NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

L’entreprise Caruelle, à Saint-Denis-de-l’Hôtel, ferme !

Le site de production de pulvérisateurs agricoles devrait fermer à la fin de l’année 2020. Une cinquantaine d’emplois seront supprimés. Encore une entreprise quasi centenaire qui ferme ! Même pas de tentative de reprise ! Le peu d’ouvrierEs sont lourdéEs ! La faute à l’interdiction du glyphosate diront les courtes vues qui acceptent l’ouverture des marchés comme le CETA et autres ! Bravo MACRON le Président du capital ! Pour les salaeiéEs ils n’auront qu’à « traverser la rue » (sic) !

 

L’information a été annoncée, mardi 2 juillet, aux cinquante-cinq salariés de la société Caruelle Nicolas de Saint-Denis-de-l’Hôtel : le site de production de pulvérisateurs fermera d’ici fin 2020. Et la cinquantaine d’emplois seront supprimés.

« Le marché français a baissé de 50% »

L’entreprise avait déjà réduit ses effectifs depuis plusieurs années en raison de la baisse de la vente de ses équipements. Une crise due à l’évolution de la législation sur les pratiques agricoles, selon Cyril Ballu, directeur général du site de Saint-Denis de l’Hôtel. .

« Nous perdons de l’argent depuis quatre ans, le marché français a baissé de 50% », soulignait, ce mercredi, Cyril Ballu. Le groupe a prévu de concentrer son activité sur la viticulture et l’arboriculture.

Les discussions ont été engagées avec les partenaires sociaux sur la base d’un arrêt progressif de la production (les commandes seront honorées) et la suppression de 49 emplois.

Mobilité, reclassement

Neuf postes de monteur seront créés à Épernay (Marne) et réservés en priorité aux salariés loirétains. « Mais c’est à trois heures et quart de route », reconnaît Cyril Ballu. Le directeur général souhaite un accompagnement des salariés de Saint-Denis-de-l’Hôtel à la hauteur de la « dignité » dont ils font preuve.

« Je veux les aider à valoriser leurs acquis. Ils se sous-estiment mais ils ont de l’or dans les mains. Les monteurs ont peu de diplômes mais sont polyvalents et ont un vrai savoir-faire en mécanique, hydraulique et plasturgie », insiste Cyril Ballu.

Il rappelle d’ailleurs que des solutions avaient été trouvées lors des réductions d’effectifs précédentes. Quant aux ingénieurs, « j’ai eu du mal à les recruter », se souvient-il. Sûr, donc, qu’ils ne peineront pas à trouver d’autres postes.
L’entreprise a déjà noué des contacts avec des cabinets spécialisés.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s