NPA Comité Orléans Loiret

Nos vies valent plus que leurs profits! Mel de Contact : npa45@npa-mail.org

Israël bloque les exportations palestiniennes de produits agricoles !

« À partir d’aujourd’hui, l’exportation à l’étranger (…) via le passage d’Allenby ne sera pas autorisée », a indiqué le ministère israélien de la Défense.

Israël a décrété ce dimanche le blocage des exportations agricoles palestiniennes, une mesure prise dans le cadre d’une querelle commerciale qui va crescendo depuis l’annonce du plan controversé de l’administration Trump visant à résoudre le conflit israélo-palestinien.

« À partir d’aujourd’hui (…) l’exportation à l’étranger de produits agricoles palestiniens via le passage d’Allenby ne sera pas autorisée », a indiqué dans un communiqué le Cogat, l’unité du ministère israélien de la Défense qui supervise les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

Contrôlé par Israël, le point de passage d’Allenby relie la Cisjordanie occupée à la Jordanie voisine, d’où les produits pouvaient ensuite être acheminés vers le reste du monde. Fermer cette option met donc fin à l’ensemble des exportations agricoles palestiniennes car les autorités avaient déjà bloqué l’accès de ces produits agricoles en Israël d’où ils pouvaient être acheminés vers l’Europe.

Dans la vallée du Jourdain, langue de terre fertile en Cisjordanie occupée, Moeïn Achtiyeh, un agriculteur ayant accumulé 400 tonnes de dattes de qualité prêtes à l’exportation, dénonçait ce dimanche la mesure du gouvernement israélien. « Si je ne parviens pas à exporter ces dattes, cette décision me coûtera 10 millions de shekels (2,6 millions d’euros) », dit-il, précisant que ses fruits étaient destinés au Royaume-Uni, à l’Allemagne et à la Turquie.

« Désengagement »

Cette mesure israélienne est une réponse au « boycott palestinien des veaux – qui a gravement nui aux éleveurs de bétail israéliens », précise le Cogat. Les Palestiniens ont cessé il y a cinq mois, déplore l’Etat hébreu, les importations de veaux dans le cadre d’une politique de « désengagement » économique progressif avec Israël qui occupe la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

Or, la semaine dernière, quelques jours après l’annonce par le président américain Donald Trump de son plan de règlement pour le Proche-Orient, rejeté par les Palestiniens qui le jugent trop favorable à Israël, le ministre israélien de la Défense a suspendu l’importation de produits agricoles de Cisjordanie.

Selon le ministère palestinien de l’Economie, les exportations de produits agricoles palestiniens vers Israël se sont élevées à environ 88 millions de dollars en 2018, ce qui représente les deux tiers des exportations agricoles depuis les Territoires.

En réponse à cette mesure, l’Autorité palestinienne avait décidé la semaine dernière de bloquer l’entrée de certains produits de consommation israéliens sur son territoire. « Le gouvernement a décidé d’empêcher l’entrée de légumes, de fruits, de boissons gazeuses, de jus et d’eau minérale provenant d’Israël », a confirmé le porte-parole du gouvernement palestinien Ibrahim Melhem.

Les importations de produits agricoles israéliens dans les Territoires palestiniens ont quant à elles avoisiné 600 millions de dollars en 2018, et représentent 71% des importations dans ce secteur, selon les données palestiniennes. Le Cogat a souligné ce dimanche que sa décision de bloquer les exportations de Cisjordanie prendrait fin « dès que l’Autorité palestinienne aura cessé de nuire au commerce du bétail et au libre marché ».

« Mesures ciblées et calculées »

Mais selon le ministre palestinien de l’Agriculture, Riad Attari, la décision d’Israël est « très dangereuse » car elle « affectera » les agriculteurs palestiniens. Et « cela nous poussera à prendre de nouvelles mesures » de rétorsion, a-t-il déclaré.

De là à évoquer une guerre commerciale, il y a un pas que Nasser Abdel Karim ne franchit pas pour le moment. « Il ne s’agit pas d’une véritable confrontation économique » mais plutôt de mesures « ciblées » et « calculées », note cet analyste palestinien. « Ni les Palestiniens ni les Israéliens ne sont prêts à une confrontation », dit-il. « Depuis l’annonce du supposé +accord du siècle+ des Etats-Unis, les Israéliens veulent s’assurer d’éviter les débordements de violence dans les Territoires palestiniens et s’assurer du calme ».

Côté palestinien, il n’y a pas de « volonté d’en arriver à un affrontement économique », soutient Nasser Abdel Karim. Mais ces nuances n’apaisent pas pour autant Nasser Abdel Razek, grand producteur d’oignons et de pommes de terre. « Nous sommes en pleine saison des oignons et des patates, si je ne peux exporter je vais perdre des sommes importantes », déplore-t-il.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s