NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Les agents municipaux d’Orléans toujours en lutte !

Une semaine après une première mobilisation, les agents municipaux d’Orléans étaient à nouveau réunis devant la mairie, ce mardi 28 mai au matin. Les représentants syndicaux leur ont présenté le bilan des négociations menées durant la semaine.

Alors que le projet de loi de la réforme de la fonction publique est votée ce mardi même à l’Assemblée nationale, les agents municipaux d’Orléans ont renouvelé ce mardi matin leur mouvement social, initié mardi 21 mai dernier. La cause ? Leur prime de service 2018 passée à la trappe en 2019 à cause de son passage à la mensualisation.

Toujours pas de prime de service

Après diverses négociations, menées auprès d’Olivier Carré, le maire, et Muriel Sauvegrain, maire-adjointe aux ressources humaines et aux affaires administratives, les représentants syndicaux profitaient de ce nouveau rassemblement ce mardi 28 mai au matin pour énoncer aux agents mobilisés les différentes propositions de la municipalité.

« La prime de service 2018 ne sera pas versée maintenant », annonce Adeline Lequiset, porte parole CGT. « Mais le maire assure nous la verser à notre départ de la collectivité, non plus sur le régime indemnitaire de 2018 mais sur le régime indemnitaire de l’année de départ ». Plutôt que 942 euros brut donc (pour la plupart d’entre eux), les agents pourraient espérer obtenir davantage, ce régime étant renégocié à la hausse chaque année.

Une prime de 350 euros en juillet

Pour consoler les agents, le maire a évoqué durant la semaine la mise en place d’une prime « pouvoir d’achat » exceptionnelle qui pourrait être versée en juillet. « Nous avons obtenu le fait qu’elle puisse être renouvelée en 2020 », poursuit Adeline Lequiset. « Ce n’est pas encore voté mais Olivier Carré s’est engagé ».

Cette fameuse prime atteint les 350 euros brut pour les agents dont le salaire est à 2.000 euros brut par mois (1.286 personnes concernées), 200 euros brut pour ceux qui sont à 2.281 euros brut, et enfin 100 euros pour les autres (3.042 euros brut par mois).

Des négociations pour rien !

À l’annonce de ces montants, les agents ont exprimé leur mécontentement, parlant de « chantage ». « On perd de l’argent », estime Cindy, gréviste. « La prime de service, si elle est versée qu’à notre départ, reste abstraite », poursuit la jeune femme de 35 ans.

Les représentants des quatre syndicats mobilisés passaient parmi les agents pour faire le point. « Nous avons à nouveau rendez-vous avec Muriel Sauvegrain dans la semaine, nous devons voir avec les agents si nous poursuivons le mouvement« , indique Bruno Saghaar, porte parole CFDT. « La grève est donc, pour l’heure, suspendue et les négociations se poursuivront dans les jours qui viennent« .

Il va falloir revenir à la lutte pour faire plier la droite municipale !

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s