NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Aprés la poste des Aydes et bien d’autres la Poste veut fermer Semoy !

Le NPA sera présent pour défendre encore une fois les services publics ! Mais nous ne saurions nous taire sur l’hypocrisie de ces éluEs qui se contentent de défendre leur prés-carré lorsqu’il est attaqué et regardent de l’autre côté lorsque c’est le voisin qui trinque (« défendons NOTRE bureau de Poste ») ! L’exemple de la Mairie de Fleury fut significatif lors de la lutte pour le maintien de la poste des Aydes !
Ces CherEs éluEs savent bien que c’est une politique globale qui s’attaque aux bureaux de poste, à la SNCF et aux hôpitaux …seulement ils ont fait parti, à un momment ou à un autre (PS ou LR), des majorités qui ont mis en oeuvre ces politiques !!!

POUR LE MAINTIEN DU BUREAU DE POSTE

RASSEMBLEMENT

samedi 21 avril, 11 h, place François-Mitterrand à SEMOY

Défenseurs du service public,
défenseurs du service de proximité,
défenseurs des centres-bourgs vivants et attractifs,
habitants, utilisateurs, pétitionnaires, voisins…

Nous sommes tous concernés ! 

ILS REDUISENT LES HORAIRES ET VOUDRAIENT FERMER LE BUREAU DE POSTE DE SEMOY

 

Comme partout en France, La Poste cherche à fermer des bureaux de poste. A Semoy, la riposte s’organise.

Dans l’agglomération, après Mardié, Boigny, Orléans-Théâtre et les Aydes, La Poste s’attaque à Semoy.

Nous avons donc reçu le responsable du bureau du secteur de Fleury et le délégué régional chargé de gérer ces conflits. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’écoutent qu’eux-mêmes.

La Poste fait tout pour diminuer l’activité

Sous prétexte d’un « diagnostic partagé » (si bien partagé que le maire a refusé de le signer), ils veulent fermer le bureau de poste de Semoy pour transférer le service dans un commerce en point-relais. De fait, La Poste fait tout pour diminuer l’activité de son bureau et nous dit ensuite, vous voyez bien… à titre d’exemple: des horaires d’ouverture peu adaptés, un DAB souvent en panne (non alimenté en billets le week-end de la fête locale), des rendez-vous avec le conseiller financier en dehors de Semoy, des colis ou recommandés qu’il faut aller retirer à Lignerolles.

 

Réduction et modification des horaires

Devant le refus du maire de Semoy d’accepter la fermeture du bureau de poste, les responsables de La Poste ont décidé de « punir » Semoy pour faire mourir l’activité à petit feu : fermeture du bureau du conseiller financier, réduction et modification des horaires : 21 heures au lieu de 25 et ouverture uniquement le matin. Le fait que le bureau soit ouvert le samedi matin est une bonne chose mais n’ouvrir que le matin en semaine, alors que les Semeyens sont au travail à l’extérieur, ce n’est pas acceptable.

 

RAPPEL :

Le bureau de poste a été financé à la demande express de La Poste par les Semeyens. La commune est propriétaire des murs, La Poste est locataire et la commune continue de rembourser un emprunt.

 

LES ACTIONS DE MOBILISATION DES SEMEYENS

Disons-le clairement : La Poste ne remplit plus ses missions de service public et la riposte doit être à la hauteur de cet enjeu.

  • Nous avons alerté la Presse,
  • Nous allons voter une motion en conseil municipal le 23 mars,
  • Nous demandons le soutien des parlementaires et des responsables à tous niveaux,
  • Nous lançons une pétition qui est à signer en mairie ou en lignedepuis le 12 mars,
  • Et bien sûr, il faudra aller plus loin.

Toutes les initiatives sont les bienvenues.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 avril 2018 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, LA POSTE, services publics.