NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Le parti d’extrême droite espagnol Vox soutient le gouvernement de coalition de droite en Andalousie

Par Alejandro López
15 janvier 2019

Le parti d’extrême droite Vox a accepté de soutenir la candidature du Parti populaire (PP) et des Ciudadanos (Cs – Citoyens) de droite pour gouverner l’Andalousie, la deuxième région la plus grande et la plus peuplée d’Espagne. C’est la première fois qu’un parti d’extrême droite promouvant l’héritage du dictateur fasciste Francisco Franco contribuait à former un gouvernement en Espagne depuis la chute de la dictature franquiste il y a 40 ans. L’accord est sur le point de mettre fin à 36 ans de règne ininterrompu du Parti socialiste (PSOE) dans la région et crée un précédent pour un éventuel gouvernement de coalition nationale entre PP, Citizens et Vox.

Manuel Moreno du PP doit devenir le nouveau premier ministre régional, en dépit d’avoir obtenu les pires résultats électoraux du PP dans la région. Un débat d’investiture est prévu cette semaine.
La semaine dernière, Vox a accepté d’appuyer un gouvernement du PP-Cs en abandonnant ses appels à l’expulsion de 52 000 migrants, à abroger les lois sur la violence sexiste et l’égalité des sexes et à supprimer la politique anti-discrimination protégeant les personnes LGBT. Après avoir obtenu une large couverture médiatique basée sur ces demandes, Vox y a renoncé. Son chef, Santiago Abascal, avait engagé le parti à une alliance avec le PP et les Cs peu après les élections, soulignant que Vox ne serait pas « un obstacle au changement politique en Andalousie ».

Cependant, parmi les 100 points du manifeste de Vox, on peut citer l’abolition des 17 régions pour re-centraliser l’Espagne comme sous Franco, l’interdiction des partis séparatistes, la réduction des impôts et l’interdiction des migrants sans papiers.

Les journaux de droite ont salué l’accord. El Español a applaudi « l’exercice du pragmatisme » de Vox, et El Mundo a défini l’accord comme reflétant la « sagesse du consensus » de Vox. L’ultra-catholique La Razón se réjouit du fait que Vox « ait renoncé à ses exigences les plus extrêmes ».
Le programme du gouvernement combine la promotion de l’héritage de Francisco Franco, le boucher fasciste de la guerre civile espagnole, la défense des richesses de l’aristocratie financière et les appels au nationalisme et à la haine anti-musulmans. Il comprend une « loi de concorde » qui remplace la loi sur la mémoire historique de la région, qui condamne le régime franquiste et permet l’exhumation des dépouilles des victimes des fascistes de la guerre civile.

L’accord est une défense éhontée du diktat de l’austérité des banques. Il réclame une réduction de l’impôt sur le revenu, de la taxe foncière et de l’impôt sur les successions. La taxe foncière n’est payée que par 17 700 personnes (0,2 % de la population), tandis que l’impôt sur les successions n’est payé que par ceux qui héritent de plus de 1 million d’euros. La région endettée réduira ainsi ses revenus, ce qui servira de prétexte à d’autres coupes sociales. Le gouvernement régional contrôlera ses dépenses afin de réduire les dépenses « superflues », d’éliminer les subventions qui « ne répondent pas à des objectifs publics et sociaux évidents » et d’arrêter de financer les médias publics.

L’accord ouvre également la porte à des attaques contre l’éducation publique, affirmant « la liberté et le droit des parents de choisir le modèle qu’ils souhaitent pour leurs enfants, en évitant toute ingérence des autorités publiques dans la formation idéologique des élèves. »

S’adressant aux couches ultra-catholiques de la population, l’accord prévoit des incitations fiscales aux familles pour faire augmenter le taux de natalité, la création d’un Ministère de la Famille et l’obligation pour les femmes qui veulent terminer leur grossesse de recevoir « des informations supplémentaires » pour les dissuader de se faire avorter. Il appelle à promouvoir le flamenco et les célébrations de la Semaine Sainte, à protéger la tauromachie en tant que « source de richesse et d’emplois » et à modifier la fête de la région Andalousie pour commémorer la fin de la reconquête chrétienne de l’Espagne, et le début de l’expulsion des musulmans et des juifs, en 1492.

L’accord appelle à une répression massive contre les immigrés, appelant à ce que les forces de sécurité de l’État « protègent les frontières, en garantissant une immigration ordonnée, légale et respectueuse de notre culture occidentale. »

La victoire de l’extrême droite aux élections andalouses est un verdict dévastateur sur la faillite et le rôle réactionnaire du PSOE et de Podemos. La participation a été la plus faible depuis 1990, en particulier dans les zones de la classe ouvrière qui votaient traditionnellement pour le PSOE. Adelante Andalucía (Andalousie, en avant), une coalition électorale formée par Podemos Andalousie et la Gauche unie dirigée par les staliniens, a perdu 200 000 voix, passant de 20 sièges en 2015 à 17.

