NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Victoire de SYRIZA, un appel à la mobilisation générale contre l’austérité dans toute l’Europe!

grece_banderole

La victoire électorale de SYRIZA est une excellente nouvelle, porteuse d’espoir pour toutes celles et tous ceux qui partout en Europe combattent les politiques d’austérité.

Par son vote, le peuple grec a dit qu’il ne veut plus des mémorandums, de la corruption et du pillage. Il a voté pour le plein rétablissement de la libre négociation collective par les travailleurs et les syndicats, pour le retour du 13e mois pour les pensions et du salaire minimum de 750 euros, pour l’arrêt des privatisations, pour l’accès à la santé et à l’électricité…

Il aura besoin de toute son énergie, de toute sa combativité, de toute sa capacité de mobilisation pour imposer ses exigences face à la troïka, aux banquiers et aux multinationales.

Il aura aussi besoin d’une puissante solidarité internationale pour faire respecter son choix démocratique face à toutes les menaces et tous les chantages. Le soutien le plus efficace sera de nous battre ensemble pour faire reculer les politiques de régression sociale et nous débarrasser des gouvernements qui en sont responsables.

Il y a désormais l’espoir qu’après avoir été le laboratoire européen des politiques austéritaires, la Grèce devienne celui des mobilisations politiques et sociales victorieuses.

NPA 45.

Besancenot : Syriza, une « opportunité colossale » pour la gauche française

France: Demonstration against austerity gathers left political parties

Interview parue dans le Nouvel Obs le 26/01/15

Syriza vient de remporter les législatives grecques. En France, c’est le Front national qui a le vent en poupe. Parmi les militants de la gauche radicale, chacun a ses hypothèses pour expliquer ce décalage : une crise moins forte qu’en Europe du Sud, une combativité douchée par l’échec de la mobilisation de 2010 sur les retraites, un mouvement des « indignés » mort-né, la personnalité de Jean-Luc Mélenchon, les dissensions internes sur les alliances avec le PS, ou encore la très grande habileté du FN… Olivier Besancenot, ancien porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, livre ses explications à « l’Obs ».

Pourquoi en France est-ce l’extrême droite qui tire profit de la crise ?

– Avec la crise inédite que nous connaissons en Europe, le cycle de l’alternance politique entre les partis traditionnels de gauche et de droite est en train de se rompre, ouvrant de nouveaux espaces politiques occupés pour le meilleur ou pour le pire. La France occupe la queue du peloton de la gauche radicale car nos luttes collectives ne sont pas à la hauteur des coups portés depuis la défaite de la mobilisation sur les retraites de 2010. Or, en Grèce comme en Espagne, la rue a beaucoup parlé avec de multiples journées de grève générale, des places occupées par un mouvement des « indignés » très enraciné.

De plus, une partie de la gauche radicale française se complaît dans un entre-deux avec le PS qui rend son positionnement illisible. Comment réaliser l’unité entre ceux qui passent des alliances avec les socialistes et ceux qui réclament une indépendance totale ? Du coup, qu’ils aient été symbolisés par le succès de Lutte ouvrière (LO) en 1995, celui du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) en 2009, celui du Front de gauche (FDG) en 2012, les espoirs suscités de ce côté semblent être restés pour le moment sans lendemain. Faute de combler durablement ce nouvel espace, c’est le FN qui prospère, épaulé par une classe politique qui lui court après et crédibilise ses thèmes.

La gauche radicale française peut-elle néanmoins espérer bénéficier des expériences grecque et espagnole ?

– L’opportunité est colossale. [La victoire de Syriza est] capable de bousculer et de réanimer la vie politique française. A nous de nous rassembler autour de trois axes simples : un internationalisme qui protège d’un chauvinisme nauséabond et mortifère ; un anticapitalisme qui nous oppose clairement aux pouvoirs en place ; un projet de démocratie directe qui nous tienne à bonne distance des politiciens professionnels.

Craignez-vous que Syriza et Podemos soient contraints de faire des compromis avec la troïka, au risque de décevoir leurs électeurs ?

– Leurs propositions mélangent des mesures clairement anticapitalistes avec des solutions réformistes classiques. Mais tout n’est pas qu’une affaire de programme. L’essentiel réside dans les relations qui s’établiront ou non entre ces partis et les oligarchies nationales et européennes. Par exemple, le refus de Syriza d’appliquer les « mémorandums » suscite les foudres de la troïka car, pour elle, cela constituerait un cas d’école inacceptable. Avec la victoire de Syriza, ce bras de fer débouchera soit sur l’alignement de la direction du parti soit sur une nouvelle radicalisation sociale et politique en Grèce. La situation est ouverte et passionnante.

Propos recueillis par Sarah Halifa-Legrand

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s