NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

PALESTINE : Violations israéliennes des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé du 21 au  27 octobre 2021

  • Persécution et fin ensuite : Israël désigne 6 ONG palestiniennes pionnières comme terroristes
  • Les OIF tirent et blessent 7 Palestiniens en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée
  • Deux bateaux de pêche confisqués, le contenu d’un troisième détruit dans le sud de la mer de Gaza
  • 6 fusillades des FIF signalées contre des bateaux de pêche et deux fois sur des terres agricoles de la bande de Gaza
  • En 94 incursions des FIF en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée : 61 civils arrêtés, dont 7 enfants
  • L’occupation israélienne ratifie la décision de construire 3 144 unités de colonisation en Cisjordanie
  • Jérusalem-Est occupée : deux maisons auto-démolies, ainsi que des parties d’une troisième. Le rasage du cimetière des martyrs se poursuit.
  • Les FIF démolissent 4 magasins à Ramallah, démantèlent une salle de classe dans les vallées du Jourdain ; 7 avis de cessation de construction signifiés à Hébron
  • Attaques de colons : des civils palestiniens blessés et des véhicules endommagés lors de l’attaque de colons contre des agriculteurs récoltant des oliviers à Ramallah.
  • Les OIF ont établi 37 points de contrôle militaires temporaires en Cisjordanie et arrêté 3 Palestiniens sur ces points de contrôle.

Résumé

Les forces d’occupation israéliennes (FIF) ont continué de commettre des crimes et des violations à plusieurs niveaux contre les civils palestiniens et leurs biens, y compris des raids dans les villes palestiniennes qui se caractérisent par un usage excessif de la force, des agressions, des abus et des attaques contre des civils, transformant la Cisjordanie en blocs de terre isolés. Cette semaine, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a désigné six organisations pionnières de la société civile palestinienne comme des organisations terroristes, prétendument pour des affiliations au Front populaire de libération de la Palestine, visant à libérer la Palestine et à abolir l’État d’Israël. C’est un stratagème évident pour réduire au silence et mettre fin à ces organisations de premier plan, qui dénoncent les crimes de l’occupation, visent à les poursuivre devant la justice internationale et soutiennent la résilience du peuple palestinien.

Les travaux d’expansion des colonies israéliennes se sont poursuivis sur les terres et les propriétés palestiniennes. Pendant ce temps, la bande de Gaza entre dans sa 15e année sous bouclage, exacerbant les difficultés humanitaires à travers le territoire.

Persécution des organisations de la société civile palestinienne et des défenseurs des droits de l’homme

Les autorités d’occupation israéliennes ont désigné six organisations pionnières de la société civile palestinienne comme des organisations terroristes, prétendument pour des affiliations au Front populaire de libération de la Palestine, visant à libérer la Palestine et à abolir l’État d’Israël.

Selon la décision israélienne, l’Union des comités de femmes palestiniennes, l’Association addameer de soutien aux prisonniers et des droits de l’homme, Al-Haq, le Centre bisan pour la recherche et le développement, Defense for Children International – Palestine et l’Union des comités de travail agricole sont tous des organisations terroristes basées sur des informations fournies par NGO Monitor, une organisation de droite connue pour être anti-palestinienne.

Ces organisations sont bien connues, chacune pionnière dans son domaine avec des réalisations significatives au cours de leurs décennies de travail dans le territoire palestinien occupé. Le Centre palestinien pour les droits de l’homme condamne avec la plus grande fermeté la décision israélienne et affirme qu’il s’agit d’un stratagème évident pour réduire au silence et mettre fin à ces organisations de premier plan, qui dénoncent les crimes de l’occupation, visent à les poursuivre devant la justice internationale et soutiennent la résilience du peuple palestinien. Le PCHR avertit que la décision israélienne est une tentative de fournir une couverture juridique à la persécution de ces organisations, de cibler leur personnel et de les liquider.

Fusillade de l’OIF et violation du droit à l’intégrité corporelle :

Les FIF ont tiré et blessé 7 civils dans un usage excessif de la force en Cisjordanie : 3 blessés dans l’assaut des FIF contre kafr Qaddum, Qalqilya ; 2 autres alors que les FIF protégeaient un groupe de colons attaquant des agriculteurs à Ramallah; 1 blessé à Bidu; et un autre lors de l’incursion des FIF à Yabad, Jénine.

Dans la bande de Gaza, les FIF ont confisqué 2 chaloupes et détruit le contenu d’une troisième en mer. Le PCHR a documenté 6 tirs des FIF sur des bateaux de pêche dans la mer de Gaza, et deux autres sur des terres agricoles dans l’est de Gaza.

Incursions des FIF et arrestations de civils palestiniens : Les OIF ont effectué 94 incursions en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée. Ces incursions comprenaient des raids sur des maisons civiles et des fusillades, attisant la peur parmi les civils et attaquant beaucoup d’entre eux. Au cours des incursions de cette semaine, 61 Palestiniens ont été arrêtés, dont 7 enfants.

Dans la bande de Gaza, les FIF ont mené une incursion limitée dans l’est du Khan Younis.

