NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

Minerve : Les salariés licenciés vendent le stock !

mardi 31 mai 2016

LES MINERVE : « Si on ne se prend pas en main, on aura rien »

Vendredi dernier, les salariés de Minerve (Quéven et Quimperlé) et leur section CGT réalisaient une vente directe d’une partie de leur stock d’usine au marché de Quimperlé. Fort du soutien de la population, les camarades ont atteint leur but : faire parler d’eux/elles qui occupent le site de Quimperlé depuis 41 jours, faire réagir les mandataires et surtout faire connaître leurs savoirs-faire et leurs produits.

Entreprise familiale florissante jusqu’en 2010, la conserverie Minerve est spécialisée dans les marchés de niche (soja, marrons…). Suite au décès du fondateur et à des désaccords entre les héritiers, c’est le groupe portugais Branco, adossé au PDG Quintana qui reprend la boite.
Très vite, la gestion désastreuse de l’entreprise la fragilise. Pire, elle devient la vache à lait du groupe Branco dont les filiales portugaises sont en difficultés. En 2014, un groupe chinois prend la majorité du capital de l’entreprise. Mais comme 8 millions d’euros ont disparus des caisses de l’entreprise, les nuages s’amoncellent sur les Minerve et un Plan de Sauvegarde Financier est mis en route. Bien que de nouveaux clients soient trouvés, que le carnet de commande soit fournit, les chinois hésitent à investir dans l’usine.

En 2016, la liquidation est prononcée, faute d’investissement. Une plainte est déposée pour malversations par la CGT. Les indemnités minimum sont prévues pour les travailleurs/euses car avec le PSF, les salariés ne sont pas prioritaires sur les banques. Ils occupent alors le site de stockage, refusant l’accès aux mandataires depuis 41 jours. Le stock est leur atout pour négocier des indemnités avec les financiers. Se faire connaître devient un leitmotiv pour trouver un repreneur. Alors qu’ils se rendent à Quimper en opération escargot, la Gendarmerie verbalise les Minerves pour excès de lenteur, ce qui suscite une juste indignation populaire. Vient ensuite l’idée de la vente directe qui popularise leur lutte.
Toujours à la recherche d’un repreneur, les salariés ont mis leur entreprise en vente sur le bon coin ce matin…

soutien : collectifsalariesminerve@gmail.com
pétition : http://www.mesopinions.com/petition…

le bon coin :https://www.leboncoin.fr/bureaux_co…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 1 juin 2016 par dans anticapitalisme.