NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Quel prix pour l’éco-léninisme ?

John Molyneux

À travers ses écrits récents, l’écosocialiste suédois Andreas Malm a créé une discussion stratégique importante et précieuse parmi les écologistes radicaux, comme le souligne la critique de Michael Coleman de son Comment faire exploser un pipeline dans le numéro 4 de Rupture. Ci-dessous, dans le cadre de notre engagement continu avec ses écrits, nous publions une critique de Malm’s Corona, Climate, Chronic Emergency: War Communism in the Twenty-First Century par John Molyneux, membre de People Before Profit, du Socialist Workers’ Network et du Global Ecosocialist Network.

« Le temps est venu d’expérimenter le léninisme écologique. » Andreas Malm

En tant que léniniste de longue date [1] et écosocialiste convaincu [2], on pourrait s’attendre à ce que je saute sur le terme « éco-léninisme » et, en effet, je suis fortement en faveur d’une approche léniniste des questions environnementales ainsi que de la lutte pour le socialisme dans son ensemble. Je reviendrai sur ce que j’entends par là plus loin dans cet article. Mais il faut d’abord dire que lorsqu’il s’agit d’adopter des concepts et des étiquettes politiques, non seulement les principes généraux, mais aussi le contexte politique doivent toujours être pris en compte.

Marx et Engels ont dit qu’au milieu des années 1840, ils se disaient communistes plutôt que socialistes parce qu’à cette époque, en France et en Allemagne, le terme communiste était favorisé dans la classe ouvrière alors que socialiste était préféré dans les cercles de la classe moyenne. Dans les années 1870, cependant, ils étaient heureux de s’appeler à la fois socialistes et sociaux-démocrates parce que ces termes gagnaient en attrait de masse, en particulier en Allemagne. Dans les premières années du XXe siècle, Lénine, Luxemburg et Trotsky étaient de fiers sociaux-démocrates, mais après la trahison d’août 1914, lorsque la plupart des dirigeants de la Deuxième Internationale ont soutenu la guerre mondiale impérialiste, Lénine a plaidé pour abandonner l’étiquette entachée de social-démocrate et revenir au nom communiste. En 1917, le Parti bolchevique dans son ensemble et Trotsky lui emboîtent le pas, tout comme Luxemburg peu de temps après. Aujourd’hui, aucun socialiste révolutionnaire ne se qualifierait de social-démocrate. [3]

Dans ce cas, le contexte est l’appel d’Andreas Malm au « léninisme écologique » dans son récent livre Corona, Climate, Chronic Emergency: War Communism in the Twenty-First Century. Malm est un écrivain intéressant, provocateur et très prolifique, et ce livre mérite une critique appropriée en soi qui prend en compte bon nombre de ses précieuses idées, ainsi que la discussion de certaines de ses limites. Cet article, cependant, n’est pas une critique du livre dans son ensemble, mais plutôt une réponse spécifique à sa notion d’«éco-léninisme », avec laquelle j’ai un certain nombre de problèmes.

Pour Malm, le léninisme qu’il invoque est celui de la période du « communisme de guerre » dans le jeune État soviétique, environ de 1918 au début de 1921. Cela implique un État énergique, hautement interventionniste, doté de pouvoirs dictatoriaux, voire draconiens, pour mobiliser et diriger toutes les ressources et le travail de la société pour faire face à une immense crise – dans le cas de Lénine, la guerre civile et la famine, et dans notre cas, la pandémie et la catastrophe climatique.

