NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Rapport hebdomadaire sur les violations des droits de l’homme en israël dans le territoire palestinien occupé (12-18 novembre 2020)

Violations israéliennes des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé

12 au 18 novembre 2020

  • 12 civils palestiniens blessés, dont 2 enfants et photojournalistes, lors d’un usage excessif de la force par l’OIF en Cisjordanie
  • fusillades signalées sur des terres agricoles et une fois contre des bateaux de pêche à l’est et à l’ouest de la bande de Gaza
  • Dans 101 incursions de l’OIF en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée : 77 civils arrêtés, dont 5 enfants
  • Annexion et expansion des colonies : Israël lance un appel d’offres pour la construction de 1 365 unités de colonisation
  • L’OIF a démoli 5 maisons et confisqué 6 tracteurs; plusieurs établissements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ont signifié des avis de démolition
  • Attentats contre des colons: des colons volent 20 moutons à Ramallah et agressent un enfant à Hébron
  • L’OIF a établi 80 postes de contrôle militaires temporaires en Cisjordanie et arrêté 16 civils palestiniens aux points de contrôle dits

Résumé

Les forces d’occupation israéliennes (OIF) ont continué de commettre des crimes et des violations à plusieurs niveaux contre des civils palestiniens et leurs biens, y compris des raids dans des villes palestiniennes caractérisées par un usage excessif de la force, des agressions, des exactions et des attaques contre des civils. Cette semaine, le ministère israélien de la Construction et du Logement et l’Autorité des terres d’Israël ont lancé un appel d’offres pour la construction de 1 257 unités de colonisation dans la colonie de Givat Hamatos, établie sur les terres du village de Beit Safafa, au sud de Jérusalem-Est occupée. Ces unités relieraient les colonies « Gilo » et « Har Homa » à la colonie « Talpiot ».

La construction de ces unités de colonisation scellerait Bethléem du village de Beit Safafa et du sud de Jérusalem-Est occupée et entraînerait de nouvelles restrictions et obstacles à la liberté de circulation et d’accès des Palestiniens à leurs terres.

Cet appel d’offres israélien a été lancé quatre jours après l’approbation par Israël de la construction de 108 unités de colonisation dans la colonie de Ramat Shlomo, dans le nord de Jérusalem-Est occupée. Avec ces deux offres, Israël est en train de reprendre la construction dans deux colonies, où les efforts d’expansion ont été gelés en 2014 en raison des pressions internationales. Ces appels d’offres coïncident avec l’escalade de la démolition et de la confiscation des biens et des terres palestiniens par l’OIF, en particulier dans la zone « C » en Cisjordanie.

Le PCHR craint qu’Israël n’ait l’intention d’accélérer l’expansion de la colonisation avant que le président élu Joe Biden n’assume la présidence américaine le 20 janvier 2021, car il est rapporté qu’Israël prévoit d’approuver la construction d’au moins 13 000 unités de colonisation à Jérusalem-Est occupée.

Cette semaine, le PCHR a documenté 215 violations du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire (DIH) commises par l’OIF et des colons de l’OPt. Il convient de noter que les limitations dues à la pandémie du virus corona ont limité la mobilité des travailleurs sur le terrain et la capacité des travailleurs sur le terrain de conduire la documentation sur le terrain; par conséquent, les informations contenues dans le présent rapport ne sont qu’une partie des violations continues de l’OIF.

Tir de l’OIF et violation du droit à l’intégrité corporelle :

Douze civils palestiniens, dont deux enfants, ont été blessés par un usage excessif de la force par l’OIF en Cisjordanie : 6 ont été blessés, dont un enfant qui a perdu la vue à l’œil à cause de ses blessures, lors d’un raid de l’OIF dans le camp de réfugiés de Qalandiya à Jérusalem; Trois autres personnes ont été blessées lors d’un raid de l’OIF dans le camp de réfugiés de Qaddura à Ramallah; et 2 autres, dont un enfant, dans la répression par l’OIF de la protestation hebdomadaire de Kafr Qaddoum contre les activités d’expansion de l’établissement; et un photojournaliste a été blessé alors qu’il couvrait les affrontements à Hébron.

Dans la bande de Gaza, 4 tirs de l’OIF ont été signalés sur des terres agricoles à l’est de la bande de Gaza, et une fois contre des bateaux de pêche, à l’ouest de Gaza. Des avions de guerre israéliens ont lancé une frappe aérienne sur un terrain vague dans l’est de Rafah.

Incursions et arrestations de civils palestiniens par l’OIF : L’OIF a effectué 101 incursions en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est occupée. Ces incursions comprenaient des raids de maisons civiles et des fusillades, attisation de la peur parmi les civils, et l’attaque de beaucoup d’entre eux. Au cours des incursions de cette semaine, 77 Palestiniens ont été arrêtés, dont 5 enfants. À Gaza, l’OIF a mené une incursion limitée dans l’est de Khan Younis.

Démolitions:

Le PCHR a documenté 15 incidents, dont :

  • Bethléem : fondations de maisons, mur de soutènement et sol en béton démoli à Beit Jala; une maison et des sites patrimoniaux rasés, ainsi qu’un mur de soutènement et une route agricole à al-Walaja ; tracteur confisqué à Tuqu’; et une caserne agricole, une maison et un puits d’eau démolis à Artas.
  • Tubas : 5 tracteurs et pelles confisqués; chambre et piscine démolies; une caserne plaquée étain qui est utilisée pour l’abri a été démantelée dans les vallées du Nord du Jourdain.
  • Jérusalem-Est : appel d’offres pour la construction de centaines d’unités de colonisation; 4 casernes commerciales démolies et 2 maisons auto-démolies à Jabel Mukaber
  • Hébron : construction d’une route de peuplement et 8 avis de démolition ont été signifiés à Yatta.
  • Naplouse : une installation en construction a été démolie.

Attaques de colons : Les travailleurs sur le terrain du PCHR ont signalé et documenté deux incidents de violence entre colons : 20 moutons volés dans le nord-est de Ramallah; et un enfant a été agressé à Hébron.

Politique de bouclage israélienne et restrictions à la liberté de circulation :

La bande de Gaza subit toujours la pire fermeture de l’histoire de l’occupation israélienne de l’oPt, qui est entrée dans la 14e année consécutive, sans aucune amélioration de la circulation des personnes et des biens, des conditions humanitaires et des conséquences catastrophiques sur tous les aspects de la vie.

Dans le même temps, l’OIF a continué de diviser la Cisjordanie en cantons séparés, les routes principales étant bloquées par l’occupation israélienne depuis la Deuxième Intifada et avec des postes de contrôle temporaires et permanents, où les mouvements civils sont limités, et ils sont passibles d’arrestations.

  1. Tir et autres violations du droit à la vie et à l’intégrité corporelle
  • Vers 02h20 le jeudi 12 novembre 2020, l’OIF a appuyé mes véhicules militaires déplacés dans le village de Kobar, au nord de Ramallah. Ils étaient stationnés dans la région de Wadi al-Sheikh, où les soldats se sont déployés entre les quartiers. Certains d’entre eux ont attaqué la maison de Mo’atasem Zibar (22 ans), tandis que des dizaines de jeunes Palestiniens se sont rassemblés pour lancer des pierres sur les forces d’infanterie de l’OIF. Les soldats ont tiré des bombes sonores et des grenades lacrymogènes au hasard sur les lanceurs de pierres et entre les maisons. En conséquence, certains lanceurs de pierres étouffés. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 04h30 lorsque l’OIF s’est retirée et est entrée en collision délibérée avec la ford noire de Najjab al-Barghouthi qui était garée sur le bord de la route, causant des dommages à l’arrière de celle-ci.

