel Al-Louz, Khelat Al Quton et les régions de Khelat al-Nahlah, sont excessivement attaqués par l’OIF et les colons pour être adjacents aux colonies d’Efrat et de « Tuqu » qui ont été établies sur les terres palestiniennes, à l’est de Bethléem.

  • Le lundi 9 novembre 2020 au matin, les bulldozers de l’OIF ont démoli une salle d’agriculture appartenant à Yusuf Abu Hammad sous prétexte de non-licence. La chambre était située entre les villages de Jurat ash-Sham’a et Wadi et Nis, au sud de Bethléem.

Abu Hammad a dit au travailleur de terrain du PCHR que la démolition l’avait choqué, surtout qu’il avait construit la salle il y a de nombreuses années sur son propre terrain. Abu Hammad a ajouté que l’OIF alléguait que la chambre de 30 m2 plaquée en étain avait été construite sans permis.

  • Le lundi 9 novembre 2020, vers 06h00, les équipages et les véhicules de l’Autorité israélienne de la nature et des parcs, sécurisés par des dizaines de soldats israéliens, ont pris d’assaut le quartier de Wadi al-Rababah dans le village de Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont procédé à des démolitions dans la région. Des témoins oculaires ont déclaré au travailleur sur le terrain du PCHR que les résidents du quartier ont affronté les véhicules de l’OIF afin d’arrêter la démolition. Des soldats israéliens ont tiré des bombes sonores et des grenades lacrymogènes sur les habitants et ont tenté de les disperser. Cependant, les résidents ont résisté et forcé les équipages et les véhicules de l’Autorité israélienne de la nature et des parcs à se retirer du quartier. Avant leur retrait, l’OIF a arrêté Mahmoud Samrin (47 ans).

La municipalité israélienne et l’Autorité israélienne de la nature et des parcs ont par la dernière fois intensifié le bulldozer et la démolition des terres palestiniennes dans le quartier de Wadi al-Rababah dans le village de Silwan, dans le but d’établir de nouvelles colonies. L’OIF a recours à la force pendant ces opérations, malgré la décision judiciaire précédente de les arrêter. Wadi al-Rababah est l’objet d’attaques récurrentes de la part de colons israéliens afin de prendre le contrôle de celui-ci sous prétexte d’être des terres appartenant à des absents. Wadi al-Rababah quartier est situé dans le village de Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, il a été construit sur 350 dunums implantés avec des fruits et des oliviers qui sont la propriété des résidents du village de Silwan. Le quartier qui compte une centaine de maisons et une mosquée est menacé d’évacuation et de confiscation de plus de 100 dunums de ces terres pour établir le projet dit de « parc national ». La région de Wadi al-Rababh a une importance stratégique puisqu’elle n’est qu’à 400 mètres de la mosquée al-Aqsa et elle est également située entre le quartier d’al-Bustan et le côté ouest de Jérusalem occupée. Par conséquent, cette zone relie les parties ouest et orientale de la ville. En outre, cette zone contient des vestiges cananésites, romains et islamiques.

  • Le mardi 10 novembre 2020, vers 8 h, l’OIF, appuyée par plusieurs véhicules militaires et accompagnée d’un véhicule de l’Administration civile et d’un bulldozer, a pris d’assaut le quartier nord d’Hébron, adjacent à la route de contournement. Ils ont démoli un atelier d’aluminium plaqué étain de 100 m2. L’atelier appartient à Loai Abdul Rahim Ahmed al-Shani, et il a été construit il y a un an. Les autorités israéliennes ont remis la décision militaire no 96/1797 à al-Shani le mercredi 14 novembre 2020.

La décision militaire no 1797, rendue en 2018, permet à l’officier de l’administration civile de prendre une décision de démolir tout bâtiment où la construction n’a pas été achevée dans les 6 mois ou où il a été habité par ses résidents pendant moins de 30 jours à compter de la date de l’arrivée de l’inspecteur sur le site.

