NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Nuages sombres au-dessus de l’Europe : face à la nouvelle extrême droite

par Panos Petrou

La montée de l’extrême droite et/ou des forces politiques autoritaires dans les pays dotés d’une sorte de régime parlementaire a été une tendance mondiale au XXIe siècle. C’est particulièrement le cas pendant la période turbulente dans laquelle le monde est entré depuis la crise financière de 2007-08. Nous avons donc vu Trump aux États-Unis, Bolsonaro au Brésil, Modi en Inde et Duterte aux Philippines, pour ne citer que quelques exemples.

Pourtant, l’Europe est probablement la région la plus touchée par ce phénomène. La percée de l’extrême droite de la marge au courant dominant a été la règle et non une exception, car des développements similaires ont été observés dans presque tous les pays européens.

Au cours des dernières années, l’Autriche et l’Italie ont été gouvernées par des gouvernements de coalition avec des partis d’extrême droite comme une composante forte, c’est-à-dire pas un « partenaire junior » d’un allié dominant. En France, Marine Le Pen est apparue comme une actrice politique établie et résiliente, qui se bat pour le pouvoir gouvernemental aux niveaux provincial et national.

La plupart des pays d’Europe de l’Est ont traditionnellement eu une présence dominante de divers courants politiques réactionnaires. Cela continue d’être le cas.

Les pays scandinaves, longtemps considérés comme les bastions de la politique social-démocrate et du régime progressiste, n’en ont pas été exemptés. Les partis d’extrême droite tels que les Démocrates de Suède, le Parti finlandais, le Parti populaire danois et le Parti du progrès, etc. sont passés de la marge à des scores électoraux à deux chiffres et ont parfois fourni aux gouvernements de centre-droit le soutien parlementaire dont ils ont besoin pour survivre. Il en va de même pour les pays d’Europe centrale qui étaient traditionnellement considérés comme des bastions de la « tolérance » libérale, comme la montée du Parti de la liberté de Geert Wilder aux Pays-Bas.

Il a également été prouvé que même les pays d’Europe du Sud qui ont des souvenirs vivants du régime militaire d’extrême droite – l’Espagne, le Portugal, la Grèce – ne sont pas à l’abri comme on le croyait initialement. La Grèce a vu l’Aube dorée néonazie – un petit gang paramilitaire actif depuis les années 1980 – entrer au parlement en 2012. En Espagne, Vox est entré triomphalement au parlement national en 2019, sept ans seulement après sa formation, remportant 10,25 et 15% aux élections cette année-là. L’exceptionnalisme portugais a reçu son premier coup dur lorsque l’extrême droite Andre Ventura et son parti Chega ont remporté 12% des voix aux élections présidentielles de janvier 2021. Une autre fameuse « immunité » a été mise à l’épreuve par l’émergence de l’Alternative für Deutschland (AfD) en Allemagne, qui a été de plus en plus normalisée malgré son noyau fasciste.

Pour résumer, la montée de l’extrême droite est devenue la nouvelle norme à travers l’Europe. Personne ne peut se reposer avec complaisance derrière la fausse affirmation selon laquelle « cela ne peut jamais arriver ici ».

Afin de comprendre l’ampleur et la profondeur de ce phénomène, nous devrions examiner certains facteurs communs qui se cachent derrière lui et certaines caractéristiques qui émergent comme (plus ou moins) communes dans la galaxie contemporaine des courants d’extrême droite.

Crise économique et politique

La crise financière mondiale de 2007-2008 et ses conséquences ont été un facteur évident et important de la croissance de l’extrême droite. La faible reprise a généré un sentiment d’insécurité sociale et économique et, dans certains cas, de troubles. Le chômage permanent ou le sous-emploi est devenu une réalité persistante pour certaines parties de la classe ouvrière, et les salaires ont largement stagné. Les classes moyennes ont été soumises à diverses pressions, dans certains cas à un déclin matériel, mais à tout le moins à une inquiétude constante quant à leurs perspectives. Il y a la tentation parmi une partie de la grande bourgeoisie de chercher et d’expérimenter des stratégies alternatives pour la gouvernance. Combinés, ces facteurs fournissent à l’extrême droite un public auquel s’adresser. Le sentiment généralisé d’une « impasse » et l’exaspération sociale qui s’ensuit peuvent être traduits par l’extrême droite en termes de « déclin de la nation » qui devrait être abordé en « restaurant sa gloire d’antan ».

La crise politique est le deuxième facteur évident qui profite à l’extrême droite. Alors que la crise financière est le contexte et la raison fondamentale de la tourmente politique, nous devrions examiner cette dernière de manière distincte. La crise politique est un phénomène plus résilient, résultat de nombreux facteurs dont la dynamique est propre et qui précède la crise financière. Le sort des partis traditionnels et la stabilité politique n’ont pas toujours été en totale synchronisation avec la situation économique. Dans mon organisation, Internationalist Workers’ Left (DEA), nous avons utilisé le terme métastases pour décrire les troubles politiques qui ont émergé même après que les premiers épisodes de la crise économique aient été relativement contenus. L’effondrement ou le déclin relatif des partis établis qui monopolisaient les allégeances politiques de la grande majorité de la population pendant des décennies après la Seconde Guerre mondiale a déclenché des forces centrifuges créant une ouverture pour les petits partis politiques. Alors que certains partis d’extrême droite ont pu faire quelques percées dans la classe ouvrière, l’extrême droite a eu tendance à bénéficier des crises dans le centre-droit traditionnel, qui libèrent des éléments sociaux déjà enclins à soutenir les idées conservatrices.

Ces tendances mondiales ont été exagérées et ont pris une forme unique en Europe. Dans cette région, la crise économique et politique s’est traduite par une crise de « l’intégration européenne », c’est-à-dire le projet de la zone euro et de l’Union européenne. La gestion de la crise par Bruxelles a pris deux formes. Les pays les plus faibles et les plus durement touchés d’Europe du Sud se sont vu offrir des plans de sauvetage – décrits de manière perverse comme une forme de soutien – en échange d’une austérité budgétaire sévère. Ces mesures ont été conçues pour protéger les créanciers privés de toute perte en comprimant les travailleurs et les pauvres.

Cette stratégie a été convenue d’un commun accord pour protéger le cœur des intérêts de la classe dirigeante dans tous les pays concernés. Mais les accords internationaux – appelés mémorandums – et les mécanismes européens formés pour superviser leur mise en œuvre ont enflammé les sentiments nationalistes à tous les niveaux, alors que tout le monde essayait de détourner la colère publique des capitalistes locaux. Dans le Nord, l’argument nationaliste se plaignait que « l’argent de nos impôts est dépensé pour que les paresseux du Sud maintiennent leur mode de vie insouciant ». Dans le Sud, les nationalistes ont fait valoir que « l’austérité nous est imposée par les vicieux du Nord, qui veulent affaiblir et coloniser notre pays ». Au fur et à mesure que les choses évoluaient, cette façon de déplacer le blâme s’est répandue presque partout – pas seulement entre le Nord et le Sud. Français sentiment nationaliste ciblé « l’hégémonie allemande dans l’UE ». Le nationalisme britannique s’est révolté contre l’UE, et ainsi de suite.

Nous vivons à une époque où les compétitions capitalistes et impérialistes s’aiguisent. La montée de « l’antimondialisme » de droite, sous la forme d’un modèle économique et politique protectionniste, est une tentative de faire face à la nouvelle situation. Trump a jusqu’à présent été le partisan le plus virulent de ce changement. Quand il a fait valoir à l’ONU que « l’avenir appartient aux patriotes »1 il a compris qu’il préconisait une stratégie qui plaise à de nombreuses forces politiques, reflétant l’introspection de nombreuses classes dirigeantes. Dans le contexte européen, cet esprit protectionniste est devenu plus répandu au sein de l’extrême droite pour deux raisons. Premièrement, l’Europe a été le foyer du projet mondialiste/intégrationniste le plus avancé, sous la forme de l’UE. Deuxièmement, ce projet est confronté à l’angoisse existentielle d’être à la traîne dans la concurrence internationale et de perdre sa place dans la hiérarchie de l’impérialisme mondial.

Ainsi, pour les forces émergentes d’extrême droite, tous les vices et les maux peuvent être attribués aux bureaucrates de Bruxelles, et tout le salut sera trouvé en récupérant la souveraineté nationale. C’était clairement ce qui ressortait de l’aile eurosceptique du Parti conservateur et de l’UKIP de Nigel Farage lors du référendum sur le Brexit. Mais la priorité nationale est devenue une bannière commune à toute l’extrême droite européenne. Parfois, il y a une concession aux réalités géopolitiques en plaidant pour une Europe plus forte sous la forme d’une « libre association de nations souveraines » refondée.

Islamophobie

Si ces facteurs sont apparus dans la situation mondiale d’après-crise, nous devons prendre en compte les facteurs qui ont renforcé leurs perspectives avant cela et continuer à les alimenter. Tout d’abord, il y a le racisme, en particulier l’islamophobie. Le fanatisme anti-musulman a probablement été la seule caractéristique commune à toutes les forces d’extrême droite en Europe. Certains sont plus protectionnistes tandis que d’autres sont plus néolibéraux. Certains sont totalement réactionnaires, tandis que d’autres maintiennent une façade libérale quand il s’agit de questions sociales. Mais ils haïssent tous les musulmans.

L’extrême droite s’est nourrie de l’islamophobie dominante parrainée par l’État qui a prévalu dans le monde occidental pendant la guerre contre le terrorisme. S’appuyant sur plus d’un siècle de préjugés orientalistes, associés à des décennies de stéréotypes négatifs sur les Arabes en tant que terroristes, la campagne visant à stigmatiser les musulmans a été un outil puissant. Il a justifié l’agression impérialiste au-delà des frontières, le racisme aux frontières et l’autoritarisme à l’intérieur des frontières. Dans ce contexte, l’extrême droite a trouvé un bouc émissaire très commode et s’est présentée comme la plus déterminée à faire face à cette nouvelle menace.

Certaines parties de l’extrême droite contemporaine – en particulier en Europe du Nord – se sont même présentées comme gay-friendly et féministes, afin de prétendre défendre les valeurs prétendument européennes contre les immigrants islamistes. Bien que l’émergence de « nazis hipsters » soit un développement intéressant, il est peu probable qu’elle soit la norme.

Une réaction réactionnaire

La posture beaucoup plus courante à l’extrême droite repose sur une réaction conservatrice, déformant la réalité et affirmant que ce sont les opprimés qui constituent la menace majeure / existentielle pour la société. De ce point de vue, les droits des femmes européennes, des Blancs et des hommes sont menacés par l’arrivée d’immigrants, l’hégémonie des minorités et l’affirmation des femmes.

Certains combinent ces questions et d’autres dans une conspiration appelée « le Grand Remplacement ». Selon cette théorie, les mouvements anti-sexistes – défiant la famille traditionnelle et conduisant à un déclin des naissances indigènes – sont de mèche avec les mouvements antiracistes – demandant l’ouverture des frontières et conduisant à plus d’immigration – afin de remplacer les Européens « indigènes » par des islamistes. Certains incluent des écologistes progressistes dans leurs cibles, car ils considèrent que leur politique menace les industries nationales et / ou suscite de la sympathie pour les réfugiés climatiques.2 La plupart blâment une élite mondialiste obscure dirigée par George Soros pour ces menaces, mais quand ils se sentent plus forts ou plus confiants, ils montrent leurs vraies couleurs et ciblent la gauche: les marxistes défendent ces diverses causes.

Un porte-parole grec notoire de l’alt-right a récemment fait valoir que ce qui le dérange dans le féminisme, c’est que « cela essaie d’enflammer la confrontation… toujours avec le soutien de la gauche. Maintenant que la lutte des classes est terminée, ils [les gauchistes] créent constamment de nouveaux types de conflits afin de maintenir la crédibilité de leur récit de gauche ».3

Maintenant, cette affirmation est fausse à plusieurs niveaux. La lutte des classes n’est pas terminée, la gauche ne cherche pas – du moins ne devrait pas l’être – des mouvements de substitution, et les luttes pour les droits des femmes doivent être comprises comme faisant partie de la lutte de classe plus large. Mais le message politique est clair : la Nouvelle Droite cible tout mouvement social qui a défié la classe dirigeante d’une manière ou d’une autre, et a fourni des opportunités à la gauche de se développer et de diffuser son message anticapitaliste. Dès que le militantisme sur le lieu de travail sera en hausse, ces « populistes » s’opposeront presque certainement aux grèves et aux organisations ouvrières, comme l’extrême droite l’a toujours fait.