Démolitions:

Le PCHR a documenté 9 incidents :

  • Jérusalem-Est occupée : 2 Palestiniens forcés de démolir leurs maisons ; une autre famille forcée de détruire un étage entier de leur maison à Wadi Joz. Les rasages et les démolitions se poursuivent dans le cimetière d’al-Shuhadaa à Bab al Asbat.
  • Hébron: avis de cessation de construction signifié contre une maison, un puits d’eau et une bergerie. Tente de sit-in démolie dans l’est de Yatta. Quatre maisons reçoivent des avis de cessation de construction dans l’ouest de l’Ethna.
  • Tubas : salles de classe démantelées à al-Maleh dans les vallées du Jourdain.
  • Ramallah : 4 magasins détruits à Dayr Qadis.

Attaques de colons : 

  • Ramallah: deux agriculteurs agressés lors de la récolte des olives à Turmus Ayya; un véhicule incendié et les pneus de trois autres véhicules crevés.
  • Salfit : un berger agressé et une tentative de vol de ses moutons à Jabel Natif
  • Bethléem: 25 plants d’oliviers déracinés dans le sud d’al-Masara.

Politique de bouclage israélienne et restrictions à la liberté de circulation :

Les autorités d’occupation israéliennes ont continué d’interdire l’entrée de dizaines de marchandises, y compris de matériaux de construction, dans le cadre de mesures de punition collective contre la bande de Gaza alors que le bouclage israélien imposé au territoire entrait dans ses 15ième année, sans fin en vue qui satisferait le droit des Palestiniens à jouir de leurs droits économiques, sociaux et culturels.

Pendant ce temps, les FIF ont continué à diviser la Cisjordanie en cantons séparés avec des routes clés bloquées par l’occupation israélienne depuis la deuxième Intifada de 2000 – toujours fermés à cette date – et avec des points de contrôle temporaires et permanents, où la circulation des civils est restreinte, et ils sont susceptibles d’être arrêtés, en particulier au passage frontalier d’al-Karama, le long de la frontière palestino-jordanienne.

Attaques contre des organisations de la société civile et des défenseurs des droits humains

Le vendredi 22 octobre 2021, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a désigné six organisations pionnières de la société civile palestinienne comme organisations terroristes. Selon la décision israélienne, l’Union des comités de femmes palestiniennes, l’Association addameer de soutien aux prisonniers et des droits de l’homme, Al-Haq, le Centre bisan pour la recherche et le développement, Defense for Children International – Palestine et l’Union des comités de travail agricole sont tous des organisations terroristes, affiliées à la direction du FPLP qui vise à détruire Israël et à libérer la Palestine. La décision a également affirmé que ces organisations sont dirigées et exploitées par des dirigeants et des militants du FPLP.

Selon les allégations israéliennes, la désignation était le résultat d’une collaboration entre le Shin Bet israélien et le Bureau national de lutte contre le financement du terrorisme d’Israël qui a commencé au début de cette année.

Fusillade et autres violations du droit à la vie et à l’intégrité corporelle

  • Vers 12 h 30 le vendredi 22 octobre 2021, les OIF stationnées à l’entrée nord du village de Kafr Qaddum, au nord de Qalqilya, ont réprimé une manifestation pacifique menée par des dizaines de Palestiniens. Les FIF ont pourchassé les manifestants et se sont affrontés avec eux; Les OIF ont tiré des balles, des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes. En conséquence, 2 Palestiniens ont été blessés par balle aux extrémités et 1 dans le dos.
  • Vers 15h00 vendredi, des dizaines de Palestiniens se sont rassemblés près du village de Bidu, dans le nord-ouest de Jérusalem-Est occupée, et ont jeté des pierres sur les OIF et leurs véhicules militaires pour protester contre la détention par les FIF des corps de trois Palestiniens du village qui ont été tués par les FIF il y a un mois. Immédiatement, les FIF ont tiré des balles recouvertes de caoutchouc et des grenades lacrymogènes sur les manifestants, blessant Ahmed J. Abdulqaher (21 ans) avec une balle en caoutchouc dans le dos. Il a été emmené au complexe médical palestinien pour y être soigné.
  • Vers 17h00, les FIF ont attaqué la marche hebdomadaire dans le quartier de Sheikh Jarrah contre les activités d’expansion des colonies. Les participants ont été agressés physiquement, en particulier après avoir tenté de hisser le drapeau palestinien. Mohammed Kh. Abulhomes (55 ans), un militant, a été jeté au sol, frappé à coups de pied et battu, ainsi que Nafisa Khwaiseh, une femme âgée, et Iyad Sab-el-laban, qui a été convoqué à un interrogatoire pour avoir refusé de rendre son téléphone portable et pour avoir permis à son fils de tenir le drapeau palestinien.
  • Vers 18h00, une force conjointe de sécurité et de renseignement israélienne soutenue par un hélicoptère a attaqué la maison de Raed Syam à Jabel Mukaber, jérusalem-Est occupée au sud-est. Ils ont saccagé la maison et agressé tous les résidents. Ils se sont retirés après avoir arrêté 4 membres de la famille.

Raed Syam a déclaré que vers 17h30, une réunion de réconciliation était prévue entre sa famille et ses voisins de la région. Alors que plus de 20 personnes étaient rassemblées dans la cour de la maison, elles ont été choquées de voir les forces israéliennes attaquer la région. Les FIF ont brisé la porte d’entrée et, en quelques instants, des dizaines de soldats israéliens ont encerclé la maison et agressé tous ceux qui s’y trouvent, y compris les femmes, les enfants et les personnes âgées. IOF les a utilisés et leur a pulvérisé du gaz poivré. Ils ont forcé tout le monde à prendre le sol afin de couvrir les forces de renseignement israéliennes alors qu’ils faisaient irruption dans la maison. Ils ont saccagé la maison, ont abattu des unités de climatisation pour les fouiller et ont fouillé chacun des véhicules garés devant la maison.

