NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

CHEMINOTS ACTIFS/VES ET RETRAITE-E-S SALAIRE – SALAIRE SOCIALISÉ – PENSION : MÊMES ENJEUX, MÊMES COMBATS !

LE 02 JUILLET 2019 – SAINT-DENIS – 10H00

 

Benjamin RAIGNEAU DRH du GPF  2, place aux Etoiles CS 70001 93633 LA PLAINE-SAINT-DENIS

Objet : Demande de Concertation Immédiate (DCI)

Monsieur le Directeur,

Le 04 juin dernier, des milliers de cheminots ont participé à la manifestation nationale unitaire pour faire entendre leur ferme opposition à la réforme du système ferroviaire de 2018 et à la politique menée par la direction de la SNCF, qui contribue à un climat social fortement dégradé.

Sur cette dégradation du climat social dans l’entreprise, le président Pepy a déclaré, dans une interview parue dans Ouest France le 10 juin, comprendre et partager les inquiétudes des syndicats sur le climat social, tout en précisant que les évolutions sont conduites avec une obsession de l’humain, et qu’il faut apporter des réponses et faire des propositions qui permettent aux salariés de se projeter dans l’avenir.

On peut affirmer sans détour que ces déclarations sont un exercice de pure communication. Elles ne reflètent nullement la réalité de ce que vivent les cheminots et passent sous silence les revendications et propositions faites par les organisations syndicales, et singulièrement par la CGT

Comment ne pas être inquiets quand le pacte d’entreprise qui est proposé laisse entrevoir une volonté de construire un cadre social commun minimaliste, pour laisser le champ libre aux activités de construire des modèles sociaux différents, y compris sur la rémunération ou le temps de travail ? Il en serait fini des passerelles, des parcours professionnels, et de l’équité entre salariés.

Comment encore ne pas être inquiets face à la transformation de la SNCF en sociétés par actions qui permettra notamment de poursuivre l’éclatement de l’entreprise ? En effet, la structuration semble répondre avant tout aux futurs appels d’offres en calquant ses organisations de production sur le périmètre des futurs marchés. Nous affirmons qu’avec un tel modèle, elle perdra totalement le bénéfice d’une organisation industrielle de la production, structurée autour de grands métiers.

A l’inverse, ce qui est proposé repose sur des organisations cloisonnées entraînant une multiplication des polyvalences.

Comment, enfin, ne pas être inquiets face aux dossiers de réorganisations qui se succèdent à un rythme effréné, où l’aspect social est traité comme un élément secondaire ? La politique d’austérité de la direction SNCF se traduit par des suppressions ou fusions d’établissements, de services, avec son lot de suppressions massives d’emplois, l’externalisation massive de charges de travail au privé, le recours incessant aux contrats précaires, la fermeture de centaines de guichets ou la réduction des heures d’ouverture, la digitalisation tous azimuts, la généralisation de l’EAS et ANS, l’abandon pur et simple de Fret SNCF et le gel des salaires depuis 4 années.

Sur l’emploi, le bilan 2018 fait apparaître, de nouveau, une nouvelle diminution des effectifs de 3562 agents, touchant essentiellement des agents du cadre permanent. Par ailleurs, le nombre d’admissions en Contrats à Durée Indéterminée a baissé de 29,5 % et les démissions sont en hausse de 34,3 %, pour atteindre le nombre de 1025.

Le budget 2019 est dans la même veine, avec des prévisions de suppressions d’emplois qui s’élèvent à 2800 sur le périmètre du GPF.

Pour notre organisation, la politique de l’emploi de la direction SNCF, au vu de ces chiffres, ne s’oriente pas du tout vers le développement de notre entreprise et la réponse aux besoins de service public ferroviaire.

C’est pourquoi, face à cette situation fortement dégradée, la Fédération CGT des Cheminots vous dépose, conformément à l’article 4.2 du chapitre 1 du RH0826, modifié par l’avenant du 13 décembre 2007, une Demande de Concertation Immédiate sur les demandes suivantes :

▪ Revalorisation générale des salaires et pensions ;

▪ Emploi :

▪ un plan de recrutements véritablement ambitieux dans tous les collèges et activités pour améliorer significativement la production pour un service public ferroviaire de qualité ;

▪ un moratoire sur l’ensemble des réorganisations en cours ;

▪ Respect des périmètres Métier et refus des polyvalences outrancières ;

▪ Respect de la réglementation du travail ;

▪ Des mesures significatives et immédiates de nature à améliorer les conditions de vie et de travail des cheminots ;

▪ Un véritable plan de développement de Fret SNCF.