COVID

En plus de ces facteurs existants, la pandémie a ajouté un nouvel élément à l’arsenal d’extrême droite. À ses débuts, de nombreuses forces d’extrême droite européennes étaient prêtes à traiter sérieusement la menace. Peu de gens se sont sentis confiants pour s’opposer aux mesures sanitaires alors que les craintes du public à l’égard de la pandémie atteignaient leur paroxysme. Beaucoup ont voté pour les premiers confinements ou des pouvoirs d’état d’urgence plus larges. Au lieu de cela, ils ont utilisé la crise comme un moyen d’attiser l’hystérie envers leurs ennemis préférés: certains ont suggéré qu’il s’agissait d’une tentative chinoise de saper l’Occident, d’autres l’ont vu comme un virus mondialiste pour affaiblir la nation. Pour Vox dans l’État espagnol, c’était l’occasion de critiquer la grève féministe qui s’est produite quelques jours avant le premier confinement. Mais lorsqu’ils étaient au pouvoir, les réactionnaires ont adopté une politique négationniste, selon Trump, Bolsonaro, Boris Johnson. Bientôt, l’extrême droite européenne a suivi leur exemple. Avec Trump comme haut-parleur mondial, l’opposition à diverses mesures sanitaires est devenue une politique commune pour la grande majorité de l’extrême droite européenne.

En l’absence de recherches sérieuses dans ce domaine, il est difficile de développer des détails et des études de cas, qui varient en fonction de la situation concrète de chaque pays. Quelques remarques éparses et initiales suivent.

Dans les pays avec une tradition libertaire individualiste de droite – les États-Unis étant l’exemple – l’opposition à toutes les mesures sanitaires comme étapes vers une dictature communiste est le thème dominant de l’extrême droite. On peut en dire autant des groupes fascistes dans la plupart des pays, avec leur mépris typique pour la vie, leur soutien à la soi-disant sélection naturelle et leur hostilité à l’égard des sociétés qui « deviennent molles ». Ces groupes sont restés fidèles à la devise historique des phalangistes espagnols : « Vive la mort ! » Ces groupes ont été responsables des attaques les plus violentes et ouvertement anti-santé lors de manifestations anti-confinement ou anti-vax plus larges, y compris des attaques contre les centres de vaccination et les cliniques COVID.

D’autres partis d’extrême droite ont eu tendance à donner la priorité à l’opposition à des mesures spécifiques, en fonction de leur public, des conditions locales et de leurs caractéristiques uniques. Certains pays ont connu une forte opposition au confinement, mais un silence relatif sur le vaccin, reflétant peut-être le désir de la classe moyenne de « s’ouvrir aux affaires ». D’autres pays n’ont pas eu d’opposition notable aux confinements, mais sont confrontés à des manifestations contre le vaccin. C’est particulièrement le cas lorsque les théories du complot, l’obscurantisme et le fondamentalisme religieux forment une partie importante de l’écosystème d’extrême droite.

Enfin, dans les pays où les thèmes traditionnels du nationalisme, du racisme et de l’anticommunisme leur offrent de meilleures opportunités de construire leurs forces, l’extrême droite a ajouté l’opposition à telle ou telle mesure de santé à son répertoire, mais pas en priorité absolue.

S’il serait exagéré de dire que toutes les forces d’extrême droite européennes ont mis l’accent sur l’opposition aux mesures sanitaires, il est vrai que les mouvements d’opposition/négationnistes dans tous les pays européens ont été marqués par la présence active de forces d’extrême droite, qu’elles interviennent ou les dirigent. Ces mouvements ont donné l’occasion à l’extrême droite de promouvoir son récit sur la pandémie et sa propre version déformée de la résistance aux élites. Il reste à voir dans quelle mesure ils seront durables et quel impact durable ils auront sur le renforcement de l’extrême droite à l’avenir.

La situation actuelle

Après avoir exploré les facteurs qui façonnent leur croissance et leur développement ces derniers temps, je vais essayer d’évaluer leur état actuel.

Sur le plan électoral, les deux dernières années ont été marquées par un arrêt de l’avancée auparavant rapide de l’extrême droite, mais aussi par l’affirmation de sa présence établie. Les élections au Parlement européen de 2019 en ont fourni les preuves les plus récentes à l’échelle du continent. Dans une compétition électorale qui leur est généralement avantageuse, l’extrême droite dans la plupart des pays n’a pas réussi à répondre à leurs attentes d’une marche imparable. Mais en même temps, ils ont tenu bon dans l’ensemble, maintenant le soutien qu’ils ont gagné dans leur phase initiale de percée. Ils ont maintenant prouvé qu’ils sont là pour rester, que leurs organisations expriment quelque chose de plus profond et de plus résilient qu’un vote de protestation accidentel.

En ce qui concerne les élections nationales, l’exemple le plus récent et le plus typique est celui de l’Allemagne. L’Alternative pour l’Allemagne (AfD) est entrée au parlement national en 2017, remportant la troisième place et 12,6% des voix. En septembre 2021, ils ont remporté 10,3% et sont tombés à la cinquième place. À quelques exceptions près, cet échec à s’appuyer sur les succès précédents a été la norme en Europe ces derniers temps.

Pour l’instant, le centre a résisté à la pression électorale. Cela a pris différentes formes. Dans certains cas, nous avons vu la résilience des partis établis de centre-droit ou de centre-gauche, selon le pays et s’ils n’étaient pas au gouvernement pendant les pires jours de la crise. Ailleurs, nous avons vu l’émergence de nouvelles forces qui donnent un brillant éclat à l’establishment néolibéral – voir Macron – ou le renforcement de petits partis comme les Verts. Le fait est que le centre au sens large du terme, qui comprend des partis qui ne sont peut-être pas traditionnels mais qui sont politiquement traditionnels, a prouvé sa capacité à survivre et à s’adapter.

Il convient de noter que l’extrême droite a été confrontée aux problèmes habituels associés à la gouvernance à la fin de l’ère néolibérale. En Autriche, le Parti de la liberté a obtenu son meilleur résultat depuis près de 20 ans en 2017, avec 26% des voix. Il est entré dans un gouvernement de coalition sur un pied d’égalité avec le Parti populaire autrichien de droite. Cela a été sapé à la mi-mai 2019 lorsque le scandale d’Ibiza a émergé, lorsque son dirigeant a été enregistré en train de solliciter des fonds auprès d’un oligarque russe et de suggérer qu’il avait l’intention de censurer les médias autrichiens à son propre profit. La coalition s’est effondrée et lors des élections suivantes, le vote du Parti de la liberté a été réduit à 16% (encore impressionnant). En Italie, en août 2019, Mateo Salvini s’est senti suffisamment confiant pour faire tomber le gouvernement de coalition avec le Mouvement cinq étoiles, dans l’espoir de remporter des élections et de former un gouvernement d’extrême droite pur. Il a été déjoué par le Premier ministre Conte, qui a réussi à éviter une élection et à former un nouveau gouvernement de coalition avec le Mouvement cinq étoiles et le Parti démocrate () de centre-gauche. Les derniers développements en France semblent suggérer que Marine Le Pen pourrait payer le prix de ses efforts incessants pour faire appel à la classe dirigeante en tant que parti de gouvernement respectable et digne de confiance, laissant son flanc d’extrême droite exposé à la concurrence d’Eric Zemmour.

Il n’est pas facile d’expliquer cet arrêt temporaire. On pourrait soutenir que l’extrême droite manque d’un projet économique clair, essayant d’équilibrer entre l’accommodement au néolibéralisme et la promotion du chauvinisme social. Ils sont également tiraillés entre l’expression de l’euroscepticisme et la reconnaissance du caractère irréversible – ou du moins difficile à inverser – de certains aspects de la mondialisation et de l’européanisation. Cet hybride qu’Henri Wilno a décrit comme le national-libéralisme4 n’est guère une stratégie cohérente qui puisse gagner la confiance de la majorité de la classe dirigeante à ce stade. Les maux de tête générés pour la classe dirigeante britannique par le Brexit en sont l’exemple le plus dramatique.

Une autre raison qui pourrait expliquer leur incapacité à construire le soutien nécessaire pour revendiquer un gouvernement est que la classe dirigeante pourrait les considérer comme un handicap en termes de garantie de la paix sociale et de supervision de la politique comme d’habitude: Une critique typique de Trump, même de la part de certains de ses partisans, était qu’il remuait le nid de frelons avec son style politique effronté et conflictuel.

Ces facteurs combinés suggèrent que l’extrême droite n’est pas le premier choix pour la plupart des classes dirigeantes. Ils préfèrent épuiser d’autres options avant de promouvoir les populistes au gouvernement. L’extrême droite est une réserve précieuse, mais n’est encore qu’une réserve. Du moins pour l’instant. Il convient de noter que Steve Bannon, le prince noir de l’extrême droite internationale, s’est installé à Bruxelles pour apporter son expertise, ses relations et son soutien matériel derrière divers partis d’extrême droite en Europe.

La principale caractéristique de la période est la volatilité et l’incertitude. Il serait naïf d’essayer de faire des prédictions sur le cours futur des événements. Les alarmistes qui prédisaient que l’extrême droite était sur une marche imparable vers le pouvoir se sont trompés. Mais la même chose peut arriver aux affirmations complaisantes et auto-félicitantes sur la défaite du populisme et la résilience du centre, qui prévalent dans les commentaires libéraux en ce moment.

C’est l’une des raisons d’éviter la complaisance. Il y en a un deuxième, qui se rend compte de l’ampleur du problème qu’est l’établissement permanent de l’extrême droite en tant que force politique dominante.

En 1999, lorsque le Parti de la liberté d’extrême droite est entré dans un gouvernement de coalition en Autriche, l’Europe a été choquée. Chumbawamba a fait circuler une version éditée de leur ancienne chanson antifasciste « Enough is Enough », qui a été jouée en direct lors de concerts massifs en Autriche et est devenue un hymne instantané dans toute l’Europe. Les antifascistes ont manifesté dans de nombreux pays européens. Les gouvernements se sont sentis obligés de parler de suspendre les liens avec l’Autriche. Vingt ans plus tard, de nombreux antifascistes sont soulagés lorsque les partis d’extrême droite ne reçoivent « que » de faibles votes à deux chiffres.

Cette présence établie de l’extrême droite a un impact bien plus important que les résultats électoraux. Ces derniers servent de manifestation concrète d’un problème plus profond : la normalisation des idées d’extrême droite. Craignant le meurtre par ses ennemis, Mithridatis, l’ancien roi du Pont, s’injectait régulièrement de petites doses de poison, de sorte que son corps s’habituait aux substances nocives. Le terme « mithridatisme » provient de cette histoire, signifiant l’accommodement progressif et l’engourdissement face aux effets normalement nocifs. Ce terme décrit avec précision ce qui se passe en Europe en ce qui concerne le racisme et les idées d’extrême droite en général.

Les scores électoraux de l’extrême droite reflètent cette situation et font partie d’un cercle vicieux : le centre applique des politiques réactionnaires qui permettent la croissance de l’extrême droite, puis l’extrême droite renforcée pousse le centre à adopter encore plus de ses idées. Ce qui était autrefois considéré comme une préoccupation marginale est maintenant légitimé, permettant ainsi la poursuite de la croissance de l’extrême droite sur une base encore plus extrême. Les questions du racisme et des réfugiés en sont un exemple clair: des choses qui auraient été considérées comme extrémistes il y a des années relèvent maintenant du bon sens dans la forteresse Europe. Les intellectuels de la Nouvelle Droite en France et en Italie plaident pour cette stratégie depuis les années 1970. Ils ont compris que s’en tenir aux symboles du passé discrédité nuisait à leur cause, et ont exhorté les néofascistes à se concentrer « sur le champ des valeurs, qui ne sont pas liées à la politique au sens traditionnel du terme, mais ont un impact direct sur l’existence ou non du consensus social, qui est régi par la politique ».5 Jean-Marie Le Pen a été un disciple de cette école et l’expression « Lepenisation des esprits » a émergé dans Français discours public, afin de décrire la portée de ses idées dans Français société, au-delà de ceux qui sont prêts à voter pour lui. Comme Pierre Milza l’avait soutenu, « les idées de Gramsci ont été utilisées pour le triomphe de ses ennemis »,6 se référant à la guerre de position en cours et à la lutte pour l’hégémonie de la Nouvelle Droite. C’est ce genre de guerre à laquelle nous avons été confrontés ces dernières années.

