NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Grande Bretagne à propos de la Journée d’action au Mouvement pro-démocratie !

4 avril 2021 Neil Faulkner

Avec des manifestations dans une cinquantaine de villes à travers la Grande-Bretagne, souvent un millier ou plus forte, la campagne Kill the Bill a un élan. La principale démo de Londres a impliqué au moins 10.000. Extrêmement jeune et très diversifiée, elle était dirigée par des femmes noires et blanches.

Mais cela ne peut être le début que si nous voulons défaire le projet de loi. Des démonstrations de 10 000 personnes n’arrêteront pas la campagne des Tory vers un État policier. Bien qu’il soit bloqué par les protestations des trois dernières semaines, le plan conservateur prévoit presque certainement que le projet de loi reprendra son adoption par le Parlement une fois la série de protestations en cours terminée. Ils ont un programme à long terme. Ils n’abandonneront pas facilement.

Le projet de loi sur la police, la criminalité, la détermination de la peine et les tribunaux est une planche cruciale dans l’architecture d’un État policier émergent. Il permettrait à la police de déclarer illégale toute manifestation planifiée, exposant les organisateurs et les participants à des arrestations, des amendes, voire des peines d’emprisonnement.

Cela comprendra tout type de protestation efficace – « perturbatrice » dans les tory-speak. Occuper une bibliothèque pour empêcher sa fermeture. Empêcher les huissiers de procéder à une expulsion. Bloquer un fast-food solidaire des grévistes. Blocage d’un pont pour protester contre la pollution par le carbone. Tenue d’un rassemblement en plein air devant le Parlement. Marcher sur la ville contre les profiteurs d’ateliers clandestins. Perturber une foire aux armes. Tout ce qui est considéré comme « perturbateur » de la machine d’entreprise, la machine à carbone, ou la machine militaire. Il doit être « business as usual » pour le capitalisme, avec la marche occasionnelle A-to-B sur une route prescrite avant un ordre de la police de se disperser comme libéral window-dressing.

Mais le projet de loi n’est qu’une partie d’une attaque plus large et à long terme. Il comprend les lois antisyndicale adoptées pour la première fois sous Thatcher dans les années 1980, qui font qu’il est illégal pour tout syndicat de faire reculer l’action spontanée des membres. Il comprend l’escalade des niveaux de surveillance de l’État, des caméras à chaque coin de rue à l’espionnage à l’échelle industrielle sur les téléphones mobiles et le trafic Internet. Elle inclut la militarisation et la violence croissantes de la police.

C’est une tendance mondiale. L’attaque contre la démocratie s’étend depuis les camps de concentration ouïghours de la dictature chinoise jusqu’à la répression du mouvement pro-démocratie de Hong Kong jusqu’au mur frontalier de Donald Trump, à l’incarcération massive de migrants et à la répression policière violente contre les manifestants du BLM. La démocratie dans le monde entier est attaquée par des régimes autoritaires et des policiers militarisés.

La montée de l’État policier néolibéral

Qu’est-ce que c’est que ça ? Pourquoi passer des formes politiques les plus consensuelles qui prédominaient il y a un demi-siècle à l’augmentation de la répression étatique aujourd’hui ?

Il y a deux raisons principales. Le premier est l’effondrement du pouvoir syndical et de la politique de masse, réformiste et sociale-démocrate qui s’en est fondée. La démocratie, en fin de compte, dépend de puissantes organisations de la majorité – de la classe ouvrière et des opprimés – capables de faire progresser et de défendre les libertés démocratiques.

Aucune classe dirigeante n’accorde jamais la démocratie comme une faveur. La liberté n’est jamais donnée : elle doit être prise. Lorsque les travailleurs s’organisent, se mobilisent et se battent, ils peuvent gagner le droit de grève, de se rencontrer, de publier, de voter, d’avoir une voix, de créer un espace d’expression de soi et d’auto-activité.