Ce genre d’avis prive les civils de leur droit de défendre leurs maisons ou leurs installations. La Cour suprême israélienne refuse également au dossier un appel visant à geler ou à annuler ces avis. Les civils se voient en outre refuser d’avoir demandé une licence pour leurs maisons ciblées en raison de la courte période légale autorisée par l’ordre militaire.

  • Le mardi 10 novembre 2020, l’OIF a démoli plusieurs installations commerciales dans le village d’Anata, au nord-est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, sous prétexte de construire sans permis.

La municipalité du village d’Anata a déclaré que des bulldozers de l’Administration civile israélienne avaient pris d’assaut le village depuis son entrée sud et démoli un lave-auto, un conteneur et une caserne appartenant à Ammar al-Salaimeh sous prétexte de construire sans permis. La voiture était adjacente à la colonie de « Pisgat Ze’ev » établie sur les terres palestiniennes, au nord du village d’Anata. La municipalité a souligné que le lave-auto, le conteneur et la caserne ont été construits sur une superficie de 150 m2 il y a 5 mois. L’OIF a également nivelé le terrain où les installations ont été construites avant de se retirer du village.

  • Le mercredi 11 novembre 2020, vers 09h00, l’OIF, appuyée par deux véhicules militaires et accompagnée d’un véhicule de l’administration civile, a pris d’assaut le village de Tawana, à l’est de Yatta, au sud d’Hébron. Les soldats se sont déployés entre les maisons tandis que l’officier de l’administration civile a remis 5 avis de démolition à trois civils sous prétexte de construire sans permis. Ces avis étaient les suivants :
Personne affectéeInstallationDescriptionDistanceType de notification
Fadel Mohammed Ibrahim al-AmourSalle agricoleBriques et plaques d’étain30m²Convocation écrite
Ashraf Mahmoud al-AmourSalle agricoleBriques et plaques d’étain65m²Arrêt des travaux
Ashraf Mahmoud al-AmourPuits d’eauBriques et plaques d’étain100m²Arrêt des travaux
Mohammed Issa Rab’iRésidence agricole———80sqmAssignation
Mohammed Issa Rab’iPuits d’eauBriques et plaques d’étain90sqmAssignation

Les autorités israéliennes ont remis des avis de civils sous forme de citations à comparaître alléguant que le propriétaire de l’établissement, qui a reçu un avis précédent, n’a pas soumis de documents juridiques aux autorités israéliennes compétentes pour régler son cas.

  • Le mercredi 11 novembre 2020, vers 16h00, les équipes de la municipalité israélienne ont démoli la maison d’Odai Rabaiya dans le village de Sur Baher, au sud de Jérusalem-Est occupée, sous prétexte de construire sans permis. L’OIF a également arrêté Mohammed et Ahmed Robaiya après les avoir lourdement battus.

Rabaiya a déclaré au travailleur de terrain du PCHR qu’il avait été choqué lorsque l’OIF a fait une descente dans sa maison. Les équipes municipales ont vidé son contenu et fermé toute la zone, puis démoli la maison. Rabaiya a souligné que lui et sa famille de 5 personnes, dont 4 enfants, vivent dans la maison depuis 2016. La municipalité israélienne a décidé en 2017 de démolir la maison. Il a réussi à retarder la décision à plusieurs reprises et la municipalité lui a imposé une amende de 55 000 NIS, qu’il paie toujours à ce jour. Rabaiya a ajouté qu’en juillet dernier, le tribunal israélien lui avait donné 21 jours avant d’appliquer la démolition, mais qu’il avait réussi à la retarder jusqu’au début du mois par l’intermédiaire de son ingénieur et de son avocat. La municipalité israélienne a refusé de geler ou de retarder la décision de démolition et l’a informé qu’il devait procéder à l’auto-démolition de sa maison sans définir de délai.

Attaques des colons israéliens

  • Vers 13h10, lundi 10 novembre 2020, un groupe de colons israéliens a arrêté Tareq Abu Ghunaim dans sa terre de la région d’al-Rajman, à proximité du village de Beit Dajan, à l’est de Naplouse. Les colons ont fouillé son téléphone cellulaire, l’ont interrogé et l’ont relâché plus tard.