Le PSOE a obtenu le pire résultat de son histoire, soit 28 %, après avoir réduit les dépenses d’éducation, de santé et sociales aux niveaux national et régional. Après 36 ans de règne et la pire crise capitaliste depuis les années 1930, plus d’un quart de la population andalouse est au chômage ; des dizaines de milliers de personnes dépendent de la Subvention au loyer social minimum de 400 euros. Près de 42 % des Andalous vivent en danger d’exclusion sociale.

Au cours des six mois de règne du Premier ministre du PSOE Pedro Sánchez depuis Madrid, le gouvernement a poursuivi la politique d’austérité et militariste de son prédécesseur du PP et sa répression des prisonniers politiques nationalistes catalans.

Le PSOE a réagi à la victoire de Vox en virant davantage vers la droite. Susana Díaz, candidate régionale du PSOE, a imputé sa défaite à l’absence d’attaques anti-catalanes durant sa campagne. Le premier ministre régional PSOE de Castilla-La Mancha, Emiliano García-Page, a soulevé la perspective d’interdire tous les partis sécessionnistes.

La rapidité avec laquelle le PP et les Cs ont progressé vers l’intégration du programme fasciste de Vox est un avertissement aux travailleurs et aux jeunes en Espagne et en Europe. Le chef du PP, Pablo Casado, a déjà dit que l’accord en Andalousie est un « préambule de ce qui se passera en mai en Espagne », en référence aux élections locales et régionales.

Le programme fascisant de Vox ne bénéficie pas d’un soutien massif. Comme d’autres partis d’extrême droite en Europe, Vox acquiert une influence bien au-delà de sa force réelle, basée sur le soutien non pas de la population, mais de la classe dirigeante, de l’armée et des autres partis capitalistes.

Le parti fut fondé en décembre 2013 par d’anciens membres du Parti Populaire Européen qui voulaient que le gouvernement du PP durcisse sa position en faveur des politiques fiscales favorables aux entreprises et contre les nationalistes basques et catalans et la migration. Il a participé aux élections de 2014 mais n’a pas réussi à remporter des sièges. Aujourd’hui, la plupart des électeurs de Vox sont d’anciens électeurs du PP, riches ou de la classe moyenne supérieure.

La classe dirigeante espagnole a profité de la crise catalane d’octobre 2017 pour catapulter Vox au premier plan. Parti marginal jusqu’à l’automne 2017, il a fait l’objet d’une large couverture médiatique grâce à sa rhétorique extrême et ses manifestations contre les Catalans. Il n’a obtenu que 395 978 voix en Andalousie (10,97 %), quatre maires sur 8 122, 17 conseillers municipaux sur 67 611 et 12 sièges au Parlement andalou sur 109. Néanmoins, elle a donné le ton depuis les élections andalouses, en tant qu’élite dirigeante en Espagne – comme dans toute l’Europe – pour essayer de canaliser le mécontentement politique croissant dans une direction fasciste.

L’obstacle central à la mobilisation de l’opposition large et historiquement enracinée de la classe ouvrière espagnole au franquisme et à l’extrême droite est le rôle réactionnaire de ce qui passe pour la « gauche » en Espagne. Engagés dans le régime capitaliste de « transition » qu’ils ont construit pour étrangler la montée révolutionnaire de la classe ouvrière contre le régime franquiste dans les années 1970, ils sont des opposants déterminés d’une lutte révolutionnaire et internationaliste de la classe ouvrière pour le socialisme. Cela laisse la voie ouverte au droit d’exploiter la colère généralisée contre le PSOE et Podemos.
Les appels de Podemos à pousser le PSOE vers la gauche aux niveaux national et régional se sont révélés être une fraude. Même là où il a gouverné dans les prétendus « gouvernements locaux de changement », comme dans la ville andalouse de Cadix, Podemos n’a imposé que des budgets d’austérité et soutenu les ventes d’armes de l’industrie locale en Arabie Saoudite, affirmant que cela « crée des emplois ».

Ils se sont alignés sur la répression impitoyable du PP et du PSOE contre la Catalogne et les prisonniers politiques catalans.

Podemos et ses alliés de pseudo-gauche étoufferaient-ils le mécontentement croissant exprimé dans plusieurs manifestations contre Vox depuis les élections ? Le numéro deux de Podemos Irene Montero a appelé les femmes à « remplir les rues et les urnes » pour arrêter Vox.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 janvier 2019 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, ESPAGNE, FASCISME.