NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

“Police partout, Justice nulle part”

NPA 08-09-20
Un pas de plus a été franchi la nuit passée à Nice dans les atteintes aux libertés publiques avec le procès des 4 militantEs syndicalistes : 2 mois de prison pour Delphine, Dany et Alec, 6 mois pour notre camarade Olivier pour violence, outrage, rébellion et insultes, sans compter les 6 750€ de dommage et intérêts.


À partir de 13h près d’une centaine de militantEs sont venuEs soutenir leurs camarades inculpéEs. Une mobilisation à l’appel de la FSU et de Solidaires, avec le soutien de nombreuses organisations dont la CGT Éducation, Attac, la LDH, SOMICO 06 (Solidarité MigrantEs ).
Au niveau des organisations politiques, seul le NPA avait mobilisé avec ses drapeaux mais quelques militantEs d’Ensemble et du PCF étaient présenEs.
Bien que convoquéEs pour 13h30, les accuséEs ne sont passéEs en jugement qu’à partir de 17h, le tribunal pensant décourager les militantEs venuEs soutenir leurs camarades.
Cerise sur le gâteau, c’est le secrétaire-adjoint du syndicat de police “Alliance” qui était, ce matin, l’invité de France Bleu Azur pour commenter le procès.


Les Alpes Maritimes continuent à être le laboratoire de la répression tout azimut et de l’installation d’une société de plus en plus policière et sécuritaire.
Ce verdict crée un précédent qui menace toute liberté d’expression lors de manifestations.Les avocats se réuniront prochainement avec les condamnéEs pour examiner la possibilité d’un appel.
Quelle que soit la décision, le NPA sera aux côtés des militantEs condamnéEs pour poursuivre le combat pour la liberté d’expression.

Rappel des faits.

Le 9 mai 2019, lors d’une manifestation syndicale unitaire de la Fonction Publique, des militant-es du syndicat de police Alliance se sont imposé-es dans une manifestation où ils/elles n’étaient pas désiré-es, compte tenu de leur positionnement à l’extrême droite.

Au début de la manifestation les organisateurs de la manifestation leur ont interdit de déployer leur drapeau et de prendre la parole. Dès lors, ces policiers, qui n’étaient pas en service et donc sans brassard réglementaire, collèrent au sein du cortège aux syndicalistes de Solidaires Étudiant-es et de la FSU, ne respectant pas ainsi l’ordre précis établi par les Organisations Syndicales . (La CGC auquel est affilié Alliance devant manifester en queue de cortège).

Comme habituellement à Nice, aucun incident à déclarer au cours de la manif.

Cependant la pression d’Alliance sur le cortège FSU a amené, brièvement des militant-es Fsu et Solidaires a lancé deux slogans : « Police partout, justice nulle part » (ce qui n’est qu’une citation de Victor Hugo parlant du gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte) et « Ils tirent au LBD, à bas les condés, ils tuent, ils blessent, à bas les CRS » (slogan entendu dans de nombreuses manifs en France durant le mouvement des Gilets Jaunes). Discrètement, des policier-es en service de la BAC se sont également aussi rapproché-es des militant-es.

À la fin de la manifestation, deux jeunes de Solidaires Étudiant-es, Dany et Alec, sont arrêtés discrètement par ces mêmes policier-es de la BAC, qui interpellent ensuite Olivier, militant de la FSU, pour « outrage ». En réponse à une demande d’explication, Olivier se voit violemment plaqué au sol avec clé d’étranglement avec trois policiers sur son dos (plaquage ventral).

Dans le fourgon, il retrouve Delphine qui avait essayé de lui venir en aide.

Durant les 24h de garde à vue, il ont essayé de coller à Olivier des « menaces de mort » en disant que « À bas » venait du verbe abattre ! Il est poursuivi pour « outrage, rébellion et violence ». Alec et Dany sont poursuivis pour « outrage », Delphine pour « violence ».

Suite à cette interpellation, Olivier a déposé plainte contre X pour « violences par personnes dépositaires de l’autorité », plainte qui sera en définitive classée. Aurait-il fallu qu’il décède sous le poids de trois policiers, pour que celle-ci soit prise en compte ?

Cet épisode répressif illustre bien la volonté de répression et d’intimidation du gouvernement envers les militants syndicaux et politiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s