Tout d’abord, je suis mécontent de cette présentation du Lénine du communisme de guerre comme le Lénine essentiel. En général, je défendrais les actions de Lénine pendant cette période, mais soyons clairs : elles ne constituaient qu’une petite partie de sa pratique politique dans son ensemble et qui lui était très imposée par des circonstances extrêmement difficiles. C’est comme si un médecin qui avait consacré quarante ans à sauver la vie, mais qui à une occasion avait tiré sur un chien enragé qui menaçait un patient et qui a ensuite été salué et commémoré comme un tueur de chiens. Il est particulièrement regrettable en ce qu’il sonne et alimente la vision dominante dominante de Lénine en tant que figure autoritaire qui a tenté d’«imposer » le socialisme à la classe ouvrière d’en haut et qui a pris le pouvoir en octobre 1917 lors d’un coup d’État du parti plutôt que d’une révolution ouvrière: un point de vue que je rejette complètement. De plus, la vision du léninisme comme essentiellement une certaine « attitude exemplaire à l’égard de la réalité » (Lukács) [4] ou une sorte de « geste » (Žižek) [5] est souvent proposée par des gens qui ont abandonné les positions politiques clés pour lesquels Lénine s’est réellement battu, telles que le rôle révolutionnaire de la classe ouvrière, la nécessité d’un parti révolutionnaire et la nécessité de briser l’État capitaliste. Malheureusement, ce dernier point s’applique à Malm lui-même, qui dit que « le geste léniniste le plus classique est le seul qui puisse pointer vers une issue de secours » [6] tout en argumentant :

« Toutes les analogies historiques ont leurs limites et leurs problèmes, mais l’analogie du communisme de guerre a tellement de problèmes qu’elle la rend inutile. »

Nous venons de soutenir que l’État capitaliste est constitutionnellement incapable de prendre ces mesures. Et pourtant, il n’y a pas d’autre forme d’État proposée. Aucun État ouvrier basé sur les soviets ne naîtra miraculeusement dans la nuit. Aucun double pouvoir des organes démocratiques du prolétariat ne semble susceptible de se matérialiser de sitôt, voire jamais. L’attendre serait à la fois délirant et criminel, et donc tout ce avec qui nous devons travailler, c’est le morne État bourgeois, attaché aux circuits du capital comme toujours. Il faudrait qu’il y ait une pression populaire sur elle, déplaçant le rapport des forces condensées en elle forçant les appareils à couper les attaches et à commencer à bouger [7] … mais ce serait clairement une rupture avec le programme classique de démolition de l’État et de construction d’un autre – l’un des nombreux éléments du léninisme qui semblent mûrs (ou trop mûrs) pour leurs propres nécrologies ». [8]

Ainsi, Malm invoque le Lénine du communisme de guerre, mais rejette le Lénine de l’État et de la Révolution. Cela nous laisse avec un État capitaliste en tant qu’agent – sous la pression du sabotage et des manifestations de masse – de faire la guerre aux pandémies et au changement climatique. Cette perspective me semble à la fois incohérente sur le plan interne (l’État capitaliste mettant en œuvre le communisme de guerre ?) et dangereuse, en ce qu’elle peut finir par couvrir l’autoritarisme capitaliste, tout comme elle fait écho à la vision de Lénine comme un autoritaire descendant. C’est au moins aussi « délirant » que de s’attendre à ce qu’un État ouvrier basé sur les soviets soit « miraculeusement né dans la nuit » [Quelqu’un s’attend-il jamais à une telle chose ?] Ensuite, tout l’argument est soutenu par la caricature des révolutionnaires (marxistes / léninistes / trotskystes, etc.) comme « attendant » la révolution, ce qui a toujours été l’une des justifications les plus paresseuses du réformisme.

Toutes les analogies historiques ont leurs limites et leurs problèmes, mais l’analogie avec le communisme de guerre a tellement de problèmes qu’elle la rend très inutile. Je ne les explorerai pas tous, mais je ferai simplement deux observations. Tout d’abord, ce n’était jamais l’option préférée de Lénine ou des bolcheviks quant à la façon de procéder, mais elle leur a été imposée par une nécessité absolue – la dévastation totale du pays par l’intervention étrangère et la guerre civile – et comme une mesure à très court terme abandonnée au début de 1921 parce que la guerre était terminée et qu’elle poussait la paysannerie à une révolte majeure. [9] Contrairement à la victoire dans la guerre civile, la lutte contre le changement climatique ne peut pas être un succès court, net et ponctuel, mais devra être maintenue pendant des décennies, ce que le communisme de guerre ne pourrait pas être. Deuxièmement, les terribles problèmes du communisme de guerre ne se limitaient pas à une grande brutalité et à l’aliénation de la paysannerie. La période a également vu (sans que ce soit la faute de Lénine, mais à la suite de l’effondrement économique) la quasi-destruction et la disparition de la classe ouvrière russe – son « délogement de son sillon de classe » comme l’a dit Lénine – et cela a été un facteur majeur dans la bureaucratisation et la stalinisation de la révolution. Quoi qu’il en soit, le « communisme de guerre » n’est guère un programme ou une perspective que nous pouvons présenter à la classe ouvrière irlandaise ou internationale comme voie à suivre.

