NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Sanctions américaines : les comptes des représentations diplomatiques du Venezuela en Suisse bloqués

Les représentations diplomatiques du Venezuela en Suisse sont actuellement sans ressources. En cause : la décision des banques suisses de bloquer et de fermer leurs comptes en application des sanctions américaines.

«Le gouvernement des Etats-Unis est le gouvernement du monde» : voilà littéralement ce qu’aurait répondu un banquier suisse à l’ambassadeur du Venezuela à Berne, Cesar Mendez, contacté par RT France.

A l’origine de cet aveu édifiant, les représentations diplomatiques du Venezuela à Berne et à Genève – à la mission permanente de l’ONU – se sont retrouvées, sans explication, sans accès à leurs fonds pour leurs opérations courantes et pour verser le salaire de leurs employés. Leurs comptes chez Credit Suisse ont été tout bonnement bloqués dans un premier temps, avant d’être fermés. En cause : la décision des banques suisses de geler leur canal de paiement avec tout ce qui vient de l’Etat vénézuélien, en raison des sanctions américaines. Une information notamment partagée par le site d’actualités suisse swissinfo.ch.  «Nous sommes dans une situation d’impuissance financière pour réaliser nos tâches diplomatiques, payer nos employés et nos factures», a confié à RT France le diplomate Cesar Mendez.

Monsieur l’ambassadeur, le gouvernement des Etats-Unis est le gouvernement du monde

Les comptes personnels de certains fonctionnaires, dont celui de l’ambassadeur lui-même, ont également été fermés. «Mon compte a été fermé pour le seul fait que j’ai utilisé – forcé par le fait qu’ils ont fermé le compte de l’ambassade – mes ressources personnelles pour payer des frais de l’ambassade. La banque a décidé que je ne pouvais pas faire ça. C’est insoluble», déplore l’ambassadeur.

Les autorités suisses, avec qui il explique s’être entretenu, «étaient elles-mêmes très étonnées de ce qui se passe et voulaient aider», mais lui ont finalement signifié que l’Etat suisse était impuissant. Si, comme le souligne l’ambassadeur, ces mesures  contreviennent à l’article 25 la Convention de Vienne de 1961 qui régule les rapports diplomatiques entre Etats, il s’agit ici de «relations privées entre une banque et son client, même si ce client est une représentation diplomatique».

Neutralité diplomatique de la Suisse ?

Pour obtenir des explications sur cette mesure, qu’il juge «brutale», Cesar Mendez affirme avoir parlé avec de nombreux représentants du secteur bancaire suisse. «Je ne vais pas donner leurs noms, mais un des banquiers que j’ai eus m’a dit à un moment donné que ces mesures étaient liées aux sanctions des Etats-Unis», explique-t-il. Ce à quoi il a fait remarquer à son interlocuteur qu’il vivait en Suisse, et non aux Etats-Unis. Et au banquier de répondre : «Monsieur l’ambassadeur, le gouvernement des Etats-Unis est le gouvernement du monde.»

Une affirmation surprenante dans un pays comme la Suisse, qui revendique une neutralité perpétuelle. «Je ne sais pas si ce banquier prenait toute la mesure de ce qu’il m’a dit mais je suppose que c’est ce qu’il a pu entendre et constater dans son travail dans une banque suisse», commente le vénézuélien.

Contacté par swissinfo.ch, l’institut bancaire en question a refusé de s’exprimer. «Credit Suisse ne commente pas ses relations d’affaires potentielles», s’est limité à répondre l’un de ses porte-paroles. Cesar Mendez a bien tenté ensuite d’ouvrir un compte dans des banques qui appartiennent à l’Etat suisse, comme PostFinance, mais toutes ont refusé d’accéder à sa requête.

La Suisse mandatée pour représenter les intérêts américains au Venezuela

Ces refus sont-ils en rapport avec un mandat des Etats-Unis ? Sur le site officiel du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE), on peut lire à cet effet que «le 5 avril 2019, la Suisse a été officiellement mandatée par les États-Unis pour représenter les intérêts américains au Venezuela. L’entrée en vigueur du mandat de puissance protectrice nécessite toutefois l’approbation du Venezuela».

Interrogé par un député le 16 septembre lors d’une séance de la Chambre basse du Parlement suisse [le Conseil national], le ministre suisse des Affaires étrangères, Ignazio Cassis, a expliqué que «si nécessaire, le ministère des Affaires étrangères soutiendrait la représentation concernée dans des cas concrets en cherchant des solutions pour qu’elle puisse mener à bien ses activités officielles conformément à la Convention de Vienne».

L’ambassadeur du Venezuela souligne également que les gouvernements suisse et vénézuélien sont en pourparlers pour tenter de trouver une solution. En attendant, l’ambassade et les services consulaires vénézuéliens à Berne, de même que la représentation auprès de l’ONU à Genève, sont littéralement bloqués.

Selon les informations dont dispose Cesar Mendez, c’est le premier cas de blocage total des comptes d’une ambassade vénézuélienne dans le monde depuis l’intensification des sanctions contre son pays.

Meriem Laribi

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 septembre 2019 par dans AFFAIRES, anticapitalisme, APARTHEID, BANQUES, SUISSE, VENEZUELA.