V. Politique de fermeture et restrictions à la libre circulation des personnes et des marchandises:

La bande de Gaza subit toujours la pire fermeture de l’histoire de l’occupation israélienne de l’oPt comme il est entré dans le 14E année consécutive, sans aucune amélioration de la circulation des personnes et des biens, des conditions humanitaires et des conséquences catastrophiques sur tous les aspects de la vie.

La Rive Ouest:

Outre les points de contrôle permanents et les routes fermées, la mise en place cette semaine de postes de contrôle plus temporaires a permis de restreindre les déplacements de marchandises et d’individus entre les villages et les villes et de refuser aux civils l’accès à leur travail. L’OIF a établi 70 postes de contrôle temporaires, où ils ont fouillé les véhicules des Palestiniens, vérifié leurs identités et arrêté trois d’entre eux. L’IOF a fermé de nombreuses routes avec des cubes de ciment, des barrières de détecteur de métaux et des bermes de sable et a resserré leurs mesures contre

Déplacement des individus aux postes de contrôle militaires permanents.

Jérusalem:

  • Jeudi 5 novembre 2020 au soir, l’OIF a renforcé ses mesures arbitraires au poste de contrôle de Beit Iksa, au nord-ouest de Jérusalem-Est occupée, entravé le mouvement de circulation des civils et établi deux points de contrôle à l’entrée du village d’Al-Eizariya et du tunnel du village de Biddu.
  • Le samedi matin 07 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée du village d’Anat, au nord-est de Jérusalem-Est occupée.
  • Vers 9h00 le dimanche 8 novembre 2020, l’OIF a fermé le poste de contrôle militaire de Qalandiya pendant des heures sous prétexte d’objets suspects, provoquant de violents embouteillages.
  • Le lundi 09 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée du village d’Al-Eizariya, à l’est de Jérusalem-Est occupée.
  • Le mardi 10 novembre 2020, vers 18 h 30, l’OIF a fermé le poste de contrôle militaire de Qalandiya pendant des heures, provoquant un embouteillage.

Bethléem:

  • Le jeudi 5 novembre 2020, l’OIF a établi deux postes de contrôle dans la région d’Aqabat Hasnah, menant à des villages à l’ouest de Bethléem, et près de l’intersection de la région d’al-Nashash, au sud de la ville.
  • Le vendredi 6 novembre 2020, l’OIF a établi 4 points de contrôle aux entrées nord et ouest du village de Tuqu, de l’entrée ouest du village de Beit Fajjar et de la région d’Aqabat Hasnah menant aux villages à l’ouest de Bethléem.
  • Le samedi 7 novembre 2020, l’OIF a établi trois postes de contrôle à l’entrée nord du village de Tuqu, à l’entrée ouest du village de Beit Fajjar, et près de l’intersection de la région d’al-Nashash, au sud de la ville.
  • Le dimanche 8 novembre 2020, l’OIF a établi 4 points de contrôle à l’entrée nord du village de Tuqu, aux entrées des villages de Husan et Nahalin, et dans la région d’Aqabat Hasnah menant à des villages à l’ouest de Bethléem.
  • Le lundi 9 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée ouest du village de Beit Fajjar, au sud de Bethléem.
  • Le mardi 10 novembre 2020, l’OIF a renforcé ses mesures au point de contrôle des conteneurs, à l’est de Bethléem, et a établi trois points de contrôle aux entrées du village de Jannatah et de Tuqu, dans la région d’Aqabat Hasnah, menant à des villages à l’ouest de Bethléem.

Ramallah:

  • Le vendredi 6 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée nord du village de Birzeit, au nord de Ramallah.
  • Le samedi 07 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle sous le pont du village d’Atara, au nord de Ramallah.
  • Le dimanche 8 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée du village de Beitin, à l’est de Ramallah.
  • Le lundi 9 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée du village de Nabi Salih, au nord-ouest de Ramallah.