Syam a souligné qu’il avait demandé aux soldats de lui montrer un mandat de perquisition, mais ils ont refusé, l’ont agressé et ont menacé de lui tirer dessus. Ils lui ont crié dessus, exigeant qu’il présente son passeport palestinien, mais il a nié avoir des documents d’identité délivrés par les autorités palestiniennes. Ils ont fouillé dans ses dossiers personnels. Syam a déclaré que les FIF avaient agressé son cousin, Alaa, qui avait récemment subi une chirurgie rénale critique malgré leurs supplications pour qu’ils arrêtent; les soldats s’en fichaient et continuaient à le battre plus intensément en disait : « Laissez-le mourir ».

Syam a mentionné que les FIF ont agressé les femmes qui priaient à l’intérieur de la maison avant de les pousser de force et de les mettre au sol. Les OIF ont arrêté Ibrahim M. Syam (72 ans), Ibrahim R. Syam (26 ans), Alaa A. Syam (42 ans), Omar A. Syam (30 ans). Ils ont été interrogés pendant plusieurs heures avant d’être autorisés à être autorisés. Toutes les personnes arrêtées ont subi des ecchymoses et des coupures au visage et au corps entier; aucun traitement médical n’a été fourni.

  • Vers 20h00, les FIF se sont déplacées sur la route menant au camp de réfugiés d’al-Fawwar à Hébron et stationnées près de son entrée. Des dizaines de jeunes Palestiniens se sont rassemblés et ont jeté des pierres sur les véhicules militaires. Les soldats se sont déployés dans la région, ont tiré des grenades assourdissantes, des bombes lacrymogènes et des balles recouvertes de caoutchouc sur les lanceurs de pierres, les faisant suffoquer. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 23h00. Aucune arrestation n’a été signalée.
  • Vers 21 h 30, des canonnières des FIF dans le nord de la mer de Gaza ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 3 milles marins, leur ont pompé de l’eau et ont ouvert un feu nourri sur eux, suscitant la peur parmi les pêcheurs et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 23 h 30, le samedi 23 octobre 2021, des canonnières des FIF dans le nord de la mer de Gaza ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 3 milles marins, leur ont pompé de l’eau et ont ouvert un feu nourri sur eux, suscitant la peur parmi les pêcheurs et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 8h30, les FIF stationnées le long de la zone frontalière de Gaza ont ouvert le feu dans l’est de Khan Younis sur des terres agricoles voisines. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 19 h 30, les FIF stationnées le long de la zone frontalière de Gaza ont ouvert le feu sporadiquement dans le nord de Beit Lahia sur des terres voisines. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 08h00 le dimanche 24 octobre 2021, des canonnières des FIF dans le nord de la mer de Gaza ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 3 milles marins et ont ouvert un feu nourri sur eux. L’attaque a eu raison à 11h00, suscitant la peur parmi les pêcheurs et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 05h30 le lundi 25 octobre 2021, des canonnières des FIF dans le nord de la mer de Gaza ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à 3 milles marins et ont ouvert un feu nourri sur eux. L’attaque s’est poursuivie de temps en temps jusqu’à 08h00, suscitant la peur parmi les pêcheurs et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 21h00, les OIF se sont installés à Yabad, dans le sud-ouest de Jénine; un groupe de Palestiniens s’est rassemblé et a jeté des pierres sur des véhicules militaires israéliens. Les FIF ont tiré des grenades lacrymogènes et des bombes sonorifs sur eux, ainsi que des balles recouvertes de caoutchouc. En conséquence, un homme palestinien a reçu une balle dans la cuisse gauche et a été transféré à l’hôpital pour y être soigné.
  • Vers 08h00 le mercredi 27 octobre 2021, des canonnières des FIF dans le sud de la mer de Gaza ont confisqué 2 chaloupes et les ont emmenées vers une destination inconnue. Les canonnières ont ouvert le feu dans la zone à un 3rd chaloupe et détruit son contenu.

Le Syndicat des pêcheurs de Rafah a déclaré que les forces navales israéliennes avaient confisqué deux chaloupes ancrées à 7 milles marins. La zone des bateaux utilisée à des fins d’éclairage contient chacune un générateur et au moins 25 lampes de poche. Les bateaux appartiennent à Mohammed Omar al-Bardawyl (35 ans) et Mohammed Adel al-Bardawyl (30 ans). Les OIF ont également tiré sur une autre chaloupe, détruisant deux générateurs et 26 lampes de poche, propriété de Mohammed Adel al-Bardawyl.

Incursions et arrestations

Jeudi 21 octobre 2021 :

  • Vers 1h00, les FOI ont arrêté Nour Ishaq Ghaith (20 ans), après avoir perquisitionné et fouillé son logement à Hébron.
  • À peu près au même moment, les FIF ont arrêté Tayseer Azmi Manasra (25 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village d’al-Dawha, à l’ouest de Betheem.
  • Vers 2h00, les OIF ont arrêté Hamza Mahmoud al-Wahsh (23 ans) et son frère, Mohannad (21 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leur maison à al-Khader, au sud-ouest de Bethléem.
  • Vers 4h00, les OIF ont arrêté (3) civils, dont un enfant, après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans le village de Bayt Fajar, au sud de Bethléem. Les personnes arrêtées sont Rabea’ Ahmed Taqateqa (17 ans), Mohammed Wajeeh Thawabtah (18 ans) et Yousef Mohammed Thawabtah (18 ans).
  • Vers 15h00, les FIF ont arrêté Omar Mo’amar Abu al-Hawa (24 ans), du quartier d’al-Tur, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, alors qu’il était présent dans le quartier de Bab al-Amud, dans la ville.
  • Vers 19 h 30, les FIF ont arrêté (3) civils du village d’al-Isawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée, alors qu’ils étaient présents près de l’entrée du village d’al-Eizariya, à l’est de Jérusalem. Les personnes arrêtées sont Omar Marwan Obaid (23 ans), Mohammed Ayman Obaid (22 ans) et Mohammed Fo’ad Abu Rajab (18 ans).
  • Vers 22 h 30, les FIF ont arrêté Abdullah Abu Romouz (23 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le quartier d’al-Tur, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est.
  • Les OIF ont effectué (2) incursions dans les villages de Dura et Samu à Hébron. Aucune arrestation n’a été signalée.

Vendredi 22 octobre 2021 :

  • Vers 16h00, les FIF ont arrêté No’man Naser et Saleem Ayed après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons à Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est.

Samedi 23 octobre 2021 :

  • Vers 1h00, les FIF ont arrêté Mo’tasem Faraj Obaido (20 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à Hébron.
  • Vers 2 h 30, les FIF ont arrêté Na’el Riyad Omar (47 ans) et son fils, Saher (20 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leur maison dans le village de Far’un, à l’est de Tulkarem.
  • Vers 16h00, les FIF ont arrêté Naseer Ya’qoub Jaradat (26 ans), après l’avoir arrêté à un poste de contrôle militaire temporaire établi à l’entrée du village de Beit Einun, au nord d’Hébron.
  • Les OIF ont effectué (4) incursions dans les villages de Shuyukh, Yatta, Dayr Samet et Idhna à Hébron. Aucune arrestation n’a été signalée.

Dimanche 24 octobre 2021 :

  • Vers 2h30, les FIF ont arrêté Nader Ramzi Zahida (25 ans), après avoir perquisitionné et fouillé son logement à Hébron.
  • Vers 6h00, les FIF ont arrêté (3) civils après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons à Husan, à l’ouest de Bethléem. Les personnes arrêtées sont : Qassam Ramzi ‘Amira (18 ans), Qusai Adli Hamamera (22 ans) et Mohammed Ra’ouf Abu Yabis (22 ans).
  • Vers 17 h 30, les FIF ont arrêté Mohammed Mahmoud Owda (13 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à Silwan, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est.
  • Vers 20h00, les FIF ont arrêté Na’el Rebhi Taqateqa (15 ans), après avoir fait référence au centre d’enquête « Gush Etzion », au sud de Bethléem, sur une convocation préalable.
  • Vers 21 h 40, les FIF ont arrêté Yasser Arafat Shuqair (11 ans) et Yazan Na’eem Qadous (10 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans le village d’al-Zawiya, à l’ouest de Salfit.

Lundi 25 octobre 2021 :

  • Vers 2h00, les FIF ont arrêté (3) civils après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Les personnes arrêtées sont : Amir Adnan al-Karaki (22 ans), Yehya Ziyad Sharaf (20 ans) et Saif Ibrahim Samrin (20 ans).
  • Vers 2 h 15, les FIF ont arrêté Abdul Baset Mohammed Mo’tan (48 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à al-Bireh, au nord du gouvernorat de Ramallah. Il convient de noter que Mo’tan est un ancien prisonnier qui reçoit un traitement contre le cancer et a besoin d’un suivi médical.
  • Vers 4h00, les FIF ont arrêté Anas Adnan Hamarsha (21 ans) et Mus’ab Belal Hirzallah (22 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons à Ya’bad, au sud-ouest du gouvernorat de Jénine.
  • Vers 4h10, les FIF ont arrêté (3) civils après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons à Beita, au sud-est du gouvernorat de Naplouse. Les personnes arrêtées sont : Eyad Diab Shamsah (29 ans), Salah Salama Shamsah (33 ans) et Yehya Mohammed Diab (21 ans).
  • Vers 7h00, les FIF renforcées par plusieurs véhicules militaires se sont déplacées de dizaines de mètres à l’est du village d’al-Fukhari, au sud-est de Khan Yunis. Ils ont nivelé et peigné les terres adjacentes à la clôture frontalière, se dirigeant vers le sud, avant de se déployer à nouveau à l’intérieur de la clôture frontalière.
  • À peu près au même moment, les FIF ont arrêté Ahmed Salah Abu ‘Azab (26 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le camp de réfugiés d’al-‘Am’ari, au sud-est d’al-Bireh, au nord du gouvernorat de Ramallah.
  • Vers 13h00, les FIF ont arrêté Khaled Fawwaz Salah (30 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village d’al-Khader, au sud-ouest de Bethléem.
  • Vers 18h00, les services de renseignement israéliens ont arrêté Abdul Rahman Bkairat, directeur de l’école Zaid Bin Thabit pour la mémorisation du Coran, après avoir fait référence au centre d’enquête al-Maskobiya à Jérusalem-Ouest, sur une convocation antérieure.
  • Vers 22h00, les FIF ont arrêté Murad Sami Asakra, après avoir arrêté et fouillé son véhicule à un poste de contrôle militaire temporaire établi à l’entrée du village de Teqoa, à l’est de Bethléem.
  • Les OIF ont effectué une incursion dans le village d’Azzun Atme, au sud de Qalqilya. Aucune arrestation n’a été signalée.

