NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Interview de Marc Godard, militant SUD PTT au bureau de Rondelet

Il aura fallu 18 jours de grève pour que La Poste cède devant la détermination des postiers et postières de Rondelet de Montpellier.

Voici un premier bilan :

 

 

Interview de Marc Godard, militant SUD PTT au bureau de Rondelet

  • Qu’est-ce qui a déclenché cette action ? Sur quelles revendications ?

La revendication de base c’était l’emploi par le biais de la dé-précarisation et le retrait des tournées qu’on appelait au départ renforts. On a fait reculer sur les renforts; on a obtenu 8 CDI mais on a buté sur les tournées 100 % travaux extérieurs.

  • Quand et comment étaient prises les décisions collectives ?

Les décisions collectives sont prises en AG, on en a fait régulièrement le matin pour informer tous les personnels ce qui nous a aussi permis de faire sortir des agents en grève et en début d’après midi pour décider de la suite du mouvement. Nous étions là pour certains dès 5H00 du matin.

  • La CGT était partie prenante de cette lutte ainsi que SUD, évidemment. Quelle a été l’attitude des autres syndicats ?

Les autres syndicats sont totalement absents; comme il y a deux ans en arrière lors de la dernière grève d’ailleurs. Pour certains ils essaient de passer dans les travées pour nous discréditer ou pour essayer de vendre des cartes en promettant les CDI qu’on a gagné dans la lutte. Une OS a même fait passer un post sur internet qu’ils ont rapidement retiré car il était totalement mensonger. Je pense qu’on ressortira renforcés quoi qu’il en soit de cette lutte aussi bien SUD que la CGT.

 

  • La défense des services publics est au cœur des revendications des Gilets Jaunes. Quelles relations avez-vous eue avec eux ?

Nous sommes allés à leur rencontre le dimanche lors de leur AG; ils sont venus nous voir lors de nos piquets de grève.

  • Des luttes pour les conditions de travail à La Poste sont fréquentes dans divers établissements. Comment comprendre leur éparpillement ?

La Poste a bien compris qu’en faisant en sorte de ne jamais avoir deux bureaux sur un même territoire réorganisés en même temps, ils limiteraient de fait la contagion. On a beaucoup de mal à faire comprendre que les projets sont les mêmes même si ils sont décalés. De fait les agents attendent d’être touchés directement pour éventuellement partir en grève

  • Pourquoi n’est-il pas possible d’impulser un mouvement plus général à La Poste autour de revendications communes (sur les salaires, par exemple, ou sur le refus des négociations établissement par établissement) ?

On essaie, en tout cas notre fédération s’y attelle sans pour le moment obtenir de résultats probants. C’est aussi dû aux dissensions qui ont cours entre les différentes organisations syndicales.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 février 2019 par dans Actualités des luttes, anticapitalisme, LA POSTE.