NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Orléans (Loiret) L’hôpital sous tension : « Le personnel est fatigué ou en congés et nous avons quarante postes vacants »

N’allez pas croire qu’au cœur de l’été, la situation est plus calme à l’hôpital. Au contraire : entre postes vacants, congés et activité élevée, c’est très délicat… Le manque de personnel et de lits oblige même l’hôpital d’Orléans à transférer des patients, Covid ou non.

Quand d’autres hôpitaux français font face à une hausse de malades du Covid, ce n’est pas le cas à Orléans. « Ça ne flambe pas », admet le directeur général, Olivier Boyer.

Actuellement, 12 patients sont pris en charge en soins critiques, soit un peu plus que la dizaine désormais « habituelle », et trois en médecine.

« Ce sont plutôt des personnes pas vaccinées et avec des comorbidités. On a eu quatre hospitalisations la semaine dernière. »

En soins critiques, « plutôt des non vaccinés »

Il est donc trop tôt pour parler de quatrième vague. Mais « le variant Delta galope plus vite. La réanimation sera moins sollicitée si tout le monde est vacciné », insiste-t-il.

À commencer par les soignants du CHR : 80 % d’entre eux ont reçu leurs deux doses.

« Tout le monde a été informé des contraintes qui pèsent à partir du 15 septembre (obligation vaccinale pour les soignants à cette date sous peine de sanctions). On ne m’a pas remonté d’exemple de personnel prêt à démissionner plutôt qu’à se faire vacciner. J’ai entendu ça à la télé mais je veux croire que ce ne sont que des propos de prétoires. »

Ce n’est pas tellement le Covid qui pose souci à Olivier Boyer, en ce moment.

« La situation est tendue. Le personnel est fatigué ou parti en congés et nous avons quarante postes vacants. Surtout des infirmières. »

Une vaste campagne de recrutement a été lancée. « On a recruté le plus de monde qu’on pouvait » à la sortie des écoles de paramédicaux mais il reste des postes à pourvoir.

Lits fermés, patients transférés

Par conséquent, « des lits ont été fermés pendant la période estivale.

En réanimation, la voilure aussi a été réduite : il ne reste qu’une place, là ». Si bien que six patients, Covid ou non, ont dû être transférés vers des hôpitaux de Montargis, Tours et Paris entre la fin de la semaine et ce week-end.

Ajoutez à cela que les urgences non-Covid sont également en tension.

Heureusement, le CHR a été « moins pénalisé » cet été au niveau du nombre d’internes. Ils seront même plus nombreux cette année (140) à venir effectuer des stages dans les services de l’hôpital.

« C’est fondamental car les internes d’aujourd’hui sont les médecins de demain. Ils sont plutôt satisfaits si l’on en juge par les enquêtes menées auprès d’eux à chaque fin de semestre. »

Marie Guibal La République du Centre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s