NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Toutes et Tous devant la Sous Préfecture de Pithiviers Samedi 19 mars à 13h00 !

ARRETONS LA CASSE DE LA SANTE PUBLIQUE !

Alors que la mobilisation pour sauver la maternité s’intensifie à Pithiviers et dans les villages alentour, l’Agence régionale de santé s’exprime enfin sur le dossier.

L’annonce de la fermeture de la maternité de Pithiviers, si le centre hospitalier ne recrute pas au cours des prochains jours plusieurs obstétriciens, continue de faire réagir. La mobilisation est forte. Les panneaux, affiches et autres draps servant de support pour annoncer la grande manifestation programmée demain, à 13 heures (rassemblement devant la sous-préfecture), ne cessent de fleurir. À Pithiviers, bien sûr, mais aussi dans les villages alentours.

Devant cet état de fait, l’Agence régionale de santé (ARS), à l’origine de l’annonce tant décriée, a décidé de s’exprimer, hier. Elle rappelle le contexte et justifie sa décision : « Depuis plusieurs années, des difficultés récurrentes de respect des conditions réglementaires de l’organisation de la permanence et de la continuité des soins sont observées au sein du centre hospitalier de Pithiviers. Elles ont été confirmées par un audit réalisé par l’ARS en 2014. Suite à l’aggravation de cette situation (concernant l’activité de soins de gynécologie obstétrique), la direction du centre hospitalier a fait un signalement à l’ARS le 17 février 2016. »

La mission d’inspection réalisée le 1er mars a relevé « un grand nombre d’irrégularités en matière d’organisation de la permanence et de la continuité des soins sur trois lignes d’activité (gynécologie-obstétrique, anesthésie-réanimation et pédiatrie) prévues dans le code de la santé publique, et des carences en matière de sécurité des soins. Cette situation entraîne entre autres un recours important à l’intérim médical ne pouvant que s’accroître en raison de l’indisponibilité annoncée de nouveaux praticiens. »

Ce constat a incité l’ARS à faire injonction au centre hospitalier de Pithiviers de communiquer avant le 5 avril « l’ensemble des éléments de preuve attestant de la régularisation de la situation sus-décrite et de la mise en conformité de la totalité des activités de gynécologie obstétrique ». En attendant, le centre hospitalier de Pithiviers « doit mettre en œuvre des dispositions de vigilance ».

« L’ARS ne méconnaît pas l’extrême difficulté de la démographie médicale dans les spécialités concernées, précise l’Agence. Elle laisse la direction du centre hospitalier proposer toutes solutions alternatives dans le respect de la réglementation en vigueur. » (Sic !)

L’ARS a reçu le 8 mars le maire de Pithiviers et la direction du centre hospitalier « afin de leur confirmer la teneur des constatations et évoquer avec eux les solutions pouvant être avancées ainsi que le calendrier de celles-ci en lien avec la communauté d’établissement. L’ensemble de ces solutions doit s’inscrire dans un souci d’intérêt global de l’établissement et de son avenir ».

L’ARS est entièrement responsable !

Le discours n’est pas franchement rassurant et pas à même de faire cesser la mobilisation L ‘ARS reconnait l’absence de continuité des soins entrainant des carences et des difficultés récurrentes ! Elle pointe surtout l’absence de personnel formé et apte « entrainant un recours important à l’intérim médical » ! Ce constat et la mise en accusation de l’hôpital est la solution simpliste trouvée pour liquider après la chirurgie, les accouchements ! A terme c’est l’hôpital qui sera fermé ! Or c’est bien l’ARS qui distribue le financement des établissements. C’est donc l’ARS qui est responsable directement de l’absence de gynécologues, etc. par non recrutement et non paiement de ces personnels !
Les non mesures prises par l’ARS Centre suivent d’ailleurs les directives du ministére, directives qui tournent le dos à une médecine de proximité, avec des moyens conséquent Cette politique de santé pour tout usager est, bien sûr, en contradiction avec la rentabilité voulu par ce gouvernement aligné sur les directives de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), les cliniques privées, les laboratoires aux profits juteux.
Nous devons bloquer cette fermeture planifiée pour la santé des femmes de ces lieues et nous battre aussi pour que cet hôpital de proximité reprenne toutes ses fonctions ! DE L’ARGENT IL Y EN A POUR LES CLINIQUES DU PRIVE .. CA SUFFIT DE SUBVENTIONNER LES PROFITEURS !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 mars 2016 par dans anticapitalisme.