NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

COP27 : Ils ont joué du violon pendant que le monde brûle

Une action efficace doit remplacer les paroles, les retards et les fausses solutions

Déclaration rédigée par l’Alliance écosocialiste (Royaume-Uni) et approuvée par les organisations énumérées à la fin.

La COP 27, qui s’est du 6 au 18 novembre 2022, se déroule dans un contexte de chaos climatique croissant et de dégradation écologique. À l’approche de cette dernière COP, la récession économique, l’augmentation de la pauvreté et la guerre vont de pair avec les multiples crises interdépendantes et indissociables du climat, de l’environnement, de l’extinction et des zoonoses. Nous sommes maintenant confrontés à une récession économique mondiale susceptible d’être encore plus profonde que celle de 2008.

La spirale économique vers la récession rendra la lutte contre la crise environnementale encore plus difficile, car les États et les entreprises se précipitent pour augmenter la production de combustibles fossiles afin de compenser l’aggravation de la crise énergétique. Ils essaieront de faire payer les travailleurs avec leur niveau de vie et leur vie, pour la crise de leur système pourri. Les ressources qui devraient être consacrées à l’adaptation et à l’amélioration de la crise climatique seront détournées vers la guerre et la production de combustibles fossiles, y compris la fracturation hydraulique dangereuse et la gazéification souterraine du charbon (UCG).

Nous sommes confrontés à des guerres de plus en plus destructrices, notamment en Ukraine, qui déstabilise les approvisionnements alimentaires mondiaux et qui a le potentiel d’utiliser des armes nucléaires. La guerre cause d’énormes dommages physiques et sociaux aux personnes et aux sociétés et les processus militaro-industriels produisent 6% de tous les gaz à effet de serre. L’impact des guerres en Ukraine, au Yémen, en Palestine et ailleurs en termes de coûts humains et environnementaux, ainsi que sur la production alimentaire et les coûts de l’énergie, continuera d’exacerber les crises auxquelles sont confrontés l’environnement et l’économie mondiale. L’invasion de l’Ukraine par la Russie ne doit pas être le prétexte d’une ruée vers les combustibles fossiles, le nouveau charbon et le gaz et la reprise de la fracturation hydraulique. Bien au contraire, cela devrait inciter à passer plus rapidement aux énergies renouvelables.

En tant qu’écosocialistes, nous disons qu’un autre monde est possible. Une transformation sociale et politique massive est nécessaire, nécessitant la mobilisation de la masse des travailleurs, femmes et hommes, à travers le monde. Seule la fin de la poursuite incessante du capitalisme du profit privé, du gaspillage sans fin et de la course à la croissance rapace peut fournir la base d’une solution non seulement au changement climatique, à la dégradation de l’environnement et à l’extinction massive, mais aussi à la pauvreté mondiale, à la faim et à l’hyperexploitation.

La conférence COP 27 aura lieu dans une station touristique isolée et fortement surveillée, avec une seule route principale d’entrée et de sortie, et des hôtels facturant des tarifs qui pousseront probablement l’ensemble de la COP au-delà des moyens de nombreuses organisations de base, en particulier celles des pays les plus pauvres du Sud. Le gouvernement égyptien dit qu’il y aura de la place pour l’opposition, mais ce qu’il veut dire, c’est que les militants se verront offrir de fausses opportunités de protestations où les ONG affiliées à l’État manifestent autour de la convention donnant l’impression d’une société civile locale indépendante. Aucune véritable opposition égyptienne ou autre ne sera autorisée près de Charm el-Cheikh. Nous exprimons notre solidarité aux militants égyptiens pour le climat, aux organisations de femmes, aux syndicalistes et aux travailleurs qui luttent pour la démocratie.

L’année 2022 a été marquée par des inondations au Pakistan, affectant directement trente-trois millions de personnes, en Australie et ailleurs. Nous avons vu des incendies de forêt, une chaleur extrême, la fonte des glaces, des sécheresses et des phénomènes météorologiques extrêmes sur de nombreux continents, mais les gouvernements cherchent encore plus à produire des combustibles fossiles. L’été des catastrophes de 2022 a battu des records dans le monde entier. En 2021, le niveau mondial de la mer a établi un nouveau record et devrait continuer à augmenter. Les Nations Unies rapportent que la recherche montre que les femmes et les enfants sont jusqu’à quatorze fois plus susceptibles que les hommes de mourir lors de catastrophes climatiques.

Les grandes questions du changement climatique seront débattues en Egypte, mais quoi qu’il en soit, le capitalisme laissé à lui-même peut au mieux les atténuer, pas y mettre fin. La destruction de l’environnement est tissée dans le tissu même du système lui-même. Cependant, beaucoup de grandes entreprises résistent, nous devrons les forcer à agir à l’échelle mondiale. En fin de compte, seule la fin du capitalisme lui-même et son remplacement par une production planifiée écosocialiste démocratique pour le besoin et non pour le profit privé peuvent garantir l’action nécessaire.

Les véritables solutions climatiques ne peuvent pas être basées sur le système de marché même qui a créé le problème. Seules la classe ouvrière organisée et les opprimés ruraux du Sud, les femmes et les hommes ont le pouvoir de mettre fin au capitalisme, parce que leur travail produit toute la richesse et qu’ils n’ont pas beaucoup de fortune à perdre si le système change, pas d’intérêts particuliers dans l’inégalité, l’exploitation et le profit privé.

Durabilité et justice mondiale

La crise mondiale à long terme et les effets immédiats des événements catastrophiques ont des répercussions plus graves sur les femmes, les enfants, les aînés, les LGBTQIA+, les personnes handicapées et les membres des Premières Nations. Une stratégie écosocialiste place la justice sociale et les luttes de libération des opprimés au cœur de ses préoccupations.

La migration est, et sera de plus en plus, motivée par le changement climatique, les conflits et les guerres pour les ressources qui en résultent. Accommoder et soutenir la libre circulation des personnes doit être une politique fondamentale et un élément nécessaire de la planification de l’avenir.

Agissez maintenant pour enrayer le changement climatique!

Nous exigeons :

  • Tous les nouveaux combustibles fossiles doivent rester dans le sol – pas de nouveau gaz, charbon ou pétrole! Non à la fracturation hydraulique et à l’UCG !
  • Un passage rapide aux énergies renouvelables pour les transports, les infrastructures, l’industrie, l’agriculture et les maisons.
  • Un vaste programme mondial de travaux publics investissant dans les emplois verts et remplaçant l’emploi dans les industries non durables.
  • La rénovation des maisons et des bâtiments publics avec une isolation et d’autres mesures d’économie d’énergie afin de réduire la consommation de carburant et de remédier à la précarité énergétique.
  • Une transition juste financée à l’échelle mondiale pour les pays du Sud afin de développer les technologies et les infrastructures durables nécessaires.
  • Une réduction importante des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 70 % d’ici 2030, par rapport au niveau de référence de 1990. Cela doit être complet – y compris toutes les émissions militaires, aériennes et maritimes – et inclure des mécanismes de comptabilité, de mesure et de surveillance populaire transparents.
  • La fin des systèmes d’échange de quotas d’émission.
  • Non à la « compensation » des émissions de carbone – nous avons besoin d’un vrai zéro et non d’un zéro net.

Nous demandons :

  • Annulation immédiate de la dette internationale des pays du Sud.
  • Un passage rapide des fermes industrielles massives et de l’agro-industrie de monoculture à grande échelle à des méthodes agricoles respectueuses de l’environnement et à l’investissement dans les technologies agricoles vertes pour réduire l’utilisation d’engrais synthétiques et de pesticides dans l’agriculture et les remplacer par des méthodes biologiques et un soutien aux petits agriculteurs.
  • Une réduction massive de la production et de la consommation de viande et de produits laitiers, en vue de son élimination progressive, grâce à l’éducation, à la fourniture et à la promotion d’alternatives végétales de haute qualité et abordables.
  • La promotion de systèmes agricoles fondés sur le droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire, les droits de l’homme et le contrôle local des ressources naturelles, des semences, des terres, de l’eau, des forêts, des connaissances et de la technologie pour mettre fin à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les pays du Sud.
  • La fin de la déforestation dans les forêts tropicales et boréales par la réduction de la demande d’importations, de produits alimentaires, de bois et de biocarburants.
  • Une augmentation massive des aires protégées pour la conservation de la biodiversité.
  • Mettre fin à la précarité énergétique en rénovant les maisons et les bâtiments existants avec des technologies durables écoénergétiques.

Nous exigeons une transition juste :

  • Requalification des travailleurs dans les industries nuisibles à l’environnement avec des emplois alternatifs bien rémunérés dans la nouvelle économie.
  • Participation pleine et démocratique des travailleurs pour exploiter l’énergie et la créativité des travailleurs afin de concevoir et de mettre en œuvre de nouvelles technologies durables et de déclasser les anciennes technologies non durables.
  • Ressources pour l’éducation populaire et la participation à la mise en œuvre et à l’amélioration d’une transition juste, avec une éducation environnementale intégrée à tous les niveaux du programme.
  • Développement urgent de transports publics durables, abordables et de haute qualité avec un plan intégré complet qui répond aux besoins des populations et réduit la nécessité d’utiliser une voiture particulière.
  • Une économie écosocialiste planifiée qui élimine le gaspillage, les doubles emplois et les pratiques nuisibles à l’environnement, la réduction de la semaine de travail et une augmentation correspondante du temps libre.
  • Les pratiques de travail ont été réorganisées en mettant l’accent sur une flexibilité équitable et le travail plus près du domicile, en utilisant une infrastructure à large bande gratuite et rapide.
  • La fin de l’extractivisme écologiquement et socialement destructeur, en particulier sur les territoires des peuples autochtones et des Premières Nations.
  • Respect des droits économiques, culturels, politiques et fonciers des peuples autochtones et des Premières Nations.

En tant qu’écosocialistes, nous mettons en avant la vision d’un monde juste et durable et nous luttons avec chaque once de notre énergie pour chaque changement, aussi petit soit-il, qui rend un tel monde possible. Nous organiserons et aiderons partout où les organisations de travailleurs et les organisations communautaires à l’échelle internationale, en augmentant les exigences des gouvernements et en défiant les entreprises.

Premiers signataires

… et une liste croissante de personnes.

Pour ajouter votre nom, envoyez un courriel àeco-socialist-action@protonmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 26 novembre 2022 par dans CLIMAT, COOP, CRISE ECOLOGIQUE.
%d blogueurs aiment cette page :