NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

« Mayotte est devenue une zone de non droit »

L’île entame sa troisième semaine de grève générale pour protester contre l’insécurité. Les habitants réclament un retour à l’ordre et des moyens pour l’ensemble des services publics de l’île. L’Ile est laissée à l’abandon par le gouvernement MACRON !

Mayotte, le 101e département français, vit des jours troublés. Une troisième semaine de grève générale, visant à protester contre l’insécurité, vient d’être entamée. Les habitants réclament un retour à l’ordre public

Depuis le début de l’année, les interventions des gendarmes se comptent par centaines, des voitures se font caillasser à coups de boules de pétanque, des touristes se font dépouiller, menacés avec des sabres. La violence est présente partout. Depuis plusieurs mois, les agressions violentes se multiplient, jusque dans les écoles

« Il faut que la population puisse vivre ». Mayotte est gangrenée par la pauvreté et la violence. Et selon certains, cette délinquance est directement liée à l’immigration clandestine qui arrive des Comores, l’île voisine. « Quelqu’un qui vit dans un territoire sans moyens et qui veut survivre, la seule chose qui lui reste, c’est d’aller voler et piller« , déclare Salim Nahouda. Pour ce membre du Collectif défense Mayotte, « ce sont les jeunes abandonnés qui font les lois ». « Il y a des bandes armées. Sur les plages on est menacés, quand on est chez soi, on a tout le temps peur. Mayotte est devenue une zone de non droit », détaille-t-il. Avant de conclure : »Il est temps que le gouvernement prenne les choses au sérieux. Il faut que la population puisse vivre ».

La réponse insuffisante et nulle du gouvernement  La semaine dernière, la ministre des Outre Mers, Annick Girardin, a annoncé l’envoi de deux pelotons de gendarmerie supplémentaires sur l’île. Mais ce n’est pas assez pour les manifestants, qui réclament d’avantage de moyens pour l’ensemble des services publics de Mayotte. Et les maires soutiennent leurs administrés : ils menacent de ne pas organiser la législative partielle à la fin du mois, si le gouvernement ne réagit pas d’ici là. En attendant, lundi, ils ont laissé leurs mairies fermées en signe de protestation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s