NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Sous la pression, l’ONU enterre le rapport accusant Israël d’apartheid

Le document publié mercredi par une commission régionale onusienne a été retiré de son site Internet. En signe de protestation, sa responsable a démissionné.

Le Monde  Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant)

Il n’aura pas fallu plus de quarante-huit heures à Israël et aux Etats-Unis pour parvenir à leurs fins.

Vendredi 17 mars, sous la pression de sa hiérarchie, la cheffe de la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (ESCWA – Economic Commission for Western Asia), l’organe onusien à l’origine de la publication, deux jours plus tôt, d’un rapport accusant I’Etat hébreu de soumettre le peuple palestinien à un régime d’apartheid, a démissionné de son poste.

Lire plus bas :   Un rapport de l’ONU accuse Israël d’apartheid envers les Palestiniens

Le document en question avait suscité l’ire des ambassadeurs américain et israélien, qui avaient appelé le nouveau secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, à le retirer immédiatement.

Dans la soirée de vendredi, le texte n’était plus disponible sur le site Internet de l’ESCWA, une des cinq commissions régionales des Nations Unies, chargée des questions de développement dans le monde arabe.

Rédigé par deux spécialistes du droit international, les professeurs américains Richard Falk et Virginia Tilley, le texte concluait, après analyse des multiples discriminations dont sont victimes les Palestiniens, qu’« Israël est coupable de politique et de pratiques constitutives du crime d’apartheid ». Il appelait les pays membres des Nations unies à soutenir la campagne internationale Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), qui prône le boycottage de l’Etat d’Israël.

Dans une conférence de presse organisée à Beyrouth (Liban), où se trouve le siège de l’ESCWA, sa secrétaire exécutive, la Jordanienne Rima Khalaf, a présenté sa démission comme un acte de protestation contre les pressions de M. Guterres

« Il m’a demandé hier matin de retirer [le rapport], je lui ai demandé de repenser sa décision mais il a insisté. Sur ce, je lui ai présenté ma démission de l’ONU. Je démissionne parce qu’il est de mon devoir de ne pas dissimuler un crime, je soutiens toutes les conclusions du rapport. »

Cette économiste de formation, âgée de 63 ans, fut ministre de la planification et premier ministre adjoint du royaume de Jordanie dans les années 1990, avant de faire carrière aux Nations Unies. Au sein de l’organisation internationale, elle a notamment contribué au premier rapport sur le développement humain dans le monde arabe, en 2002, une étude qui a fait date.

« Sa démission est un choc, mais la plupart d’entre nous sommes fiers d’elle, confie une source au sein de l’ESCWA, sous couvert d’anonymat. C’est ce qu’elle pouvait faire de mieux. Elle proteste contre un acte de censure qui va à l’encontre de tous les principes des Nations unies. »

Une accusation rejetée par le porte-parole d’Antonio Guterres, Stéphane Dujarric : « Il ne s’agit pas du contenu, mais de la procédure. Le secrétaire général ne peut pas accepter qu’un secrétaire général adjoint ou un autre haut fonctionnaire de l’ONU placé sous son autorité soit autorisé à publier sous le nom de l’ONU, sous le logo de l’ONU, sans consulter ni les services compétents, ni lui-même. »

C’est la première fois dans l’histoire de l’ONU qu’un rapport publié en son nom accuse l’Etat hébreu d’apartheid.                                                                                                                                 Le terme revient pourtant régulièrement, depuis une dizaine d’années, dans le débat sur la politique d’occupation israélienne.                                                                                                                             L’ancien président américain Jimmy Carter l’avait employé dans un livre qui avait fait beaucoup de bruit à sa sortie, en 2006, intitulé Palestine : Peace, not Apartheid (Palestine : la paix, pas l’apartheid).                                                                                                                                                                                                                                                                                                     A l’époque, l’ancien architecte de la paix de Camp David, entre Israël et l’Egypte, avait estimé que les pratiques israéliennes dans les territoires occupés étaient « pires que l’apartheid en Afrique du Sud ».

En 2014, John Kerry alors chef de la diplomatie américaine, avait prévenu que l’Etat hébreu risquait de devenir « un Etat d’apartheid », si une solution au conflit israélo-palestinien n’était pas trouvée rapidement.

Les autorités israéliennes, qui avaient comparé le rapport au journal Der Stürmer, un organe de propagande nazie, se sont félicitées de la démission de Mme Khalaf.                                                                     « Les militants anti-israéliens n’ont rien à faire aux Nations unies, a déclaré Danny Dannon, l’ambassadeur de l’Etat hébreu auprès de la communauté internationale. Il est temps de mettre un terme à ces pratiques où des responsables de l’ONU utilisent leur position pour promouvoir des objectifs anti-israéliens. Depuis des années, Khalaf œuvrait pour nuire à Israël et promouvoir le mouvement BDS. Sa mise à l’écart des Nations unies n’a que trop tardé. »

 

 

Pour la première fois dans l’histoire de l’ONU, un rapport publié en son nom accuse Israël de soumettre les Palestiniens à un régime d’apartheid. Ce document, dévoilé mercredi 15 mars à Beyrouth, émane de l’ESCWA (Economic and Social Commission for Western Asia), l’une des cinq commissions régionales des Nations unies, chargée des questions économiques et sociales dans le monde arabe, dont le siège se trouve dans la capitale libanaise.

Il a été rédigé, à la demande de cet organe, par deux spécialistes de droit international, connus pour leur hostilité à la politique d’occupation isralienne : Richard Falk, professeur à l’université de Princeton et ancien rapporteur de l’ONU sur la situation des droits de l’homme dans les territoires occupés ; et Virginia Tilley, professeur à l’université de l’Illinois, auteur, dans les années 2000, de nombreuses recherches en Afrique du Sud.

Leur rapport d’une soixantaine de pages, dont le secrétaire général de l’ONU s’est dissocié, affirme qu’« Israël a mis en place un régime d’apartheid qui institutionnalise de façon systématique l’oppression raciale et la domination du peuple palestinien dans sa totalité ». Pour les auteurs, le système de discriminations pesant sur les Palestiniens est constitutif du crime d’apartheid, tel que définit par la Convention internationale anti-apartheid de 1973.

Ce texte, endossé par l’Assemblée générale de l’ONU – mais que beaucoup de pays occidentaux, dont la France, n’ont pas ratifié – définit l’apartheid comme des « actes inhumains, perpétrés dans le but d’établir et de maintenir la domination des membres d’un groupe racial sur les membres d’un autre groupe racial et de les opprimer systématiquement ».

En conclusion, le rapport de l’ESCWA recommande que la Cour internationale de justice de La Haye se prononce sur la question. Il appelle aussi les pays membres de l’ONU à soutenir la campagne BDS (« boycottage, désinvestissement,…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 mai 2018 par dans anticapitalisme, APARTHEID, COLONIALISME, ISRAEL, Palestine.