NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Buzyn pointe une « crise de sens » à l’hôpital du fait de la « course à l’activité »!

14 Fév 2018

« L’hôpital souffre d’une crise de sens, il a subi beaucoup de réformes depuis 15 ans, dont une réforme de la tarification qui a poussé à faire de plus en plus d’activité » juge Agnès Buzyn

Ministre Santé

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a expliqué mercredi sur France Inter qu’elle voulait réduire « la course à l’activité » à l’hôpital, institution qui connait une « crise de sens », notamment du fait de la tarification à l’activité.

« L’hôpital souffre d’une crise de sens, il a subi beaucoup de réformes depuis 15 ans, dont une réforme de la tarification qui a poussé à faire de plus en plus d’activité pour que l’hôpital ait un budget à l’équilibre », a dit Mme Buzyn, au lendemain de l’annonce du projet d’une réforme « globale » du système de santé.

« Les professionnels de l’hôpital, qui se sont engagés dans le service public, ils aiment prendre du temps avec les malades et n’ont plus ce temps », a observé la ministre, interrogée sur la souffrance des personnels hospitaliers.

« Je veille à réduire la part du financement de l’hôpital qui est liée à cette course à l’activité, pour essayer de rémunérer, financer l’hôpital sur d’autres valeurs », a-t-elle ajouté.

Interrogée sur le fait de savoir si c’en était « fini de l’hôpital entreprise », Agnès Buzyn a répondu: « Je souhaite que ce soit fini, ça me choque quand j’entends qu’un hôpital cherche des parts de marché par rapport à une clinique privée ».

Mardi, lors du lancement au côté du Premier ministre d’une réforme « globale » du système de santé, la ministre avait réitéré la promesse d’Emmanuel Macron de « plafonner à 50% » la tarification à l’activité (T2A) des hôpitaux qui, selon elle, « pousse à une activité sans qualité ».

Que c’est beau ! Ils vont plafonner la T2A pour qu’il y ait moins d’activités ! Et où vont aller les patientEs et usagerEs si les activités baissent ? Dans le privé bien sûr ! Sachant que le manque de personnels dont souffre aujourd’hui l’hôpital n’est pas remis en cause par une augmentation des effectifs les patients seront rapidement remis sur pieds et refilés à leur médecin traitant (à condition qu’ils en aient un !) ou aux unités de soins et maisons de santé privées qui se débrouilleront pour continuer les soins !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 14 février 2018 par dans anticapitalisme, HÔPITAL, services publics, SOCIAL ?, SOCIETE.