NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Ces malades qui nous gouvernent : EDF tente d’imposer la prolongation de fonctionnement de ses vieux réacteurs nucléaires 40 et 60 années de plus

Alors qu’ils ont été conçus pour durer un maximum de 30 ans, EDF veut faire tourner ses 34 branlants réacteurs nucléaires de conception américaine de 900MWe (et les 23 de 1300MWe) non seulement 10 ans de plus mais jusqu’à 60 ans. Avant que ne débute, cette année, les 4èmes visites décénales (VD4) le nucléariste a déjà déposé un dossier de prolongation de 20 ans supplémentaires (VD4+20) pour ces vieilles guimbardes. Démence et magie noire.

__

Ils ne reculent devant rien. En échec complet sur toute la ligne (technique, financière, commerciale, sanitaire), la nucléocratie poursuit sa fuite en avant et veut imposer au pays la menace atomique et les atteintes sanitaires radioactives pendant encore au moins trente ans de plus. Pourquoi un tel entêtement qui non seulement accentue une dégradation de la qualité de notre environnement et de la santé et génèrent sans fin des déchets radioactifs mortels mais empêchent aussi toute évolution profonde vers une société de sobriété, respectueuse du vivant et de la planète, et utilisant pleinement des énergies non-mortifères ?

 

Entêtement et délire corporatiste aux relents militaires

 

Il y a dix ans, en 2009, alors que les français continuaient à fixer leur attention sur le superflus et le secondaires consuméristes et des gaz à effets de serre, EDF, sous les directives du Commissariat à l’Energie Atomique et la frénésie de sa rivalité avec Areva, fourbissait ses armes. Objectif : garder le contrôle du secteur et de la société entière et ses prérogatives exorbitantes dérogatives aux droit commun accordées par les gouvernements successifs au secteur nucléaire. Un moyen : prolonger l’existence d’un secteur en faillitte pour maintenir à tout prix, malgré l’expérience de 30 ans de gabegies et les retours monstrueux en matière de santé et d’accidents atomiques – Tchernobyl, Fukushima, Tree Miles Island, Mayak, Saint-Laurent des Eaux et d’autres en France – leur domination et pouvoir de nuisance nucléariste.

 

Les 18 et 19 janvier 2012 , accédant à la demande de EDF, le « Groupe permanent d’experts pour les réacteurs » (1) nommé par l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire ) pour une durée de quatre ans et qui regroupe principalement le milieu nucléariste avec quelques autres experts se réunit pour analyser le contour et les orientations des études génériques (concernant tout ou partie du parc nucléaire) à mener en vue de prolonger la durée de fonctionnement des réacteurs atomiques en exploitation… jusqu’à 60 ans.

 

Forçant la main des « experts » qui demandaient pourtant gentiment à l’exploitant « …de (lui) fournir un échéancier de livraison des notes nécessaires à l’évolution des DRR (Dossiers de Références Réglementaires) », EDF place tout le monde, fin 2015, devant le fait accompli. Comme-ci l’étape des VD4 de la prolongation à 40 ans des réacteurs atomiques était acquise. Pour preuve de ce coup de force : l’exposé et la plaquette de EDF de janvier 2014 à l’occasion du 3 ème « Rendez Vous Business du nucléaire civil en PACA » (2) à Aix en Provence affirmant comme un des objectifs de son « grand carénage » : La mise en oeuvre des conditions techniques permettant une durée d’exploitation des tranches au delà de 40 ans.

 

Des besoins financiers exorbitants et une conception du travail en esclavage

 

Evidemment tout cela nécessite de «  Mobiliser des ressources financières importantes : un doublement prévisionnel des dépenses entre 2010 et 2020 (investissement et exploitation) » – argent que EDF ne possède pas – ce qui ouvre la porte à des prises de participations étrangères et privatisations partielles. Ainsi le nucléariste avoue qu’il s’agira de : « Donner de la visibilité sur notre programme pour une anticipation des investissements à réaliser et du gréement des équipes, trouver de nouveaux partenaires si nécessaire »  (page 5). Mais toujours avec la même doctrine du moindre frais sur le dos des salariés et de la durée minimale d’arrêt des réacteurs : «  tout en maîtrisant la qualité d’exploitation des tranches et des interventions, en premier lieu la sûreté et la durée des arrêts de tranches » (page 6).

