NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Deux migrants retrouvés morts sur une plage du Touquet !

Pour la première fois depuis le début des tentatives de traversées de la Manche vers l’Angleterre, deux jeunes migrants ont été retrouvés morts lundi 14 octobre sur une plage du Touquet (Pas-de-Calais).

Lundi 14 octobre, deux jeunes hommes Irakiens de 17 et 22 ans ont été retrouvés morts lundi, sur une plage du Touquet (Pas-de-Calais), Ils « proviendraient vraisemblablement de la même embarcation », retrouvée vide d’occupants, a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais.

Ce drame porte à quatre le nombre de migrants morts en 2019 en tentant ces traversés : le 9 août, une Iranienne de 30 ans avait déjà péri après être tombée d’un bateau surchargé de migrants. Le 23 août, un Irakien ayant tenté de rejoindre l’Angleterre à la nage avait lui été retrouvé mort au large de Zeebruges (Belgique).

Retrouvé en « bordure de mer »

Lundi en fin de matinée, le corps d’un adolescent de 17 ans a été retrouvé par un passant sur la plage de Stella sur la commune du Touquet-Paris-Plage. « À 20 mètres du corps, en direction des dunes, les policiers ont par ailleurs découvert une petite embarcation » semi-rigide, « sans moteur, avec deux rames à l’intérieur, un bidon d’essence à proximité et un gilet de sauvetage », a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais.

Toujours plus de migrants traversent la Manche en bateau

Retrouvé « en bordure de mer », le jeune homme était « déjà décédé à l’arrivée des secours », ont précisé les pompiers. L’enquête a été confiée à la police du Touquet et la police aux frontières (PAF) de Coquelles. Dans l’après-midi, le second migrant de 22 ans a été retrouvé sans vie par un passant. Selon le parquet de Boulogne-sur-Mer, confirmant une information de France 3, huit migrants ont par ailleurs été secourus lundi matin sur une plage près de Calais. À ce stade, aucun lien n’est établi entre les deux secours.

Des tentatives qui se multiplient

Depuis fin 2018, ces tentatives se sont multipliées dans la Manche malgré le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la faible température de l’eau. La préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord avait comptabilisé fin août 1 473 migrants ayant tenté de rejoindre les côtes anglaises, contre 586 sur l’ensemble de 2018.

À Calais, les migrants prennent plus de risques pour échapper aux autorités

« Et ça ne va pas s’arrêter ! », prévient Claire Millot, secrétaire générale de l’association Salam. « Parce que les conditions (de vie) à Calais et Grande-Synthe sont épouvantables, avec des démantèlements réguliers, ils sont prêts à tout pour passer. » Mi-septembre, les autorités ont à nouveau évacué quelque 800 migrants du campement de Grande-Synthe (Nord), où des centaines de personnes affluent régulièrement dans l’espoir de rallier les côtes britanniques.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 15 octobre 2019 par dans anticapitalisme, FRANCE, Immigrés.