Au cours des derniers jours, Kobar a été témoin de plusieurs perquisitions et incursions de l’OIF qui comprenaient des perquisitions dans des maisons de la famille Zibar et d’autres. De nombreux membres de la famille ont été arrêtés et arrêtés pour faire pression sur l’ancien prisonnier Raed Yousif Zibar pour qu’il se rende. Il convient de noter que Mo’atasem est le neveu de l’ancien prisonnier.

  • Vers 07h00, l’OIF a attaqué un homme âgé, Mohammed Abdel Hamid Jaber Sleibi (74 ans), de Beit Ummar, au nord d’Hébron, alors qu’il se trouvait avec ses filles dans leur pays de Wadi Abu al-Rish, dans l’ouest de Beit Ummar, pour récolter des olives. En conséquence, il a subi des ecchymoses.

Sleibi a dit au travailleur sur le terrain pchr que:

« Je suis allé le matin avec mes filles sur ma terre dans la région de Wad Abu al-Rish, dans l’ouest du village de Beit Ummar, au nord d’Hébron, pour récolter des olives. Comme ma terre est située près de la colonie de Beit Ein qui a été établie dans les années 1980, elle a toujours fait l’objet d’attaques continues de la part des colons. Environ une demi-heure après leur arrivée, 4 soldats de l’OIF se sont approchés et nous ont ordonné de partir. Je leur ai dit que j’appellerais la liaison militaire israélienne pour les informer de ma présence dans le pays. Un des soldats est alors venu me pousser et je suis tombé par terre. Il a commencé à me frapper avec les fesses de Riffles sur mon côté droit. Mes filles ont couru vers moi et ont commencé à crier sur les soldats, qui ont insisté pour que nous quittons la terre. nous sommes rentrés à la maison, mais j’ai ressenti de la douleur sur le côté droit. Plus tard, j’ai porté plainte à la police israélienne au sujet de ce qui s’est passé.

  • Vers 13h20, l’OIF stationnée à l’intérieur de la frontière entre Israël et Gaza, à l’est de Khan Younis, a ouvert le feu sur les terres agricoles et les chasseurs d’oiseaux dans l’est de Khuza’a, à côté de la frontière. Aucune victime n’a été signalée.
  • Le vendredi 13 novembre 2020, vers 02h00, l’OIF appuyée par des véhicules militaires s’est déplacée vers Ramallah en direction du camp de réfugiés de Qaddura, dans le centre-ville. L’OIF a posté à l’entrée du camp et patrouillé dans les rues. Un certain nombre de jeunes Palestiniens se sont rassemblés pour jeter des pierres sur les soldats, qui les ont poursuivis et ont commencé à tirer à balles réelles et à tirer des grenades lacrymogènes. En conséquence, trois civils ont été blessés par balle dans les extrémités inférieures et ont été emmenés par une ambulance du Croissant-Rouge palestinien (PRCS) au complexe médical palestinien de la ville. L’OIF s’est ensuite retirée de la ville, et aucune arrestation n’a été signalée.
  • Vers 11h00, des villageois du village de Beit Dajan, au nord-est de Naplouse, et des représentants des Factions nationales d’action à Naplouse ont organisé une manifestation pacifique, qui a commencé à partir du conseil du village se dirigeant vers les terres sous la menace de confiscation à l’est du village. Les manifestants ont hissé des drapeaux palestiniens et scandé des slogans contre l’occupation israélienne, les colons, le mur d’annexion et l’Accord du siècle. Lorsque les manifestants sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé un grand nombre de soldats israéliens qui les attendaient. L’OIF a réprimé la manifestation et tiré des balles réelles et en caoutchouc, des bombes sonores et des grenades lacrymogènes sur les manifestants. En conséquence, de nombreux civils ont suffoqué en raison de l’inhalation de gaz lacrymogène et ont reçu un traitement sur place.
  • Vers 12h00, l’OIF stationnée à l’intérieur de la clôture frontalière entre Gaza et Israël, à l’est d’al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, a ouvert le feu sur les terres agricoles. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 12h30, l’OIF stationnée à « l’entrée nord » établie sur les terres de Kafr Qaddum, au nord de Qalqilya, a réprimé une manifestation organisée par des dizaines de civils palestiniens. L’OIF a poursuivi les jeunes hommes, qui se sont rassemblés dans la région et se sont affrontés avec eux, tirant des balles réelles, des bombes sonores et des grenades lacrymogènes. En conséquence, un enfant de 17 ans a été blessé avec une bombe lacrymogène à la taille, et un autre jeune de 18 ans a été blessé avec une bombe lacrymogène à la tête.
  • Vers 13h00, de jeunes Palestiniens se sont rassemblés dans la région de Bab al-Zawiyah, dans le centre d’Hébron, et ont lancé des pierres et des bouteilles vides au poste de contrôle, connu sous le nom de point de contrôle 56, et se sont établis à l’entrée de la rue fermée Shuhadaa’ menant à la région de Tel Rumeida. L’OIF est sorti de leurs véhicules et s’est posté derrière des cubes de ciment, tirant des grenades lacrymogènes au hasard dans la région. Ils ont poursuivi les lanceurs de pierres sur la rue Wad al-Tofah et le secteur près de Mahrouqat Hassounah Court. En conséquence, un photojournaliste, Hazem Jamil Ragheb Bader, a été blessé avec une bombe sonore dans la jambe droite et traité sur place par un autre journaliste, qui était présent pour couvrir les événements. Bader a ensuite été transporté dans sa voiture à l’hôpital al-Ahli, où il a été constaté que la blessure avait causé une déchirure musculaire au mollet. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 16h00; aucune arrestation n’a été signalée.
  • Vers 16h20, des jeunes Palestiniens se sont rassemblés à l’entrée nord d’al-Bireh. Certains d’entre eux se sont approchés du poste de contrôle militaire d’al-Mahkamah établi près de la colonie de Beit El, au nord d’al-Bireh, et ont lancé des pierres sur le poste de contrôle. Les soldats ont poursuivi les lanceurs de pierres et ont tiré des grenades lacrymogènes et des bombes sonores sur eux. En conséquence, un certain nombre d’entre eux ont suffoqué en raison de l’inhalation de gaz lacrymogènes. Les affrontements se sont poursuivis jusqu’à 18h00, mais aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 15h15, le samedi 14 novembre 2020, des canonnières de l’OIF stationnées au large de la région d’al-Waha, au nord-ouest de Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, ont poursuivi des bateaux de pêche palestiniens naviguant à moins de 3 milles marins, leur ont sporadiquement ouvert le feu, provoquant la peur et la panique parmi eux et les forçant à fuir. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 05h00 le dimanche 15 novembre 2020, des avions de combat de l’OIF ont lancé 4 missiles sur un terrain vacant près de la zone où se trouvait l’ancien aéroport international de Gaza, dans l’est du village d’al-Shokah, à l’est de Rafah. aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 12h00, l’OIF stationnée à côté du mur d’annexion établi sur les terres du village d’al-Midya, à l’ouest de Ramallah, a tiré au hasard des grenades lacrymogènes et des bombes sonores sur les travailleurs palestiniens, qui tentaient d’entrer en Israël pour travailler. En conséquence, 2 civils ont suffoqué en raison de l’inhalation de gaz lacrymogènes.
  • Vers 18h30, le lundi 16 novembre 2020, l’OIF stationnée à l’intérieur de la clôture frontalière entre Gaza et Israël, à l’est d’al-Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza, a ouvert le feu sur les terres agricoles. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 15h00, une unité d’infanterie de l’OIF s’est déplacée dans la région d’al-Thaher, au sud du village de Beit Ummar, au nord d’Hébron, où la colonie « Karmei Tzur » est établie sur les terres palestiniennes. Des soldats de l’OIF se sont déployés sur les terres agricoles et lorsqu’ils se sont approchés des maisons, des dizaines de jeunes Palestiniens se sont rassemblés et ont lancé des pierres. Les soldats ont poursuivi les jeunes hommes et ont tiré des grenades lacrymogènes et des bombes sonores au hasard sur eux. En conséquence, certains des jeunes hommes ont suffoqué en raison de l’inhalation de gaz lacrymogène tandis que l’OIF a arrêté Aysar Mohammed Za’aqiq (17 ans) et l’a emmené au camp de l’OIF dans la colonie.
  • Vers 13h30 le mardi 17 novembre 2020, un grand nombre de forces israéliennes ont pris d’assaut le village de Kafr ‘Aqab, au nord de Jérusalem-Est occupée. Ils ont posté le long de Jérusalem – Ramallah Road, à côté du camp de réfugiés de Qalandiya, ont fixé des postes de contrôle militaires, vérifié les cartes d’identité des civils, déployé les quartiers du village et imposé des amendes aux passants, qui ne portent pas de masques. Un grand nombre de soldats israéliens ont attaqué des magasins commerciaux et imposé de lourdes amendes à leurs propriétaires, alléguant qu’ils ne s’étaient pas engagés avec l’instruction du gouvernement israélien de lutter contre l’épidémie de coronavirus. Entre-temps, de jeunes hommes se sont rassemblés à l’entrée du camp de réfugiés de Qalandiya et ont lancé des pierres, des feux d’artifice et des cocktails Molotov sur l’OIF, causant la blessure d’un soldat israélien. Une force israélienne a immédiatement pris d’assaut le camp et tiré à balles réelles, des balles en caoutchouc, des bombes sonores et des grenades lacrymogènes sur les manifestants et a affronté des civils pendant deux heures. En conséquence, le bouclier de fenêtre de 9 véhicules a été brisé. En outre, 6 civils, dont un enfant, ont été abattus avec des balles en caoutchouc. Ils ont été transférés au complexe médical palestinien de Ramallah. L’enfant a été directement touché à l’œil avec une balle en caoutchouc, et il a perdu la vue à la suite de cela. Des dizaines de civils ont également été asphyxiés par inhalation de gaz lacrymogène. Les civils blessés ont été identifiés comme étant : Bachar Ahmed Elian Hamad (16 ans), Yusuf Mohammed Taha Abu Latifa, Mohammed Fayez Ya’qoub, Mohammed Sami Mtair, Mahmoud Khalid Hamad et Jadallah Husam Obeid.
  • Vers 08h00 le mercredi 18 novembre 2020, l’OIF stationnée à l’intérieur de la clôture frontalière entre Gaza et Israël, à l’est de Khan Younis, a ouvert le feu sur les terres agricoles, à l’est de la ville d’al-Fukhari, à côté de la clôture. Aucune victime n’a été signalée.
  • Vers 10h30, l’OIF appuyée par des véhicules militaires a pris d’assaut le village de Tuba à Masafer Yatta, au sud d’Hébron. Les soldats ont fouillé les maisons des civils. Entre-temps, Ahmed Omer Mohammed Jendiyah (27 ans), volontaire au Centre israélien d’information sur les droits de l’homme dans le territoire occupé, est arrivé sur les lieux pour documenter l’incident. Des soldats israéliens l’ont attaqué en le frappant lourdement. Ils l’ont poussé au sol et lui ont confisqué son appareil photo. Une demi-heure plus tard, les soldats ont rendu la caméra à Ahmed et lui ont ordonné de quitter les lieux.
  • Vers 14h00, un certain nombre de jeunes Palestiniens se sont rassemblés dans la région du mont al-Tawil, à l’est d’al-Birah. Ils ont lancé des pierres sur le poste de contrôle israélien établi près de la colonie de Psagot, qui est établie sur des terres, à l’est de la ville. Des soldats israéliens ont poursuivi des lanceurs de pierres dans la région et tiré des bombes sonores et des grenades lacrymogènes. En conséquence, de nombreux civils ont suffoqué en raison de l’inhalation de gaz lacrymogène.

