NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

TOUS ENSEMBLE avec les JEUNES ISOLES ÉTRANGERS le 7 novembre à 17 H 30 à la préfecture du Loiret

POUR UNE AUDIENCE A 18 H 00 AVEC LA PRÉSENCE DES JEUNES

Microsoft Word - COJIE.doc
Pour obtenir
– la régularisation de celles et ceux qui sont devenus majeurs
– une prise en charge correcte des mineurs et majeurs, jusqu’à 21 ans
Tous les jours dans notre département, des jeunes ados d’origine étrangère, arrivés seuls en France, sans aucune famille, vivent dans la souffrance.
Lorsqu’ils deviennent majeurs, leurs souffrances ne font que s’accentuer car ils subissent la menace perpétuelle d’être renvoyés dans leur pays d’origine.
Ils ne demandent pourtant qu’à vivre ici, normalement, comme tous les jeunes de leur âge, qu’ils côtoient au collège ou au lycée.
La détresse et l’humiliation dans lesquelles nos administrations les plongent est
incompréhensible : Rien n’explique les mauvais traitements, le manque de protection, les accusations de fraude d’identité, la contrainte d’actes médicaux détournés de leurs objectifs, l’absence de réponse à leurs demandes de titre de séjour, puis les refus de séjour et Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) ou l’octroi de documents de séjour très précaires, ne correspondant pas à leur situation et qui ne leur permettent pas de travailler ou bien pas à temps complet et les empêchent de devenir autonomes et de se projeter dans l’avenir.
Nous, citoyennes et citoyens, camarades de classe, personnels des établissements scolaires, avons demandé audience au préfet depuis février 2016, puis en mai, en juin, en juillet et en août. Des courriers ont été envoyés, des pétitions signées.
Car la situation des JEUNES ISOLES ÉTRANGERS nous choque.
Le 24 octobre, après une longue attente, le Secrétaire Général n’a pas
voulu ouvrir les portes de la préfecture à trois jeunes qui devaient
participer à l’audience prévue. La rencontre a été reportée au 7
novembre à 18 h 00 et nous soutiendrons une nouvelle délégation.
Nous demanderons que les jeunes soient correctement pris en charge
et obtiennent un vrai titre de séjour qui leur permette de travailler à
temps complet dès leurs 18 ans.
Que les OQTF de tous ceux qui en ont reçu soient abrogées et qu’il
leur soit immédiatement délivré un titre de séjour VPF ou salarié.
Si ces demandes ne sont pas satisfaites, nous amplifierons la
mobilisation partout où se trouvent les jeunes et où ils sont connus et
soutenus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 4 novembre 2016 par dans anticapitalisme.