Dans l’attente d’être reçus, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de nos salutations respectueuses.

Laurent BRUN

Secrétaire Général

 

LE 02 JUILLET 2019 – SAINT-DENIS – 10H00 SALAIRE – SALAIRE SOCIALISÉ – PENSION :

MÊMES ENJEUX, MÊMES COMBATS !

Depuis 4 années, les salaires sont gelés à la SNCF, accentuant fortement la baisse du pouvoir d’achat de tous les cheminots.

Les pensions sont sur la même trajectoire depuis 10 ans !

Fin de la péréquation en 2009, puis gel des pensions sur plusieurs années et trop faible revalorisation des pensions à 0,3 % au 1er janvier 2019, s’accompagnent des effets de l’augmentation de la CSG, conduisant à une perte sèche pour une large majorité des retraités cheminots

Rappelons que le travail des salariés crée des richesses, il n’est donc pas un coût, contrairement à ce que prétendent le patronat et ses soutiens, mais il a un prix : LE SALAIRE !

Actifs – Retraités, tous concernés par la revalorisation des salaires.

Car aujourd’hui, le salaire, contrepartie de l’utilisation de la force de travail dans la production, est constitué par :

▪ Le « salaire direct » (le net perçu chaque mois par le cheminot), dont le montant est, pour une très large part, lié au paiement de la qualification résultant de l’application de la grille salariale et de la valeur du point ainsi que les EVS et les gratifications.

▪ Le « salaire socialisé » constitué par les cotisations sociales dites « salariales » ou « patronales », déterminées à partir du salaire brut résultant du système salarial, et versées par l’employeur aux diverses caisses de protection sociale parmi lesquelles il y a la Caisse de Prévoyance et de Retraite (CPR) pour les cheminots du Statut (les caisses de Sécurité Sociale et les caisses complémentaires pour les contractuels).

 

Les cotisations sociales visent à financer collectivement et solidairement les dispositifs de protection sociale conquis par les salariés, d’où le terme de « salaire socialisé ». Ces cotisations permettent d’acquérir des droits qui peuvent être individuels, familiaux ou conjugaux, en matière de couverture maladie, maternité, invalidité, décès et accident du travail, de couverture retraite et réversion, de couverture « famille », de Fonds d’Action Sanitaire et Social (FASS), de prise en charge de la perte d’autonomie, ou encore du chômage…

Ensemble, le 02 juillet, portons nos exigences et revendications en matière de salaires et de pensions :

▪ Une augmentation générale des salaires à la SNCF avec un salaire minimum à 1 800 € brut mensuels et élever le minimum de pension au niveau du SMIC pour une carrière complète ;

▪ L’indexation des pensions sur l’évolution des salaires moyens et non sur celle des prix ;

▪ L’annulation immédiate de la hausse de la CSG pour tous les retraités comme première étape et aller vers son abrogation ;

▪ Le maintien de la pension de réversion selon les modes de calcul actuels…

 

Les moyens existent :

Chaque mois, chaque cheminot crée en moyenne 6 000 € de richesse en plus de son salaire. Ces richesses doivent être réparties entre les salaires et les investissements.

Depuis 4 ans, si les salaires avaient été augmentés à la SNCF, ne serait-ce que pour compenser l’inflation, chaque cheminot percevrait en moyenne 100 € de plus par mois, et donc des moyens supplémentaires pour notre système de prévoyance et de retraite !

ENSEMBLE, ACTIFS ET RETRAITÉS,

EXIGEONS LE « DÉGEL » DES SALAIRES ET GAGNONS UNE VÉRITABLE REVALORISATION DES SALAIRES

TOUS DEVANT LA DIRECTION SNCF À SAINT-DENIS

(RER D : STADE DE FRANCE SAINT DENIS)

LE MARDI 02 JUILLET 2019 À 10H00

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s