NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Sandvik arrête sa production à Orléans et licencie 81 personnes ! CA SUFFIT !

Encore une fois une multinationale, cette fois suédoise, s’empare de la crise sanitaire pour restructurer ses productions. 81 postes de supprimés et malgré toutes les belles promesses des salariéEs licenciéEs ou « accompagnéEs ». INADMISSIBLE ! Le groupe suédois réduit sa production d’outils coupants, principalement destinés aux marchés – très perturbés – de l’automobile et de l’aéronautique. Le siège français reste cependant à Orléans, ainsi que des activités non industrielles. Il y a un an les salariéEs de l’Usine Sandvik de Fondette (37) faisaient les frais des restructurations ! TROP C’EST TROP ! Pour le NPA il faut interdire ces licenciements et contraindre la direction Sandvik à maintenire ses salariéEs dans l’entreprise en baissant le temps de travail à 32h sans perte de salaire ! Répartition du travail entre toutes/tous les salarièEs !

Sandvik Tooling France a annoncé, ce mercredi matin, la suppression de
81 postes (sur 183)
 à Orléans-La Source, siège français du groupe suédois. Les départs sont programmés au printemps prochain. Des solutions d’accompagnement (préretraites, aides à la mobilité, formations..) seront proposées.

L’ensemble de la production ferme, avec 48 postes supprimés. Ainsi que 
24 au service clients (qui fait l’objet d’une mutualisation au niveau européen) et 9 en recherche et développement (service regroupé en Suède).

Le groupe a décidé d’arrêter la production d’outils coupants de sa division Sandvik Coromant, à Orléans. Et l’avenir du site, installé à Orléans depuis 1976 (80.000 mètres carrés de foncier), est désormais à l’étude, devenant trop grand pour la centaine de salariés (administratifs, commerciaux…)
qui resteront. Mais Jérôme Andreieff, le directeur général, confirme que la société « reste engagée au sein du territoire orléanais et qu’elle continuera à piloter ses activités depuis Orléans. »

C’est la quatrième usine européenne, et l’une des plus petites (« moins de 5% des volumes »), que le groupe suédois décide de fermer. « Nous sommes en surcapacité de production d’outils coupants. Les usines ne tournent
qu’à 50 % de leur capacité
« , souligne le directeur général.

La situation sanitaire et ses conséquences dramatiques sur l’industrie aéronautique et automobile sont venues accélérer la tendance : « Le marché automobile était en baisse depuis 2018, car en mue vers l’électrique et l’hybride » (la fabrication de moteurs électriques nécessiterait moins d’outils coupants). « Nous étions également en baisse sur l’aéronautique, avec l’arrêt du 737 Max, des concentrations et des pressions concurrentielles. »

Les perspectives ne s’annonceraient pas non plus très florissantes : « Nous envisageons un retour à la normale vers 2023/2024. » Sandvik entend donc évoluer vers des solutions de service, plus connectées et robotisées.

Le groupe suédois emploie 41.700 salariés dans le monde, pour un chiffre d’affaires de 10,6 milliards d’euros en 2019. Fondé en 1862, Sandvik est l’un des premiers fabricants mondiaux de machines-outils et d’outils industriels.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s