Tubas:

  • Le dimanche 08 novembre 2020, l’OIF stationnée au point de contrôle de Tayasir, à l’est de Tubas, au nord de la Cisjordanie, a renforcé ses mesures militaires, entravé le mouvement de circulation et vérifié les cartes d’identité des civils.

Jericho:

  • Le samedi 07 novembre 2020, l’OIF a établi 3checkpoints à l’entrée nord de Jéricho, entrée sud de Jéricho, et la route reliant Jéricho et Ramallah.
  • Le dimanche 08 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée sud de Jéricho.

Naplouse:

  • Le jeudi 05 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée du village de Beit Furik, à l’est de Naplouse.
  • Le vendredi 06 novembre 2020, l’OIF a renforcé ses mesures à l’entrée de beit Furik villahe, à l’ouest de Naplouse, et fermé la porte établie à l’entrée susmentionnée et l’a rouverte plus tard.
  • Le lundi 9 novembre 2020, l’OIF a renforcé ses mesures au poste de contrôle de Beit Furik, à l’est de Naplouse.

Jénine:

  • Le dimanche 8 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée du village de Ti’inik.
  • Le lundi 9 novembre 2020, l’OIF a renforcé ses mesures au poste de contrôle de Beit Furik, à l’est de Naplouse.

Hébron:

  • Le jeudi 02 novembre 2020, l’OIF a établi deux postes de contrôle au camp de réfugiés d’al-Aroub et au village de Surif.
  • Le vendredi 6 novembre 202, l’OIF a établi 4 points de contrôle aux villages de : l’entrée sud d’Hébron, Sa’ir, Beit Einun et Beit Awwa.
  • Le samedi 7 novembre 2020, l’OIF a établi 4 points de contrôle dans les villages de Kharsa et Beit Awwa, l’entrée sud d’Hébron et le village de Beit Ummar.
  • Le dimanche 08 novembre 2020, l’OIF a établi 5 points de contrôle à l’entrée ouest des villages d’Hébron, d’Idhna, de Bani Na’im, d’ad-Dhahiriya et de Beit Kahel.
  • Le lundi 09 novembre 2020, l’OIF a établi deux points de contrôle aux entrées des villages de Beit ‘Amra et d’Idhna.
  • Le mercredi 11 novembre 2020, l’OIF a établi 4 points de contrôle aux entrées du camp de réfugiés d’al-Fawar, des villages de Sa’ir, Ash-Shuyukh et Idhna.

Qalqilya:

  • Le jeudi 05 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée du village d’Izbat at-Tabib, à l’est de Qalqilya.
  • Le vendredi 6 novembre 2020, l’OIF a établi 3 points de contrôle aux entrées du village d’Izbat at-Tabib, du village d’Azzun et de l’entrée est de Qalqilya.
  • Le dimanche 8 novembre 2020, l’OIF a établi un point de contrôle à l’entrée du village de Jit, au nord de Qalqilya.
  • Le lundi 9 novembre 2020, l’OIF a établi deux points de contrôle aux entrées du village de Jit, au nord de Qalqilya, entrée est de Qalqilya.

Tulkarm:

  • Le samedi 07 novembre 2020, l’OIF a renforcé ses mesures au poste de contrôle d’Izbat Shufa, au sud-est de Tulkarm.

Salfit:

  • Le jeudi 05 novembre 2020, l’OIF a établi 4 points de contrôle aux entrées des villages de Deir Istiya, Deir Ballut, Hares et à l’entrée nord de Salfit.
  • Le samedi 07 novembre 2020, l’OIF a établi deux points de contrôle à l’entrée nord du village de Deir Istiya et à l’entrée nord de Salfit.
  • Le lundi 9 novembre 2020, une force israélienne a établi deux points de contrôle aux entrées des villages de Deir Ballut et Kafr ad-Dik, à l’ouest de Salfit.

Facebook Twitter Linkedin Messager Whatsapp Imprimer 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 novembre 2020 par dans APARTHEID, COLONIALISME, DROITS DEMOCRATIQUES, DROITS HUMAINS, GAZA, ISRAEL, Palestine.