NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Coronavirus : 3,3 millions d’Américains se sont inscrits au chômage en une semaine !

Ce chiffre dépasse l’envolée des demandes d’allocation-chômage qui avait suivi la crise financière de 2008 aux Etats-Unis. Une nouvelle assurance fédérale permettra de verser 600 dollars par semaine aux chômeurs.

Par Arnaud Leparmentier

L’envolée est inédite. 3,283 millions d’Américains se sont inscrits au chômage en une semaine. Jamais ce chiffre n’avait dépassé les 700 000. Il pulvérise de loin le nombre des demandes d’allocation-chômage qui avait suivi la grande crise financière de 2008, alors que l’économie est à l’arrêt, en particulier les services, premiers pourvoyeurs d’emplois : restaurants, commerces, écoles, transports, salons de coiffure, musées, dentistes.

Ce chiffre a été révélé jeudi à 8 h 30, heure de New York, par le ministère fédéral du travail. Il porte sur la semaine s’étant achevée le 21 mars, lorsque la crise causée par le coronavirus a paralysé économiquement les Etats-Unis. Il marque une hausse de 3 millions d’inscriptions au chômage supplémentaires par rapport à la semaine précédente, qui avait enregistré 282 000 nouvelles demandes, selon les chiffres du bureau du travail.

Marché contrasté

Cette crise met fin à une hausse ininterrompue de l’emploi depuis cent treize mois, ayant conduit à la création de 22 millions d’emplois (sur une population active de 165 millions d’Américains). En février, le taux de chômage était à 3,5 %, niveau historique jamais atteint depuis la fin des années 1960. La participation à l’emploi réaugmentait de manière satisfaisante, eu égard au vieillissement de la population. Le taux de chômage pourrait rapidement dépasser les 10,8 % atteints en 1982, à la sortie de la récession provoquée par la révolution iranienne de 1979 et le combat de la Réserve fédérale contre l’inflation. Le chômage avait atteint 9,9 % en 2009, au pire de la crise financière.

La carte du chômage connaît des disparités fortes. La Pennsylvanie, Etat désindustrialisé décisif pour la réélection de Donald Trump, a connu de loin les plus fortes inscriptions au chômage (379 000), soit un bond de 5,8 points. Le petit Nevada est frappé dans des proportions encore supérieures (6 points) en raison de la fermeture des casinos de Las Vegas. Les décisions de confinement n’ont pas un effet manifeste, le Texas, peu confiné, étant quasi aussi touché que la Californie, dont les habitants sont priés de rester à domicile. La Floride est l’un des Etats les moins frappés. Le marché du travail est contrasté, avec des entreprises à l’arrêt, comme General Electric, qui va se séparer de 2 500 personnes, ou Ford. Mais les géants de la distribution (à distance ou non) ou de la pharmacie comme Amazon, Walmart ou CVS veulent embaucher 500 000 personnes. Il n’empêche, le chômage va continuer de s’envoler au cours des prochaines semaines.

Devant l’afflux des inscriptions au chômage, les administrations locales cherchent à recruter, par exemple dans l’Illinois, la Louisiane ou le Massachusetts. Leurs serveurs informatiques ont parfois buggé en raison de l’afflux des demandes. L’inscription est indispensable pour que les Américains puissent toucher leur assurance-chômage. Celle-ci va jouer un rôle inédit dans cette crise. Le Sénat a voté, dans la nuit de mercredi à jeudi, un paquet de 2 000 milliards d’aides à l’économie, dont 250 milliards de dollars à une nouvelle assurance-chômage fédérale.

« Ce que la plupart des Américains veulent, c’est garder leur emploi. » Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor.

« Si vous avez été licencié, vous allez recevoir 600 dollars de plus par semaine » pendant quatre mois, a précisé le sénateur progressiste du Vermont, Bernie Sanders. Pour la première fois, les travailleurs ayant le statut d’indépendants, comme les chauffeurs Uber, y auront droit. Cette somme viendra en complément des 200 à 550 dollars payés chaque semaine par les Etats fédérés pour une période de trois à sept mois. En moyenne, fin 2019, cette couverture était de 368 dollars par semaine, soit 45 % du dernier salaire.

Cette mesure a longtemps fait débat, mercredi 25 mars au soir, quatre sénateurs républicains contestant un système qui permettrait à certains de gagner plus au chômage qu’en travaillant, encourageant les Américains à quitter leur travail. « Je ne crois pas que cela va créer des incitations négatives », a déclaré Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor. « Ce que la plupart des Américains veulent, c’est garder leur emploi. »

S’y ajoute une intervention directe de 500 milliards de dollars du Trésor américain. Les ménages vont recevoir un chèque de 1 200 dollars par personne, à condition de gagner moins de 75 000 dollars par an pour une personne, et 150 000 dollars pour un couple, ainsi que 500 dollars par ­enfant. La mesure, dégressive au-delà, permet de donner du pouvoir d’achat immédiat aux ménages, dont beaucoup sont privés de leur travail du jour au lendemain. Elle doit être versée d’ici trois semaines, selon M. Mnuchin.

Cette réaction des pouvoirs publics fait que la Bourse américaine n’a pas dévissé avec l’annonce des chiffres qui étaient attendus : l’indice Dow Jones a même bondi de 6,38 % jeudi 26 mars. Depuis le plus bas touché lundi, le rebond atteint 23,8 %.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s