NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Aides à domicile en grève dans le Loir-et-Cher : « C’est un métier de misère »

Depuis le 21 décembre 2020, Ana Fernandes et ses collègues, aides à domicile en milieu rural, salariées de l’ADMR 41, sont en grève pour exiger une meilleure rémunération et une meilleure prise en compte de la réalité de leur métier. Entretien.

Est-ce que vous pouvez décrire votre métier, et expliquer dans quelles conditions vous l’exercez ?

On l’exerce très difficilement, et avec de très mauvaises conditions de travail. Pour faire ce travail, il faut l’aimer, parce que les conditions d’exercice sont très dégradées. Nous sommes souvent obligées de travailler avec ce que nous trouvons au domicile des personnes que nous aidons. Comme il s’agit de domiciles privés, l’ADMR ne peut pas forcément imposer aux bénéficiaires certains achats. C’est notamment pour cela qu’il y a beaucoup d’accidents de travail : chez les bénéficiaires dépendant-es, on n’a pas toujours le matériel nécessaire pour assurer le couchage, le levage, le transfert vers les toilettes ou la douche dans de bonnes conditions.

On a souvent des amplitudes de douze heures : on commence à 7h le matin et on finit à 19h le soir. Certaines collègues commencent plus tard, mais terminent très tard le soir, jusqu’à 21h. Il faut bien comprendre que ce ne sont pas des heures en continu, on a des journées morcelées.

Certaines d’entre nous ont près d’une demi-heure de trajet entre le domicile d’une bénéficiaire et d’un autre. C’est l’une des arnaques que nous fait subir notre direction. Si l’on pointe en arrivant chez une bénéficiaire plus d’une demi-heure après avoir quitté le domicile précédent, ce temps n’est pas rémunéré. Alors que ce temps est normalement considéré comme du temps de travail. La direction considère que, si le temps de trajet est supérieur à trente minutes, c’est que la salariée en a profité pour faire autre chose. Dans ce cas-là, l’indemnité kilométrique n’est pas versée non plus. Cela conduit beaucoup de salariées à mettre le pied sur l’accélérateur, pour arriver dans les temps. Ça, c’est inadmissible. D’autres salariées ne sont même pas informées de ces modalités de calcul de la rémunération des temps de trajet. Quand on vous embauche, on ne vous prévient pas.

Comment s’effectue le pointage ?

On pointe sur le téléphone fixe des bénéficiaires. Nous avons un numéro en 0800, relié à un logiciel du conseil départemental, qui comptabilise notre temps à la minute. On appelle ce numéro à l’arrivée et au départ, et on a chacune un code personnel à renseigner. Ils savent ainsi à quelle heure vous arrivez et vous partez.

Le degré de dépendance des bénéficiaires est-il bien pris en compte pour le calcul de vos temps d’intervention ?

Pas dans tous les dossiers. Quand l’état et l’autonomie des personnes se dégrade, c’est à nous d’alerter. Mais le temps que la situation de la personne soit revue par les services du conseil départemental, et que l’aide à laquelle la personne a droit soit revue à la hausse, il faut bien faire le travail, et si l’on ne veut pas bâcler, on est bien obligées de dépasser le temps d’intervention prévu. Forcément, cela décale notre journée de travail.

On est toutes en temps partiel subi.

On est toutes en temps partiel subi, il y a très peu de temps plein. C’est l’une de nos revendications, que les salariées qui le souhaitent puissent avoir des contrats à temps plein, ou que la direction augmente les contrats d’heures. Notre convention collective est très défavorable, et s’appuie notamment sur la modulation annuelle [1]. Cela signifie qu’on est payées à la hauteur de notre contrat d’heures, qu’on en fasse plus ou moins dans le mois. En ce qui me concerne, j’ai un contrat de 104 heures. Si je ne fais pas mes heures, j’aurais quand même 104 heures payées à la fin du mois. Mais si je dépasse, mes heures supplémentaires ne me sont pas payées à la fin du mois, elles sont entrées dans un compteur d’heures qui va permettre la fameuse modulation.

Normalement, ce système permet, en cas d’hospitalisation d’un·e bénéficiaire, que la salariée qui intervient chez cette personne ne voie pas son salaire diminuer. Mais cette modulation est utilisée pour ne pas rémunérer les heures supplémentaires. La plupart du temps, en fin d’année, la direction allège les plannings des salariées qui ont trop d’heures supplémentaires à leur compteur, pour ne pas avoir à leur rémunérer le solde, qui fait l’objet d’une majoration ridicule. Ces salariées se retrouvent avec des journées de repos imposées, ou se voient retirer des interventions. Alors que si l’on fait des heures supplémentaires, c’est bien le signe que certains contrats pourraient être revus à la hausse. Mais justement, ils ne le sont pas. La convention collective, et l’analyse qu’en fait la direction, permet ce système d’exploitation ; normalement, la modulation ne peut dépasser un tiers des heures supplémentaires, mais on est bien au-delà.

Vous avez une idée de la durée moyenne des contrats de travail, et des rémunérations qui vont avec ?

Les plus petits contrats démarrent à 70h par mois ; il n’est pas possible d’aller en-dessous. ça peut aller jusqu’à 130h par mois, il est rare que ça aille au-delà. Une salariée a obtenu un contrat de 140h par mois, mais c’est très rare. On est payées au SMIC, à 8,11 euros nets de l’heure, donc un contrat de 70h correspond à 567 euros nets par mois. Encore une fois, à cause de la modulation, les heures supplémentaires que nous sommes amenées à faire ne nous sont pas payées à la fin du mois. Ces heures vont simplement alimenter le compteur d’heures, et il suffit qu’un bénéficiaire soit hospitalisé pour que ces heures s’envolent. Et si la direction préfère embaucher à temps partiel, c’est aussi parce qu’en cas d’arrêt de travail, les heures de la salariée arrêtée peuvent être refilées à une autre. On est à leur disposition. Ils se moquent de savoir que certaines salariés, à la fin du mois, n’y arrivent pas.

On est toutes payées au SMIC, même celles qui ont vingt ans de boîte.

Malgré les nombreuses compétences requises par votre métier, vous êtes toutes payées au SMIC ?

Oui, on est toutes payées au SMIC, même celles qui ont vingt ans de boîte. Il n’y a aucune reconnaissance de l’ancienneté. C’est lié au fait que la convention collective prévoit des rémunérations inférieures au SMIC. La prise en compte de l’ancienneté prévue par la convention collective permet juste de rattraper le SMIC… C’est incroyable, de rester vingt ans dans une boîte et de n’avoir aucune reconnaissance. Malheureusement, on n’est pas les seules, il y en a bien d’autres… mais on est un métier qui n’est pas du tout reconnu au niveau des salaires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :