NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Manifestation des droites et des fascistes en Espagne contre le gouvernement socialiste ! Le Premier ministre convoque des élections anticipées !

Des dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées ce dimanche dans le centre de Madrid. Entre 45 000 et 200 000 personnes, dont l’ancien Premier ministre français Manuel Valls qui n’a pas hésité à défiler avec les fascistes, ont manifesté contre le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez pour protester contre les tentatives de dialogue avec les indépendantistes catalans.

Il faut organiser de nouvelles élections générales, la situation du socialiste Pedro Sanchez est insoutenable, et il doit démissionner. C’est en substance ce qu’ont réclamé des dizaines de milliers de manifestants, pour l’immense majorité se réclamant de la droite et de l’extrême droite espagnole.

A leurs yeux, les concessions faites par l’exécutif socialiste aux séparatistes catalans sont inadmissibles, notamment la nomination d’un médiateur entre Madrid et Barcelone.

José est retraité, il se dit exaspèré comme les dizaines de milliers de manifestants autour de lui. « Il est nécessaire qu’apparaisse un nouveau gouvernement qui ne rompt pas l’unité de l’Espagne », dit-il.

Ce qui unit les protestataires, c’est bien une haine contre Pedro Sanchez. On est persuadé qu’il œuvre en sous-main avec les séparatistes catalans pour briser l’Espagne.

Tous les chefs de file de la droite étaient présents, sous une nuée de drapeaux nationaux sang et or, ils ont évité de faire des discours, mais leur objectif est connu : accentuer la colère de la rue afin de faire pression sur Pedro Sanchez.

Ce rassemblement de l’Espagne patriotique et réactionnaire est une sorte de « motion de censure contre le gouvernement, qui devrait partir, car il a trahi l’Espagne ». Ce sont les paroles de Pablo Casado, le leader du Parti populaire.

Un Parti populaire qui a durci son discours alors que, à sa droite, les extrémistes de Vox, très présents dans cette manifestation, ont montré qu’il fallait de plus en plus compter avec eux. A Barcelone, l’exécutif séparatiste ne renonce pas à l’autodétermination. A Madrid, les droites accentuent leur discours nationaliste et réactionnaires.

16-02-2019

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 février 2019 par dans anticapitalisme, Droite extrême, ESPAGNE, NATIONALISME.