NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Un mineur isolé de 17 ans retrouvé mort dans un hôtel à Orléans ! Le COJIE dénonce les responsables !

Un jeune mineur de 17 ans, d’origine guinéenne, a été retrouvé mort jeudi 27 juin au matin dans une chambre de l’hôtel du Sauvage, rue de Bourgogne, à Orléans. Ce jeune homme de 17 ans d’origine guinéenne, mineur non accompagné, est mort dans la nuit du mercredi 26 juin au jeudi 27 dans une chambre de l’hôtel du Sauvage, à Orléans.

Sa chambre était financée par l’aide sociale à l’enfance

Laissé sans surveillance ni contrôle Il aurait consommé alcool et Valium

D’après les premières constatations, « aucune trace de violence sur le corps » n’a été constatée, selon le procureur de la République d’Orléans, Nicolas Bessone. « En revanche, il semblerait, selon la jeune femme, qu’il ait consommé de l’alcool et pris du Valium toute la nuit  avant de s’endormir

Orléans le 28 juin 2019                   Microsoft Word - COJIE.doc

Communiqué de presse

URGENCE HUMANITAIRE

 

Le COJIE dénonce les pratiques de l’Aide Sociale à l’Enfance, aux ordres du Conseil Départemental du Loiret, qui parque des jeunes mineurs isolés étrangers dans les hôtels sans suivi éducatif et social. Ce manque total de cadre autorise des conduites pour le moins inquiétantes qui aboutissent à des drames.

 

Ainsi, la mort d’un jeune mineur à l’hôtel Sauvage dans la nuit du 26 au 27 juin en est la terrible démonstration.

Le COJIE dénonce les pratiques déviantes de l’AIDAPHI, associa􀆟on en charge de multiples programmes dont l’aide à l’insertion. Cette association met aujourd’hui à la rue sans délai, une trentaine de jeunes majeurs, sans aucune ressource, sous prétexte qu’ils ne sont plus « prioritaires » !!! Mais où est donc la priorité ? Sans titre de séjour en bonne et due forme, ils ne peuvent ni travailler, ni louer un logement, ni prétendre aux aides sociales….

 

Le président et la directrice générale de l’AIDAPHI, interpellés ce jour lors de l’Assemblée Générale de l’association se disent non responsables et avouent se plier aux injonctions orales de la préfecture… Ils semblent oublier au passage les valeurs défendues par l’association !

Ils se dédouanent en prétextant qu’il n’y a aucune convention écrite pour

l’accueil de ces jeunes et que la préfecture peut imposer ses règles comme bon lui semble !

Pourtant, le Code de l’Action Sociale et des Familles préconise que les personnes accueillies en urgence doivent l’être jusqu’à une sortie autonome dans le cadre de conventions écrites avec les financeurs !

Si la direction de l’AIDAPHI peut se retrancher derrière l’« obligation d’exécuter », le président en tant que personne morale, a tout pouvoir de dénoncer ces pratiques abusives et de protéger les jeunes accueillis. Mais la logique commerciale prévaut !

30 jeunes de plus dans la rue ce soir et 150 au 31 août !!! Jusqu’où le Conseil Départemental, la Cohésion Sociale et la Préfecture vont-ils créer la misère sociale ? Les morts violentes risquent de se multiplier sous les yeux des orléanais !

Le COJIE est partie prenante de la Marche des Colères de ce samedi 29 juin et une autre mobilisation est programmée le mercredi 10 juillet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s