NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Fagor licencie, c’est 600 emplois menacés dans le Loiret !

fagor2

L’inquiétude est au plus haut dans les usines du constructeur d’électroménager Fagor, filiale du groupe coopératif Mondragón, basé au Pays basque espagnol.
Le fabricant d’appareils électroménagers se retrouve de fait en cessation de paiements faute de pouvoir trouver d’urgence un financement de 120 millions d’euros. Fagor affiche une dette de 830 millions d’euros.

Depuis des mois les salariés sentaient que la situation était alarmante, dans les usines françaises de Fagor souvent elles étaient à l’arrêt, faute de pouvoir payer les fournisseurs. Idem, aussi pour les usines espagnoles qui sont dans la même situation.

Il est difficile de livrer un produit quand on attend tantôt des poignées, tantôt des charnières de porte, pour assurer la production de lave-linge et de sèche-linge, des cuisinières, des fours.

Fagor en France c’est 360  salariés à La Roche-sur-Yon ; 110  à d’Aizenay ; 600  à Saint-Jean-de-la-Ruelle et de 200  à Vendôme, qui voient le nuage sombre de la fermeture planer au-dessus d’eux.

Car un plan de fermeture de huit de ses douze usines est en préparation. Les cinq unités basques n’en feraient plus qu’une, et un seul site français subsisterait sur les cinq existants. Au total, ce plan prévoit la suppression de 2.700 emplois sur 5.700.

Au Pays Basque la mobilisation a déjà commencé, une grève a paralysée les différents sites de productions, dans la ville de Basauri  plus de 2000 de manifestants sont descendus dans la rue pour apporter leur soutien aux travailleurs menacés de perdre leur emploi.

La situation n’en est plus à attendre le meilleur plan social, ni une aide du gouvernement Hollande-Heyrault-Voinet qui comme à chaque fois ira dans le sens du patonat. La casse de l’emploi sera sévère, seule l’action convergente dans toute l’Europe – car il y a aussi des usines en Pologne, Roumanie – fera reculer les patrons.

Mondragon, la maison mère de Fagor électroménager, est,  rappelons-le, une grosse coopérative ouvrière ; la direction va jouer la carte de la division entre les membres de la coopérative et les salariés travaillant pour elle.

En France comme ailleurs, membres de la coopérative comme salariés du groupe, personne ne doit se retrouver au chômage. Ce sont les travailleurs qui créent des richesses, il n’est pas question qu’ils paient pour la crise des capitalistes.

Aucun licenciement, aucune fermeture de site ! Mondragon peut et doit payer !

Nos vies valent plus que leurs profits !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s