II. Incursions et arrestations :

Jeudi 12 novembre 2020:

  • Vers 00h00, l’OIF s’est installée dans le quartier d’al-Tur, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé deux maisons appartenant à Abdullah Bassam Abu Ghannam (21 ans) et Hasan Yasin Hmaidi (19 ans) et les ont arrêtées.
  • Vers 01h00, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés de Qalandiya, au nord de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé deux maisons appartenant à Ahmed Abdul Aziz Mutair (21 ans) et Anas Shaher al-Khatib (22 ans) et les ont arrêtées.
  • Vers 1 h 50, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés de Nur Shams à Tulkarm, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Mohammed Samer Mahmoud Jaber (21 ans).
  • Vers 02h00, l’OIF renforcée par plusieurs véhicules militaires s’est déplacée vers Yatta, au sud du gouvernorat d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Majed Salem Abu Zahra (36 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 2h30, l’OIF s’est installée à Naplouse. Au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Obada Saher Abu Sir (21 ans).
  • À peu près au même moment, l’OIF s’est installée dans la rue al-Saf et le quartier al-Fawaghera à Bethléem. Ils ont perquisitionné et fouillé deux maisons appartenant à Emad Ali al-Harimi (19 ans) et Jebril Khalil Kawazba (25 ans) et les ont arrêtées.
  • Vers 03h00, l’OIF s’est installée dans le village de Beita, au sud-est de Naplouse. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Ayoub Riyad Bani Shamasnah (23 ans).
  • Vers 18h00, l’OIF a arrêté ‘Areen Haitham al-Za’aneen (25 ans), de Wadi al-Juz, alors qu’il était présent près de la porte al-Asbat dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est et l’a emmené au centre d’enquête d’al-Qishla. Le lendemain soir, l’OIF l’a libéré avec un milliard d’euros d’une semaine à l’entrée de la mosquée al-Aqsa et a ordonné de revenir pour enquête après cette période. Il convient de noter que Za’aneen est un ambulancier paramédical de la Société du Croissant-Rouge palestinien (PRCS) et un ancien prisonnier qui a été libéré il y a moins d’un mois.
  • Vers 23h30, l’OIF s’est installée dans la région d’al-Sharea al-Jadid, dans le quartier d’al-Tur, dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Abdul Rahman Eyad al-Hidra (24 ans) et l’ont arrêté.
  • L’OIF a effectué (6) des incursions à Sa’ir et au Samu dans le gouvernorat d’Hébron; Jénine et Beit Dajan, au nord-est de Naplouse; Jayyous, au nord de Qalqiliya; et Azun, à l’est de Qalqiliya. Aucune arrestation n’a été signalée.

Vendredi 13 novembre 2020:

  • Vers 3h20, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés d’Askar, au nord-est de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Mohammed Nahed al-Nadi (25 ans).
  • Vers 3h30, l’OIF s’est installée dans le village de Jayyous, au nord-est de Qaqiliya, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Yazeed Jehad Slim (21 ans).
  • Vers 11h43, l’OIF a établi un poste de contrôle militaire temporaire à l’entrée du village de Qaryut, au sud-est de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Ils ont arrêté ‘Aqeel Es’eed ‘Afif Moqbel (19), du village susmentionné, et l’ont emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 13h00, l’OIF a arrêté Mo’ath Abu ‘Arafa (32 ans), après être sorti de la mosquée Aqsa, dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils lui ont remis une convocation pour se référer aux services de renseignement israéliens dans le poste de police d’al-Qishla le dimanche suivant.
  • Vers 14h00, l’OIF a établi un poste de contrôle militaire temporaire sur la rue principale entre Naplouse et Qalqilya, au nord de la Cisjordanie. Ils ont arrêté Ra’ed Mohammed Qar’an (25 ans), de Qalqilya.
  • Vers 16h00, l’OIF a établi un poste de contrôle militaire temporaire à l’entrée du village de Hableh, au sud de Qalqilya, au sud de la Cisjordanie. Ils ont arrêté Fahmi Khaled ‘Attal (17 ans), du village susmentionné.
  • Vers 19h00, l’OIF stationnée au poste de contrôle militaire d’al-Zaytouna, à l’est de Jérusalem-Est occupée, a arrêté Omar Hasan Nofal, alors qu’il traversait le poste de contrôle. L’OIF l’a emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 18h45, l’OIF a établi un poste de contrôle militaire temporaire à l’entrée du village de Bizzariya, au nord-ouest de Naplouse. Ils ont arrêté Waleed Issam Asfour (26 ans), du camp de réfugiés de Nour Shams, à l’est de Tulkarm. L’OIF l’a emmené vers une destination inconnue.
  • L’OIF a effectué (2) des incursions à Silwad, à l’est du gouvernorat de Ramallah; et le village de Salim, au nord-est de Naplouse. Aucune arrestation n’a été signalée.

Samedi 14 novembre 2020:

  • Vers 03h00, l’OIF s’est installée dans le village de Beit Fajjar, au sud de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Alaa’ Mahmoud Younis Thawabta (19) et l’ont arrêté. Vers 16h00, l’OIF a de nouveau pris d’assaut la maison et arrêté son frère, Ammar (15 ans).
  • Vers 12h30, l’OIF a arrêté l’un des soldats des Forces nationales de sécurité palestiniennes, Monjed Salama Debis (23 ans), alors qu’il traversait un poste de contrôle militaire temporaire établi à l’entrée du village de Beit Jala. L’OIF l’a emmené vers une destination inconnue.
  • L’OIF a effectué (5) des incursions à Burin, au sud-est de Naplouse; Arraba, au sud-ouest de Jénine; villages d’al-Dhahiriya, Beit Ummar et Edhna dans le gouvernorat d’Hébron. Aucune arrestation n’a été signalée.

Dimanche 15 novembre 2020:

  • Vers 01h00, l’OIF s’est renforcée avec plusieurs véhicules militaires qui se sont déplacés vers Hébron et stationnés dans la région de Wad al-Hareya. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Anas Hatem Qfaisha (29 ans) et lui ont remis une convocation pour se référer aux services de renseignement israéliens dans la colonie de Gush Etzion, au sud de Bethléem.
  • Vers 2h30, l’OIF s’est installée dans la vieille ville d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Ameer Sa’eed Abu Hadid (34 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 11h00, l’OIF a établi un poste de contrôle militaire temporaire sur la route qui reliait Naplouse à des villages situés au sud-est de Naplouse. Ils ont arrêté Mahmoud Saleem Yamien (45 ans), de Naplouse, et l’ont emmené vers une destination inconnue.
  • L’OIF a effectué (2) des incursions à Dura et al-Dhahiriya dans le gouvernorat d’Hébron. Aucune arrestation n’a été signalée.

Lundi 16 novembre 2020:

  • Vers 01h00, l’OIF s’est installée dans le quartier de Wadi Qadum à Silwan, au sud-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Obada Nidal Dandis (25 ans) et l’ont arrêté. Il convient de noter qu’Obada est un ancien prisonnier qui a passé 50 mois dans les prisons israéliennes et a été libéré en 2018.
  • Vers 1h30, l’OIF renforcée par plusieurs véhicules militaires s’est déplacée vers le village de Beit Kahl, au nord d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé deux maisons et arrêté Osaid Sabri al-Zuhour (29 ans) et Izz al-Dein Ibrahim Shihada (30 ans).
  • À peu près au même moment, l’OIF renforcée par plusieurs véhicules militaires s’est déplacée dans le camp de réfugiés d’al-‘Aroub, au nord d’Hébron, et stationnée près du centre de distribution de l’UNRWA. Ils ont perquisitionné et fouillé deux maisons et arrêté Basem Haitham al-Badawi (17 ans) et Waleed Abdul Latif Jawabra (25 ans).
  • Vers 02h30, l’OIF renforcée par plusieurs véhicules militaires s’est déplacée dans le village de Sa’ir, au nord d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mousa Shaker Jabarin et arrêté ses deux fils: Wael (32 ans) et Mohammed (28 ans).
  • Vers 02h30, l’OIF s’est installée dans le quartier d’al-Tur, à l’est de la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont attaqué et fouillé plusieurs maisons et arrêté (3) des civils; Haitham Nasim Khwais (20 ans), Ameer Maher Abu Jom’a (25 ans) et Fareed Eyad Abu al-Hawa (19 ans).
  • Vers 4h30, un groupe de Mista’arvim (Unité spéciale israélienne déguisée en Palestiniens) s’est faufilé dans le village de Kobar, au nord du gouvernorat de Ramallah. Ils ont utilisé un véhicule blanc avec une plaque d’immatriculation palestinienne et tenant le nom de « Brothers Transportation » et stationnés au rond-point principal dans le centre du village. Pendant ce temps, 8 véhicules militaires israéliens ont pris d’assaut pour assurer la protection des unités spéciales; ils ont encerclé, perquisitionné et fouillé mo’taz Mohammed Mahmoud Zibar (26 ans) et Yehya Hussam al-Barghouthi (32) maisons, et les ont arrêtés.
  • Vers 06h00, l’OIF s’est installée dans le village d’Anata, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont attaqué et fouillé plusieurs maisons et arrêté (3) des civils; Mousa Jamal Salama (23 ans), Yousef (21 ans) et son frère Mohammed Mahmoud Hilwa (24 ans).
  • Vers 15h00, l’OIF stationnée à l’entrée du village de Beit Ummar, au nord d’Hébron, a arrêté Baha’ Bassam al-‘Allami (18 ans) et Mahmoud Ahmed al-‘Allami (18 ans), alors qu’ils étaient présents près de la tour de guet militaire, affirmant qu’ils lançaient des pierres sur la tour. L’OIF les a emmenés au centre de détention de la colonie de Gush Etzion, au sud de Bethléem.
  • Vers 15h30, l’OIF stationnée au poste de contrôle militaire d’Inab, à l’est de Tulkarm, a arrêté Samir Raja Ahmed al-Khateeb (31 ans), du camp de réfugiés d’al-Far’a, au sud de Tubas, au nord de la Cisjordanie. L’OIF l’a emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 18h00, l’OIF stationnée au poste de contrôle militaire d’al-Container a arrêté Mahmoud Hammad Shraiteh (43 ans), de Yatta, dans le gouvernorat d’Hébron, alors qu’il traversait le poste de contrôle. Il a été emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 19h00, l’OIF a arrêté le maire adjoint du village d’al-Izariya, Mohammed Hasan Mattar (41 ans), alors qu’il traversait un poste de contrôle militaire à l’entrée du village susmentionné. L’OIF l’a emmené vers une destination inconnue.

Mardi 17 novembre 2020:

  • Vers 02h00, l’OIF renforcée par plusieurs véhicules militaires s’est déplacée vers Sa’ir, au nord d’Hébron. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Khalil Sa’eed al-Faroukh (27 ans) dans le centre du village et l’ont arrêté.
  • Vers 2h30, l’OIF s’est installée dans le village de Jaba, au sud de Jénine. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Nayef Khalil Khamamera (38 ans).
  • À peu près au même moment, l’OIF s’installe dans le village de Birzeit, au nord de Ramallah. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Ya’ad Abu Ayyash (21 ans), étudiant à l’Université de Birzeit, et Yousef Mousa Hosha (57 ans).
  • Vers 02h35, l’OIF s’est installée dans le village de Deir al-Hatab, au nord-est de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mahmoud Abdullah al-Namrouti (22 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 02h45, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés d’Askar, au nord-est de Naplouse. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mohammed Ashraf Azmi al-‘Ashibi (19 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 02h50, l’OIF s’est installée dans le quartier d’al-Masaken al-Sha’biya, au nord-est de Naplouse. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mohammed Omar Hashash (21 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 3h30, l’OIF s’est installée dans le village de Qaryut, au sud-est de Naplouse. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Akram Mo’een Johar (19 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 04h00, l’OIF s’est installée dans la région d’al-Karkafa, dans le centre de Bethléem. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’Abdul Rahim Faraj Salhab (32 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 05h00, l’OIF s’est installée dans le village d’al-Issawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté (4) des civils; Majd Marwan Dari (19 ans), Mohammed Emad Dari (19 ans), Wadea’ Tawfiq Abu al-Hums (27 ans) et Mahmoud Omar Ghrayyeb (28 ans).
  • Vers 7h30, l’OIF renforcée par plusieurs véhicules militaires et bulldozers s’est déplacée à 100 mètres à l’est du village d’al-Fukhary, à l’est de Khan Younis. Ils ont nivelé et peigné les terres le long de la clôture frontalière, puis redéployé après les heures.
  • Vers 08h00, l’OIF stationnée au poste de contrôle militaire de Container, au nord de Bethléem, a arrêté Mahmoud Hammad Shraiteh (21 ans), de la région d’al-Karmel à Yatta, au sud du gouvernorat d’Hébron, alors qu’il se dirigeait vers Ramallah.
  • Vers 09h00, l’OIF a pris d’assaut et fouillé l’un des magasins du camp de réfugiés de Qalandiya, au nord de Jérusalem-Est occupée, et arrêté Ibrahim (36 ans) et son frère Abdullah al-Mallah (30 ans).
  • Vers 15h00, l’OIF s’est installée sur la route de Bab al-Asbat, dans la vieille ville occupée de Jérusalem-Est. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison d’As’ad Ali ‘Ajaj (44 ans) et l’ont arrêté.

Ali Ajaj, le père du détenu, s’est dit surpris de voir un grand nombre de soldats israéliens prendre d’assaut sa maison sans en connaître la raison. Ils ont fouillé la maison et les cartes d’identité de toutes les personnes dans la maison, puis ont emmené son fils, As’ad, dans un centre d’enquête. Il convient de noter qu’As’ad ‘Ajaj a été interdit d’entrer dans la mosquée al-Aqsa pendant 6 mois, et il a été détenu à plusieurs reprises de l’intérieur de la mosquée.

  • Vers 17h30, l’OIF s’est installée dans le village d’al-Issawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Mohannad Naser Mahmoud (24 ans) et l’ont arrêté.
  • Vers 20h30, l’OIF a roué de coups et arrêté Naseem Harbi Obaid (23 ans), alors qu’il était présent près de la mosquée al-Arba’in, dans le centre du village d’Issawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Il a été emmené vers une destination inconnue.
  • L’OIF a effectué (4) des incursions à Sanur, au sud-est de Jénine; villages de Yatta et Tarqumiyah dans le gouvernorat d’Hébron; et le village d’al-Nabi Saleh, au nord-ouest du gouvernorat de Ramallah. Aucune arrestation n’a été signalée.

Mercredi 18 novembre 2020:

  • Vers 12h30, l’OIF s’est installée à Tulkarm, au nord de la Cisjordanie. Ils ont attaqué et fouillé plusieurs maisons et arrêté (3) des civils; Yehya Jamal Sowah (20 ans), Rami Samir Abu Samra (35 ans) et Abdullah Khader Rasras (35 ans).
  • À peu près au même moment, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés de Tulkarm, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Adnan Ahmed Khader al-Hosari (53 ans).
  • À peu près au même moment, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés d’al-Dheisha, au sud de Bethléem. Ils ont perquisitionné et fouillé deux maisons appartenant à Hamada Mohammed Sarahna (17 ans) et au policier des services de police palestiniens, Mahmoud Abdul Karim Hamash (35 ans), et les ont arrêtées. Il convient de noter que Hamash était un ancien prisonnier qui a passé un an et demi sous la détention administrative dans les prisons al-Naqab al-Sahraouies « Ktsi’ot » et libéré en avril 2019.
  • Vers 03h00, l’OIF s’est installée dans le camp de réfugiés de Tulkarm, au nord de la Cisjordanie. Ils ont perquisitionné et fouillé plusieurs maisons et arrêté Mathna Fo’ad Raba’ (24 ans), de Jabal Abu Taqa à Tulkarm.
  • Vers 9h00, l’OIF s’est installée dans le village d’al-Issawiya, au nord-est de Jérusalem-Est occupée. Ils ont perquisitionné et fouillé la maison de Nasib Mohammed Obaid (48 ans) et arrêté son fils, Mohammed (20 ans).
  • Vers 15h30, l’OIF stationnée au poste de contrôle militaire de Mavi Dutan, au sud-ouest de Jénine, a arrêté Mahmoud Mohammed Nazzal (22 ans), de Qabatiya, au sud-est de Jénine. Il a été emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 16h00, l’OIF stationnée au poste de contrôle militaire de Za’tara, au sud-est de Naplouse, a arrêté Ala’ Omar Zakarna (21 ans), de Qabatiya, au sud-est de Jénine. Il a été emmené vers une destination inconnue.
  • Vers 16h30, l’OIF a arrêté deux Palestiniens alors qu’il faisait référence aux services de renseignement israéliens dans la colonie de Gush Etzion, au sud de Bethléem, après les avoir convoqués. Les personnes arrêtées sont: Ra’ed Khalil al-‘Amour (42 ans) et Maher Nabil Tarawa (29 ans), de Taqu’, à l’est de Bethléem.
  • L’OIF a effectué (3) des incursions à Sebastiya, au nord-ouest de Naplouse; Ya’bad, au sud-ouest de Jénine; et Beit Rima, au nord-ouest du gouvernorat de Ramallah. Aucune arrestation n’a été signalée.

