NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

LE SILENCE N’A JAMAIS ÉTÉ LE CHOIX DES FEMMES IRAKIENNES

Huda Samir/ AMENAS 30 septembre 2020


Même s’ils veulent les rendre invisibles, les femmes en Irak se battent constamment pour leurs droits. Après avoir souffert du régime de Saddam Hussein, elles résistent maintenant à l’isolation de la politique islamique radicale.

Avec la chute de la dictature de Saddam Hussein et de l’État irakien, les femmes irakiennes espéraient pouvoir avoir plus leur mot à dire sur leur avenir et leurs droits. Depuis lors, cependant, ils ont été retirés des droits limités qu’elles avaient obtenus, ainsi que des droits fondamentaux d’être simplement des citoyennes. En général, cependant, les femmes ont refusé de garder le silence à la lumière de tous les changements qui les entourent.

Cela fait 17 ans que le gouvernement de Saddam s’effondra, mais la lutte et la souffrance des femmes irakiennes n’ont pas changé. Avec les changements politiques, c’est comme si elles avaient effectivement eu leur tapis pris sous leurs pieds. La situation politique en Irak s’est complètement retournée contre elles, en raison des milices et des partis affiliés au gouvernement fondamentaliste islamique iranien. Les femmes irakiennes ont également dû subir des destructions, causées à la fois par l’occupation des États-Unis et par le fait que Daesh contrôlait de nombreuses villes en Irak. Toutes ces catastrophes ont contribué à l’instabilité économique, à la violence, à la destruction et aux souffrances continues des femmes iraquiennes.

En vertu de la nouvelle situation politique imposée en 2003 et par la suite, les femmes iraquiennes ont été forcées de se couvrir la tête. Elles ont perdu le droit de voyager sans être accompagnées. Leur sécurité et leur protection ont été menacées par les milices et les islamistes politiques qui détenaient plus de pouvoir au gouvernement. Jour après jour, les femmes ont continué à perdre leurs droits, ce qui a coïncidé avec la perte de nombreux services de base, tels que l’électricité et l’eau potable. Il y avait un manque absolu de possibilités d’emploi, ce qui augmentait la pauvreté et l’itinérance chez les femmes.

Photo: Hussein Faleh / AFP

Le soulèvement de 2019 en Irak n’a rien annulé et continue d’exiger de meilleures conditions de vie. La participation des femmes à ces manifestations a été très évidente et inspirante pour de nombreuses femmes à travers le monde, bien qu’elles aient dû payer un prix : elles ont perdu la vie dans une série de meurtres systématiques. Riham Yaqub est la dernière victime de ces meurtres systématiques, qui ont touché des militantes au cours des deux dernières décennies. Et, malheureusement, ce ne sera pas le dernier non plus.


Riham Yaqub vivait dans la ville de Bassorah, qui est située dans le sud du pays. C’est là que la plupart des milices chiites, soutenues par l’Iran, contrôlent la richesse et la politique de la ville. Riham était féministe et activiste, et travaillait comme nutritionniste. Elle a participé avec des milliers de femmes aux manifestations irakiennes de 2019 et 2020 pour appeler au secours des personnes au pouvoir dans le gouvernorat de Bassorah, pour faire pression pour que les femmes se lèvent contre les injustices et protester contre le gouvernement, pour exiger la fin des divisions sectaires, des services médiocres et du chômage. Riham a été tuée par des inconnus alors qu’elle se trouvait à l’intérieur de sa voiture le 19 août 2020.


Il y a beaucoup d’autres histoires semblables à celles de Riham Yaqub. Le 29 octobre 2019, la militante et journaliste Sarah Talib, une femme enceinte de plusieurs mois, a été assassinée aux côtés de son mari devant sa fille de quatre ans dans son petit appartement. Le 25 septembre 2018, Suad Al Ali, l’un des fondateurs de l’organisation « Waad Al Aalami », a été tuée alors qu’elle quittait son domicile. Elle a exigé le soutien aux manifestations, prenant position contre le sectarisme et les réformes des lois civiles irakiennes. Personne n’a été tenu responsable de ces meurtres ou n’a payé le prix des crimes commis contre ces femmes.

De nombreuses femmes ont perdu la vie à cause des milices qui veulent les empêcher de participer aux manifestations. Les tueurs ont l’intention d’envoyer un message clair aux femmes que leur vie est en danger si elles participent. Des femmes comme Aliaa Al Saadi, Nur Rahim, Huda Jader, Yinan Al Shahmani ont participé au soulèvement d’octobre 2019, guérissant des hommes et des femmes blessés. Ils ont fourni de la nourriture et de l’eau sur la place Tahrir et, bien qu’elles fassent du bien à d’autres, beaucoup d’entre elles furent enlevées et tuées par des milices.

Le meurtre croissant de militantes dans ces États fondamentalistes islamiques, sous des gouvernements corrompus, fait voir que les femmes n’acceptent plus leur sort. Ces femmes sont fortes et autonomes, et refusent de se taire au sujet de leurs mauvais traitements, peu importe qui ou quel gouvernement croise leur chemin pour les arrêter. Malgré ces meurtres, les femmes gagneront. elles seront entendus. Les femmes en Irak ne vont pas se taire et réussir avec l’espoir et les rêves mis dans une société meilleure.

Photo: Ahmad Al Rubaye / AFP

*Par Huda Samir pour AMENAS / Photo de couverture: Hussein Faleh – AFP / Traduit de l’anglais pour la rébellion par Sinfo Fernandez

Source: AMENAS

Images: L’encre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s