NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Edito 3

OUF sauvés ! Deux mois après avoir jugé «inacceptable» le plan de restructuration de PSA, François Hollande et le gouvernement « socialiste » promettent désormais de… limiter la casse. Le rapport Sartorius publié mardi sur la situation financière et économique du groupe automobile, qui juge «inévitable» ce plan tombe à pic !


Face aux critiques, le gouvernement se défend de valider le plan de PSA. «Le gouvernement ne lâche rien», a assuré la porte-parole Najat Vallaud Belkacem, lors de son point de presse à l’issue du Conseil des ministres. Elle invoque les négociations tri partites syndicats-direction-Etat qui vont s’ouvrir «pour faire en sorte que le plan de redressement ait le moins d’impact possible sur les salariés».  Le rapport Sartorius «a révélé une situation financière et industrielle qui appelait des mesures de redressement, indéniablement, mais la question c’est l’ampleur de ces mesures
qui doivent encore être discutées».

Ce mercredi, les syndicats montent au créneau, persuadés qu’une alternative à la suppression massive de 8 000 postes en France est toujours possible !

Dans la matinée, le secrétaire général de la CGT, a dit  que la décision de fermer l’usine d’Aulnay n’était «pas irrémédiable». Comme  François Chérèque de la CFDT, il attend les conclusions d’un autre rapport, demandé par les élus du comité central d’entreprise. .

«Cet épisode n’est  pas totalement clos», la nécessité d’une fermeture «reste à démontrer», a dit Bernard Thibault sur Europe 1. Il a rappelé que les élus du comité central avaient demandé une expertise dont les conclusions seront connues «fin novembre». «Il ne doit pas y avoir de décision irrémédiable tant qu’on ne connaît pas le rapport commandité par les élus», «il faut admettre qu’ils puissent avoir voix au chapitre» «Ça fait des années qu’on entend que la puissance publique va essayer de faire en sorte d’accompagner au mieux les salariés licenciés et c’est quoi le résultat aujourd’hui? On a un record de chômage et de précarité», a-t-il ajouté.

La CGT signera-t-elle un accord à l’issue de la négociation qui va s’engager sur le marché du travail ? A cette question, Bernard Thibault a répondu que «si c’est un accord qui permet d’améliorer la situation faite aux salariés, de faire reculer la précarité, la CGT signera sans hésitation». Mais, a-t-il ajouté, «si c’est comme nous l’entendons à plusieurs reprises» pour «modifier le marché du travail» en accroissant la flexibilité, «il ne faudra pas compter sur notre signature», a-t-il prévenu.

En attendant c’est sûr les travailleurs de l’automobile, comme ceux du volailler Doux, ou tous ceux concernés par les licenciements, chômages techniques et délocalisations ne doivent compter que sur eux-mêmes pour mener la lutte contre les patrons voyous ! Ce pouvoir ne leur fera aucun cadeau ! 

 

A. Rodriguez  Orléans le 12 Septembre 2012

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 septembre 2012 par dans édito.