III. Expansion des colonies et violence des colons en Cisjordanie, y compris jérusalem-Est occupée

Démolition et confiscation de biens civils

  • Le jeudi 12 novembre 2020 au matin, des bulldozers municipaux israéliens ont démoli une fondation de maison, un mur de soutènement et un plancher de béton à Beit Jala, sous prétexte de construire sans permis. Hasan Brijiyah, chef du Comité populaire anti-colonisation à Bethléem, a déclaré au travailleur sur le terrain du PCHR qu’un certain nombre de bulldozers israéliens avaient pris d’assaut Beit Jala au milieu de mesures de sécurité strictes et avaient commencé à démolir les fondations de la maison en construction de Nicolas Awad dans le quartier de Beir Ounah. L’OIF a également démoli un mur de soutènement et un terrain en béton appartenant à Monther al-Walaji dans la région d’al-Jadawel, dans le centre de Beit Jala.
  • Vers 6 h le même jeudi, l’OIF a démoli une maison et un certain nombre de vestiges archéologiques et de murs de soutènement. L’OIF a également nivelé une terre agricole à Ein al-Juweizah, au nord-est d’al-Walaja, au nord-ouest de Bethléem, sous prétexte de construire sans permis.

Khader al-A’raj, chef du conseil du village d’al-Walaja, a déclaré au travailleur sur le terrain du PCHR qu’une force israélienne accompagnée d’un bulldozer avait pris d’assaut le quartier d’Ein, au nord-est du village, et démoli une maison en construction et un mur de soutènement appartenant à Mohammed Abu al-Haija sous prétexte de construire sans permis. Al-A’raj a précisé que l’OIF a démoli la maison d’Abu al-Haija qui est construite sur (120m²) pour la troisième fois consécutive. Il a ajouté que l’OIF avait démoli deux vestiges archéologiques, qui avaient déjà été restaurés, appartenant à la famille Abu al-Tin. L’OIF a également démoli une route agricole qui mène à la région de Khelat al-Hour; la route est utilisée par les agriculteurs pour atteindre leurs terres. Pendant des années, le village d’al-Walaja est soumis à des attaques récurrentes de colons représentés dans la démolition de dizaines de maisons et la remise de la démolition et l’arrêt des notifications de travaux et le nivellement des terres et le mur de soutènement en faveur de l’expansion de la colonie. Il convient de noter que la région d’Ein al-Weijah est l’une des zones les plus ciblées par les processus de démolition sous prétexte de non-licence, car la municipalité israélienne de Jérusalem occupée considère les terres qui lui sont affiliées et empêche la construction dans celle-ci. Par conséquent, la moitié des résidences de la région sont menacées d’être expulsées de leurs maisons.

  • Vers 09h00 le vendredi 13 novembre 2020, les autorités israéliennes ont commencé à paver une route de colonisation qui est une nouvelle route de peuplement qui s’étend de la route de contournement (60) à travers les terres des civils dans le village de Ma’in, et atteint la colonie d’Avigal établie sur les terres confisquées palestiniennes, à l’est de Yatta, au sud d’Hébron. Les terres appartiennent à la famille al-Hamamdah. L’OIF a imposé de sévères restrictions aux civils, qui les empêchent de l’utiliser ou de les récupérer sous prétexte de construction illégale dans la zone (C) car les travaux à cet endroit nécessitent un permis antérieur du Bureau de l’administration civile israélienne qui ne permet pas aux civils d’utiliser ou de récupérer leurs terres.
  • Le vendredi 13 novembre 2020 au soir, l’OIF a dimensionné un tracteur agricole et forcé son propriétaire à quitter ses terres du village de Tuqu, à l’est de Bethléem, sous la menace d’une arme à feu.

Tayseer Abu Mefreh, chef du Conseil du village de Tuqu, a déclaré au travailleur sur le terrain du PCHR que l’OIF avait pris d’assaut la région d’al-Arabiya, au nord du village, et forcé Mahmoud Hasan al-Sabbah à quitter ses terres pendant qu’il la labourait. L’OIF a confisqué son tracteur. Abu Mefreh a ajouté qu’al-Sabbah laboure et scie sa plante chaque année et possède les actes à la terre.

  • Vers 14h30 le dimanche 15 novembre 2020, l’OIF a pris d’assaut la région d’al-Rawq, à l’est de Kherbat al-Haidiya, dans les vallées du nord de la Jordanie, au sud-est de Tubas, au nord de la Cisjordanie. Ils ont confisqué 4 tracteurs; trois d’entre eux appartiennent à Jamal Mohammed Qasem Bani Ouda, tandis que le quatrième appartient à Yusuf Husein Asmar Basha, tous deux sont de la Kherba susmentionnée. L’OIF a confisqué les tracteurs sous prétexte de travail illégal dans la zone (C).
  • Le même dimanche, le ministère israélien de la Construction et du Logement et l’Autorité foncière ont lancé un appel d’offres pour la construction de 1 257 unités de colonisation dans la colonie de Givat Hamatos, établie sur les terres du village de Beit Safafa, au sud de Jérusalem-Est occupée. Ces unités relieraient les colonies « Gilo » et « Har Homa » à la colonie « Talpiot ».

La construction de ces unités de colonisation scellerait Bethléem du village de Beit Safafa et du sud de Jérusalem-Est occupée et entraînerait de nouvelles restrictions et obstacles à la liberté de circulation et d’accès des Palestiniens à leurs terres.

Il convient de noter que la colonie de Givat Hamatos est un quartier de projets de logements temporaires, construit sur une superficie de 170 dunums et bordé par la colonie « Talpiot » du nord et la colonie « Gilo » du sud, et le village de Beit Safafa à l’ouest. « Givat Hamatos » est considéré comme l’une des dernières zones de terres ouvertes à Jérusalem qui tombent à côté de la frontière de 1967; c’est un terrain rocheux avec peu de bâtiments démolis et surtout des remorques abandonnées. Par conséquent, l’annonce israélienne a plus d’importance qu’elle ne le montre, ce n’est pas seulement la création de nouvelles unités résidentielles dans une colonie telle qu’elle apparaît; en fait, ce serait le premier nouveau quartier israélien à être établi à la frontière de 1967 à Jérusalem-Est au cours des 20 dernières années.

Le gouvernement israélien avait déjà mené une telle construction en 1997, lorsque la colonie de « Har Homa » a été établie pour la première fois seulement deux jours après la signature du premier Protocole d’Hébron avec les Palestiniens. Aujourd’hui, la colonie « Har Homa » abrite plus de 50 000 colons.

Cet appel d’offres israélien a été lancé quatre jours après l’approbation par Israël de la construction de 108 unités de colonisation dans la colonie de Ramat Shlomo, dans le nord de Jérusalem-Est occupée. Avec ces deux offres, Israël est en train de reprendre la construction dans deux colonies, où les efforts d’expansion ont été gelés en 2014 en raison des pressions internationales.

Ces appels d’offres coïncident avec l’escalade de la démolition et de la confiscation des biens et des terres palestiniens par l’OIF, en particulier dans la zone « C » en Cisjordanie.

  • Le lundi 16 novembre 2020, vers 07h00, des bulldozers de l’OIF ont démoli une caserne agricole, une maison d’habitation et un puits d’eau dans la région de Khelat al-Nahlah, dans le village d’Artas, au sud de Bethléem, sous prétexte de non-autorisation.

Hasan Brijiyah, chef du Comité populaire anti-colonisation à Bethléem, a déclaré au travailleur sur le terrain du PCHR que l’OIF avait démoli une maison habitée de 5 personnes et construite sur une superficie de (80 m²) appartenant à Mohammed Romi, qui possède un document officiel de sa propriété. Brijiyah a précisé que les bulldozers israéliens ont démoli un puits d’eau, à côté de la maison susmentionnée, puis nivelé de vastes zones. Il a ajouté que les autorités israéliennes avaient informé Romi à trois reprises avant de démolir sa maison. Brijiyah a mentionné que l’OIF avait également démoli une caserne agricole appartenant à Mahmoud Shuweiki avant leur retrait de la région.