Mardi 26 octobre 2021 :

  • Vers 1h00, les FIF ont arrêté Ibrahim Munir Arafa (29 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le camp de réfugiés de Dheisha, au sud-ouest de Bethléem.
  • À peu près au même moment, les FIF ont arrêté Suhaib Mohammed al-Qawasmah (23 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à Hébron.
  • À peu près au même moment, les FNI ont arrêté Montaser Yousef Abu Ayyash (33 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison à Beit Ummar, au nord d’Hébron.
  • Vers 2h00, les FIF ont arrêté Mohye Ayman al-Shirwana (24 ans) et Hazem Husain al-Shirwana (25 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons à Dura, au sud-ouest d’Hébron.
  • Vers 13h00, les FIF ont arrêté Ehab Rakiz Huweity (27 ans), du gouvernorat de Tulkarem, alors qu’il passait par le poste de contrôle militaire d’al-Container, à l’est de Bethléem. Il convient de noter qu’al-Huweity a eu un accident de la route il y a 20 jours et qu’il se rendait à l’hôpital gouvernemental de Beit Jala pour terminer son traitement.
  • Vers 18h00, les FIF ont perquisitionné et fouillé un supermarché appartenant à la famille Ghawadera, à ‘Arraba, au sud-ouest du gouvernorat de Jénine, et ont arrêté Alaa Hisham Ghawadera (20 ans), du village de Mirka.
  • Vers 21 h 40, les FIF ont arrêté As’ad Ziyad Shadeed (34 ans), après avoir perquisitionné et fouillé sa maison dans le village d’Illar, au nord de Tulkarem.
  • Vers 10h00, les FIF ont pris d’assaut la cour du monastère d’Abouna Ibrahim dans le quartier de Ras al-‘Amud, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont interdit l’organisation d’événements artistiques ou culturels pour les étudiants et leurs familles à Jérusalem avec une décision signée par le ministre israélien de l’Intérieur, sous prétexte que l’événement était parrainé par l’Autorité palestinienne (AP).

Marwan al-Ghoul, directeur du Silwan Sports Club, a confirmé que les événements organisés par le club sportif silwan étaient en coopération avec le Théâtre national palestinien (Hakawati), le Conservatoire national de musique et le théâtre en mouvement, avec le parrainage du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Al-Ghoul a déclaré qu’il avait reçu un appel téléphonique des autorités israéliennes pour l’informer d’annuler les événements qui devaient commencer vers 10h00 le mardi 26 octobre et se terminer jeudi soir. Il a ajouté que le conseil d’administration du club avait refusé d’annuler les événements parce qu’ils n’avaient reçu aucune décision officielle. Dès qu’ils ont commencé le premier événement dans la cour du monastère d’Abouna Ibrahim, ils ont remarqué que les OIF stationnaient aux portes du monastère sans prendre d’assaut l’endroit parce que le consul Français a participé à l’événement. Al-Ghoul a déclaré que, dès que le consul Français a quitté le monastère, les soldats israéliens ont pris d’assaut les cours du monastère vêtus de vêtements civils et lui ont remis une convocation pour se référer au centre d’enquête al-Qishla. En outre, l’OIF a remis au directeur du monastère une décision interdisant tout événement futur parrainé par l’AP.

Al-Ghoul a souligné que lorsqu’il a fait référence au Centre d’enquête moscovie, les services de renseignement israéliens l’ont informé que le chef de la sécurité israélienne avait pris une décision interdisant de tels événements, affirmant qu’ils constituaient une menace pour la souveraineté israélienne à Jérusalem sous prétexte qu’ils étaient parrainés par l’AP. En outre, al-Ghoul a souligné que les événements visaient à répandre la joie parmi les enfants et les étudiants de Jérusalem occupée, en présentant des spectacles de musique et des représentations théâtrales, en plus de spectacles en soirée spéciaux pour les familles.

Mercredi 27 octobre 2021 :

  • Vers 2 h 30, les FIF ont arrêté Yazan Amer Sabbah (15 ans) et Ibrahim Sameer Sabbah (15 ans), après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons à Teqoa, à l’est de Bethléem.
  • Vers 3h00, les FIF ont arrêté (5) civils après avoir perquisitionné et fouillé leurs maisons dans le village de Bir, au sud-ouest du gouvernorat de Jénine. Les personnes arrêtées sont : Mohammed Mahmoud Ghawadera (35 ans), Marwan Mohammed Ghawadera (27 ans), Ahmed Ali Ghawadera (25 ans), Laith Hamza Ghawadera (24 ans) et Ragheb Emad Ghawadera (20 ans).

Expansion des colonies et violence des colons en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée

Rasage de terrains, démolitions et avis :

  • Samedi après-midi, 16 octobre 2021, la famille Jaber a auto-démoli sa maison dans le quartier de Wadi al-Joz, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, conformément à la décision de démolition de la municipalité israélienne prétendument pour construction sans licence.