La montée de l’extrême droite est un phénomène complexe, avec de nombreuses variations, car les réactionnaires s’adaptent à des situations locales concrètes. Dans la partie suivante de cet article, j’aborderai quelques cas différents que je connais suffisamment pour développer, des cas qui mettent en évidence les différentes formes que prend l’extrême droite et qui, pris dans leur ensemble, peuvent contribuer à comprendre le phénomène dans son ensemble.

Italie : De la transformation raciste-nationaliste de la Lega à la montée de Fratelli D’Italia

La Ligue du Nord italienne existe depuis le début des années 1990. Il n’a jamais mené une lutte ouverte pour l’indépendance, mais a désigné les Italiens du Sud comme boucs émissaires parce qu’ils étaient pauvres et paresseux, arguant qu’une plus grande autonomie permettrait au Nord plus riche d’éviter de payer des impôts pour soutenir le Sud. Il a bénéficié d’un certain soutien parmi les classes moyennes du nord de l’Italie, affichant de bons résultats aux élections municipales / régionales et servant occasionnellement de partenaire junior aux gouvernements nationaux de Silvio Berlusconi.

Sous la direction de Matteo Salvini, le parti s’est déplacé pour profiter d’une série de développements. En particulier, la crise du Berlusconisme au lendemain de la crise financière mondiale a déclenché des forces centrifuges dans le camp de droite. Le parti a également pris des positions fermes sur les réfugiés et la crise de la dette du capitalisme italien.

Le parti a maintenant abandonné son point de référence géographique, se rebaptisant simplement Lega. Salvini a projeté son parti comme la principale force nationale de droite. Les migrants ont remplacé les Italiens du Sud comme principal bouc émissaire, et leur récit est passé de la défense de la classe moyenne du Nord contre l’État à une défense nationaliste de la classe moyenne italienne contre la bureaucratie européenne à Bruxelles. La Lega a fait quelques percées dans certaines parties de la classe ouvrière et dans certaines parties du centre et du sud de l’Italie. Mais il reste surtout un parti de petits et moyens capitalistes, basés principalement dans le Nord.

En ce qui concerne l’économie, son message principal tourne autour des allégements fiscaux pour les entreprises. Mais plus récemment, il a eu un certain succès dans la construction d’une coalition nationaliste-raciste autour de l’opposition aux secteurs les plus mondialisés du grand capital, que Salvini associait au parti de centre-gauche résolument pro-UE, et aux migrants. Lorsqu’il était au pouvoir, l’opposition à la première s’est avérée être principalement démagogique, mais Salvini, en tant que ministre de l’Intérieur, a surcompensé par une activité rigoureuse contre la seconde. Pour couvrir ses politiques néolibérales typiques et ses accords avec l’UE, il a pris une série de décrets infâmes ciblant les droits des migrants et les ONG qui se sont engagées dans des missions de sauvetage en Méditerranée, mais ont également restreint le droit de manifester et de faire grève. Il a également réprimé durement les centres sociaux, les bâtiments occupés qui servent de bastions de l’autonomisme italien. Ces espaces ont été parmi les derniers bastions d’une activité continue de gauche au lendemain du recul de la gauche politique et du mouvement syndical.7

Après la chute du premier gouvernement Conte en août 2019, la Lega est revenue dans l’opposition jusqu’en février 2021, date à laquelle elle a commencé à apporter un soutien parlementaire à un gouvernement d’unité nationale. Cette nouvelle coalition a réuni tout le spectre de la politique parlementaire italienne derrière le favori de l’establishment, Mario Draghi, l’ancien chef de la Banque centrale européenne.

Le seul parti parlementaire qui ne fait pas partie de cette unité nationale est les Frères d’Italie (Fratelli d’Italia). Cette organisation est la dernière d’une série de mutations et de rebrandings de l’ancien MSI, le courant fasciste qui a émergé après la chute de Benito Mussolini. Ce qui est inquiétant, ce sont les Frères qui ont le plus de succès à ce jour. Leur croissance a été rendue possible par le climat toxique créé par Salvini au gouvernement, et maintenant ils bénéficient d’être la seule opposition parlementaire. Dans les sondages, les Frères ont dépassé la Lega en tant que force majeure à droite, une tendance qui s’est confirmée lors des récentes élections municipales. À Rome, leur candidate la plus populaire au conseil était Rachele Mussolini, la petite-fille du dictateur fasciste. L’absence de carrière personnelle et de célébrité suggère que Rachele a été élue entièrement à cause de son nom de famille, et non malgré cela.

De nombreux analystes estiment qu’une coalition gouvernementale entre la Lega et les Frères est un résultat très possible – bien que cauchemardesque – des prochaines élections. Même si cela ne se produit pas, l’Italie est maintenant fermement établie comme un pays où le centre-droit traditionnel a été relégué au statut junior dans le camp de droite. Si les Frères parviennent à vaincre la Lega, après que la Lega ait vaincu Berlusconi, ce sera un signe extrêmement inquiétant d’une radicalisation constante de la droite large.

Pendant la montée de la Lega, le sentiment réactionnaire s’est principalement exprimé par des actes individuels de violence raciste.8 La Lega elle-même a été plus ou moins « institutionnalisée » dès le départ. Bien qu’il ait organisé un rassemblement rituel occasionnel pour donner un vague sentiment d’appartenance à ses partisans, il a toujours été un parti qui s’occupait principalement des tâches routinières de l’administration locale. Le contexte actuel est tout à fait différent. Dans le contexte de la montée des Frères d’Italie et des manifestations anti-vax croissantes contre le Col Vert, les fascistes organisés de Forza Nuova se sont sentis encouragés à s’intensifier. Ils ont attaqué le siège de la CGIL, la principale fédération syndicale, à Rome – non pas dans l’ombre, mais en plein jour, en tant que dirigeants d’une foule de 10 000 personnes.9 Cent ans après la destruction des Chambres du travail par les Chemises noires de Mussolini, c’était un rappel menaçant de la menace qui se profilait derrière cette radicalisation constante à droite.

Espagne : Vox et la réaction réactionnaire

Le contexte de la montée soudaine de Vox a été décrit avec précision par Miguel Urbán d’Anticapitalistas, dans le titre d’un article pertinent: « Le franquisme n’est jamais mort ».10

La transition de la dictature franquiste à une démocratie parlementaire à partir de 1978 s’est déroulée sans heurts, entièrement contrôlée par la classe dirigeante. Cela a été facilité par le respect des partis socialiste et communiste. Les franquistes sont restés puissants dans l’appareil d’État, qui n’a jamais été purgé des éléments fascistes. Même le parti de droite traditionnel, Partido Popular, a ses racines dans une alliance d’organisations franquistes fondées par d’anciens responsables de la dictature.

Le PP a dû faire face à de nombreuses épreuves pendant la crise économique mondiale. De puissants mouvements sociaux ont contesté son pouvoir et le système politique hérité de la transition, ciblant la monarchie, l’austérité et la constitution centraliste de 1978. Ces défis comprennent le mouvement féministe le plus massif et le plus militant d’Europe, mobilisant des centaines de milliers de femmes et organisant des « grèves féministes » réussies chaque Journée internationale de la femme ; un réveil du nationalisme catalan, avec l’émergence d’un mouvement qui a poussé à un référendum sur l’indépendance catalane ; une série de scandales qui ont fait du mal à bon nombre de ses principaux membres et des défaites électorales subséquentes.

C’était le contexte de la formation de Vox. Les courants franquistes, restés pendant des années dans la grande tente du PP, ont estimé qu’il y avait à la fois le besoin et le potentiel d’organiser une intervention politique indépendante.

Vox est probablement l’exemple le plus typique de la réaction réactionnaire qui stimule la croissance de l’extrême droite. C’est peut-être le parti le plus agressivement sexiste de l’extrême droite européenne, très virulent sur son hostilité pure et simple aux droits des femmes. Ce n’est pas un hasard si cela se produit dans le pays avec le mouvement féministe le plus militant.

Dans le même ordre d’idées, Vox peut être décrit comme un produit de la crise constitutionnelle sur la Catalogne. Bien sûr, il y a un consensus sur « l’intégrité de l’Espagne » parmi toutes les forces politiques nationales. Mais avec le nationalisme espagnol fouetté dans une frénésie contre les autonomistes, c’est Vox qui en a le plus bénéficié, accusant les socialistes et Podemos de traîtres pour leur insistance sur une solution négociée, et ciblant d’autres forces de droite pour ne pas vouloir faire face à cette prétendue menace existentielle.

Vox s’inspire également fortement du thème médiéval de la reconquista, lorsque le pape cherchait à chasser tous les musulmans de la péninsule ibérique. Selon Vox, les chrétiens espagnols doivent « reconquérir » l’Espagne des immigrants et des réfugiés musulmans. Le terme était également populaire parmi les forces du général Franco, qui se sont battues pour « reconquérir » l’Espagne du fléau du communisme impie. Cette fusion du fanatisme et de la réaction fasciste s’est accélérée après l’émergence d’un gouvernement de coalition du Parti socialiste (PSOE) et d’Unidas Podemos, qui s’appuyait sur le soutien parlementaire des partis nationalistes régionaux de Catalogne et du Pays basque. Dans le récit de Vox, cette reconstitution de 1936 menace l’État espagnol « Una, Grande Y Libre ! » – Un, Grand et Libre. Les forces autonomistes menacent l’unité de l’Espagne ; les « communistes » de Podemos menacent sa liberté, tandis que le PSOE est ciblé pour leur avoir permis les deux.

L’exception grecque ? L’aube dorée montante et descendante

La Grèce a été un cas assez unique dans la tendance générale de la croissance de l’extrême droite. D’une manière générale, nous voyons en Europe la montée des partis d’extrême droite et des populistes de droite qui respectent les règles des régimes libéraux – ou prétendent le faire pour l’instant – quelque peu séparés des formations paramilitaires violentes qui sont plus petites et plus marginales. Dans Aube dorée, nous avons assisté à la montée d’un groupe qui bénéficiait d’une représentation parlementaire et d’un public de masse et qui avait également une idéologie ouvertement fasciste et des milices violentes dans les rues.

Bien que prudent, j’ai tendance à croire que l’avenir (prévisible) appartient à ce que nous appelons les « fascistes en cravate » par opposition aux « fascistes avec des bottes ». Cela a été le modèle dominant, et cela a porté ses fruits pour l’extrême droite européenne. Cela dit, la Grèce nous rappelle qu’il serait naïf de soutenir que quelque chose de plus proche du fascisme historique ne peut pas se reproduire.

De nombreux facteurs aident à expliquer pourquoi la Grèce a été le lieu de ce terrible développement. L’ampleur de la crise – tant économique que politique – était inégalée ailleurs en Europe. L’histoire moderne du pays, avec une guerre civile de 1946-49, un régime de terreur blanche dans les années 1950 et une dictature militaire de 1967 à 1974 offre des expériences récentes sur lesquelles l’extrême droite peut s’appuyer. Enfin, l’effondrement de la version respectable de l’extrême droite – LAOS, Rassemblement populaire orthodoxe – après qu’elle a rejoint un gouvernement de coalition pour aider à imposer les diktats du FMI et de l’UE sont quelques-unes des réponses.

Mais le facteur le plus important était le niveau de lutte des classes. Ce n’est pas un hasard si Aube dorée a intensifié ses activités et a trouvé un soutien accru parmi une partie des médias et de l’État grec au début de 2009. En décembre 2008, le meurtre par la police d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, a conduit à un soulèvement de jeunes qui a secoué la classe dirigeante et défié la capacité de la police à contrôler les rues. La tourmente était telle que certains responsables gouvernementaux traditionnels envisageaient ouvertement de déployer l’armée pour rétablir l’ordre. La rébellion a fini par perdre de son élan, mais avec le capitalisme grec sur le point de faire face à la crise économique dévastatrice, il était largement admis que la révolte de décembre était un aperçu d’un avenir potentiel. L’extrême militarisation de la police grecque s’est accélérée à la suite des manifestations, ainsi qu’une contre-attaque politique et idéologique vicieuse contre les mouvements de protestation en général. C’était une campagne multidimensionnelle qui a été décrite comme une « politique anti-rébellion », une forme de contre-révolution préventive.

