NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Grève des facteurs à Ingré (LOIRET) : un accord de sortie de crise signé le 07-04-2022 + Le communiqué en solidarité du NPA Loiret.

Manon KleinFrance Bleu Orléans

Un accord vient d’être signé entre les postiers en grève du centre d’Ingré, à l’ouest de d’Orléans, et la direction de la Poste. Les salariés étaient mobilisés depuis mardi pour réclamer plus de moyens humains.

Ils réclamaient des moyens humains supplémentaires. Les salariés du centre de la poste d’Ingré dans le Loiret devraient mettre fin à leur mouvement de grève, entamé mardi. Un accord de sortie de crise vient en tous cas d’être signé ce mercredi 6 avril. Les grévistes ont obtenu certaines avancées de la part de la direction : l’embauche en intérim d’une personne, ou encore le renfort de sept agents jusqu’à la fin de la semaine pour distribuer les plis électoraux.Par ailleurs, les postiers ne pourront plus se voir imposer une partie de tournée supplémentaire jusqu’à fin avril. Cela fait précisément partie des choses qu’ils dénonçaient : faute de personnel suffisant, ils étaient obligés d’allonger leurs journées pour effectuer des bouts de tournée « non pourvus ».

La grève reconduite ce mercredi au centre de distribution de La Poste d’Ingré

En grève pour réclamer plus de moyens, les Postiers d’Ingré reconduisent le mouvement ce mercredi 6 avril. Une partie de l’ouest de la métropole orléanaise pourrait donc rester sans courrier. Selon le syndicat Sud-PTTT, près de 80% des tournées n’ont pas eu lieu au 1er jour de grève.

A Ingré, les salariés de La Poste sont en colère; ils demandent plus de moyens humainsA Ingré, les salariés de La Poste sont en colère; ils demandent plus de moyens humains © Radio France – Manon Klein

Si vous habitez l’ouest de la métropole orléanaise, La Chapelle-Saint-Mesmin, Ingré, ou encore Saint-Jean-de-la-Ruelle, vous vous êtes sans doute retrouvé privé de courrier ce mardi. Les agents de La Poste du centre de distribution d’Ingré sont en grève, pour réclamer plus de moyens humains. Près de 80% des tournées prévues n’ont pas été assurées mardi selon le syndicat Sud-PTT (la direction évoque 11,31% de grévistes). Un mouvement reconduit ce mercredi 6 avril, à Ingré mais pas que. La mobilisation a fait tache d’huile au bureau de Fleury-les-Aubrais où sept personnes sont en grève également ce mercredi selon Sud-PTT.

Des tournées à rallonge, conséquence d’un manque de postiers

Les grévistes dénoncent des conditions de travail dégradées depuis la réorganisation de La Poste fin Septembre. « Le cœur du problème c’est le manque de moyens, le manque de moyens humains, et les tournées qui sont comme on dit chez nous ‘à découvert’, c’est-à-dire qui ne sont pas distribuées parce qu’il n’y a personne sur ces tournées là. Samedi il manquait trois agents (…) lundi encore trois. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Surtout que l’on a des contrats précaires -malheureusement- qui sont arrêtés. Là samedi on a contrat CDD qui n’a pas été renouvelé alors que l’on est en sous-effectif complet » explique David Sempé, secrétaire du syndicat Sud-PTT dans le Loiret.

« On fait des heures sup’ depuis au moins huit semaines (…) on prend des bouts de tournée en plus maintenant tous les jours de la semaine » décrit Yohann, facteur à Ingré. Il décrit les différentes étapes qui ont suivi la réorganisation de son métier fin Septembre dernier : « Ca s’est dégradé, on a encaissé, ca allait mieux et ça c’est re-dégradé. Depuis, c’est la bérézina » résume celui qui travaille à La Poste depuis 2003. « Pour faire face à l’évolution de ce contexte, amplifié par la pandémie, la Poste se doit de faire évoluer son schéma industriel et se doit d’optimiser ses coûts (…) Dans tous les cas, ces adaptations d’organisation permettent d’équilibrer la charge de travail entre chaque agent sans la surcharger. » affirme de son côté la direction de La Poste dans une réponse écrite à France Bleu Orléans.

Une grève en pleine distribution des professions de foi

Au delà des courriers qui ne sont pas distribués, ce sont aussi les professions de foi des candidats à l’élection présidentielle qui n’arrivent pas dans les boîtes aux lettres, à cinq jours maintenant du premier tour. Une période de forte activité habituellement pour les agents de La Poste, qui renforce le sentiment de colère actuel à Ingré selon David Sempé : « C’est une charge de travail supplémentaire, et en plus on a demandé aux agents de les distribuer, mais surtout en ne faisant pas trop d’heures supplémentaires« . Une position qui provoque un sentiment de colère chez les salariés, d’autant que selon le délégué syndical La Poste empoche 85 millions d’euros pour la distribution de ces tracts.

Et nous on aurait pas le droit à notre part du gâteau ? – s’agace David Sempé

En attendant, les tracts restent donc dans le centre de distribution; « et je pense qu’ils vont y rester encore un petit peu » commente le représentant Sud-PTT, qui vient d’assister au vote pour entériner la reconduction de la grève mercredi. La direction, selon lui, aurait cédé à certaines demandes faites par les salariés, mais à la marge. 