Nader Jaber a déclaré que son père avait construit la maison en 1991 sur une superficie de 92 m² dans le quartier de Wadi al-Joz. Jaber a déclaré que la municipalité israélienne hantait la famille depuis 1998 et a imposé des amendes à sa mère après le décès de son père. Sa mère a payé des amendes pendant 14 ans, et bien que la municipalité israélienne ait décidé de l’exempter du paiement des amendes car elle avait plus de 90 ans, elle a informé la famille de la démolition de la maison après son décès. Jaber a déclaré que sa mère était décédée en 2019 et que la maison était devenue une réunion pour les 100 membres de la famille. Cependant, les OIF les ont de nouveau hantés et le tribunal israélien a rendu une décision finale de démolir la maison, forçant la famille à auto-démolir leur maison pour éviter de payer les coûts de démolition de la municipalité ou d’arrêter l’un des membres de la famille au cas où les équipes municipales exécuteraient la décision. Jaber a souligné que la municipalité israélienne n’a pas donné de permis de construction depuis des dizaines d’années spécifiquement dans cette zone, qui est d’un emplacement stratégique et relie de nombreuses zones les unes aux autres.

  • Vers 11 h 30 le dimanche 24 octobre 2021, les OIF, soutenues par des véhicules militaires et accompagnées d’un véhicule de l’administration civile israélienne, se sont déplacées dans le village d’At-Tuwani, à l’est de Yatta, au sud d’Hébron. L’Administration civile a distribué des avis d’arrêt des travaux de construction dans plusieurs installations sous prétexte de construction sans permis dans la zone C. les avis comprenaient les éléments suivants:
  1. Une maison de 3 étages appartenant à Ghanem Hussein al-Hreini;
  2. Un puits d’eau de 70 cbm appartenant à Fo’ad Fadel al-‘Amour; et
  3. Une bergerie en tissu de hangar et une salle de bain en fer blanc appartenant à Ghandi Na’im al-‘Amour.
  • Le lundi 25 octobre 2021, vers 17 h 20, l’OIF accompagné d’un bulldozer, d’une grue montée sur camion et d’un SUV de l’administration civile s’est installé dans la région d’al-Maleh, dans le nord de la vallée du Jourdain, à l’est de Tubas.

Les FIF ont encerclé l’école al-Tahadi, rasé et confisqué un hangar métallique de 150 m². Les ouvriers amenés par l’Administration Civile d’entreprises privées ont démantelé et confisqué 2 casernes de 25 m² ; l’un a été utilisé comme salle de classe et l’autre comme clinique, sous prétexte de leur présence dans la zone C.

  • Dans l’après-midi même, la famille Jaber a auto-démoli un étage dans le quartier de Wadi al-Joz, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, seulement 2 jours après avoir démoli le deuxième étage, conformément à la décision de la municipalité israélienne sous prétexte de construction sans licence.

Nader Jaber a déclaré qu’il y a 2 jours, la famille a auto-démoli la maison de leur mère décédée qui a été construite en 1991; c’était un deuxième étage de 92 m², conformément à la décision de la municipalité israélienne et pour éviter de payer des dizaines de milliers de shekels pour les coûts de démolition des équipes de la municipalité. Jaber a expliqué que la famille a envoyé des photos du deuxième étage démoli à la municipalité, qui a ordonné à la famille de démolir également le premier étage, ne leur donnant que 48 heures pour démolir la pièce résidentielle de 40 m² et ses installations ou elle enverra les bulldozers pour le faire. Jaber a souligné que sa famille a été forcée d’auto-démolir les premier et deuxième étages avec des outils à main comme des milliers d’autres familles palestiniennes qui ont auto-démoli leurs maisons par crainte des poursuites de la municipalité israélienne.

  • Dans l’après-midi même, Isma’il ‘Aramin a auto-démoli sa maison dans le quartier de Wadi al-Joz, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est, conformément à la décision de la municipalité israélienne sous prétexte de construction sans licence.

Aramin a déclaré que sa maison avait été construite en 2010 pour remplacer son ancienne maison familiale, qui avait été démolie par la municipalité israélienne sous prétexte de construction sans licence. Aramin a ajouté qu’il vivait dans sa maison de 90 m² avec sa femme et ses deux enfants depuis 8 ans, et la municipalité a commencé à le poursuivre il y a environ un an. Il y a quelques mois à peine, le tribunal israélien a rendu une décision finale de démolir la maison, sans possibilité de faire appel de la décision, lui donnant jusqu’en août dernier, puis a reporté la démolition à la fin du mois d’octobre. Aramin a déclaré qu’il avait dû auto-démolir sa maison, craignant que la municipalité d’occupation n’envoie ses équipes pour mettre en œuvre la décision et lui infliger une amende de dizaines de milliers de shekels.

  • Vers 10 h 30 le lundi 25 octobre 2021, les FIF, soutenues par des véhicules militaires et accompagnées d’un véhicule de l’administration civile israélienne et d’un bulldozer, se sont déplacées dans le village d’at-Tuwani, dans l’est de Yatta, au sud d’Hébron. Le bulldozer a démoli une tente de 50 m² installée par des militants de la région en solidarité avec le village d’al-Mafqarah, à l’est de la ville. La démolition a eu lieu sous le prétexte d’une construction sans licence.
  • Vers 07h00 le mardi 26 octobre 2021, les OIF accompagnés de véhicules militaires et d’un bulldozer se sont installés dans le village de Deir Qaddis, à l’ouest de Ramallah, et ont démoli une installation en construction de 4 magasins sur une superficie de 300 m². La démolition a été effectuée sans avertissement préalable sous prétexte de sa présence dans la zone C.

