NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Le conseil municipal de Fleury a mis plus d’une heure à démarrer, ce lundi 23-04-18

Convoqué à 18h30 comme d’habitude, le conseil municipal de Fleury-les-Aubrais n’a réellement commencé qu’une heure quinze plus tard. Pourquoi ? Et bien parce qu’à Fleury, tout le monde a la parole ! On vous explique.

Pour commencer, il faut savoir que deux manifestations attendaient les élus sur le parvis de la mairie. Celle de l’intersyndicale des cheminots (CGT, CFDT, Sud Rail, Unsa, Fo), qui a mobilisé une quarantaine de manifestants, et celle du collectif anti-Linky, qui a rassemblé une grosse dizaine de personnes.

Une manifestation des cheminots et des anti-Linky en prélude du conseil municipal de Fleury les Aubrais. Un exemple de la convergence des luttes.

Les cheminots, qui venaient protester contre la réforme ferroviaire du gouvernement, ont été autorisés à s’exprimer, en préambule du conseil. Ils ont rappelé le « lien fort qui unit le chemin de fer, les cheminots et la ville de Fleury-les-Aubrais ». Plus de 500 cheminots exerçent encore leur activité sur le périmètre des Aubrais/Orléans (ils étaient 5.000 dans les années 60-70).

« Pour une ville comme Fleury-les-Aubrais, cette réforme va forcément avoir des répercussions, c’est tout une catégorie de population que l’on va précariser et paupériser. »

Dixit Marion Gazeaux (Secrétaire de la CGT cheminots des Aubrais)

« Au nom du principe de précaution »

La voix des anti-Linky, elle, a été portée par les deux groupes d’opposition, toujours en prélude au conseil. Les élus PCF et PS-Verts ont demandé à la maire, Marie-Agnès Linguet (UDI), qu’elle prenne contact avec Enedis pour « surseoir à l’implantation » de ces nouveaux compteurs électriques, « au nom du principe de précaution ». À Fleury, le déploiement doit se faire de mai à octobre.

Arguant qu' »en l’état actuel du droit, les collectivités territoriales ne peuvent faire obstacle au déploiement des compteurs Linky », Marie-Agnès Linguet a proposé l’adoption d’un voeu, par lequel « le conseil municipal demande à Enedis de respecter le choix de chaque client ».

Un texte dont la teneur n’a pas entièrement satisfait l’opposition, qui a demandé une suspension de séance pour se prononcer.

Les élus de l’opposition ont réclamé une suspension de séance pour se concerter au sujet des compteurs Linky. Après un conciliabule de vingt minutes, les conseillers d’opposition ont décidé finalement de ne pas participer au vote, considérant que le voeu « ne répondait pas aux attentes de la population »… Le voeu a néanmoins été approuvé à la majorité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 mai 2018 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, LINKY, SNCF.