NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Un étudiant en état grave après s’être immolé : « J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué ». Rassemblement contre la précarité mardi 12-11 à 18h devant les locaux du bouillon à la Fac d’Orléans La source.

Cet étudiant de 22 ans a expliqué dans un post Facebook les motivations de son acte, dénonçant les politiques de précarisation qui poussent la jeunesse à de tels actes.

L’étudiant, originaire de Saint-Etienne, a été brûlé à 90% et transporté dans un état très grave à l’hôpital, s’étant immolé devant le centre du CROUS de Lyon. Dans un post Facebook, ce dernier, militant dans un syndicat étudiant, revient sur les motivations de son acte. Entre les politiques de précarisation qui touchent en particulier la jeunesse et les contre-réformes néolibérales de Macron qui pavent la voie à des attaques plus brutales encore, le jeune homme revient sur les conditions de vie impossibles qui l’ont conduit à un tel acte « Cette année, faisant une troisième L2, je n’avais pas de bourses, et même quand j’en avais, 450€/mois, est-ce suffisant pour vivre ? »

Lettre Etudiant

Cet acte terrible est le symptôme le plus extrême du malaise dans la jeunesse qui s’exprime ici de façon politique ; ciblant directement, comme le dit l’étudiant lui-même dans son post facebook « un lieu politique, le ministère de l’enseignement supérieur et la rechercher et par extension le gouvernement. » Car ce sont bien en dernière instance les politiques de précarisation des gouvernement successifs qui condamnent nombre d’étudiants à des conditions de vie indignes et les plongent dans la misère matérielle et morale, parfois jusqu’à des actes aussi extrêmes.

Être jeune en France. Après Steve, qui avait trouvé la mort pour avoir fait la fête, c’est aujourd’hui ce jeune étudiant qui a tenté de se donner la mort, poussé par des conditions de vie insoutenables ; la jeunesse française traverse aujourd’hui un malaise profond qui ne peut continuer à couver plus longtemps. Car cet acte terrible a des responsables, : « J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué », poursuit l’étudiant dans son post. C’est un grand mouvement de révolte de la jeunesse contre ce système qui est aujourd’hui nécessaire, car ce sont les classes dominantes qui ont entrainé cet étudiant à commettre l’irréparable, qui conclut son post par « un dernier souhait », celui que ses camarades continuent de lutter, et pour en finir avec ce système qui pousse sa jeunesse au suicide.

Aujourd’hui en 2019, avoir 22 ans en France, c’est crever de précarité et s’immoler par le feu. Jeunesse soulève-toi, ça ne peut plus continuer comme ça. Comme le questionne l’étudiant dans son post « Et après ces études, combien de temps devrons nous travailler, cotiser, pour une retraite décente ? Pourrons nous cotiser avec un chômage de masse ? », le 5 décembre sera le moment de marquer un coup d’arrêt à leurs réformes néolibérales, en commençant par la bataille contres les retraites pour faire reculer ce gouvernement et ses politiques meurtrières !

Nous relayons ci-dessous le communiqué du syndicat dont il est membre, Solidaires ÉtudiantEs :

Solidaire Etudiants

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 12 novembre 2019 par dans anticapitalisme, EDUCATION NATIONALE, ETUDIANTS, FRANCE, PRECARITE-PAUVRETE.