NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits!

Quand la répression de la direction SNCF pousse au suicide et appelle à la révolte

Colère chez les cheminots #AssezDeViesBroyées

Après avoir appris le suicide d’Edouard, cheminot à la gare de Saint Lazare, victime de harcèlement et discrimination de la part de sa direction, de nombreux cheminots expriment leur tristesse et leur colère sur les réseaux sociaux, dans les gares et établissements. Le cas d’Edouard, poursuivi par sa direction en raison de son activité en défense de ses collègues, n’est malheureusement pas isolé. Ce crime qu’est la mort d’Edouard, ne doit pas rester impuni, et la direction de la SNCF est responsable. Il est temps que les cheminots expriment leur colère pour que cette politique de répression et de casse du service public s’arrête. Cela doit se faire par le seul langage que comprend la direction, celui de la grève et la révolte. Pas un travailleur de moins ! #AssezDeViesBroyees #StopRepressionSNCF

Correspondants

Une politique managériale à la « France Télécom » qui pousse au suicide

Après la tristesse d’avoir appris la mort de leur camarade Edouard Postal, militant Sud Rail de la région de Paris Saint Lazare, la colère gronde chez les cheminots. Les commentaires d’indignation affluent sur les réseaux sociaux de la part de nombreux cheminots partout en France, qui demandent justice après la terrible nouvelle du suicide de leur collègue, qui a décidé de mettre fin à ses jours après avoir reçu l’ordre de mutation, qui était valable à partir de lundi prochain.

Les grands médias relaient le discours de la direction de la SNCF, et essayent de faire passer Edouard Postal comme quelqu’un de déséquilibré psychologiquement. Ce n’est en fait qu’une vaste mascarade, essayant de mettre de côté cette répression patronale qui l’a poussé au suicide. « Ils l’ont poussé à bout, et maintenant le discours de la direction c’est de dire qu’il avait des problèmes psychologiques. Mais c’est la direction de la SNCF qui est responsable, et c’est eux qui doivent être mis en examen », affirme un délégué du personnel SUD Rail de Paris Nord. Edouard était l’objet de plusieurs attaques disciplinaires, suite à une procédure judiciaire qu’il avait engagé il y a un an. Il avait gagné aux prud’hommes, condamnant la direction de l’Etablissement Gares Transilien de St Lazare à plus de 45.000€.

De la répression anti-syndicale pour mieux faire passer les réformes

C’est à grande vitesse qu’on se dirige vers les réorganisations et les suppressions de postes afin de préparer cette ouverture à la concurrence que Guillaume Pepy attend de ses vœux depuis le passage de la réforme de 2014. La direction mène une politique sociale désastreuse depuis plusieurs années, avec la multiplication des accidents de travail, encore un cheminot est mort électrocuté à Amiens la semaine dernière, mais aussi des licenciements et une répression anti-syndicale qui ne cesse d’augmenter.

Mais la SNCF n’est malheureusement pas une exception, de nombreux suicides et accidents de travail mortels ont lieu régulièrement dans les hôpitaux, à la Poste, dans le secteur automobile… On ne saurait se rappeler de l’exemple de France Télécom. Un des dirigeants de la SNCF se vantait en 2014 de vouloir « faire partie de la classe France Télécom, et non de la classe SNCM … ». Voilà cette politique inspirée du Lean Management, que développe à coup de pression mise par les encadrants au quotidien sur l’ensemble des cheminots. Jusqu’où la direction de la SNCF est-elle prête à aller pour préparer le terrain aux multiples réorganisations ?

Combien de vies ouvrières les dirigeants vont se permettre de broyer avant que l’on se révolte et que l’on mette un coup d’arrêt à cette politique ?

Il y a urgence à s’organiser et se mobiliser pour que cette politique s’arrête

La direction essaie d’instrumentaliser le fait qu’Edouard avait le statut de travailleurs handicapé pour se dédouaner de ses responsabilités, alors que cela la rend encore plus responsable de la mort de notre camarade. Edouard n’était ni fou, ni tête brulée. Il était simplement un militant actif qui essayait de combattre au quotidien la politique de la direction, dans l’intérêt des cheminots et des usagers. Son combat ne restera pas vain, car sa mort a suscité de nombreuses réactions. Sur les réseaux sociaux, de nombreux commentaires appellent à la mobilisation, à la grève. D’autres appellent à se rassembler dès lundi et à exiger la mise en examen immédiate du Directeur d’Etablissement Gare Transilien de St Lazare, M. Emmanuel Teboul, qui a lancé en octobre la demande de sanction pour « regard menaçant » et qui a demandé 12 jours de mise à pied avec mutation disciplinaire. Il doit maintenant rendre des comptes, comme toute la direction.

Mais Edouard Postal n’était que l’un des 400 cas de répression recensés actuellement à la SNCF. Des prises de positions de nombreuses structures syndicales des cheminots, même à échelle nationale, commencent à circuler. La colère gronde et l’idée de se mobiliser, tous les cheminots ensemble, indépendamment de leur syndicat, syndiqués et aussi non syndiqués, commence à faire son chemin. Les différentes organisations syndicales au sein de la boîte devraient se réunir au plus vite pour définir un plan de lutte et d’action. Parce que ce qui est arrivé à Edouard concerne tous les cheminots et c’est tous ensemble qu’il faut réagir.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 mars 2017 par dans anticapitalisme, REPRESSION, services publics, SOCIETE.