NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Il y a cinquante ans, la résolution 242

Voici cinquante ans était adoptée la résolution du CS ONU, à la majorité absolue de ses15 membres.
Toujours pas appliquée faute de sanctions, elle implique le retrait d’Israël des territoires qu’occupe cet Etat depuis 1967.
Pour info donc,
« Le Conseil de sécurité,
Exprimant l’inquiétude que continue de lui causer la grave situation au Proche-Orient,
  • Soulignant l’inadmissibilité de l’acquisition de territoires par la guerre et la nécessité d’œuvrer pour une paix juste et durable permettant à chaque État de la région de vivre en sécurité,
  • Soulignant en outre que tous les États Membres, en acceptant la Charte des Nations unies, ont contracté l’engagement d’agir conformément à l’Article 2 de la Charte,
1. Affirment que l’accomplissement des principes de la Charte exige l’instauration d’une paix juste et durable au Proche-Orient qui devrait comprendre l’application des deux principes suivants :
a. Retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés au cours du récent conflit ; (en angais : of territories, et pas of THE territories, ce qu’utilisent les dirigeants israéliens pour prétendre qu’il ne erait agi qu d’une partie des territoires occupés, niant la philosophie du texte : « inadmissibilité de l’acquisition de territoires par la force).
b. Fin de toute revendication ou de tout état de belligérance, respect et reconnaissance de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de chaque État de la région et de son droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues, à l’abri de menaces ou d’actes de violence ;
2. Affirme d’autre part la nécessité

a. De garantir la liberté de navigation sur les voies d’eau internationales de la région ;
b. De réaliser un juste règlement du problème des réfugiés ; (ici : pas de mention du PEUPLE palestinien, ce qui a longtemps amené l’OLP à ne pas se référer à cette résolution, notamment -c aussi partage du territoire de la Palestine historique)
c. De garantir l’inviolabilité territoriale et l’indépendance politique de chaque État (créé par le plan de « partage », l’Etat de Palestine n’est alors -ni aujourd’hui- toujours pas reconnu comme tel par les NU) de la région, par des mesures comprenant la création de zones démilitarisées ;
3. Prie le Secrétaire général de désigner un représentant spécial pour se rendre au Proche-Orient afin d’y établir et d’y maintenir des rapports avec les États concernés en vue de favoriser un accord et de seconder les efforts tendant à aboutir à un règlement pacifique et accepté, conformément aux dispositions et aux principes de la présente résolution ;
4. Prie le Secrétaire général de présenter aussitôt que possible au Conseil de sécurité un rapport d’activité sur les efforts du représentant spécial. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 novembre 2017 par dans anticapitalisme, DEMOCRATIE, DOCUMENTS POUR L'HISTOIRE, ISRAEL, Palestine.