Cela soulève une autre question importante qui a également des implications plus larges: à qui s’adresse Malm et à qui devrions-nous nous adresser en tant qu’écosocialistes? Je n’entends pas par là simplement qui est le lectorat cible spécifique de ce livre particulier, mais la question plus large de savoir qui est le public cible du projet écosocialiste dans son ensemble qui est lié à qui nous identifions comme l’agent de la réalisation du projet. Pour Malm, le public principal auquel il semble s’adresser est une couche relativement petite de militants écologistes qui, espère-t-il, feront pression sur l’État bourgeois pour qu’il prenne les mesures nécessaires par le sabotage, l’action directe, etc. Pour les écosocialistes, je crois que notre public principal devrait être la classe ouvrière. Je ne veux pas dire par là que nous ne devrions pas nous engager avec des militants écologistes (ou des étudiants, des écoliers, etc.) – bien sûr, nous devrions le faire. Mais ce faisant, notre objectif devrait être de gagner ces gens à une perspective de classe ouvrière parce que seule la masse de la classe ouvrière, en Irlande et dans le monde, a le pouvoir de défier et de renverser le capitalisme. Par conséquent, notre objectif central est de gagner des sections décisives [10] de la classe ouvrière à une perspective socialiste/écosocialiste et révolutionnaire et nous ne devons jamais perdre cela de vue.

Dans cette entreprise, ni l’étiquette éco-léniniste (incompréhensible pour l’écrasante majorité des gens de la classe ouvrière), ni la notion de communisme de guerre, ne sont en tout bout du monde appropriées. Nous devons plutôt lier la lutte contre le changement climatique à la construction d’une vie meilleure pour la masse des gens ordinaires en faisant avancer un programme positif de revendications, telles que l’introduction de transports publics gratuits, la modernisation massive des maisons et la création de milliers d’emplois climatiques. Ce qui me ramène à la question de ce qui pourrait être une approche réellement léniniste de la crise environnementale. Ici, je crois que toutes les idées fondamentales de Lénine – son engagement envers la classe ouvrière, son internationalisme et son opposition à l’impérialisme et à la guerre impérialiste, son insistance sur la nécessité de briser l’État capitaliste, sa défense des opprimés, sa compréhension de la nécessité de construire un parti révolutionnaire enraciné dans la classe ouvrière – restent cruciales. En 2017, j’ai écrit ce qui suit :

Laissons de côté pour le moment la polarisation politique qui a déjà lieu dans le monde et la possibilité d’une autre récession dans les deux prochaines années, avec tous les effets politiques et idéologiques incalculables qui en auront. Laissez toutes ces choses de côté et nous sommes toujours confrontés au fait scientifique de l’intensification rapide du changement climatique. Une fois que cela dépasse un certain point et est saisi comme une réalité immédiate plutôt que comme une spéculation abstraite par des millions de personnes, comme cela se produira,cela déchirera les allégeances politiques existantes comme l’a fait la grande récession, mais à une échelle beaucoup plus grande.

« Notre objectif central est de gagner des sections décisives de la classe ouvrière à une perspective socialiste/écosocialiste et révolutionnaire et nous ne devons jamais perdre cela de vue ».