 

Et à la schlague : «  Elargissement des rythmes de travail journaliers EDF & Prestataires (1 poste/jour, ininterrompu sauf pauses légales, entre 5h et 23h, voire en 2×8, 2×10 ou 3×8 – 7/7 pour le chemin critique de l’arrêt) » (page 17). Quitte à exposer encore plus les travailleurs aux radiations mortelles : « Déploiement d’une initiative ALARA et d’une maîtrise de la hausse de la dose collective via notamment le déploiement de l’outil CADOR et du Poste de Supervision en Prévention des Risques (PSPR) » (page 17). « Alara » étant la doctrine qui institue comme norme l’exposition des humains aux radiations mortelles pour un moindre coup financier.

 

Et, pour les entreprises sous-traitantes et les salariés sous-traités, les choses sont claires : « Les critères d’attribution, en mieux-disance la plupart du temps, intègrent le prix, les expositions aux rayonnements, les délais de réalisation en particulier sur le chemin critique des arrêts de tranche, les performances techniques » (page 22). Et comme on sait que la main-d’oeuvre manque depuis des années, on fera comme au Japon qui racole les malheureux sur les trottoirs des villes pour les expédier travailler dans la centrale atomique en perdition. EDF utilisera les «  dispositifs de retour à l’emploi » établit par les gouvernements et en liaison étroite « avec les organisations professionnelles » patronales (page 24).  Aveux cocasse et plus qu’inquiétant : EDF s’inspirera de l’organisation inter-entreprises de l’EPR de Flamanville (fiasco) pour «  créer (des dispositifs) avec les entreprises (locales), en s’inspirant des dispositifs de type « grand chantier » mis en œuvre pour la construction de l’EPR à Flamanville 3 » (page 25).

 

Pour les apprentis-sorciers fanatisés ça urge car les départs à la retraite de bon nombre de travailleurs font disparaître les connaissances et souvenirs des différents bricolages réalisés au fil des années pour palier aux déficiences multiples des réacteurs atomiques. Et cerise sur le gâteau, à ce jour, les mesures de renforcement de la sécurité qui devaient être rapidement instaurées après la catastrophe de Fukushima-Daïchi au Japon (mars 2011), ne sont pas encore toutes en place et efficientes. C’est la fuite en avant à marche forcée. Le nucléaire est dans le mur alors les pontes accélèrent le mouvement vers le gouffre et la catastrophe. « On était au bord du précipice, alors on a fait un pas en avant »

 

Et que les choses soient claires pour tout le monde : on se fou de la transition énergétique, le seul objectif est  « Un projet essentiel pour la pérennité et l’allongement de la durée de fonctionnement du Parc nucléaire » (page 26). Alors confions au gouvernements le soin de faire prendre des vessies pour des lanternes à la population et aux organisations écologiques, avec des annonces de fermetures bidons de réacteurs nucléaires, puis des reports, puis des conditionnements de fermeture à des ouverture de EPR, puis de pseudos aides à l’investissement dans les énergies renouvelables, et autres « sucettes » à gogo.

Les visites décennales pour la prolongation des réacteurs nucléaires au-delà de 30 ans (VD4) débutent en ce moment à la centrale du Tricastin (Vaucluse-Drôme). La vieille quincaillerie des 4 réacteurs atomiques, aux centaines d’accidents et d’incidents, fuites et rejets radioactifs multiples, fissures et pourrissement des tuyauteries, cuves et bâtiments détériorés par le bombardement neutronique, située en-dessous du niveau du canal de Donzère et sur une faille sismique a été élue « tête de série» de la prolongation vers les 40 ans et 60 ans par EDF.

 

Les provençaux sont gâtés. Pas certains que tous laissent faire ce délire. Plus d’un-es réclament la fermeture totale, immédiate et définitive de la centrale atomique. Et avant que la catastrophe ne frappe.

 

J.R

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 29 juin 2019 par dans anticapitalisme, écologie, économie, ECOLOGIE, ERDF - GRDF, FRANCE, GOUVERNEMENT.