Communiqué NPA Loiret.

Solidarité avec les postiers/eres en lutte à Ingré !

La grève des personnels a débuté le mardi 5 avril à 4h 00 et a touché 90% des agentEs !

A nouveau, ce jour le 06 avril, un piquet de grève est en place au 12 Bis Rue Lavoisier à Ingré, devant la PPDC.

Les revendications reposent essentiellement sur le manque de moyen humain et l’organisation défaillante mise en place depuis fin septembre 2021.

Le manque criant de personnel pèse quotidiennement sur le moral des agents, sur l’accroissement de leurs tâches et leur fatigue physique.

Des tournées qui ne sont pas assurées, des tournées en double, des cadences intenables ont fini par mettre le feu aux poudres dans ce bureau..

. Les agents, malgré une conscience professionnelle chevillée au corps, n’en peuvent plus et ont décidé de se mettre en grève

La direction, n’ayant pas (encore) répondu favorablement aux revendications des grévistes, se met dans une position délicate quant à la distribution des professions de foi dans le cadre des élections présidentielles sur les communes de St Jean de la Ruelle, Ingré, Ormes, La Chapelle St Mesmin, Chaingy et Patay.

Rien de surprenant car révélateur d’une politique jusqu’au-boutiste envers son personnel que mène La Poste depuis de nombreuses années.

Les prévisions des directions de La Poste sont calculées sur un trafic à minima donc les effectifs le sont aussi effectifs générant fatigue et un mal-être au travail, des emplois précaires, des organisations inadaptées, rythment les journées de travail des agents.

A une situation déjà tendue s’ajoute le « fiasco » de la distribution des plis électoraux aux dernières élections, la commission d’enquête du Sénat indique que le gouvernement a missionné le cabinet de conseil Sémaphores. Pour un montant de 289 785 euros, il « accompagnera les préfectures » pour la présidentielle et les législatives. Du fric encore une fois jeté dans les poches des capitalistes alors que se sont des emplois de titulaires à La Poste qui sont nécessaires et urgents !

La Poste, seul opérateur qui distribuera les professions de foi !

Ce contrat fait suite au fiasco sans précèdent  dans la distribution des professions foi constaté par le Sénat lors des dernières élections départementales et régionales. En juin 2021, la Haute assemblée avait, là encore, mis en place une commission d’enquête. Il en était ressorti que 40 % des électeurs n’avaient pas reçu la profession de foi des candidats au second tour des régionales. Une proportion qui a atteint plus de 90 % dans plusieurs départements.

Sous le feu des critiques, le gouvernement s’était engagé à résoudre ces difficultés pour les prochaines échéances électorales. Auditionnés au Sénat, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin et son secrétaire général, Jean-Benoît Albertini, avaient pointé du doigt la responsabilité de l’entreprise Adrexo qui avait obtenu le marché de la distribution de la propagande électorale dans 7 régions et 51 départements. Ce prestataire spécialisé dans la distribution d’imprimés publicitaires, s’était montré plus que défaillant dans sa mission.

Le ministère de l’intérieur a finalement résilié, en août dernier, l’accord-cadre qui le liait à l’entreprise jusqu’en 2024. La Poste sera le seul opérateur qui distribuera les professions de foi des candidats à l’élection présidentielle et législatives. Une préconisation qui figurait dans le rapport des élus.

Evaluer la distribution des plis et maximiser la distribution

Pour quelles raisons alors, le cabinet du Premier ministre a eu recours à un cabinet de conseils, trois mois plus tard ?

Le cabinet Sémaphores a ainsi élaboré « une cartographie des risques » dans la gestion des professions de foi par les préfectures. On relève des risques liés à l’adaptation des locaux et du matériel, ou le nombre d’agents mobilisés.

Sémaphores a également été chargé d’analyser « les plans d’organisation, de contrôle et de secours pour la distribution de la propagande », établis par les préfectures.

Enfin, à l’issue des élections, Sémaphores « devra évaluer la distribution des plis, assurée par l’opérateur postal ». « Cette prestation de reporting vise à mieux identifier les plis qui n’auront pas été distribués aux électeurs. Le cabinet devra proposer des mesures « pour maximiser la distribution des plis de propagande ».

En juin dernier, à l’issue de leur mission d’enquête sur les dysfonctionnements survenus aux élections départementales et régionales, les sénateurs avaient constaté que la mise sous pli des documents de propagande électorale était de moins en moins effectuée par les agents des préfectures. Confronté à une baisse d’effectifs, l’Etat déconcentré avait recours « fréquemment » à des prestataires privés.

Selon une étude diligentée par le bureau des élections et des études politiques du ministère de l’intérieur à la suite des scrutins de 2017, pas moins de 76 % des préfectures avaient signalé des difficultés imputables à leurs prestataires (plis incomplets, retards de livraison…).

En tout état de cause La Poste n’a pas mis les moyens nécessaires pour assurer ses missions. Elle participe malgré le pognon qui coule à flot, à saboter l’information auprès des électeurs/électrices et, plus grave elle occasionne des situations de burnout pour les agents en activité !

Nous nous félicitons de voir les facteurs et les factrices d’Ingré relever la tête et se battre pour de meilleures conditions de travail et nous engageons l’ensemble des Postier.e.s à rejoindre ce mouvement surtout en cette période !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :