NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

RETRAITES : Pas un jour de plus, pas un euro de moins…Contre Macron et son monde, La retraite, c’est 60 ans et 37,5 annuités !

MANIFESTATIONS :ORLEANS : 10h30, parvis de la Cathédrale MONTARGIS : 10h30, place du Pâtis GIEN : 10h, place Jean Jaurès PITHIVIERS : 10h30, devant la sous-préfecture BEAUGENCY : 10h30, parking des Chaussées, avenue des Chaussées

Travailler plus longtemps pour enrichir les capitalistes, non merci !

Macron et Borne nous ont déclaré la guerre. L’âge légal de départ à la retraite passerait de 62 ans

aujourd’hui à 64 ans en 2030, et la durée de cotisation serait allongée dès 2027 de 42 à 43 annuités

pour une retraite à taux plein. Cette huitième (!) réforme des retraites depuis 1993 obéit à la même

logique que les précédentes tout en l’amplifiant : nous faire travailler plus longtemps tout en baissant

le montant des pensions.

Pour réduire le déficit ?

Après 2019 et sa réforme prétendument au nom de l’équité, le gouvernement revient cette fois-ci à

des discours menaçants et culpabilisants plus classiques, une réforme nécessaire au nom du déficit.

Pourtant, dans son rapport de 2022, le Conseil d’orientation des retraites (COR) signalait que, malgré

le vieillissement progressif de la population, la part des dépenses de retraites dans la richesse

nationale serait stable ou en diminution jusqu’en 2070.

De plus, contrairement à ce que prétend Macron, il existe bien des moyens de trouver de l’argent

pour financer les services essentiels, notamment les services publics. La politique de ces dernières

décennies, droite et gauche confondues, a consisté à diminuer continuellement les impôts des plus

riches, sur le capital et sur les sociétés, et à exonérer à tour de bras les entreprises des cotisations

sociales. A nouveau, Macron s’est engagé sur une baisse des impôts de production pour les

entreprises (représentant 7 à 8 milliards par an). Au total, selon plusieurs enquêtes, les exonérations

de cotisations sociales pour les entreprises représenteraient aujourd’hui 80 milliards d’euros, et

l’ensemble des aides publiques pour celles-ci à 167 milliards par an. De l’argent , il y en a !

Se battre contre le gouvernement et le Medef

L’objectif est ailleurs : cette contre-réforme des retraites serait le moyen de diminuer les richesses qui

reviennent aux salariéEs pour les transférer au grand patronat. Le gouvernement l’a avoué, il veut

s’en servir pour réduire drastiquement l’impôt sur les sociétés. Bruno Le Maire l’avait d’ailleurs

annoncé dès le mois de juin: « Nous voulons poursuivre la baisse des impôts et des taxes, pour cela

il faut que collectivement nous travaillions davantage, c’est l’objectif de la réforme des retraites,

c’était l’objectif de l’assurance chômage, et tout cela va nous permettre de rétablir les finances

publiques, baisser la dette, baisser les déficits public. »

Comme les contre-réformes précédentes, celle-ci s’inscrit dans un démantèlement progressif de la

retraite par répartition, avec une baisse constante des pensions. Ainsi, la pension brute moyenne des

personnes ayant liquidé leur retraite en 2019 est passée sous la pension moyenne de l’ensemble des

retraités (1401 euros contre 1430 euros), après avoir diminué au cours des trois années

précédentes. Tout cela pour ouvrir la voie à la capitalisation et donc à la privatisation (sur le modèle

de la complémentaire santé). 

Sans surprise, le Medef, se dit satisfait des « décisions responsables et pragmatiques ». Aucune

doute, la guerre sociale est déclarée, et nous allons devoir nous battre et nous mobiliser pour résister

à Macron et à ses amis capitalistes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :