NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Israël :  « Une motion SWIFT et l’occupation est terminée »

Gideon Levy, 5 mars 2022

Imaginez qu’Israël envahit la bande de Gaza une fois de plus. Les habituelles tueries, destructions et ruines. Des dizaines de milliers de civils fuient pour sauver leur vie après avoir perdu le peu qu’ils avaient. Les bâtiments s’effondrent comme des châteaux de cartes – et Israël continue comme à son habitude: Les pilotes bombardent, les chars avancent, les médias et la population israélienne applaudissent. Soudain, la communauté internationale prend une décision : Si Israël ne se retire pas immédiatement, il devra faire face à des sanctions.

Si la bande de Gaza ne devient pas immédiatement une zone d’exclusion aérienne et de bombardement, tous les vols à destination et en provenance d’Israël seront annulés. Israël essaie de faire un pied de nez comme d’habitude, en invoquant les arguments de la légitime défense, du terrorisme et de l’Holocauste – et le monde sort la nouvelle arme de l’apocalypse: il coupe Israël du système international de transfert bancaire et de communication. Israël est sans SWIFT. Ce qui est juste et bon pour l’envahisseur de l’Ukraine est juste et bon pour l’envahisseur de la bande de Gaza.


Sans SWIFT, Israël imploserait immédiatement. Peut-être que le géant russe tyrannique pourrait le supporter pendant un certain temps – mais pas Israël. En quelques jours, les capitaines de l’économie viendraient voir les chefs du gouvernement et de l’armée et leur diraient: arrêtez maintenant. Nous ne pouvons pas le supporter. Tout comme les chefs d’entreprise de l’Afrique du Sud de l’apartheid sont venus voir le gouvernement blanc et lui ont dit: arrêtez. La seule question qui reste est de savoir combien de temps encore les forces de défense israéliennes vont continuer à détruire la bande de Gaza. Un jour? Deux jours? Une semaine Les FDI se retireraient, le siège serait levé, Gaza s’ouvrirait, pour la première fois depuis des années. Tout cela en un seul mouvement SWIFT.


Il y a encore deux semaines, un tel scénario aurait été considéré comme inimaginable. Mais peut-être qu’un nouvel ordre mondial est en train de prendre forme: à toute agression brutale contre des personnes sans défense et à tout acte de conquête, la communauté internationale répondra par des mesures politiques et économiques punitives. Les chars ne sont pas nécessaires pour faire bouger des États intransigeants tels qu’Israël. Un aéroport international Ben-Gourion fermé et des guichets automatiques vides feront l’affaire, certainement ici, dans cet État fragile et complaisant. Les Israéliens n’accepteront pas de payer à jamais un prix personnel pour des campagnes de destruction à Gaza, au Liban, en Syrie ou en Cisjordanie occupée.


Il n’est pas question de savoir si Israël y résisterait – il ne le ferait pas. L’indifférence des Israéliens face à ce que leur pays et leur armée sont en train de perpétrer sera immédiatement remplacée par l’inquiétude et la crainte pour leurs poches. Même les plus grands patriotes, les plus invétérés, les plus fervents adeptes de la guerre militaire, y repenseront. La question est de savoir si la communauté internationale le supportera. C’est une chose de punir la Russie, mais Israël? Le chouchou de l’Occident? Qui oserait? Les mots «Israël» et «sanctions» n’ont jamais été associés auparavant. Jusqu’à présent, personne n’a jamais pensé à punir réellement Israël pour son mépris permanent et arrogant des résolutions des organismes internationaux. Peut-être que quelque chose d’important s’est produit en Ukraine. Peut-être qu’après la Russie, il ne sera plus possible de pardonner à Israël pour tout. Peut-être le monde se réveille-t-il.


Dans un pays où même la guerre en Ukraine est considérée comme une opportunité commerciale et sioniste – voir les déclarations de la ministre de l’intérieur Ayelet Shaked sur l’opportunité de vendre plus d’armes au monde et celles du membre de la Knesset Zvi Hauser, qui souhaite faire venir plus de Juifs ukrainiens en raison de la guerre – les gens peuvent se réveiller à une réalité opposée. La guerre en Ukraine donne au monde l’occasion de ne pas rester silencieux plus longtemps. Ni à l’égard de la Russie, ni à l’égard d’Israël.


Les Israéliens seront-ils prêts à payer de leur poche pour Evyatar, un lieu révoltant, trempé du sang des combattants de la liberté, un lieu que la plupart des Israéliens n’ont pas vu et ne verront jamais? Continueront-ils à applaudir l’armée de l’air après chaque bombardement s’ils savent que chaque crime est suivi d’une punition? Dans la nouvelle et inconnue réalité mondiale, tout est possible. Il est possible que, lorsque les canons se tairont, les choses reviennent à leur routine normale, avec Israël faisant ce qu’il veut et ignorant le monde qui l’arme, l’embrasse et le finance. Mais peut-être que ce ne sera pas le cas. À Washington, où cette colonne est écrite, de nouvelles voix se font déjà entendre. Elles pourraient se renforcer lorsque la guerre sera terminée et que le monde aura enfin son mot à dire et commencera à agir non seulement contre la minuscule Russie – mais aussi contre ce qui lui est le plus cher de tous, à qui tout est permis.
Un seul SWIFT – et l’occupation est terminée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 mars 2022 par dans APARTHEID, COLONIALISME, ISRAEL, Palestine.
%d blogueurs aiment cette page :