Il convient de noter que la région de Khelat al-Nahlah est une haute colline où les colons israéliens ont établi leurs maisons mobiles pendant plusieurs années et ils sont sécurisés par une force militaire israélienne 24 heures sur 24. Malgré cela, les propriétaires de ces terres ont déposé une plainte judiciaire auprès du tribunal de district israélien de Jérusalem, qui a rendu une décision d’évacuation des colons; les autorités israéliennes encouragent l’existence des colons et les protègent de l’importance de la région. L’OIF cherche à vider cette zone des Palestiniens et à la saisir pour étendre les frontières de la colonie « Efrat » établie dans le sud de Bethléem et la relier à la colonie « Tuqu’ » établie sur le côté est de Bethléem. Il convient de noter que la région de Khelat al-Nahla est située entre la colonie d’Efrat et l’avant-poste de peuplement « Givat Eitam » établi dans la région voisine de Khelat al-Qutun.

La région de Khelat al-Nahla et le village de Tuqu’ relèvent du Plan israélien (E2), un projet de colonisation visant à isoler Bethléem de la campagne sud et du sud de la Cisjordanie. Cet isolement peut se faire en reliant le règlement « Efrat » à la colonie de « Tuqu » par la route de l’avant-poste de peuplement « Givat Eitam ». Selon le projet, les autorités israéliennes vont prendre le contrôle de plus de 1182 dunums car elles ont déjà annoncé la construction de 2500 unités de colonisation dans cette zone pour isoler bethléem d’autres villes.

  • Vers 10 h le lundi 16 novembre 2020, l’OIF accompagnée d’un véhicule de la Fonction publique et de l’Administration et d’un bulldozer a pris d’assaut la région d’al-Dowar, à l’ouest du village de Deir Sharaf, à l’ouest de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Le bulldozer a démoli une installation de sous-construction construite sur une superficie de (350m²) sous prétexte de construction illégale dans la zone (C). L’établissement, qui est le plancher et les piliers d’un magasin, appartient à Fares Montaser Abdul Jabbar Yaseen, du village d’Asira ash-Shamaliya, au nord de Naplouse.
  • Dans le même temps, l’OIF a démoli un certain nombre d’installations industrielles à l’intersection du village d’Anata, au nord-est de Jérusalem-Est occupée, sous prétexte de construire sans permis.

Taha al-Refa’i, chef du village d’Anata, a déclaré au travailleur sur le terrain du PCHR qu’une importante force israélienne accompagnée de bulldozers avait pris d’assaut la rue principale du village d’Anata depuis l’annonce côté est, fermant l’intersection des deux côtés devant les véhicules des civils. Ils ont démoli deux casernes commerciales appartenant à Salem et Adeeb al-Qawasmah, 2 autres casernes commerciales qui comprend un étal de légumes, une caserne, une clôture qui entoure des terres de 2 dunum et comprend un magasin vendant des pièces de rechange appartenant à Mohammed Ibrahim Helwah.

Le 10 novembre 2020, les autorités israéliennes ont démoli un lave-auto, une caserne et un mur dans le village d’Anata. Le processus de démolition récente des installations commerciales s’inscrit dans le cadre des violations constantes de l’OIF contre les civils palestiniens et leurs biens dans la région. Le Comité israélien de surveillance de la construction a récemment révélé qu’il émettra de nouveaux appels d’offres d’ici quelques semaines pour la construction de nouvelles unités de colonisation dans le cadre du plan 23185/a. Ce nouveau projet de colonisation, s’il était mis en œuvre, scellerait complètement la zone orientale de Jérusalem-Est occupée et encerclerait les zones (Anata, At-Tur, Hizma) pour refuser toute possibilité d’expansion future vers l’est.

  • Dans le même temps, Mohammed Qanbar et son fils Atiyah ont mis en œuvre la décision de la municipalité israélienne et auto-démoli leurs maisons sous prétexte de construire sans permis. Mohammed a déclaré au PCHR que lui et son fils ont dû démolir leurs maisons après l’arrivée de la police israélienne sur les lieu à plusieurs reprises et leur a ordonné de le faire ou le personnel de la municipalité mettra en œuvre la décision de démolition et les obligera à payer les coûts de démolition estimés à NIS 100.000. Qanbar a précisé qu’il avait reçu un avis de démolition il y a 3 mois et que son avocat avait réussi à retarder le processus de démolition jusqu’au 10 novembre 2020, date à laquelle l’avocat avait demandé un permis à la maison; toutefois, la municipalité n’a pas examiner la demande. Qanbar a souligné que lui et sa femme et ses deux enfants ont vécu dans la maison pendant 7 ans en plus de la famille de son fils, qui vivait dans une maison voisine. Les deux maisons ont été construites sur une superficie de 170m².
  • Vers 10h11, l’OIF, accompagnée d’un véhicule de l’Administration civile et de deux bulldozers, a pris d’assaut Atouf Palin, à l’est du village de Tammun, dans les vallées du nord de la Jordanie, au nord de la Cisjordanie. Un bulldozer a démoli une chambre résidentielle construite en béton et en feuilles de zingo sur une superficie de 40 m² appartenant à Rami Bani Ouda, du village d’Atouf, sous prétexte de construction illégale dans la zone (C). La même force israélienne a pris d’assaut le village de Furush Beit Dajan, à côté des vallées centrales du Jourdain. Le bulldozer a démoli une piscine d’eau de 250 mètres cubes appartenant à Khalousi Abdul Rahim Haj Mohammed, du village de Furush Beit Dajan. La piscine a été construite en tôles d’étain et a été financée par l’Union européenne et a été présente dans le pays pendant plus de 15 ans.
  • Vers 13h00, l’OIF, appuyée par un véhicule militaire et accompagnée d’un véhicule de l’Administration civile, a pris d’assaut la région de Masafer à Yatta, au sud d’Hébron. L’officier de l’administration civile a remis quatre avis militaires au n° 1797 pour démolir les installations dans les 96 heures sous prétexte de construction illégale, et ils étaient les suivants :
Personne affectéeInstallationDescriptionDistanceZone
Jamil Mahmoud al-Amoursalle de BainsPlaques et briques d’étain1m²Sarourah ( Sarourah )
Hatem Mahmoud MakhamrahSalle agricolePlaques et briques d’étain20m²Al-Mofaqera
Rasmi Yusuf Abou ArarmRésidencePlaques et briques d’étain50m²Al-Rakiz
Conseil des servicesSystème d’approvisionnement en eauTuyaux—-Safi al-Fuqa

Il convient de noter que l’OIF a fondé cette démolition sur l’ordre militaire n° 1797 de 2018, qui permet à l’«inspecteur des bâtiments » de l’Administration civile israélienne, d’émettre une ordonnance de démolition/enlèvement sur toute construction qui n’est pas achevée dans les 6 mois, ou qui a été occupée pendant moins de 30 jours après la visite de l’inspecteur. Ce type d’avis prive les Palestiniens de leur droit de défendre leurs maisons et leurs installations, la Haute Cour d’Israël refusant toute demande de gel ou d’annulation de ces avis. De plus, les avis de démolition fondés sur l’ordonnance militaire no 1797 privent les citoyens de demander l’autorisation de leurs bâtiments ciblés.

