NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Les assistants d’éducation en colère : Appel à la grève le 01décembre !

lundi, 30 novembre 2020

Le mardi 1er décembre 2020, aura lieu une journée nationale de grève des assistants d’éducation, AED. Les AED du Loiret seront mobiliséEs ce jour-là à 10H devant le rectorat d’Orléans.
En effet les AED sont majoritairement des jeunes et se retrouvent en première ligne pour faire face à la crise du Covid-19 dans les établissements. Or aucune reconnaissance, ni de l’Etat, ni du rectorat d’Orléans-Tours, ne leur est faite malgré la dégradation de leurs conditions de travail.
Au contraire, ils et elles ne touchent pas la prime Covid et une lettre de la rectrice d’Orléans-Tours adressée aux AED, le 17 septembre dernier, sous-entendait leur faire porter la responsabilité de la propagation du virus dans les établissements
A cela s’ajoute la précarité du métier d’AED. Un/e AED ne touche pas plus que le SMIC et ne peut exercer son métier plus de 6 ans, ce qui rend beaucoup de démarches, comme la recherche d’un logement, difficiles. De plus, aucun moyen de reconnaissance des compétences professionnelles n’est mis en place, empêchant d’évoluer professionnellement.
La fonction d’AED est une profession à part entière. C’est pour cela que nous soutenons la grève des AED du Loiret, ainsi que leurs revendications, à savoir :

Nous n’approuvons pas ce statut qui a remplacé depuis 2003 celui des Maîtres d’Internat et Surveillants d’Externat (MI-SE), mais nous ne renonçons pas à le faire modifier par la lutte.


Bien des points sont imprécis et ouvrent la porte à l’exploitation de ces personnels si les personnels n’interviennent pas au niveau des établissements.
Tous les abus sont possibles : pléthore de missions, contrats de très courte durée, sanctions, pressions, licenciements abusifs…
En 2008, le décret 2008-316 du 04 avril 2008 et la circulaire 2008-108 du 21 août 2008 ont modifié certaines conditions de recrutement et d’emploi des AED et AP.
Depuis la rentrée 2014, le décret 2014-724 du 27 juin 2014 a créé un article 7 bis au décret 2003-484 du 6 juin 2003, fixant les conditions de recrutement et d’emploi des assistants d’éducation, précisant que le contrat de l’assistant d’éducation peut être suspendu avec son accord pour lui permettre d’être recruté temporairement en qualité de professeur ou de personnel d’éducation contractuel. Bien évidemment, tout cela sans aucune formation préalable !
Nous continuons à réclamer un bilan ministériel ou national pour améliorer les conditions de travail et de rémunérations de ces personnels.

Depuis des années, nous faisons le même constat :
 aucune réflexion sur les missions, les conditions d’emploi et de formation, les perspectives d’avenir,
 aucun état des lieux précis selon les écoles ou les établissements scolaires,
 une simple adaptation aux besoins ponctuels,
 et des droits peu connus et souvent bafoués…L’augmentation du nombre d’AED dans les établissements
L’amélioration des conditions de travail

 Ils font partie des personnels en première ligne dans la crise sanitaire et ils dénoncent le manque de reconnaissance de l’État. Personnel incontournable pour le bon fonctionnement des établissements scolaires, les AED revendiquent de meilleures conditions de travail, une augmentation de moyens et la déprécarisation de leur métier. L’action est soutenue par CGT, SNES, SNALC, SUD éducation et bien sûr le NPA Loiret

(ci-dessous communiqué du collectif AED du Loiret)

Appel à une journée nationale de grève des assistants d’éducation (AED) mardi 1er décembre 2020

A l’initiative du collectif d’AED des Bouches du Rhône, un appel à une journée nationale de grève des assistants d’éducation (AED) a été lancé pour le mardi 1er décembre 2020

Un rassemblement aura lieu le 1er décembre (jour de grève nationale des assistants d’éducation) à 10h00 devant le rectorat à Orléans..

Cet appel à la grève est relayé par de nombreux collectif d’AED sur tout le territoire. Le collectif « AED 45 » qui vient de se former dans le département appelle l’ensemble des AED à se mobiliser et à se mettre en grève le 1er décembre.

 Depuis le début de l’épidémie, les AED se retrouvent en première ligne pour faire face à la crise dans les établissements. Les conditions de travail ont empiré et les AED, du fait de la spécificité de leurs missions, sont les personnels les plus exposés aux risques de contamination. Avec une charge de travail accrue et sans moyens supplémentaires, les équipes sont épuisées.

Dans le Loiret, nous n’oublions pas non plus le courrier adressé par la rectrice de l’académie Orléans-Tours le 17 septembre dernier aux AED qui entendait leur faire porter la responsabilité de la propagation du virus dans les établissements.

La crise sanitaire ne fait qu’exacerber un malaise bien plus profond. Précarisés, mal-payés, déconsidérés et dépourvus de moyens : les AED sont les grands oubliés de l’Education nationale.

Cette situation ne peut plus durer. Le 1er décembre, comme partout en France, les AED du Loiret seront en grève pour sortir de la précarité et exiger des conditions de travail et des salaires décents. Face au mépris dont nous faisons l’objet, nous répondons par la mobilisation.

Le collectif AED 45
Collectifaed45@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 novembre 2020 par dans anticapitalisme, EDUCATION NATIONALE, EFFECTIFS, FRANCE, LOIRET.