La promotion d’Aube Dorée faisait partie de cette stratégie. Au cours des scènes chaotiques de décembre 2008, personne n’a prêté beaucoup d’attention aux premiers rapports selon lesquels des groupes de citoyens prenaient la loi en main pour protéger leurs biens. Ces histoires, décrites positivement dans les médias, n’étaient que le prélude. De 2010 à 2012-13, une résistance généralisée à l’austérité a secoué la Grèce. Il y a eu des dizaines de grèves générales de 24 heures, dont certaines de 48 heures, une myriade de luttes sectorielles militantes et de mouvements de désobéissance civile, une occupation de deux mois de places publiques inspirée par Tahrir en Égypte et les Indignés en Espagne, des manifestations massives encerclant le parlement pendant des heures face à une violence policière sans précédent. C’est dans cette situation politique difficile que SYRIZA, une petite coalition de forces réformistes, centristes et révolutionnaires, a été catapultée d’un parti mineur qui a reçu 3 à 5% des voix, à la lutte pour le pouvoir gouvernemental.

Au cours de la même période, Aube dorée a bénéficié du soutien croissant d’un éventail d’organisations.

La police avait une longue histoire de collaboration active avec l’extrême droite, qui a atteint de nouveaux sommets lors de la « biennale sombre » de 2011-13. Au cours de cette période, Aube dorée a mené de nombreuses attaques contre la gauche et les immigrants en plein jour, en même temps qu’environ 50% de la police anti-émeute a voté pour les néo-nazis.11

En tant qu’institution puissante dans la société grecque, l’Église orthodoxe a apporté un soutien significatif à Aube dorée. De nombreux prêtres de haut rang ont manifesté leur soutien public aux « bons gars en noir », une référence aux T-shirts en uniforme noir utilisés par les voyous d’Aube dorée. Les évêques ont rencontré les dirigeants de GD et ont assisté à l’ouverture du nouveau siège local du parti pour les bénir. Ils ont trouvé une cause commune lorsque GD a violemment fermé la pièce corpus christi de Terrence McNally, qui a été condamnée par l’Église comme blasphématoire.12

Une partie des capitalistes les plus notoires et les plus agressifs, y compris ceux impliqués dans le crime organisé et les armateurs du port du Pirée, ont apporté leur soutien à Aube dorée à cette époque. Leur collaboration la plus importante impliquait une tentative sérieuse d’essayer de briser les syndicats dirigés par les communistes sur les bancs des accusés, tandis qu’un éventail de petits capitalistes fournissaient également un soutien matériel aux efforts de GD pour créer ses propres structures de bien-être; mais seulement pour les Grecs.

Dans l’ensemble, Aube dorée a donc été tolérée ou activement soutenue, comme une réserve précieuse pour une classe dirigeante qui s’est sentie menacée pendant ces années tumultueuses de lutte des classes.

Dans la mythologie grecque, quand quelqu’un commet le péché d’orgueil, les dieux gâchent leur esprit, provoquant des tisis, une confiance en soi aveuglante qui les conduit à commettre des actes encore plus arrogants. Cela conduit finalement à la némésis, une punition sévère qui entraîne leur chute humiliante. Cela pourrait être un résumé de la trajectoire d’Aube Dorée.

En septembre 2013, le chien a tenté d’échapper à sa laisse et a commencé à mordre de manière incontrôlable. Un bataillon d’Aube dorée a violemment attaqué les syndicalistes du Parti communiste qui affichaient des affiches en territoire disputé au Pirée. C’était une grave escalade qui risquait une guerre ouverte avec le PC, un parti qui reste fort sur le plan organisationnel dans la région et avec une présence établie dans la politique dominante.

Peu de temps après, Aube dorée a attaqué physiquement un certain nombre de politiciens de centre-droit lors d’un forum nationaliste organisé chaque année pour rendre hommage aux personnes exécutées par des partisans pour avoir collaboré avec l’occupation nazie. Compte tenu de son importance pour la mythologie de droite, c’était un grand pas pour Aube Dorée d’essayer d’intervenir de cette manière agressive pour revendiquer l’hégémonie sur la droite large.

Pour couronner ce mois d’agression violente, des voyous d’Aube dorée ont assassiné le rappeur antifasciste Pavlos Fyssas dans la nuit du 17 septembre. Il est mort debout avec défi, protégeant ses amis d’un escadron nazi, restant fidèle à sa rime, « il n’y a aucun moyen que j’aie peur ».

Ce slogan est devenu le cri de guerre de plusieurs dizaines de milliers de manifestants défilant devant le siège d’Aube dorée dans les grandes villes et les petites villes de toute la Grèce. Trente manifestations de ce type ont été organisées immédiatement après le meurtre, dont 100 au cours des deux semaines suivantes. Ces manifestations ont impliqué des milliers de personnes, bien au-delà de ceux qui se livrent habituellement à des activités antifascistes.

Cette révolte antifasciste et la colère populaire généralisée ont forcé la main du gouvernement. Le ministre de l’Intérieur, un homme qui avait auparavant cherché à poursuivre The Guardian pour avoir révélé la torture policière contre des antifascistes arrêtés, a soudainement « découvert » des dizaines de cas de crimes d’Aube dorée qui accumulaient la poussière dans ses tiroirs depuis des années.

Aube dorée avait surjoué sa main, à un moment où la classe dirigeante grecque n’avait pas atteint le point de permettre une sorte de « solution fasciste ». Mais c’est la riposte massive qui a clairement montré à la classe dirigeante que l’escalade de la violence néonazie causerait plus de problèmes qu’elle n’en résoudrait. L’existence d’un mouvement antifasciste dynamique, d’une gauche forte et du contexte plus large d’une forte résistance de la classe ouvrière signifiait que les ambitions d’Aube dorée étaient un handicap politique.

L’issue du procès qui a suivi contre Aube Dorée – et leurs perspectives en général – n’était pas acquise. Au départ, la gauche a compris que la pression d’accusations contre GD était une concession timide à la révolte antifasciste. Nous nous attendions à ce que le procès se termine par un compromis entre l’État et les nazis, sacrifiant peut-être certains membres dirigeants mais permettant à Aube dorée de poursuivre ses activités.

Mais au final, le résultat a été bien meilleur que ce que nous avions osé espérer. Tous les membres de la direction et du groupe parlementaire du parti ont été reconnus coupables d’être membres d’une organisation criminelle, tandis que le chef du parti, Nikos Michaloliakos, et ses principaux sbires ont été reconnus coupables d’avoir dirigé une organisation criminelle. Dans trois affaires distinctes qui ont été examinées parallèlement et dans le cadre du grand procès, le verdict a également été rendu contre les membres du GD des escadrons qui ont tué Pavlos (meurtre), attaqué des pêcheurs égyptiens (tentative de meurtre) et des syndicalistes du PC (infligeant des blessures graves). Des peines allant de cinq à 13 ans, selon les accusations – car il y avait un tas d’autres infractions pour chacune, comme la possession illégale d’armes, etc. – ont été imposées à 57 membres de la DG, les peines maximales étant pour les hauts dirigeants (à l’exception du voyou qui a tué Pavlos, qui a reçu une peine d’emprisonnement à perpétuité).

L’importance du verdict était que GD a été déclarée organisation criminelle dans son ensemble, portant l’entière responsabilité des crimes commis par ses escadrons. Cela ne laissait aucune place pour présenter les crimes commis pendant toutes ces années comme des incidents isolés – distincts de la vraie nature du parti – ou pour rejeter toute la faute sur les voyous dépensiers aux échelons inférieurs.

Ce résultat a été déterminé par la lutte sociale et les développements politiques en Grèce au cours des années du procès. Cela ne vise pas à minimiser les efforts des avocats de gauche qui ont dirigé le procès. Loin de là, leur intervention juridique et leur travail juridique et politique détaillé sur cinq à six ans se sont avérés importants à de nombreuses étapes du procès. « Sans l’existence de l’Action civile, il n’y aurait pas de cas du tout ! », a fait valoir un défenseur des néo-nazis. En effet, le procureur de l’État a d’abord proposé l’acquittement de tous les membres d’Aube dorée de tous les chefs d’accusation, et n’a jamais cessé d’afficher sa sympathie pour eux. On ne peut qu’imaginer un procès avec des avocats de la défense nazis d’un côté et ce soi-disant procureur de l’autre ! Mais les avocats de l’Action civile, étant des militants de gauche chevronnés, ont toujours reconnu l’importance d’un mouvement de masse dans la détermination du résultat final.

La mobilisation antifasciste n’a jamais cessé, l’anniversaire annuel du meurtre de Pavlos devenant une date extrêmement importante pour le calendrier de tout militant. Aube dorée s’est avérée faible lorsqu’elle a perdu la confiance que l’État sera toujours là pour la protéger. Forcés de retirer leurs gangs des rues, sous la pression du procès et du mouvement antifasciste, Aube dorée s’est désintégrée sur le plan organisationnel, tandis que ses alliés électoraux les plus en vue ont sauté le navire en train de couler. Ceci est d’autant plus remarquable que la situation politique leur a offert des opportunités – des rassemblements de masse contre la Macédoine, des tensions croissantes avec la Turquie, un nombre croissant de réfugiés.

À l’été 2019, ils ont finalement été expulsés du parlement et une série de scissions ont suivi. La Nouvelle Démocratie a rallié le vote de droite autour d’elle et a gagné la pleine confiance de la classe dirigeante. Pendant ce temps, un nouveau parti d’extrême droite, « Solution grecque », est entré au parlement, déclarant son éloignement des pratiques les plus fascistes d’Aube dorée. Ainsi, quand le moment est venu pour le verdict, les fascistes étaient politiquement consommables. Pour être clair comme de l’eau de roche sur l’ordre des choses: le parti a été vaincu devant le jugement; la décision reflétait le succès du mouvement politique à les isoler et à les écraser.

La leçon d’Aube Dorée est que cela peut être une erreur fatale de se concentrer exclusivement sur les machinations d’en haut, ce qui peut conduire à être passif, une posture qui sous-estime l’intervention des masses dans la formation du terrain. Le jour du verdict a été un dernier rappel – et quel rappel ! – de qui étaient ceux qui ont battu les nazis. Le 7 octobre, jour que nous n’oublierons jamais, plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées devant le tribunal.13 Ils étaient là pour célébrer, en prévision d’une victoire qu’ils comprenaient à juste titre comme leur propre fabrication, ou pour exploser au cas où les nazis seraient laissés à l’écart.

Kostas Plevris, l’ancien patriarche du national-socialisme grec, qui a été recruté comme avocat par l’un des dirigeants de la DG dans les dernières étapes du procès, a résumé l’ambiance de la journée : « Sur le chemin de cette salle d’audience, j’avais l’impression d’entrer dans un tribunal populaire pendant la révolution Français ».

Un animal différent : « Orbánisation » en Hongrie

Outre la montée électorale des partis d’extrême droite ou l’activité de formations plus ouvertement néofascistes, il convient de mentionner une autre évolution, qualitativement différente mais qui fait partie de la tendance : la radicalisation des partis de droite établis. Ce processus a été nommé Orbánisation, d’après le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

Son parti, le Fidesz, s’est progressivement déplacé vers la droite. Au cours des années 1990, il a évolué du libéralisme au conservatisme, quittant l’Alliance des démocrates libres, qui rassemble des partis comme le FDP allemand ou les libéraux-démocrates britanniques, pour rejoindre le Parti populaire européen, l’alliance du centre-droit. Depuis son arrivée au pouvoir en 2010, le parti a poursuivi son évolution vers la droite. Il a adopté une série de politiques réactionnaires contre les Roms, les personnes LGBTQ, les immigrants non chrétiens et les sans-abri. Il a cherché à étendre le contrôle du parti sur les branches de l’État et des médias, s’est engagé dans des conflits occasionnels – réels et mis en scène – avec Bruxelles, et a ciblé George Soros dans une propagande publique dangereusement proche de l’antisémitisme explicite. Sur le front économique, il s’est engagé dans un changement limité par rapport aux orthodoxies économiques, déployant certaines politiques économiques interventionnistes, certains aspects de la protection paternaliste, obligeant les compagnies d’électricité à facturer moins cher et leur payant la différence. En même temps, ils ont démantelé les droits des travailleurs tout en rendant la vie insupportable pour les chômeurs. Les dirigeants du Fidesz n’hésitent pas à décrire ouvertement le régime qu’ils ont essayé de construire comme une « démocratie chrétienne illibérale ».14

Victor Orbán a présidé à la version la plus extrême de cette tendance générale au sein de la droite dominante. Il est révélateur que le Parti populaire européen se soit senti suffisamment gêné par cet allié pour suspendre le Fidesz puis modifier les règles de son groupe parlementaire pour permettre l’expulsion de toute la délégation d’un parti. Le Fidesz a depuis quitté le groupe parlementaire et a commencé à consolider ses liens avec l’extrême droite.

En ce sens, nous devrions être précis sur les utilisations et les abus du terme Orbánisation. Il peut être appliqué pour décrire une tendance observable de la radicalisation du centre-droit, qui dans certaines conditions pourrait conduire au résultat hongrois, mais ce n’est pas un processus prédéterminé. Ses résultats dépendent d’une série de facteurs, le plus important étant la situation politique et la lutte des classes. La surutilisation du terme, d’une manière qui identifie certains partis de droite avec le Fidesz et Orbán, est généralement une tendance au centre-gauche. Pour renforcer l’attraction du moindre mal alors même que la social-démocratie se déplace elle-même vers la droite, il est nécessaire de présenter leurs adversaires de centre-droit comme constamment à l’aube du fascisme pur et simple.

Cela dit, des éléments de la tendance à « l’orbánisation » peuvent être trouvés parmi de nombreux partis de centre-droit. Les conservateurs britanniques sous Boris Johnson et après la mise en œuvre de sa version nationaliste-raciste du Brexit est un cas qui devrait être surveillé. Dans la démocratie chrétienne allemande, il y a eu l’émergence d’un courant plus dur, en particulier parmi son affilié bavarois, l’Union chrétienne-sociale. Merkel a été critiquée dans son parti pour avoir permis l’entrée d’un certain nombre de réfugiés pendant la crise des réfugiés syriens de 2015-16. Bien sûr, le motif de Merkel pour autoriser un plus grand nombre de demandeurs d’asile était un calcul cynique de la quantité de main-d’œuvre importée nécessaire aux entreprises allemandes. Mais cela a été jugé trop généreux par de nombreux chrétiens-démocrates, qui ont blâmé la position pro-immigration de Merkel pour la montée de l’AfD. Avec l’ère Merkel terminée et le parti dans l’opposition après un déclin électoral substantiel, il convient de surveiller les débats qui émergeront inévitablement sur l’orientation future du parti.

L’un des cas les plus avancés est celui du Partido Popular en Espagne. Nous avons déjà mentionné les racines réactionnaires de ce parti et l’importance de son discours politique pour l’émergent Vox. Pour faire court, le PP façonne sa tactique pour s’opposer au gouvernement de centre-gauche, essayant toujours de surpasser Vox et, avant cela, les nationalistes populistes de Ciudadanos. L’exemple le plus récent et le plus flagrant de ce cours est l’ascension d’Isabel Ayuso. Elle a remporté les élections régionales de Madrid en combinant une rhétorique anti-confinement avec un anticommunisme virulent et un mélange toxique de politique trumpienne.15 Sa campagne a commencé avec le slogan « Socialisme ou Liberté » qui a rapidement évolué vers « Communisme ou Ayuso ». Ayuso est maintenant considéré comme un candidat potentiel à la direction nationale du PP, et est devenu célèbre pour avoir répété l’argument selon lequel « s’ils vous traitent de fasciste, vous devez savoir que vous êtes du bon côté de l’histoire ».16

Le gouvernement grec

Des tendances similaires ont émergé dans Nouvelle Démocratie en Grèce, qui a une histoire similaire à celle du PP espagnol. De plus, les deux partis possèdent d’importants courants monarchistes, d’extrême droite, réactionnaires et ardemment anticommunistes au sein de leurs organisations.

Cependant, il y a quelques différences. La junte grecque a été renversée par le soulèvement historique de novembre 1973, qui a joué un grand rôle dans la chute de la junte militaire, et les gouvernements suivants ont été en proie à un haut niveau de lutte des classes et de militantisme de gauche. Ainsi, alors que la « Transition » espagnole est synonyme du pouvoir durable de l’extrême droite et que la revendication d’une rupture avec ses institutions est un slogan de la gauche anticapitaliste, le terme grec, Metapolitefsi, est synonyme de militantisme ouvrier et la prévalence des idées de gauche et la demande d’une « rupture » avec elle est un slogan de droite.

Dans ce contexte post-dictature différent, la droite grecque a été forcée de freiner activement ses courants réactionnaires et semble plus sérieuse quant à la transformation en un parti libéral-démocratique moderne. Mais nous ne devons pas oublier que la Nouvelle Démocratie a été fondée comme une réincarnation de l’Union nationale radicale (ERE), le parti qui a supervisé la brutale « Terreur blanche » des années 1950. Pour beaucoup de ses dirigeants, membres et partisans, Nouvelle Démocratie est toujours comprise comme le parti des vainqueurs de droite de la guerre civile grecque.

Il y a donc toujours eu une affinité entre ND et l’extrême droite grecque. Parfois, la fraction d’extrême droite prend le dessus dans le parti, parfois elle est obligée d’accueillir une direction plus centriste, parfois les extrémistes de droite essaient d’opérer de manière indépendante, d’autres fois ils choisissent de retourner dans le giron du vaisseau-mère.

Depuis 2015, Nouvelle Démocratie est dirigée par Kyriakos Mitsotakis, considéré comme un centriste néolibéral. Mais ils ont eu du mal à s’opposer à l’austérité économique de SYRIZA – pour laquelle ils ont voté aux côtés de la direction de SYRIZA dans un coup porté à la gauche de SYRIZA maintenant radiée. Au lieu de cela, ND s’est inspiré des thèmes classiques du conservatisme, passant quatre ans à enflammer le nationalisme, le racisme et la loi et l’ordre. Les politiques de SYRIZA n’étaient pas particulièrement progressistes sur ces questions, mais il était plus facile de créer un sentiment de différenciation. ND a accusé le gouvernement de ne pas avoir réussi à arrêter l’immigration et d’être incapable de faire face à la criminalité en raison d’un préjugé anti-police dans les rangs de SYRIZA. De manière cruciale, ils ont attaqué l’accord du gouvernement SYRIZA visant à reconnaître l’ancienne République de Macédoine comme Macédoine du Nord. Bien qu’elle ait été célébrée comme une victoire par de nombreux capitalistes grecs, permettant à l’OTAN d’intégrer ce pays dans ses accords de défense, Nouvelle Démocratie l’a dénoncée comme une haute trahison. Au milieu de ces politiques spécifiques, il y avait un barrage constant de propagande sur les craintes conservatrices traditionnelles du communisme et de la gauche.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2019, Mitsotakis a gouverné d’une manière qui correspond aux sentiments conservateurs que son parti a attisés lorsqu’il était dans l’opposition. Il a cherché à maintenir le soutien des électeurs d’extrême droite et à satisfaire le courant politique organisé d’extrême droite du parti. Cette convergence d’un centriste avoué avec des éléments d’extrême droite a un raisonnement plus stratégique que le simple électoralisme ou la gestion cynique de la politique interne des partis. Les néolibéraux se sont lancés dans un projet pour « en finir avec Metapolitefsi », exigeant à la fois une attaque matérielle à grande échelle contre les conditions de la classe ouvrière ainsi qu’une attaque politique agressive contre les idées de gauche.17 Cette campagne revancharde anti-gauche est le point de convergence stratégique entre le centre et l’extrême droite.

Ce processus se reflète dans le sort de l’ancien principal parti d’extrême droite de Grèce, le LAOS. Après son effondrement pendant la crise financière, la plupart des principaux lieutenants ont sauté à Nouvelle Démocratie, où ils détiennent maintenant des ministères. Cette situation a conduit l’ancien chef du LAOS à plaisanter en disant que son parti est au pouvoir mais qu’il n’en fait pas partie. L’un de ces anciens dirigeants du LAOS, le ministre de l’Intérieur Makis Voridis, est l’un des représentants les plus sophistiqués de l’extrême droite grecque. Avant de devenir stratège, il a passé sa jeunesse dans des formations fascistes et était connu pour manier une hache dans les combats de rue avec les anarchistes dans les années 1980.

Ainsi, lorsqu’un groupe fasciste a attaqué des manifestants de gauche cet automne, un caricaturiste a brillamment résumé la situation. Il a attiré un couple de jeunes fascistes armés qui parlaient :

« Êtes-vous sûr que ce que nous sommes sur le point de faire est sûr? Je veux dire, certains des gars qui ont fait de telles choses sont maintenant en prison. »

« Ne vous inquiétez pas, d’autres gars qui ont fait de telles choses sont maintenant au gouvernement. »

Comme mentionné précédemment, il serait faux de tirer de ces faits que l’extrême droite est au pouvoir, ou que Mitsotakis est identique à Orbán. C’est probablement le gouvernement le plus dangereux auquel nous ayons été confrontés depuis 1974, il a un fort courant d’extrême droite qui dicte une partie de l’agenda gouvernemental, mais ce n’est pas un gouvernement d’extrême droite. Une évaluation sérieuse de nos ennemis est la condition préalable à l’élaboration de tactiques et de stratégies pour les combattre.

L’expérience de la Grèce montre que les politiques et les idées d’extrême droite deviennent courantes non seulement en raison de la radicalisation de l’aile droite du conservatisme traditionnel, mais aussi en raison de leur adoption cynique par le centre politique dans son ensemble.

Adaptation centriste à l’agenda d’extrême droite

La montée de l’extrême droite a conduit à une prise de conscience croissante du danger qu’elle représente, même parmi les politiciens traditionnels. Il y a beaucoup de problèmes avec les arguments antifascistes utilisés par les partis de l’establishment, généralement, mais pas exclusivement, du centre-gauche. Tout d’abord, ils sont généralement caractérisés par un alarmisme exagéré, criant constamment « Fascisme! » afin de rassembler les électeurs qui recherchent la stabilité. Deuxièmement, de tels arguments ont tendance à être associés à une action purement électorale. Si les alarmistes centristes avaient raison sur une menace fasciste imminente pour la démocratie, ils ne pourraient pas être vaincus par un simple vote. Troisièmement, ce genre d’antifascisme centriste tend à s’appuyer sur la défense du statu quo capitaliste. Ce n’est évidemment pas la tâche historique d’une gauche digne de ce nom, et en tout cas ce n’est pas une tactique efficace pour rallier l’opposition aux forces insurgées d’extrême droite.

Mais la critique la plus importante des arguments centristes contre le fascisme est qu’ils ne peuvent pas aborder leur propre rôle dans la transformation de l’extrême droite en une menace méprisable. Le Danemark est l’exemple le plus typique d’une tendance que l’on peut observer à des degrés divers en Europe. Là-bas, un gouvernement social-démocrate supervise l’une des versions les plus inhumaines du racisme institutionnel. Et il est très bruyant à ce sujet. La plupart des commentateurs traditionnels admettent que les sociaux-démocrates mettent en œuvre le programme de l’extrême droite.

Le italien, longtemps discrédité pour avoir mis en œuvre l’austérité, a parié sur le fait de se faire passer pour l’opposition antifasciste à la Lega. Ils ont ainsi amélioré leur classement. Ils ont également bénéficié de l’humeur antifasciste saine qui a émergé avec les manifestations de masse « Sardine » pendant l’alliance gouvernementale de la Lega avec le Mouvement cinq étoiles. Malgré les manifestations importantes, les messages vagues du mouvement qui évitaient toute question politique / sociale concrète autre que la haine de Salvini le rendaient facilement cooptable.

Après la déjoue de Salvini par ses anciens alliés du Mouvement cinq étoiles, le est revenu au gouvernement dans une nouvelle coalition qui s’est présentée comme une alternative démocratique à l’extrême droite. Pourtant, après dix-huit mois au pouvoir, les fameux « décrets Salvini » étaient toujours en place, et les initiatives visant à sauver des vies de réfugiés en Méditerranée continuaient d’être harcelées par la marine italienne. Puis, lorsque Mario Draghi a formé un gouvernement d’unité nationale en 2021, le a prouvé les limites de son antifascisme en collaborant une fois de plus avec la Lega.

La situation inquiétante en France

Tariq Ali a popularisé le terme « extrême centre » pour décrire la convergence du centre-gauche et du centre-droit et leur adaptation de politiques pro-capitalistes radicales. Le président Emmanuel Macron est sans doute l’incarnation vivante du centre néolibéral. Il se déclare « ni de gauche ni de droite ». Il a construit un nouveau parti à partir de zéro, attirant des politiciens socialistes et républicains sur la promesse de rétablir un terrain central stable pour la politique capitaliste. Il est européiste et libéral, et a de l’expérience dans le secteur public – en tant que conseiller auprès des gouvernements – ainsi qu’un ancien homme d’affaires. Il a réussi à remporter la présidence sur la base d’un dégoût généralisé pour son adversaire, l’extrême droite Marine Le Pen.

Pourtant, malgré la promesse d’une restauration libérale, sous Macron, la politique Français s’est considérablement déplacée vers la droite. La France a passé une grande partie du mandat de Macron sous un état d’urgence qui accorde des pouvoirs supplémentaires à l’armée et à la police. Les attaques terroristes ont été utilisées de manière opportuniste pour restreindre les droits démocratiques, y compris parfois le droit de manifester publiquement. L’ampleur de la répression que Macron a déclenchée contre le mouvement des Gilets jaunes de 2019 était sans précédent dans le contexte européen contemporain. Lorsque de tels événements se produisent dans des pays qui ne sont pas des alliés de l’Occident, ils sont condamnés comme autoritaires et antidémocratiques. Pourtant, dans ce cas, Bruxelles et l’ENSEMBLE DE L’UE sont restées silencieuses alors que des milliers de personnes ont été arrêtées et blessées, beaucoup perdant un œil ou une jambe après des attaques vicieuses de la police anti-émeute Français.

L’islamophobie a été une caractéristique constante des gouvernements Français successifs, mais sous Macron, elle a atteint de nouveaux niveaux extrêmes.18 Le plus grand scandale a été la dissolution forcée par l’État du Collectif contre l’islamophobie. C’est une organisation plutôt traditionnelle qui travaille avec des institutions locales et internationales pour fournir un soutien juridique aux victimes musulmanes de discrimination. Il a été interdit pour avoir prétendument collaboré avec des terroristes, mais la seule « preuve » donnée était le fait qu’il avait à juste titre décrit certaines politiques gouvernementales comme islamophobes.19

Cela faisait partie d’une attaque réactionnaire contre les militants et les idées gauchistes et antiracistes, en particulier sur les campus. Macron a même inventé l’expression « islamo-gauchisme », un concept dangereusement similaire au cheval de traque de l’extrême droite du « judéo-bolchevisme » dans l’entre-deux-guerres. Darmanin, le ministre de l’Intérieur notoirement réactionnaire, critique parfois Marine Le Pen d’un point de vue encore plus dur sur ces questions.

C’est dans ce contexte que l’extrême droite Français devient de plus en plus audacieuse. Un journal notoire d’extrême droite avait Jean-Luc Mélenchon en couverture, sous le titre provocateur « Les collaborateurs islamo », tandis que les bureaux du Parti communiste ont également été tagués de graffitis les qualifiant de collaborateurs. C’est une appropriation et un renversement choquants du terme, qui était traditionnellement utilisé pour décrire et faire honte au régime de Vichy de la Seconde Guerre mondiale et à ceux de droite qui étaient sympathiques aux nazis.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’un certain nombre de généraux de l’armée à la retraite se soient sentis confiants de publier une lettre ouverte mettant en garde contre la menace imminente d’une guerre civile et laissant entendre la nécessité d’un coup d’État militaire. Bien qu’extrêmes, leurs arguments n’étaient qu’une version exagérée du discours dominant dans la politique Français. Si le gouvernement n’était pas à la hauteur de la tâche d’affronter l’ennemi, les généraux ont exprimé leur confiance que les « collègues en service actif » partageaient leurs sentiments et prendraient des mesures pour assurer la sécurité de la patrie.

En 2017, entre le premier et le second tour de l’élection présidentielle Français, certains murs de Paris étaient recouverts d’un slogan : « Macron 2017 = Le Pen 2022 ». D’un point de vue purement électoral, il est trop tôt pour dire si c’était bien ou mal. Mais la dynamique politique suggérée par le slogan a été justifiée. Compte tenu de la nature du gouvernement Macron, il n’est pas surprenant que Marine Le Pen et un certain nombre d’autres personnalités d’extrême droite aient été légitimées comme des prétendants sérieux à la présidence.

C’est un rôle important dans l’explication de la nature contradictoire de la soi-disant désintoxication de la Français’extrême droite, mise en branle par Marine Le Pen. Il est vrai que le Front national/Rassemblement national semble avoir fait quelques pas loin de son passé fasciste vers la politique dominante. Mais il est également vrai que la politique dominante s’est rapprochée des positions de l’ancien Front national. On pourrait dire que la démocratie libérale et Marine Le Pen se sont rencontrées à mi-chemin. Cette image simpliste ne conclut pas le débat sur la nature du Rassemblement national, mais sert à illustrer la tendance plus large.

Stathis Kouvelakis a récemment décrit une « double banalisation du discours de Le Pen » : elle parle « comme tout le monde », après avoir conduit « tout le monde » à parler comme elle. Le dernier développement inquiétant en France est l’ascension d’Eric Zemmour. Journaliste d’extrême droite, il est devenu populaire dans le climat politique créé par Macron. Son ascension reflète le fait que de nombreux nationalistes d’extrême droite sont mécontents de la stratégie de désintoxication de Le Pen. Cette approche « sape sérieusement sa capacité à canaliser la colère et les divers ressentiments qu’elle avait réussi à cristalliser auparavant ». Kouvelakis cite Zemmour lui-même :

Il n’y a plus de différence aujourd’hui entre son discours et celui d’Emmanuel Macron… Marine Le Pen parle comme Emmanuel Macron, Emmanuel Macron parle comme Marine Le Pen, ils sont déjà au second tour, puisque personne n’est censé exister en dehors de ce second tour, et il est clair que les électeurs refusent d’être contraints à ce choix.20

Zemmour gagne du soutien en étant plus extrême – ou plus honnête – à propos de son programme. Il propage la conspiration du Grand Remplacement et parle ouvertement de ses ennemis. Lors d’une réunion publique, il a décrit le système éducatif français comme « infiltré par le marxisme, l’antiracisme et les idéologies LGBT ». Zemmour veut forcer les parents à donner à leurs enfants des « noms Français », interdisant des alternatives comme Mohammed. Il est encore plus dur que Le Pen dans son opposition aux migrants, plaidant non seulement pour la fermeture des frontières, mais aussi pour des déportations massives. Son best-seller attribue le déclin de la France aux valeurs dites « féminines », dénonçant les droits des femmes comme une « émasculation » de la société. Il est révélateur qu’il ait obtenu l’approbation implicite de Jean-Marie Le Pen, le fasciste vétéran qui a été aliéné par l’approche politique de sa fille. Jean-Marie a soutenu que Zemmour dit « tout ce que j’ai toujours dit », mais ses origines juives aident à se protéger des accusations d’être un nazi. Sur ce point, Zemmour a même soutenu que les Juifs étaient protégés par l’État Français pendant la Seconde Guerre mondiale, blanchissant le régime de Vichy qui a envoyé des milliers de juifs Français, unionistes et gauchistes dans des camps de la mort en Allemagne.

Il n’est pas encore clair si Zemmour est simplement en train de gagner une partie du soutien de Le Pen ou s’il apporte de nouvelles forces dans le camp d’extrême droite. Mais quel que soit le résultat électoral, ceux qui font face à la menace de l’extrême droite et qui sont prêts à y faire face sont maintenant confrontés à un nouvel ennemi. Cette radicalisation accrue de l’extrême droite, semblable à Fratelli d’Italia remettant en question le rôle hégémonique de la Lega, est une tendance inquiétante. Un mouvement de jeunesse, appelé Génération Zemmour, a été récemment fondé. Son nom est une reconnaissance ouverte du lien avec Génération Identitaire, le groupe néo-fasciste qui a été officiellement dissous il y a quelques mois. En réalité, il a probablement été rebaptisé, cette fois autour d’un leader reconnu qui bénéficie d’un certain niveau de soutien populaire.

Face à la nouvelle extrême droite

Cette vaste expérience accumulée dans différents pays et différents exemples nous aident à esquisser les grandes lignes de notre réponse.

– L’extrême droite tente de gagner des positions et de construire sa force ; il a déjà réussi à s’imposer et la situation politico-sociale continuera à le « nourrir » ou du moins à lui offrir des opportunités. Affronter ce genre d’ennemi n’est pas une question de campagne intense mais brève qui pourrait les écraser en quelques mois, comme cela pourrait être le cas avec les groupes extrémistes marginaux dans le passé. Nous devons nous organiser pour une lutte prolongée.

– La mobilisation dans les rues est essentielle. Les tactiques peuvent varier, en fonction de la situation exacte, de l’équilibre des forces, de la nature de chaque menace (par exemple fasciste ou non). Mais contrôler les rues au sens large de l’expression, c’est-à-dire construire des mouvements de masse, organiser des manifestations, faire le travail d’organisation locale – toutes sortes d’activités extraparlementaires sont vitales. Une telle activité peut arrêter la croissance des fascistes « traditionnels », faire face aux efforts visant à construire de nouveaux « mouvements » racistes plus larges et empêcher le soutien électoral des partis d’extrême droite de se traduire par quelque chose de plus menaçant, avec des racines sociales profondes, une organisation extraparlementaire, etc.

– Mener une bataille idéologique/politique devrait accompagner cette tâche. Maintenant, c’est quelque chose que les marxistes s’efforcent toujours de faire dans toutes leurs interventions dans n’importe quelle lutte. Mais dans le contexte où il y a une dérive globale vers la droite, en luttant pour inverser cette tendance, en confrontant les idées d’extrême droite en général (et pas seulement le parti qui les défend explicitement), gagner l’esprit des gens à la solidarité contre la haine, construire et soulever des arguments contre le racisme, le sexisme, le nationalisme et l’autoritarisme est très important. En d’autres termes, se reposer sur les lauriers des sentiments anti-nazis qui ont prévalu dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale ne suffit pas à rallier un soutien de masse dans la lutte contre ce nouvel ennemi différent.

– Les luttes sociales qui peuvent aider à construire (ou du moins offrir un aperçu) une alternative sont une nécessité dans notre lutte contre l’exploitation capitaliste et l’injustice systémique, mais ne sont pas sans rapport avec la lutte contre l’extrême droite. De telles luttes ont été le « carburant » qui, dans certains cas, a permis l’émergence de défis de gauche au centre dans un passé récent. Ces dernières années en France, Marine Le Pen, constamment protagoniste de la vie publique et des débats politiques, s’est sentie hors de propos à deux reprises. La première fois, c’était lors des manifestations des Gilets jaunes. L’extrême droite a tenté d’intervenir dans ce mouvement, mais dès qu’il a pris un caractère anti-police, anti-répression, Le Pen a été contraint de garder une distance, tiraillé entre la nécessité de faire appel à la colère interclasse contre Macron et la nécessité de rester du côté de la police, bastion de soutien à l’extrême droite Français. La deuxième fois a été le mouvement de grève inspirant contre la réforme des retraites de Macron, cette fois un mouvement de classe des travailleurs syndiqués. Le Pen s’est retrouvée tiraillée entre le maintien de sa posture démagogique anti-néolibérale et le fait de ne pas s’aliéner les employeurs et ses partisans traditionnels de la classe moyenne.21

Ces grandes « lignes directrices » mènent à une conclusion, rendant très claire une autre caractéristique de l’activité antifasciste : qu’une confrontation sérieuse avec l’extrême droite se combine nécessairement avec une confrontation avec l’État (racisme institutionnel, brutalités policières, etc.) et les forces politiques bourgeoises. Il ne s’agit pas simplement de ne pas compter sur eux comme alliés fiables. Afin d’être à la hauteur des tâches décrites ci-dessus, les activistes doivent être conscients de remettre en question le système qui permet constamment la montée de ces forces vicieuses.

Quelques constantes stratégiques

Nous sommes confrontés à une menace à multiples facettes et il existe une grande variété d’ennemis qui relèvent de la vaste catégorie de l’extrême droite. Chaque cas devrait être analysé et traité en conséquence, en tenant compte du contexte national spécifique. Il y a des débats en cours sur la nature du Rassemblement national de Le Pen en France, et beaucoup d’analyse doit être faite pour classer et organiser à la fois la Lega et les Fratelli. De même, il y a de grandes différences tactiques impliquées dans la confrontation et la défaite des escouades d’Aube Dorée par rapport à la lutte contre un gouvernement de droite avec une politique réactionnaire.

Mais quelques constantes stratégiques restent des points de départ valables et incontestés avant de passer à l’élaboration de nos tactiques.

Une erreur évidente est d’ignorer la menace posée par l’extrême droite. L’idée stalinienne du « social-fascisme » et l’ultra-gauchisme qui l’accompagne ne sont populaires parmi les parties sérieuses de la gauche dans aucun pays. Mais les arguments simplistes selon lesquels « tout le monde est pareil » peuvent résigner les militants à la passivité et à l’indifférence face à une menace croissante. Ces arguments se retrouvent partout, tout comme les tendances qui cherchent à minimiser la menace. La dérive de droite de la politique dominante peut rendre ces arguments plus convaincants, comme dans le cas de Macron. Mais il est dangereux de parier sur la possibilité que les gouvernements d’extrême droite ne soient pas pires que leurs homologues bourgeois. Mon argument ne porte pas sur les choix électoraux; le problème commence surtout si l’attitude d’un « fléau sur vos deux maisons » se traduit par le refus de s’engager dans la lutte spécifique contre l’extrême droite pendant les centaines de jours autres que le jour des élections.

