NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Easyflyer ferme son imprimerie à Orléans : Encore des licenciements !

Easyflyer est spécialisé dans l’imprimerie, notamment de grands formats. © Denis Chaumereuil

Les 27 salariés de la production de l’entreprise fondée par Fabien Prêtre, et acquise par le groupe Cimpress, devraient être licenciés, ainsi que huit salariés de l’administratif. ARGUMENT CONNU : L’impression, en chute à cause du Covid-19, est rapatriée en Italie.

L’imprimerie en ligne orléanaise compte fermer sa production avant la fin décembre. C’est en tout cas ce qui a été annoncé aux salariés d’Easyflyer, avec une trentaine de licenciements à la clé. Le directeur, Frank Bertenburg, confirme l’arrêt de la production mais ne commente pas le nombre de licenciements pendant que les négociations avec le CSE (comité social et économique) ont cours.

Les 27 salariés de la partie production (Hereweprint) sont concernés.
Trois d’entre eux sont déjà partis en rupture conventionnelle. Orléans conserverait tout de même une petite trentaine de salariés de FL Print (partie administrative d’Easyflyer), qui fait aussi l’objet de huit licenciements.

Easyflyer fait partie dugroupe international Cimpress depuis 2015. Fabien Prêtre, son fondateur, a quitté l’entreprise à l’été 2019. Suite à cela, des décisions stratégiques avaient consisté à délester l’imprimerie orléanaise au profit de Pixart Printing (autre filiale de Cimpress, en Italie), afin de concentrer l’équipe orléanaise sur les grands formats (bâches, stands…)

Malheureusement, le confinement est passé par là semble-t-il ! Et les commandes, pour les salons ou événements professionnels ont chuté. Le personnel de la production a été placé au chômage partiel de mars à fin août et a repris, depuis, en sous-activité. Le chiffre d’affaires aurait chuté de 70 à 90 % au début du printemps. Il serait toujours de -50 %, selon le directeur. D’où la décision de tout rapatrier en Italie ou sur d’autres sites appartenant à Cimpress.

Les salariés en cours de licenciement demandent une indemnité personnalisée, un allongement du congé de reclassement avec maintien du salaire, une augmentation du budget formation… 

Un plan social de plus Encore un !


Ce plan de sauvegarde de l’emploi fait suite à celui d’Axéréal, annoncé le 24 novembre par l’intersyndicale, aux licenciements prévus chez HutchinsonIntevaSandvik, John Deere, au redressement judiciaire de Duralex…, l’heure n’est pas encore à la catastrophe, comme le souligne le président de la CCI, Alain Jumeau. Bien oui pas de catastrophe c’est pas lui qui va pointer au chômage pardi !.

Et ce, grâce au chômage partiel, aux aides et au prêt garanti par l’Etat. Il faudra cependant, souligne-t-il, « que ces aides se maintiennent jusqu’à ce que la situation redevienne normale ». A une date qu’il ignore, en tout cas pas avant le printemps 2021. Il se demande aussi comment toutes ces aides seront remboursées. Quel culot !


En effet, si l’on s’en tient aux chiffres du tribunal de commerce d’Orléans, le nombre de procédures collectives (sauvegardes, redressements ou liquidations judiciaires) reste très fortement inférieur à celui de 2019 : 192 (contre 320 sur les trois premiers trimestres de 2019). 
Le Loiret a tout de même perdu quelque 6.000 postes entre juin 2019 et juin 2020. Sept plans de sauvegarde de l’emploi sont actuellement en cours d’instruction et pourraient concerner 900 salariés. Ben oui avant en 2018 c’était la faute aux Gilets Jaunes et en 2019 la faute aux grèves ! Il faut bien trouver des prétextes pour « rationaliser la production »

La CCI 45, chambre patronale, se mobilise pour les entreprises en difficulté. En plus de ses cellules de crise, du site lesaides.fr  et du soutien psychologique (Apesa), elle propose l’offre Soluccio, qui donnera lieu à une formation le 2 décembre. Elle comprend un autodiagnostic « Comment va ma boîte », suivi d’une préconisation d’action, voire d’une offre Soluccio Relance (diagnostic 360). En cas de difficulté, l’entreprise est orientée vers le bon interlocuteur. Deux conseillers CCI seront formés à un protocole d’accompagnement…..Qui permettront de faciliter les licenciements sans crise sociale ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s