Mais c’est une menace pour les riches et les entreprises. Ils sont peu nombreux et nous sommes nombreux. Plus il y a de démocratie, plus la classe ouvrière et les opprimés deviennent forts. Ainsi, la lutte pour la démocratie se poursuit tant que la société de classe existe : ils essaient toujours de la restreindre, nous nous battons toujours pour l’élargir. Ils sont à l’offensive maintenant, cherchant à fermer la démocratie, à créer des États policiers, parce qu’ils estiment qu’ils ont le pouvoir de le faire.

Mais il y a un deuxième facteur. Le système capitaliste signifie une crise sociale et écologique croissante. Des milliards de personnes sont touchées par les conséquences – chômage, emplois fictifs, pauvreté, logement inabordable, hausse des prix, baisse des prestations et des pensions, listes d’attente dans les hôpitaux, frais d’études, manque de soins sociaux, violence masculine, racisme policier, homophobie et transphobie, et bien plus encore. La vie ne cesse de s’aggraver pour l’écrasante majorité de l’humanité.

Cela signifie des explosions de révolte d’en bas. Depuis le krach bancaire de 2008, nous avons vu un soulèvement après l’autre, ville après ville, de pays en pays, partout dans le monde. Au cours des deux dernières années seulement, nous avons vu des mouvements pro-démocratie à Hong Kong, au Bélarus et au Myanmar, des mouvements féministes en Pologne, en Argentine et au Mexique, des grèves scolaires mondiales et des actions directes contre la pollution par le carbone, et un mouvement contre le racisme policier à partir des États-Unis qui s’est répandu dans le monde entier.

Ces soulèvements de masse contiennent les germes d’une menace mortelle pour l’ensemble de l’ordre social capitaliste, avec son viol de la planète, sa dévastation des communautés humaines, sa dynamique impitoyable de pillage et d’exploitation dans l’intérêt d’une petite classe de super-riches. Le système est déstabilisé par sa propre destruction sociale et écologique.

Le monde est donc de plus en plus polarisé. D’une part, les super-riches et les entreprises sont protégés par une classe politique corrompue, par une police de plus en plus militarisée, par des lois répressives, par des médias de masse conformes. D’autre part, il y a des éruptions répétées de protestation et de résistance qui pourraient commencer à fusionner dans un mouvement mondial pour le changement révolutionnaire.

Le combat de nos vies

Nous ne devrions pas nous leurrer. Il n’y aura pas de victoires faciles. Nous combattons une classe politique mariée au pouvoir des entreprises et à la répression de l’État. Nous faisons face à la police militarisée de l’État capitaliste. Nous menaceons les intérêts des 1%, des riches, des seigneurs du capital, des gens dont l’Etat a la richesse et le pouvoir de protéger.

Il faudra plus d’une semaine ou deux de démonstrations de taille moyenne, aussi idéalistes, militantes et déterminées par les jeunes manifestants à l’avant-garde. Nous allons devoir attirer des forces plus larges dans la bataille, les forces de masse de la classe ouvrière et les opprimés. Nous allons devoir transformer des dizaines de milliers en centaines de milliers. Nous allons avoir besoin de chiffres capables de vaincre la police, de prendre le contrôle des rues et de fermer les villes, si nous voulons sérieusement arrêter le projet de loi, écraser l’État embryonnaire de la police et ouvrir un espace beaucoup plus large pour la mobilisation démocratique et la résistance.

Nous avons besoin d’une campagne qui se prépare à ce qui suit:

  • Unité maximale du plus grand nombre possible de militants, d’organisations et de manifestants prêts à se battre pour la démocratie.
  • Une perspective à long terme, en prévision d’une lutte susceptible de durer des années et qui, doit viser à vaincre toutes les formes d’autoritarisme de l’État.
  • Une perspective internationaliste, avec l’intention de forger des liens avec la lutte pour la démocratie partout dans le monde.
  • Une lutte tous ajustait, sans compromis, sans recul, sans respect des lois injustes et du diktat de la police.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s