Dans le contexte européen, une version encore plus dangereuse de la minimisation passive de la menace semble émerger parmi les fractions de la gauche. L’hostilité à la mondialisation, à l’UE et au centre libéral conduisant à une sorte de « compréhension » implicite de la montée de l’extrême droite. Surtout parmi certains de ceux qui ont un arrière-plan stalinien, un refus historique de s’engager dans des luttes antiracistes, antisexistes et antinationalistes est parfois attribué à ces questions faisant partie de l’agenda dit « libéral mondialiste ». Cette position joue une fonction identique mais inverse comme la domination de la politique identitaire et de l’européanisme parmi d’autres parties de la gauche. Dans ce dernier cas, la gauche est hégémonique par les ailes libérales de l’establishment, tandis que dans le premier, elle s’accommode de la politique de l’extrême droite.

La version la plus inquiétante de cette tendance est l’argument en faveur de l’écoute des préoccupations légitimes de la base d’extrême droite. Cela s’accompagne inévitablement d’une pression pour que la gauche essaie de gagner les gens de l’extrême droite en capitulant devant certaines parties de leur programme. Cela est devenu un point de tension majeur au sein du Parti socialiste néerlandais, combiné à un calcul électoraliste pour éviter les revendications impopulaires du mouvement antiraciste ou environnemental.22 La France insoumise de Mélenchon a été tourmentée par des débats similaires dans ses rangs, principalement autour des questions d’islamophobie et de nationalisme Français, et en Grèce, nous ne sommes certainement pas étrangers à de telles idées parmi les gauchistes.

L’exemple le plus typique de cette tendance est le cercle autour de Sahra Wagenknecht en Allemagne et de Die Linke. Depuis ses origines à gauche du parti, Wagenknecht a fini par critiquer son parti pour être en faveur de l’ouverture des frontières et essayer de déjouer les Verts. Ce sont tous des exemples supposés de perte de contact avec les travailleurs normaux. Sa conclusion est que Die Linke devrait reprendre les préoccupations légitimes racistes des travailleurs pour les empêcher de se radicaliser vers l’AfD.23 Décrire ces arguments réactionnaires comme basés sur une « perspective de classe » ne peut cacher le fait qu’il s’agit d’une capitulation devant le chauvinisme et le protectionnisme nationaliste.

Le deuxième piège est probablement plus répandu. C’est une résurrection du Frontisme populaire, qui consiste à chercher à construire des alliances avec des personnalités dominantes discréditées comme stratégie de lutte contre la droite.

Le journaliste Paul Mason a été l’un des premiers à relancer le terme en tant que programme positif d’action politique lors des débats sur le Brexit au Royaume-Uni. D’une part, Mason a fait référence avec éclat aux Fronts populaires en Espagne et en France, limitant sa vision à 1936 et aux premières victoires des coalitions gouvernementales. Les défaites tragiques qui ont suivi, et la montée de gouvernements d’extrême droite dans les deux cas, ont été commodément écrites hors de son récit.24 Pourtant, même alors, la politique préférée de Mason d’une alliance électorale entre le Parti travailliste contemporain et les Libéraux-démocrates – avec un accord commercial légèrement amélioré avec l’Union européenne comme plate-forme principale – rend les versions antérieures révolutionnaires en comparaison.25 Les mêmes arguments caricaturaux ont émergé en 2020 lorsque les gauchistes ont été exhortés à voter pour Biden afin d’éviter la réélection de Donald Trump.

Caricature ou pas, face à des menaces plus ou moins graves, la logique du Frontisme Populaire est réapparue dans un certain nombre de pays d’Europe. Il le fait sous le slogan de se rallier au statu quo – que ce soit l’UE ou le centre libéral – comme rempart contre les populistes d’extrême droite. L’appel vient généralement du centre-gauche, qui est généralement mieux placé pour jouer la carte antifasciste que le centre-droit. Mais il y a des cas de politiciens de centre-droit qui tentent de revendiquer des références antifascistes ou de se faire passer pour la dernière ligne de défense contre l’extrême droite. Certains membres éminents de Nouvelle Démocratie revendiquent des références antifascistes pour fournir une alternative électorale dominante à une partie de l’électorat de la DG, tandis que Xavier Bertrand avait annoncé son intention de se présenter aux primaires républicaines en France en invoquant ses victoires sur les candidats du RN aux élections régionales de 2015 et de juin dernier.26

La stratégie que nous devrions opposer à ces deux dangers est également connue du passé, le Front uni, comme le préconise Trotsky dans ses écrits contre le nazisme. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire dans le monde contemporain, avec le mouvement ouvrier dans une situation très différente de ce qu’il était dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. La tâche est d’extraire le raisonnement essentiel de la stratégie: essayer de mobiliser les forces les plus larges possibles, les unir dans l’action, maintenir l’indépendance de la classe ouvrière vis-à-vis de la bourgeoisie et de ses partis, maintenir la liberté de critiquer et l’indépendance vis-à-vis des alliés réformistes. Pour être traduite en tactique, cette logique doit ensuite être appliquée à une analyse concrète d’un contexte concret.

Une autre constante stratégique dans notre lutte contre l’extrême droite, qui n’est pas sans rapport avec la logique du Front uni, est la nécessité de combiner luttes et mouvements sociaux. Notre activité ne doit pas se limiter à un sens très étroit de l’antifascisme, impliquant des confrontations directes avec des hooligans d’extrême droite. Affronter les politiques racistes, soutenir les migrants et les réfugiés, construire un mouvement qui lutte sous la bannière de la solidarité de classe contre la haine raciste, sont également importants pour construire la gauche et couper l’herbe sous le pied de l’extrême droite. Bien sûr, il en va de même pour les droits LGBTQ, les luttes des femmes, la lutte contre le bellicisme nationaliste, mais pour l’instant, et dans la plupart des pays, le racisme et l’islamophobie restent la principale bannière de l’extrême droite. La lutte contre l’extrême droite ne devrait pas être l’œuvre exclusive d’antifascistes engagés, mais une cause commune pour les mouvements de masse des opprimés, de la classe ouvrière et de toutes les victimes potentielles des politiques d’extrême droite.

Retour à l’expérience grecque

Je conclurai par quelques exemples supplémentaires de l’expérience en Grèce qui illustrent certains de ces points.

Début octobre 2021, à l’occasion de l’anniversaire de la condamnation d’Aube dorée, une série d’attaques fascistes contre des militants de gauche a sonné l’alarme. Ils ont été organisés par des groupes marginaux et violents qui ont été éclipsés et semi-absorbés par Aube dorée dans le passé. Il est trop tôt pour dire si c’est le début d’une campagne organisée. Le fait est que des manifestations massives ont été organisées dans les jours qui ont suivi et qu’il y a eu un tollé public contre la réapparition de la violence fasciste. Surtout à Thessalonique, l’épicentre de l’activité fasciste récente, une marche de milliers de personnes a été organisée avec une participation allant du Parti communiste aux groupes anarchistes.

Ce genre de réflexe n’a pas toujours été acquis. L’absence de telles réponses a été un facteur qui a permis à Aube Dorée de se développer en premier lieu. Trop de gens à gauche n’ont commencé à prêter attention qu’après l’entrée de GD au parlement. Dans le cas du Parti communiste, il a fallu une autre année pour améliorer sérieusement son activité antifasciste. Jusque-là, le parti ouvrier le mieux organisé de Grèce était pour la plupart absent, se contentant d’affirmer que le fascisme sera vaincu lorsque nous traiterons avec le capitalisme.

Peut-être n’est-il pas trop optimiste de dire que les expériences récentes ont développé une réponse immunitaire plus forte dans la plupart des parties de la gauche et parmi des parties plus larges de la population. Comparée à la montée de GD ou au soutien électoral de masse aux partis d’extrême droite en Europe, la menace de ces nouveaux groupes est minime, pour l’instant. Mais la réponse massive a été un signe important et positif.

Face aux critiques pour avoir abrité l’extrême droite et permis ces attaques, Nouvelle Démocratie a joué sur ses références antifascistes, puisqu’elle était au pouvoir à la fois lorsque des accusations ont été portées contre GD en 2013 et lors du verdict final en 2020. C’est une blague malsaine pour ND de revendiquer le mérite de la victoire contre Aube Dorée. Mais un tel argument est conforme au concept de « mur de la démocratie » mis en ligne dans un journal progressiste en octobre 2020, avec des commentaires anti-nazis des dirigeants de tous les partis parlementaires, y compris Mitsotakis et l’ancien Premier ministre Antonis Samaras, un leader du courant d’extrême droite de nouvelle démocratie.

Un mur matériel a été construit au cours de la même période, avec la bénédiction de la plupart des partis parlementaires. Un mur à Evros, à la frontière gréco-turque, où des tactiques extrêmement militarisées sont constamment employées contre les réfugiés rejetés comme des outils entre les mains de Recep Tayyip Erdoğan, qui sont ainsi traités comme des envahisseurs. Lors d’une flambée à la frontière en mars 2020, l’armée a été déployée. Les médias grand public et la plupart des partis ont applaudi leur répression des réfugiés non armés, affamés et désespérés comme s’ils faisaient face à une armée d’invasion. Dans ce climat, des milices impromptues ont émergé, prêtes à compléter les efforts de l’armée pour défendre la frontière. Voilà à quoi ressemble le « Mur de la démocratie ».

Cet exemple souligne l’importance d’affronter l’État et le gouvernement, dans le cadre de la lutte contre l’extrême droite. Au cours des dernières années, Aube Dorée n’a pas été en mesure d’exploiter les opportunités qui se présentaient à elle. Mais l’activation de l’extrême droite « sociale » (sous la forme d’associations d’anciens combattants de l’armée, d’églises locales, de « comités de citoyens » racistes) montait et descendait en tandem avec la politique traditionnelle. En 2015-2016, des centaines de milliers de réfugiés sont arrivés en Grèce et une vague magnifique et inspirante de solidarité populaire les a accueillis et les a aidés dans leur voyage, tandis que les racistes se sont tus. Lorsque les frontières ont été fermées et que l’accord UE-Grèce-Turquie a été signé (stipulant qu’aucun passage frontalier n’est autorisé), la propagande gouvernementale et médiatique a commencé à dépeindre les réfugiés comme un « problème ». Dès que cela s’est produit, les racistes se sont sentis assez confiants pour commencer à s’organiser contre leur acceptation dans leurs villes ou villages.

Il en va de même pour le nationalisme, en particulier au milieu de l’escalade des tensions avec la Turquie en Méditerranée orientale. Un autre exemple récent illustre comment les politiques de l’État peuvent encourager l’extrême droite alors même que les mêmes forces gouvernementales peuvent utiliser la menace de l’extrême droite pour renforcer son soutien populaire.

Les attentats fascistes à Thessalonique se sont produits alors qu’un nouvel accord militaire avec la France était en cours de vote au parlement. La ferveur nationaliste a prévalu dans les médias. Toute dissidence à l’égard de la dépense était rejetée comme naïve au mieux ou comme une trahison au pire. Un député de Nouvelle Démocratie a cité un dirigeant d’extrême droite d’une organisation chypriote grecque nationaliste historique qui s’est battue pour unir Chypre à la Grèce : « Nous avons affronté les Britanniques, les Turcs et les communistes. Et notre plus gros problème, c’était les communistes ». Il a été largement compris comme un signal de sympathie pour les fascistes qui, la veille, ont violemment attaqué des étudiants de gauche.

Nikos Dendias, le ministre des Affaires étrangères, est intervenu pour réprimander le député de son parti et il a été salué comme adoptant une position progressiste et antifasciste. Mais il est intéressant de noter ce qu’il a dit. Dendias a critiqué les commentaires de son collègue comme étant inutilement diviseurs à un moment où la Grèce avait besoin de s’unir contre la menace nationale venant de Turquie – promouvant en fait un argument nationaliste belliciste. Lorsqu’il a été appelé par l’opposition à dénoncer la coexistence harmonieuse du député avec les membres d’Aube dorée lors d’une cérémonie qui commémore la victoire nationaliste-monarchiste dans la guerre civile, il l’a fait avec facilité, décrivant tout partage d’espace avec GD comme inacceptable. Mais il a habilement esquivé la question de nombreux politiciens de centre-droit assistant à de tels événements réactionnaires, « faisant un clin d’œil » à son public d’extrême droite: « Je ne sais pas qui assiste à ces événements contemporains sur la bataille de Vitsi. Je sais que mon père était présent à la bataille de Vitsi ».

