NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Brésil. L’ultra-réactionnaire Bolsonaro élu président !

 

A 99% des urnes dépouillées, on peut affirmer que Bolsonaro a été élu président du Brésil, avec 55,2% des voix. Haddad (le candidat du PT) récolte 44,8% des votes valides. Face à ce résultat, il est nécessaire de construire des milliers de comités de lutte à travers le pays, avec les travailleurs, les jeunes, les femmes, les noires et les LGBTs, en combattant dans les rues Bolsonaro, le coup d’Etat institutionnel et les réformes.

Alors que le dépouillement est pratiquement finalisé, Bolsonaro est, d’un point de vue mathématique, élu président au Brésil. Fernando Haddad (PT) capitalise 44,3 % des votes valides, contre 55,7% pour ultraréactionnaire Bolsonaro. 21,12% de l’électorat ne s’est pas rendu aux urnes, et les votes blancs ou nuls représentent quant à eux 9,53%.
L’enfant indésiré du Lava-Jato, Jair Bolsonaro, a été élu à travers des élections clairement manipulées par le judiciaire, qui a emprisonné de manière arbitraire l’ex-président Lula, a invalidé le vote de milliers de brésiliens et n’a pas combattu les fake news les plus absurdes disséminées par un groupe de patrons qui a dépensé 12 millions de R$ dans l’achat de messages pro-bolsonaro envoyés via Whatsapp.

Face à ce résultat, il est nécessaire de bâtir une force réelle, celle des travailleurs, des jeunes, des femmes, des LGBTs, organisés à travers des milliers de comité de lutte à travers le pays, afin de combattre Bolsonaro, le coup d’Etat institutionnel, et les réformes.

Au cours de la campagne des élections présidentielles au Brésil, la Police Militaire a déjà montré en de nombreuses occasions de quel côté elle était. Ce dimanche, elle a « fêté » la victoire de son candidat en réprimant violemment une manifestation opposée au candidat ultra-réactionnaire Jair Bolsonaro, sur l’avenue principale de São Paulo.

Bresil police 28-10-18

Des manifestants des deux camps qui s’opposaient au deuxième tour de la présidentielle étaient présents sur place, mais la Police a pris soin de pointer ses armes à balles en caoutchouc contre les opposants au candidats d’extrême-droite. On a ainsi assisté à une démonstration de la répression que le président élu, qui a défendu la dictature militaire et la torture des « rouges », tâchera d’imposer à partir du 1er janvier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s