Le propriétaire de l’établissement, Ayman ‘Adnan Steih (44 ans), a déclaré au travailleur sur le terrain du PCHR que :

« J’ai été surpris le matin par l’incursion des OIF dans le village et la fermeture de ses rues. Les FIF accompagnés d’un bulldozer militaire ont encerclé mon installation de quatre magasins en construction dans l’est du village et l’ont démoli. Je me suis approché des soldats qui essayaient de parler avec eux, mais ils m’ont crié dessus et ont tiré des bombes sonores en l’air pour m’éloigner de la zone. Les autorités israéliennes m’ont remis un avis de démolition de l’installation en juin dernier, mais j’ai déposé une plainte auprès des autorités compétentes, y compris le Centre d’aide juridique de Jérusalem. Bien qu’il y ait eu une plainte légale, les OIF ont procédé à la démolition sans avertissement préalable, notant que la construction m’a coûté environ 170 000 shekels.

  • Dans la même matinée, les bulldozers de la municipalité israélienne et l’Autorité de la nature ont poursuivi les travaux d’excavation dans le cimetière al-Shuhadaa’ adjacent au cimetière al-Yousifiyah dans la zone de la porte al-Asbat dans le centre occupé de Jérusalem-Est. La municipalité a l’intention de transformer le cimetière en un parc biblique et a commencé à construire un mur métallique autour de lui ainsi que des bermes de sable pour enterrer ses caractéristiques, selon la décision du tribunal israélien publiée la semaine dernière.

Des dizaines d’hommes et de femmes indignés se sont rassemblés pour affronter les travailleurs de l’Autorité de la nature, mais les OIF les ont poussés et battus et ont arrêté 3 des manifestants après les avoir sévèrement battus. Les personnes arrêtées ont été identifiées comme étant Laith al-Shalabi, Mousa Khalaf et Nawwaf al-Salaymah.

Alaa Nabatah, un témoin oculaire, a déclaré que les FIF avaient agressé les manifestants et leur avaient interdit l’entrée dans le cimetière. Les OIF ont également tiré des bombes sonores sur eux après avoir effectué la prière d’al-Maghreb près du cimetière. Nabatah a ajouté qu’une femme soldat israélienne l’a battue plus d’une fois alors qu’elle était près de la tombe de son fils dans le cimetière.

Il convient de noter que le tribunal de première instance israélien a refusé la semaine dernière une demande du Comité des cimetières de Jérusalem pour obtenir une décision qui interdirait à la municipalité israélienne et à l’Autorité de la nature de poursuivre les travaux d’excavation dans les tombes du cimetière al-Shuhadaa près du cimetière al-Yousifiya près de la porte al-Asbat. Il convient de noter que la police israélienne a interdit à Mustafa Abu Zahrah, chef du Comité des cimetières islamiques à Jérusalem, d’entrer dans le cimetière al-Yousifyah pendant 10 jours et lui a remis une carte montrant le chemin qu’il devait prendre pour atteindre la mosquée al-Aqsa.

Il est à noter que les cimetières al-Shuhadaa’ et al-Yousifyah ont été systématiquement attaqués au cours des dernières années. le Comité des cimetières islamiques a eu recours au tribunal israélien et a soumis des documents prouvant que le cimetière appartient aux Dotations islamiques. À l’époque, le tribunal a rendu une décision d’interdire toute œuvre dans le cimetière, mais après un certain temps, une personne y a été enterrée; en conséquence, la tombe a été prise comme excuse pour abolir la décision. Fin juillet, le juge du tribunal a répondu à la demande de la municipalité israélienne et de l’Autorité de la nature de reprendre la destruction des terres du cimetière après sept mois d’émission d’une ordonnance conservatoire pour l’arrêter. Le cimetière Al-Yousifiyah est l’un des cimetières islamiques les plus célèbres de Jérusalem. Il est situé au nord de la porte Al-Asbat et abrite les tombes des familles palestiniennes qui vivent à Jérusalem. Il comprend également au nord le cimetière al-Shuhadaa, où sont enterrés les soldats jordaniens martyrisés en 1967.

  • Vers 10h00, les FIF, soutenues par des véhicules militaires et accompagnées d’un véhicule de l’administration civile israélienne, se sont déplacées dans la région de Khelet Harb, à l’ouest du village d’Ethna, à l’ouest de Ramallah. Ils ont remis à l’agent de l’administration civile 4 avis d’arrêt des travaux de construction sous prétexte de non-licence Les avis comprenaient les éléments suivants:
  • Une maison de 100 m² appartenant à ‘Adnan Ibrahim ‘Awad;
  • Une maison de 80 m² appartenant à Sa’diyah Ibrahim ‘Awad;
  • Une maison en construction de 270 m² appartenant à ‘Abdel Fattah Ahmed ‘Awad; et
  • Une maison en construction de 170 m² appartenant à Jamal Ahmed Nofal.
  • Le mercredi 27 octobre 2021, l’Administration civile israélienne a approuvé 3 144 nouvelles unités de colonisation en Cisjordanie, notant que dimanche dernier, l’Autorité foncière israélienne a ouvert des appels d’offres pour la commercialisation de 1 355 nouvelles unités de colonies en Cisjordanie.

