NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Manifestations, blocages… la mobilisation dans le Loiret vendredi 14-12-2018.

1500 manifestantEs dans le Loiret

1000 Manifestantes à Orléans à l’appel de CGT, Solidaires, FSU et UNEF sont partis à 10h30 du Parvis de la Cathédrale. Ils étaient 350 à Montargis ou un tract a été diffusé en direction des Gilets Jaunes et 150 à Gien où des Gilets jaunes ont participé à la manifestation

Ces manifestations ont été rejointes par des lycéens.

Blocage du dépot de St Jean de Braye 14-12-18

Des syndicalistes ont empêché des camions de sortir du dépôt pétrolier de Saint-Jean-de-Braye

Au petit matin, ce vendredi 14 décembre, des manifestants du syndicat Solidaires se sont postés devant le dépôt d’hydrocarbures de Saint-Jean-de-Braye, près d’Orléans. Dans la lignée du mouvement des gilets jaunes, ils espéraient « bloquer l’économie » afin de se faire entendre du gouvernement.

Une trentaine de syndicalistes Solidaires ont bloqué  ce vendredi 14 décembre, de 6 heures, à 8 heures du matin les sorties de camions du dépôt pétrolier de Saint-Jean-de-Braye. « On veut bloquer l’économie pour faire bouger Macron », ont-ils expliqué.

L’un des responsables du site a demandé aux manifestants de « ne pas dégrader le site et de ne pas utiliser la violence ». Aucune tension ne s’est manifestée sur place.

Benjamin 14-12-18

Des professeurs de Benjamin-Franklin se mobilisent aux côtés de leurs élèves vendredi 14-12-2018

Une assemblée générale, tenue hier à la Bourse du travail, a acté la venue d’enseignants pour encadrer le blocage, prévu ce vendredi 14 décembre, par quelques élèves du lycée Benjamin-Franklin.

Élèves et enseignants, main dans la main. C’est en tout cas le souhait exprimé et mis en forme par une partie des élèves du lycée Benjamin-Franklin. Ces derniers se mobilisent dès 7h30, vendredi 14 décembre, pour bloquer l’entrée de leur établissement. Ils essaieront également de mobiliser les jeunes de Pothier et de Jean-Zay.

Ils seront accompagnés de quelques professeurs de l’établissement et d’ailleurs, assurant ainsi un « service d’ordre » pour que rien ne dégénère de part et d’autre. Place donc au fond et aux revendications pour cette journée.

Une décision actée lors d’une assemblée générale tenue hier à la Bourse du travail, à l’initiative de plusieurs syndicats (CGT-FO-Sud). Elle réunissait une trentaine d’acteurs du monde éducatif orléanais et quelques élèves de Benjamin-Franklin.

« À partir du moment où on commence à taper sur les lycéens, on a le devoir d’être là pour les accompagner », avance Emmanuel Bruneau, professeur de mathématiques au lycée Benjamin-Franklin et membre du syndicat Force ouvrière (FO). « On n’a pas attendu tout cela pour commencer la bataille. Cela fait plus d’un an. Il y a eu une accélération avec l’aide des lycéens. »

Mais les élèves comprennent-ils les enjeux ? Profitent-ils de la situation pour « sécher » ? Emmanuel Bruneau s’inscrit en faux : « On était dans la rue vendredi dernier avec les lycéens. La majorité d’entre eux savaient pourquoi ils étaient là. Ils ont une vraie intuition de ce qu’on leur prépare. Quelques élèves étaient contents d’être dehors ? Et alors ? Est-ce que ça ne construit pas aussi leur conscience politique, de discuter dans la rue ? »

« Quand je commence quelque chose, j’y vais à fond »

Kassim Traoré, élève en 1re S acquiesce : « Dans ma famille, il y a toujours des débats. J’arrive à avoir une vision d’ensemble de ce qui se passe. Je m’engage très facilement et quand je commence quelque chose, j’y vais à fond. »

Le jeune homme, au discours posé, s’enthousiasme enfin de la présence des professeurs et d’une forme de légitimité ainsi apportée : « La moitié des blocus étaient faits “à l’arrache”. […] Avec les syndicats d’enseignants, on va réussir à mobiliser plus d’élèves. »

Manifestation
Après le blocage de Benjamin-Franklin prévu à 7h30, les élèves et enseignants qui seront présents ont prévu de rejoindre le cortège de la mobilisation interprofessionnelle qui partira de Place d’Arc entre 10 heures et 10h30. À la fin de celle-ci, il est prévu que ce groupe remonte vers le rectorat pour une demande d’audience.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s