NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Liban, l’ingérence impérialiste de la France ! Macron exhorte à un « gouvernement de mission » et à des réformes rapides

En déplacement au Liban pour la seconde fois en quelques semaines, Emmanuel Macron n’a cessé de pousser à la formation d’un « gouvernement de mission » pour imposer rapidement une série de réformes. Une ingérence impérialiste claire.

Julian Vadis

mardi 1er septembre 0

Crédit photo : GONZALO FUENTES / AFP

Ces lundi 31 août et mardi 1er septembre, Emmanuel Macron était en déplacement au Liban. Le deuxième depuis l’explosion du port de Beyrouth, après celui de début août juste après la catastrophe.

« Ma position est toujours la même : celle de l’exigence sans ingérence » n’a cessé de rabâcher Macron depuis son arrivée sur le sol libanais. Pourtant, le président français, qui se pose en sauveur du peuple, ce qui ne manque pas de sel lorsque l’on sait que la France est le principal fournisseur de grenades et autres matériels de répression du Liban, n’a pas manqué de mettre la pression sur le gouvernement local.

« C’est la dernière chance pour le système » a ainsi martelé Macron. Une forme d’avertissement qui se combine avec une série d’exigences qui tombent sous le coup de l’ingérence, quel que soit le discours officiel. « Je vais pousser » pour un « gouvernement de mission » qui devra « lancer des réformes » et ce au plus vite.

Mais ce n’est pas tout ! Emmanuel Macron a d’ores et déjà annoncé qu’il effectuerait un nouveau déplacement en décembre prochain. Une annonce qui sonne comme une forme de deadline pour la mise en place de la politique voulue par l’impérialisme français. Pire, dans des propos relayés par Le Point, Macron est allé jusqu’à proposer d’accueillir une conférence de soutien au Liban. « Il faut qu’on continue à mobiliser toute la communauté internationale. […] Je suis prêt à ce qu’on réorganise, autour peut-être de mi-fin octobre, une conférence internationale de soutien avec les Nations unies. […] Je suis tout à fait prêt même à l’accueillir à Paris […], qu’on puisse à nouveau demander un soutien à tous les États pour financer » a déclaré le président français.

Si Macron entend se présenter en « sauveur » du peuple libanais, dans la plus pure tradition coloniale – rappelons que la France a colonisé le Liban de 1920 à 1943 – il est au contraire le pire ennemi des masses aujourd’hui en lutte. Bien loin d’être motivés par des élans humanistes, les déplacements tout comme les exigences de Macron visent avant tout à servir les intérêt impérialistes de la France au Liban et se traduisent par le pillage de ses ressources naturelles avec la complicité de la bourgeoisie libanaise. La nature même des réformes exigées par Macron est en ce sens saisissante, comme la privatisation du secteur de l’énergie, qui représente 40% de la dette du pays, en misant sur l’aide des « organismes privés et des entreprises françaises », comme il l’avait indiqué le 6 août dernier.

L’impérialisme français et son représentant Macron ne sont donc en aucun cas des appuis pour la lutte légitime du peuple libanais. Un sentiment renforcé lorsqu’on sait que le slogan « Contre la colonisation… Révolution ! Contre l’occupation… Contre Macron… Contre Michel Aoun… Révolution ! » figure en bonne place dans le répertoire des manifestations. A ce titre, notre rôle, ici en France, est non seulement de manifester une solidarité internationaliste sans faille et d’exiger « Macron, hors du Liban ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 septembre 2020 par dans COLONIALISME, FRANCE, INGERENCE, LIBAN.