À l’heure actuelle, il y a un certain nombre de réfutations extrêmement simples d’une ligne du socialisme et de la révolution – vous ne pouvez pas changer la nature humaine, rien ne change jamais vraiment, les révolutions se terminent toujours par la tyrannie et autres – qui continuent à fonctionner comme du « bon sens » dans l’utilisation du terme par Gramsci et qui bloquent le soutien de masse au socialisme révolutionnaire, malgré leur pauvreté intellectuelle et malgré nos meilleurs efforts pour les contrer. La réalité du changement climatique changera les termes du débat. Qu’il s’agisse de prendre des mesures d’urgence pour l’empêcher d’atteindre un point de basculement galopant ou d’essayer de survivre à son apparition avec une certaine dose de décence humaine, l’abandon d’un système économique fondé sur la production à but lucratif deviendra une nécessité absolue. Faire face aux effets immédiats du changement climatique – tempêtes, inondations, incendies et désertification – poussera également les gens vers une action collective et des solutions collectives…

Bien sûr, il y aura une « alternative », au moins pour un certain temps, et nous pouvons déjà voir quelle sera cette alternative: la « solution » trumpienne et, en fin de compte, hitlérienne des murs, des barbelés et des camps de concentration et laisser les réfugiés climatiques mourir de faim et se noyer à une échelle qui éclipse le carnage que nous avons récemment vu en Méditerranée. tandis que les riches s’isolent dans leurs communautés fermées dans les hautes terres…

Pour éviter la réponse barbare au changement climatique, il sera nécessaire, comme Lénine l’a compris avec une clarté inégalée, de construire des partis ouvriers révolutionnaires, de vaincre l’impérialisme, de briser l’État et d’établir le pouvoir ouvrier. Cela signifie à son tour trouver des moyens de relier ces idées aux gens de la classe ouvrière là où ils en sont maintenant. [11]

Je pense que c’est toujours le pas.

Notes

[1] Je suis devenu léniniste en 1968 et mon premier livre, Marxism and the Party (Londres, 1978) était un argument en faveur de la théorie léniniste du parti. En 2017, j’ai publié Lénine pour aujourd’hui. Voir aussi John Molyneux, « In defence of Leninism », Irish Marxist Review, vol. 1, no 3 (septembre 2012), p. 27-46, https://www.marxists.org/history/etol/writers/molyneux/2012/09/lenin.html, consulté le 19 août 2021.

[2] Voir John Molyneux et Jess Spear, Qu’est-ce que l’écosocialisme? (Dublin, 2020) et John Molyneux, « The Case for Ecosocialism », Irish Marxist Review, vol. 9, no 28 (2020), pp. 29-34, http://www.irishmarxistreview.net/index.php/imr/article/view/386/377, consulté le 19 août 2021.

[3] Bien que, malheureusement, beaucoup de gens qui se disent communistes, et même en font une grande affaire, sont, en fait, des sociaux-démocrates, à la fois dans leur théorie kautskyste et dans leur pratique politique.

[4] Voir GeorgLukács,post-scriptum de 1967 dans Lénine : Une étude sur l’unité de sa pensée (Londres, 1970), p. 101. Ce n’était pas le point de vue de Lukács quand il a écrit le livre pour la première fois en 1924 quand il a soutenu que le léninisme était une théorie de la révolution prolétarienne.

[5] SlavojŽižek, « A Leninist gesture today: against the populist temptation » dansSebastian Budgen, Stathis Kouvelakis et Slavoj Žižek (eds), Lenin Reloaded: towards a politics of truth (Durham, N.C., 2007), p. 74.

[6] Andreas Malm, Corona, Climate, Chronic Emergency: War Communism in the Twenty-First Century (Londres et New York, 2020), p. 148.

[7] C’est un écho non attribué de la théorie de Poulantzas de l’État comme une « condensation des forces de classe » qui sous-tendait la pratique de Syriza en Grèce. Pour une critique de cette théorie, voir John Molyneux, Lenin for Today (Londres, 2017), pp. 141-146

[8] Malm, Corona, Climat, Urgence chronique, p. 151.

[9] La fameuse révolte de Cronstadt en fut une manifestation.

[10] Et finalement la majorité, mais cela ne se produira très probablement que dans les affres de la révolution réelle. Les bolcheviks n’ont gagné la majorité de la classe ouvrière russe qu’en septembre 1917 après la défaite du coup d’État de Kornilov.

[11] Molyneux, Lénine pour aujourd’hui,pp. 260-261.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 janvier 2022 par dans DEBAT, DEBATS, ECOSOCIALISME.
%d blogueurs aiment cette page :