Attaques des colons contre les civils et leurs biens :

  • Vers 13h00 le samedi 23 octobre 2021, un groupe de colons de la colonie d’Adei Ad, au nord-est de Ramallah, a agressé des agriculteurs alors qu’ils récoltaient des olives sur leurs terres dans l’est du village de Turmis’iya, au nord-est de la ville. Les colons ont aspergé de poivre ‘Abdel Naser (48 ans) et Montaser (47 ans) Naji Hizmah; en conséquence, ils ont suffoqué et subi des brûlures mineures au visage. Les colons ont également poussé Nabihah Mahmoud Jbarah (80 ans) et incendié un véhicule, perforant des pneus et brisant les vitres de trois autres véhicules appartenant à Taysir Jbrarah, Montaser Naji Hizmah, Nabihah Mahmoud Jbarah et Abdel Naser Naji Hizmah.
  • Vers 14h00 le dimanche 24 octobre 2021, des colons israéliens ont agressé des moutons appartenant à Fozan Rayan alors qu’ils gardaient dans la zone pastorale de la montagne al-Nweiteif à Qarawet Bani Hassan à Salfit. Les colons ont tenté de voler les moutons et de les emmener à la colonie de Havot Yair, mais les villageois ont réussi à les rendre.
  • Mardi matin, 26 octobre 2021, un groupe de colons a déraciné 25 plants d’oliviers dans le sud d’al-Masara, au sud-ouest de Bethléem. Selon Hassan Breijiyeh, directeur de la Commission de résistance au mur et aux colonies à Bethléem, les colons ont déraciné 25 plants d’oliviers appartenant à Mohammed Ahmed Breijiyeh.

Politique de fermeture et restrictions à la libre circulation des personnes et des marchandises:

La bande de Gaza :

Les autorités israéliennes ont continué d’imposer des punitions collectives à la population de la bande de Gaza, notamment des restrictions renforcées sur les importations et les exportations, ce qui a gravement détérioré la jouissance par les Palestiniens de leurs droits économiques et culturels.

La Cisjordanie :

En plus des 108 points de contrôle permanents et des routes fermées, cette semaine a vu la mise en place de 37 points de contrôle temporaires qui restreignent la circulation des biens et des individus, où les FOI ont fouillé les véhicules des Palestiniens, vérifié leurs images d’origine et arrêté 3 d’entre eux. Les FIF ont renforcé leurs restrictions à la liberté de mouvement des civils à leurs postes de contrôle permanents en Cisjordanie et ont fermé certains points de contrôle pendant plusieurs heures à plusieurs reprises.

Voici la documentation du PCHR sur les restrictions à la liberté de mouvement et les points de contrôle temporaires établis par les FIF à travers la Cisjordanie cette semaine :

Jérusalem:

  • Le lundi 25 octobre 2021, les OIF ont établi un point de contrôle à l’entrée du quartier de Beer Ayoub dans le village de Silwan.

Ramallah :

  • Le jeudi 21 octobre 2021, les OIF ont établi 3 points de contrôle à l’entrée du village de Teqoa et près de l’intersection al-Nashash menant aux villages de Bethléem ouest
  • Le vendredi 22 octobre 2021, les OIF ont établi un point de contrôle à l’entrée du village de Teqoa.
  • Le lundi 25 octobre 2021, les OIF ont établi 2 points de contrôle aux entrées des villages de Beit Fajjar et Teqoa.
  • Le mardi 26 octobre 2021, les OIF ont établi 4 points de contrôle près de l’entrée du village de Wadi Foqin, des entrées nord et ouest du village de Teqoa et près de l’intersection al-Nashash.

Hébron:

  • Le jeudi 21 octobre 2021, les OIF ont établi 3 points de contrôle aux entrées de Dura, du village de Sa’ir et du camp de réfugiés d’al-‘Arroub.
  • Le vendredi 22 octobre 2021, l’OIF a établi 2 points de contrôle aux entrées des villages d’Ethna et de Beit ‘Awwa.
  • Le samedi 23 octobre 2021, les OIF ont établi 2 points de contrôle à l’entrée nord d’Hébron et à l’entrée du village de Bani Na’im (Wad al-Joz).
  • Le dimanche 24 octobre 2021, les OIF ont établi 5 points de contrôle à l’entrée sud d’Hébron et aux entrées des villages de réfugiés d’al-Fawwar, sorif, al-Samou’a et Bani Na’im.
  • Le mardi 26 octobre 2021, les OIF ont établi 3 points de contrôle à l’entrée du camp de réfugiés d’al-‘Arroub, des villages de Sa’ir et de Sorif.
  • Le mercredi 28 octobre 2021, les OIF ont établi 4 points de contrôle aux entrées de la route Beit ‘Aynoun, à l’est d’Hébron, de l’est de Dura, du sud d’Hébron et de la route Khelet al-Mayyah dans l’est de Yatta.

Qalqilya:

  • Le vendredi 22 octobre 2021, les OIF ont établi 2 points de contrôle aux entrées des villages ‘Azoun et ‘Izzbit al-Tabib dans l’est de Qalqilya.
  • Le mardi 26 octobre 2021, les OIF ont établi un point de contrôle à l’entrée du village d’Izzbit al-Tabib, dans l’est de Qalqilya.

Salfit:

  • Le dimanche 24 octobre 2021, les OIF ont établi 2 points de contrôle à l’entrée des villages de Deir Ballut et Qarawet Bani Hassan, dans l’ouest de Salfit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 novembre 2021 par dans APARTHEID, COLONIALISME, CRIMES DE GUERRE, GAZA, ISRAEL, Palestine.
%d blogueurs aiment cette page :