Dendias était le ministre de l’Intérieur lorsque des accusations contre GD ont été portées et il essaie de se bâtir une réputation démocratique. Autant dire que pendant son temps au ministère de l’Intérieur, il a lancé la campagne orwellienne de « Xenios Zeus » – ancien Dieu de l’Hospitalité – pour nettoyer les rues d’Athènes des immigrants, et que pendant son temps les antifascistes ont été torturés par la police.

Alors que je termine cet article, des nouvelles ont émergé sur le meurtre de Nikos Sabanis par la police, un garçon rom de 18 ans. Il est mort après qu’une poursuite en voiture s’est terminée avec sept policiers ouvrant le feu sur un groupe non armé et non menaçant de trois jeunes, tirant 38 balles. L’un a été assassiné, un autre envoyé à l’hôpital. En Grèce, la vie des Roms n’a pas d’importance. Alors que la police a été contrainte d’ouvrir une enquête, Adonis Georgiadis, ministre du gouvernement et adjoint au Premier ministre, s’est empressé de proclamer sur Twitter que les policiers « ont fait un excellent travail ». Le ministre en charge de la police s’est précipité pour rencontrer les meurtriers alors qu’ils étaient détenus, et a ensuite exprimé sa gratitude pour leur libération. Ses mesures pour résoudre le problème consistaient en plus de police, après que les médias de masse ont bouleversé la réalité et présenté l’affaire comme un cas d’anarchie de masse.

Pendant ce temps, lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre des Pays-Bas en novembre 2021, une journaliste néerlandaise a eu le courage, qui manquait trop à ses collègues grecs, de confronter publiquement Mitsotakis sur le crime de refoulement de bateaux de réfugiés en mer Égée. Le Premier ministre s’en est pris à elle et, le lendemain, les médias grecs ont dépeint l’affaire comme un moment de fierté nationale.

Le fait important est que dans ces deux incidents révoltants, les messages au vitriol du gouvernement ont bénéficié du soutien d’une partie importante de sa base. Ainsi, le matériel social et politique pour une renaissance d’extrême droite est présent. Si et quand le parti de centre-droit entre dans une crise, surtout si celle-ci est accélérée par le traitement des questions nationales, cette galaxie de forces à sa droite pourrait trouver à la fois une ouverture et des alliés potentiels parmi les forces qui se reposent actuellement à l’intérieur de la grande tente.

Après la fin du procès d’Aube dorée, deux réactions extrêmes ont émergé, une trop optimiste et une trop pessimiste. Le premier a soutenu triomphalement que la menace de l’extrême droite était terminée, tandis que le second a amèrement soutenu que rien n’avait changé. Nous avons plutôt soutenu que nous devrions célébrer la victoire et prêter attention aux différences qualitatives entre les réactionnaires et les conservateurs qui votent pour un parti de droite, assistent aux rassemblements d’un parti d’extrême droite ou rejoignent un bataillon de combat fasciste. Mais nous devons aussi garder à l’esprit qu’une base sociale d’extrême droite existe toujours – ils vivent parmi nous. Les caractéristiques constantes du capitalisme, comme le racisme institutionnel et le bellicisme nationaliste, continueront d’alimenter ce courant dans la société.

Nous devrons constamment les affronter, parfois en remportant des victoires et en gagnant un peu de répit, pour ensuite devoir les combattre une fois de plus. En fin de compte, lorsqu’il n’est pas utilisé comme justification de la passivité, l’argument demeure : pour se débarrasser de l’extrême droite une fois pour toutes, nous devrons nous débarrasser du capitalisme.

Références

Bloodworth, Sandra 2019, « From revolutionary possibility to fascist defeat: The Français Popular Front of 1936-38 », Marxist Left Review, 19, Été. https://marxistleftreview.org/articles/from-revolutionary-possibility-to-fascist-defeat-the-french-popular-front-of-1936-38/

Borger, Julian 2019, « Donald Trump dénonce le ‘mondialisme’ dans le discours nationaliste à l’ONU », The Guardian, 25 septembre. https://www.theguardian.com/us-news/2019/sep/24/donald-trump-un-address-denounces-globalism

Clark, Nick 2019, « Paul Mason’s ‘popular front’ of failures is not the way to beat the right », Socialist Worker (Royaume-Uni), 19 août. https://socialistworker.co.uk/art/48799/Paul+Masons+popular+front+of+failures+is+not+the+way+to+beat+the+right

Cossé, Eva 2021, « Français Court Confirms Dissolution of Anti-Discrimination Group », Human Rights Watch, 27 septembre. https://www.hrw.org/news/2021/09/27/french-court-confirms-dissolution-anti-discrimination-group

De Jong, Alex 2021, « Why the Dutch Socialist Party Is in Crisis », Point de vue international, 19 janvier. https://internationalviewpoint.org/spip.php?article7004

Farand, Chloe 2019, « Denial and Dampening Ambition: Where do do Europe’s Right-Wing Populist Parties Stand on Climate Change? », DeSmog, 16 mai. https://www.desmog.com/2019/05/16/right-wing-populist-parties-climate-science-denial-european-parliament-elections/

Garí, Manuel 2021, « 4 mai à Madrid : une gauche vaincue (une chronique d’urgence) », Projet international du socialisme, 9 mai. https://internationalsocialism.net/may-4-in-madrid-a-defeated-left-a-chronicle-of-urgency/

Kovács, Zoltán 2019, « PM Orbán at Tusványos: ‘L’essence de la démocratie illibérale est la protection de la liberté chrétienne’ », Blog About Hungary, 27 juillet. https://abouthungary.hu/blog/pm-Orbán-at-tusvanyos-the-essence-of-illiberal-democracy-is-the-protection-of-christian-liberty

Kouvelakis, Stathis 2021, « Le moment Zemmour », Point de vue international, 26 octobre. https://internationalviewpoint.org/spip.php?article7367

laSexta 2021, « Ayuso: ‘Cuando te llaman fascista estás en el lado bueno de la historia’ », laSexta, 21 mai. https://www.lasexta.com/noticias/nacional/ayuso-cuando-llaman-fascista-estas-lado-bueno-historia_20210315604f3537ad0f4b0001e59d0f.html

Makris, A 2012, « Plus de la moitié des policiers ont voté pour le parti néo-nazi », Greek Reporter, 11 mai. https://greekreporter.com/2012/05/11/more-than-half-of-police-officers-voted-for-neo-nazi-party/

Mallet, Victor 2021, « Resurgent old parties of right and left triumph in France vote », Financial Times, 28 juin. https://www.ft.com/content/6c184774-0b53-4f69-b171-6f8fa72e96d1

Marx21, 2021, « Die Linke: sept thèses sur la voie à suivre. Après la débâcle électorale allemande », Tempête, 1er octobre. https://www.tempestmag.org/2021/10/die-linke-seven-theses-on-the-way-forward/

Milza, Pierre 2002, L’Europe en chemise noire: Les extrêmes droites européennes de 1945 à aujourd’hui, Fayard.

Mullen, John 2020, « Meurtre, maccarthysme et islamophobie en France », Red Flag, 23 octobre. https://redflag.org.au/node/7425

Mullen, John 2021, « How dangerous is Marine Le Pen? », Red Flag, 6 mai. https://redflag.org.au/article/how-dangerous-marine-le-pen

Petrou, Panos 2020, « Goodnight Golden Dawn », drapeau rouge, 10 octobre. https://redflag.org.au/index.php/node/7404

Petrou, Panos 2021, « Large réponse à l’autoritarisme néolibéral du gouvernement de droite », Point de vue international, 26 mars. https://internationalviewpoint.org/spip.php?article7084

Reuters staff 2018, « Hungarian PM sees shifts to illiberal Christian democracy in 2019 European vote », Reuters, 28 juillet. https://www.reuters.com/article/us-hungary-Orban-idUSKBN1KI0BK

Siegel, Zachary et Marie Targonski-O’Brien 2017, « When Golden Dawn and the Greek Orthodox Church align », The Groundtruth Project, 24 mai. https://thegroundtruthproject.org/golden-dawn-and-greek-orthodox-church-unite/

Turigliatto, Franco 2021, « Construire la réponse à l’attaque fasciste et à la politique des patrons », Point de vue international, 17 octobre. https://internationalviewpoint.org/spip.php?article7352

Tzimeros, Thanos 2022, « Gynécologie et gynécoparasitisme », Le Président, 15 avril. https://www.thepresident.gr/2021/04/15/gynaikoktonia-kai-gynaikoparasitismos-grafei-o-thanos-tzimeros/

Urbán, Miguel 2019, « Franco n’est jamais parti », Jacobin, 1er mai. https://jacobinmag.com/2019/01/spain-vox-partido-popular-far-right-franco

Wilno, Henri 2019, « La crise à venir et la montée du ‘national libéralisme’ », Point de vue international, 8 novembre. https://internationalviewpoint.org/spip.php?article6281

1 Dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2019. Voir Borger 2019.

2 Voir Farand 2019 pour un aperçu des positions de l’extrême droite européenne sur le climat. Le leader de l’AfD aurait décrit le changement climatique comme une « religion de remplacement de tous les partis verts de gauche du monde ».

3 Tzimeros 2022.

4 Wilno 2019.

5 Alain de Benoist, « Orientations pour les années décisives », cité dans Milza 2002 (étude sur la trajectoire de l’extrême droite européenne après la Seconde Guerre mondiale), p.326 de la traduction grecque publiée en 2004.

6 Milza 2002, p.324 de l’édition grecque.

7 La plupart des idées sur la nature de la Lega, en particulier pendant son mandat au gouvernement, s’inspirent fortement d’une interview du camarade Antonello Zeca lors de la Conférence de Sinistra Anticapitalista en février 2019. Il a été publié dans la revue marxiste grecque Kokkino (« Rouge »).

8 Dans l’incident le plus notoire typique de cette époque, Luca Traini a blessé six Africains dans une fusillade en voiture dans la ville de Macerata. Il était un ancien membre et candidat local de la Lega.

9 Voir Turigliatto 2021 pour plus d’informations sur cet incident.

10 Urbán 2019 est un article très utile pour comprendre Vox.

11 Makris 2012.

12 Siegel et Targonski-O’Brien 2017. Ce rapport plutôt modéré ne mentionne que quelques exemples de manifestations publiques de soutien de la part de certains évêques. Dans un pays où il est un secret de polichinelle que de nombreux prêtres utilisent leurs sermons du dimanche à des fins de propagande politique, de tels cas n’étaient que la pointe de l’iceberg.

13 Pour un compte rendu de cette journée et du procès, voir Petrou 2020.

14 Personnel de Reuters 2018. Pour le raisonnement d’extrême droite derrière ce thème par une source orbániste, voir Kovács 2019.

15 Sur l’importance politique de ces élections, voir Garí 2021.

16 Une députée européenne de gauche, Kateřina Konečná, a tweeté une déclaration condamnant la déclaration à la télévision. https://twitter.com/konecna_k/status/1383028690473381889. Voir laSexta 2021 pour un rapport espagnol et une vidéo sur l’incident.

17 Pour en savoir plus sur le projet revanchard de droite après 2015, voir Petrou 2021.

18 Pour un compte rendu plus détaillé, voir Mullen 2020.

19 Cossé 2021.

20 Toutes les citations de Kouvelakis 2021.

21 John Mullen a fait valoir ce point perspicace dans de nombreux articles sur FN/RN. Dans Mullen 2021, il développe les forces et les faiblesses de RN.

22 De Jong 2021.

23 De tels arguments peuvent être trouvés dans la plupart des articles publiés par Jacobin après le mauvais résultat électoral de Die Linke. Voir Marx21 2021 pour une réponse à ces idées.

24 Bloodworth 2019.

25 Pour une réponse, à la fois sur les échecs du Front populaire historique et sur la politique de la proposition « contemporaine » de Mason, voir Clark 2019.

26 « L’histoire racontera que deux fois ici sur le territoire des Hauts-de-France, le Front national a été arrêté et nous les avons repoussés. » Cité dans Mallet 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 5 août 2022 par dans EUROPE, FASCISME, ANTIFASCISME, DEBAT, ANTIFASCISTE.
%d blogueurs aiment cette page :