NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Espagne. Le Coronavirus tue un irréductible antifranquiste « Chato » Galante !

Billy el Niño, Billy l’Enfant… Ironie terriblement amère du surnom. ‘Chato’ Galante : « C’est un tortionnaire compulsif, probablement l’image parfaite de ce que fut la répression de la dictature ». ‘Chato’ Galante s’est battu comme un lion pour que son impunité (c’est un tortionnaire, non c’était…), comme celle de ses semblables toujours en vie, soit levée. Le Coronavirus a choisi son camp…

  • José María ‘Chato’ Galante, l’un des fondateurs et dirigeants de la Liga Comunista Revolucionaria (LCR), avait été arrêté à plusieurs reprises par la police franquiste et torturé par le tristement célèbre et toujours impuni Billy el Niño. Il était actuellement l’une des principales figures des activistes, anciens prisonniers politiques pour certains, mobilisés pour que cesse cette impunité qui est la tache originelle de la démocratie espagnole.

Son engagement et celui de ses camarades les avaient amenés à prendre acte que l’Etat espagnol, tant du côté de la Justice que des politiques, feraient irrémédiablement barrage à toute tentative de rendre justice aux persécuté.e.s et assassiné.e.s par le franquisme ainsi qu’à leurs familles spoliées, discriminées et humiliées. Ils s’étaient alors tournés vers la juge argentine María Servini qui, au nom de la « justice universelle » et de l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité, instruit les accusations contre les responsables de la dictature encore en vie, dont ce sinistre Billy el Niño mais aussi contre l’ancien ministre Martín Villa, responsable de la mort de 5 ouvriers grévistes de Vitoria en 1976. Relevons que Martín Villa, à ce moment-là, était ministre des Relations Syndicales du dernier gouvernement franquiste, celui de Arias Navarro, et que cinq mois après il allait devenir le Ministre de l’Intérieur, de celui que l’Espagne a célébré comme le grand artisan du retour de la démocratie, aux côtés du roi « affairiste » Juan Carlos, Adolfo Suárez…Tous des recyclés du franquisme…

Hommage donc à Chato Galante, victime du Coronavirus, pour une vie d’engagement pendant le franquisme mais aussi à contrecourant des mystifications sur lesquelles s’est fondé le retour de la démocratie espagnole en amnésie/amnistie de cette dictature. Ce fil rouge est précieux pour comprendre ce qu’est aujourd’hui, par-delà, les chatoiements d’un gouvernement « progressiste », la réalité politique espagnole : certes non dictatoriale mais non largement défranquisée

Chato Galante apparaît à plusieurs reprises dans le documentaire émouvant sur les fosses du franquisme : « Le silence des autres »

C’est un film à voir pour cerner le déni de justice qu’est cette démocratie si peu démocratique …dont tant de familles sont les victimes… Pour faire tomber aussi le masque de cette Espagne, bien au-delà des seul-es, si seul-es, républicain-es enfoui-es dans la terre, obligeant à ce que leur exhumation devienne un combat… démocratique.

Quelques liens à propos d’un film qui vient de sortir dans nos salles et qui revient sur la question des « fosses » espagnoles, en fait celle de ces Espagnol-es (Catalan-es, Basques, Andalous-es…) qui ont eu le malheur de perdre la Guerre Civile, pour certain-es d’y avoir laissé la vie (et dans quelles conditions !) et d’être toujours enterré-es sans sépulture, comme des chiens, quelque part dans la nature ou sous une route… Le malheur c’est aussi, depuis lors… depuis lors, vous lisez bien, celui de leurs familles laissées à leur douleur infinie.

La démocratie espagnole avait en effet une priorité, autre que la leur : maintenir le cap d’une amnistie des criminels franquistes pour que la Transition démocratique, on vous dit bien la transition car il ne fallait pas rompre la continuité avec la dictature, permette aux élites franquistes de … devenir démocrates. Avec le résultat que l’on a sous les yeux d’une corruption exponentielle, d’une justice aux ordres, d’une police qui bâillonne (merci la loi « bâillon »). L’actuel procès politique contre les dirigeants catalanistes est une de ces facettes de ce que la démocratie espagnole a délibérément assumé de conserver en héritage de ce qui l’a précédée. Et qui en fait une anomalie internationale : les tribunaux européens ont désavoué à plusieurs reprises les demandes d’extradition des catalanistes exilé-es, une juge argentine a pris en charge, au nom de la justice universelle, l’instruction des crimes du franquisme (d’où l’allusion dans le film à ces 10 000 km depuis l’Espagne qu’il faut faire pour aller demander justice sur des crimes que le bon sens ne peut que « juger » imprescriptibles) que la « justice » espagnole et les dirigeants politiques, de gauche comme de droite, ont refusé d’entreprendre. Y compris aujourd’hui que le risque que pouvait faire peser l’armée franquiste, que le nouveau régime avait laissée en l’état, n’existe plus. Ce qui permet à l’extrême droite que des partis de la droite classique, le PP et Ciudadanos, considèrent comme une alliée, de relever la tête et de se réclamer ouvertement de Franco. Il est vrai qu’en Espagne il y a aujourd’hui même une Fondation Franco… Vous avez vu une Fondation Hitler en Allemagne ? Une Fondation Mussolini en Italie ?

Pour ce que l’on saisit des extraits, c’est un film à voir pour cerner aux plus près des familles de victimes du franquisme, le déni de justice qu’est cette démocratie si peu démocratiques …dont elles sont les victimes… Et par là même c’est un film qui devrait faire tomber le masque de cette Espagne du « régime de 1978 », bien au-delà des seul-e-s, si seul-e-s, républicain-es enfoui-es dans la terre, obligeant à ce que leur exhumation devienne un combat… démocratique. Eh oui, je dis bien, démocratique car il faut en finir avec ce déni de démocratie qu’assume la « démocratie » espagnole !

https://www.youtube.com/watch?v=-MX0xTCPdLQ

http://www.troiscouleurs.fr/…/le-silence-des-autres-dalmud…/

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=248714.html

https://cineuropa.org/fr/video/347943/rdid/347041/

https://cineuropa.org/fr/video/rdID/347041/f/t/

https://cineuropa.org/fr/video/347352/

http://www.troiscouleurs.fr/…/le-silence-des-autres-dalmud…/

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 mars 2020 par dans anticapitalisme, CRISE SANITAIRE, CRISE SOCIALE, EPIDEMIE/PENDEMIE, ESPAGNE.