NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

CANADA : Le désastre social des inondations est un produit de la cupidité capitaliste !

PAR JOHN STEELE

MONTRÉAL — Des dizaines de milliers de travailleurs et d’agriculteurs de la Colombie-Britannique font face à des inondations généralisées, de la boue et des glissements de pierre après que des pluies torrentielles ont frappé le centre et le sud de la province à compter du 14 novembre.

La catastrophe sociale en cours, cependant, n’est pas causée par les conditions météorologiques, mais par le refus des gouvernements à tous les niveaux de se préparer à de telles conditions et le fait que sous le capitalisme, les travailleurs sont obligés de vivre là où le logement est le moins cher – dans les plaines inondables.

Au 17 novembre, six personnes étaient mortes ou portées disparues. Au moins 17 775 personnes ont été forcées de quitter leurs maisons, des villes entières ont été évacuées et des centaines de fermes inondées. Vancouver, la troisième plus grande ville du Canada et le plus grand port, a perdu ses liaisons routières et ferroviaires avec le reste du pays.

Des dizaines de milliers de bovins, de porcs et de volailles ont été piégés et tués. La région inondée comprenait des fermes laitières et avicoles qui fournissent environ la moitié de l’approvisionnement quotidien de la province. Les cultures de bleuets et de légumes ont été décimées.

Dans de nombreux endroits, les rayons des épiceries sont vides, l’essence a été rationnée et le transport des personnes ayant besoin de traitements contre le cancer et d’autres soins médicaux vitaux a été bloqué.

Les inondations ont également frappé l’État voisin de Washington.

Les politiciens capitalistes de la capitale à Ottawa et de la Colombie-Britannique masquent leur responsabilité dans la catastrophe sociale en impuquant les fortes pluies, les inondations et les coulées de boue sur les changements climatiques. « Ce sont des événements extraordinaires qui n’ont pas été mesurés auparavant, qui n’ont pas été envisagés auparavant », a affirmé le premier ministre du Nouveau Parti démocratique, John Horgan. Mais en fait, les scientifiques mettant en garde contre une catastrophe comme celle-ci depuis des décennies.

En 2006, Steve Litke, directeur des programmes d’eau pour le Conseil du bassin du Fraser, a déclaré qu’une inondation majeure entraînerait des ruptures de digues avec des conséquences désastreuses pour les personnes vivant sous les digues de chaque côté de la rivière.

Les promoteurs immobiliers capitalistes construisent des logements pour les travailleurs dans les plaines inondables afin de récolter des profits sur les terres les moins chères. Les familles capitalistes dirigeantes du pays et leurs cintres de la classe moyenne vivent ailleurs.

Le vice-premier ministre du Nouveau Parti démocratique de la Colombie-Britannique, Mike Farnsworth, affirme que la gestion des inondations n’est plus de sa responsabilité. En 2003, il a fait le dumping sur les gouvernements locaux et différents organismes qui « n’ont peut-être pas suffisamment de personnel ou de capacité technique », a averti le vérificateur général de la province en 2018.

Des décennies d’exploitation forestière des zones montagneuses par des entreprises forestières, soutenues par le gouvernement provincial, ont contribué à des conditions rendant les coulées de boue mortelles plus probables en cas de fortes pluies.

Les travailleurs organisent la solidarité

Quatre jours après le début de la catastrophe, le gouvernement de la Colombie-Britannique a déclaré l’état d’urgence, reflétant le mépris des dirigeants pour les travailleurs. Ottawa a ensuite envoyé une poignée de troupes fédérales pour aider à la tâche liée aux sacs de sable et à d’autres tâches liées aux inondations.

Le premier ministre Justin Trudeau ne s’est présenté que le 26 novembre, près de deux semaines après le début de la tempête, posant pour des séances de photos avec les victimes des inondations, offrant de vagues promesses de fonds futurs pour aider à la reconstruction. Les travailleurs ont été laissés à eux-mêmes.

« Nos syndicats devraient exiger qu’Ottawa établisse immédiatement un vaste programme de travaux publics financé par le gouvernement fédéral », a déclaré Steve Penner, organisateur de la Ligue communiste au Canada, dans un communiqué du 26 novembre, « pour construire de nouvelles maisons pour les sans-abri, réparer les maisons qui ont été gravement endommagées et reconstruire les digues et les systèmes de pompage de B.C. afin qu’ils puissent résister aux futures tempêtes. ainsi que la réparation des routes et des ponts endommagés.

« Les agriculteurs qui travaillent ont besoin d’un soulagement immédiat et massif pour reconstruire leurs fermes et remplacer le bétail mort. Toutes les saisies agricoles devraient être arrêtées et les dettes annulées. »

Il y a eu d’innombrables exemples de solidarité entre les travailleurs et les agriculteurs dont la vie a été bouleversée.

Quelques centaines de bénévoles des villes d’Abbotsford et de Chilliwack ont travaillé toute la nuit à la construction d’un barrage de sacs de sable afin de maintenir en fonctionnement une station de pompage cruciale et d’éviter des inondations bien pires. Les résidents se sont ensuite regroupés pour sauver le bétail échoué.

Un étranger s’est arrêté à la ferme avicole de Karl Loewen près d’Abbotsford le 17 novembre avec sept bovins Hereford dans la remorque. Quelques heures plus tôt, l’épouse de Loewen avait annoncé sur les réseaux sociaux que la famille avait de la place dans leur ancienne étable laitière.

« Je ne sais pas combien de temps nous allons avoir le bétail, mais cela n’a pas vraiment d’importance », a déclaré Loewen. « Nous allons simplement prendre soin d’eux comme s’ils étaient les nôtres. » Des bénévoles se sont également organisés pour amener des réservoirs d’eau portables et des aliments pour animaux aux fermes qui n’en ont pas, afin qu’il n’y ait plus de bétail perdu.

Rien de tout cela n’a été dirigé ou organisé par les dirigeants capitalistes ou leur gouvernement.

En revanche, Penner a noté que « le gouvernement révolutionnaire de Cuba socialiste organise les travailleurs et les agriculteurs pour empêcher que des événements naturels comme les ouragans et les inondations ne deviennent des catastrophes sociales ». Il veille à ce que tout le monde ait un abri et de la nourriture et organise des bénévoles et du matériel pour reconstruire ce qui est détruit. Personne n’est laissé à lui-même.

« Les travailleurs ici doivent construire un parti travailliste basé sur nos syndicats pour lutter pour remplacer les dirigeants capitalistes par notre propre gouvernement ouvrier et paysan », a-t-il déclaré.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 décembre 2021 par dans CANADA, CATASTROPHE ECOLOGIQUE.
%d blogueurs aiment cette page :