  • Vers 13h50, l’OIF a pris d’assaut la plaine d’Atouf, à l’est du village de Tammun, au sud-est de Tubas, dans les vallées du nord de Jjordan, au nord de la Cisjordanie. L’OIF a confisqué un creuseur appartenant à Ayman Rabah Gharib Bani Ouda, du village de Tammun. Ayman pavait une route agricole en faveur du conseil du village. L’OIF a confisqué la pelleteuse sous prétexte de construction illégale dans la zone (C).
  • Vers 16h00, l’OIF s’est accompagnée d’un véhicule de l’Administration civile, d’un certain nombre d’employés et d’un bulldozer qui a pris d’assaut Kherbat al-Farsiya, à l’est de Tubas, dans les vallées du nord de la Jordanie, au nord de la Cisjordanie. Le personnel a démantelé une caserne résidentielle ornée de plaques d’étain et de piliers d’acier sur une superficie de 40 m² en plus d’une salle de bain et les a confisquées. L’OIF a également confisqué un réservoir d’eau de 2 mètres de cube financé par l’organisation « ACTED ». L’OIF a affirmé que la démolition du réservoir d’eau et des casernes appartenant à Radad Hamed Rezeq Daraghmah, de Kherbat al-Faresiya, sous prétexte de construction illégale dans la zone (C).

La même force israélienne a pris d’assaut le village d’Um al-Jamal dans les vallées du nord de Joedan alors que le personnel commettait le démantèlement d’une tonnelle construite en tôle d’acier et d’ombrage construite par des militants pour protéger les enfants et les civils des pluies. L’OIF a affirmé que la démolition était due à la construction illégale dans la zone (C).

Attaques de colons israéliens

  • Vers 20 h le vendredi 13 novembre 2020, un groupe de colons du groupe « Fils de collines » a quitté la nouvelle colonie israélienne ourpost établie à l’est du village d’At-Tayba, au nord-est de Ramallah, et a attaqué la communauté bédouine de Ka’abna, dans la banlieue du village. Le colon s’est faufilé dans la caserne du bétail et a volé une vingtaine de moutons âgés de 6 mois à 2 ans, appartenant à Farah Ibrahim al-Ka’abna. Après cela, les colons sont retournés à l’avant-poste de la colonie.
  • Il convient de noter que les colons, qui se sont appelés « Fils de collines », ont établi l’avant-poste de colonisation en 2019 sur les terres palestiniennes, à l’est du village d’al-Tyba, sur une superficie de 9 dunums. La colonie est à environ 200 mètres de la colonie « Rimonim » établie sur les terres du village.
  • Vers 13h30, le mercredi 18 novembre 2020, un colon de l’avant-poste de colonisation « Ramat Yishai » établi sur les terres confisquées par les Palestiniens dans le quartier de Tal al-Ramidiyah, dans le centre d’Hébron, a attaqué Haitham Tayseer Abu Aishah (15 ans) et lui a donné un coup de poing au visage alors que Haitham était sur le chemin du retour avec son père. Lorsque le père de Haitham a tenté de éloigner le colon de son fils, un soldat israélien s’est approché de lui et lui a donné un coup de poing dans le dos, alors il est tombé par terre. Par la suite, des secours israéliens sont arrivés dans la région alors que Haitham rentrait chez lui avec son père. Plus tard, Abu Aishah a porté plainte à la police israélienne.

V. Politique de fermeture et restrictions à la liberté de circulation des personnes et des marchandises:

La bande de Gaza subit toujours la pire fermeture de l’histoire de l’occupation israélienne de l’oPt alors qu’elle est entrée dans les 14E année consécutive, sans aucune amélioration de la circulation des personnes et des biens, des conditions humanitaires et des conséquences catastrophiques sur tous les aspects de la vie.

La Cisjordanie:

En plus des postes de contrôle permanents et des routes fermées, cette semaine a vu la mise en place de postes de contrôle plus temporaires qui restreignent les marchandises et les individus 80 postes de contrôle temporaires, où ils ont fouillé les véhicules des Palestiniens, vérifié leurs iD et arrêté 16 d’entre eux. L’OIF a fermé de nombreuses routes avec des cubes de ciment, des barrières de détecteur de métaux et des bermes de sable et a resserré leurs mesures contre

Mouvement des individus aux postes de contrôle permanents militaires.

Jérusalem:

  • Le jeudi 12 novembre 2020 au soir, un poste de contrôle a été mis en place dans le tunnel du village de Biddu.
  • Le lundi 16 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’entrée du village d’Al-Eizariya, à l’est de Jérusalem-Est occupée.
  • Le mercredi 18 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’entrée du village d’Al Jib, au nord-ouest de Jérusalem-Est occupée.

Bethléem:

  • Le jeudi 12 novembre 2020, l’OIF a établi 4 postes de contrôle dans les villages de Tuqu, al-Khader et Beit Fajjar, et près de l’intersection de la région d’al-Nashash, au sud de la ville.
  • Le vendredi 13 novembre 2020, l’OIF a établi 4 postes de contrôle aux entrées nord et ouest des villages de Tuqu, Husan et Tuqu, et près de l’intersection de la région d’al-Nashash, au sud de la ville.
  • Le samedi 14 novembre 2020, l’OIF a établi 4 postes de contrôle à l’entrée nord des villages de Marah Rabah et près de la zone « Osh Ghurab », à l’est du village de Beit Sahour, et dans la région d’Aqabat Hasnah menant à des villages à l’ouest de Bethléem.
  • Le dimanche 15 novembre 2020, l’OIF a établi 4 postes de contrôle à l’entrée nord des villages de Beit Jala, Tuqu et Marah Rabah dans la région d’Aqabat Hasnah, menant à des villages à l’ouest de Bethléem.
  • Le lundi 16 novembre 2020, l’OIF a établi 5 postes de contrôle à l’entrée nord et ouest du village de Tuqu, à l’entrée du village de Maah Rabah et à la région d’Aqabat Hasnah menant à des villages à l’ouest de Bethléem.
  • Le mardi 17 novembre 2020, a établi 3 postes de contrôle aux entrées des villages de Tuqu et Husan et près de la région d’al-Nashash, au sud de la ville.

Ramallah:

  • Le vendredi 13 novembre 2020, l’OIF a établi deux postes de contrôle sous le pont du village d’Atara, au nord de Ramallah, et à l’entrée du village d’Ein Yabrud, à l’est de Ramallah.
  • Le mercredi 18 novembre 2020, l’OIF a fermé l’entrée nord d’al-Bira, menant au camp de réfugiés de Jalazone, et au nord de Ramallah. Les soldats ont fouillé les véhicules des civils palestiniens, vérifié leurs cartes d’identité et entravé la circulation. La fermeture s’est poursuivie pendant 3 heures et demie.

Jericho:

  • Le jeudi 12 novembre 2020, l’OIF a établi deux postes de contrôle aux entrées sud et nord de Jéricho.
  • Le vendredi 13 novembre 2020, l’OIF a établi deux postes de contrôle à l’entrée sud du village de Fasayil, au nord de Jéricho.
  • Le samedi 14 novembre 2020, l’OIF a renforcé ses mesures militaires au poste de contrôle d’Al-Hamra, au nord de Jéricho, entravé la circulation des civils, vérifié leur carte d’identité et établi un poste de contrôle à l’entrée sud de Jéricho.
  • Le dimanche 15 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’entrée nord de Jéricho.

Naplouse:

  • Le jeudi 12 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’entrée de la route de Naplouse – Tubas, au nord-est de Naplouse.
  • Le vendredi 13 novembre 2020, l’OIF a établi deux postes de contrôle à l’entrée du village de Majdal Bani Fadil et de la route al-Bathan reliant Naplouse aux Tubas.
  • Le samedi 14 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’intersection de la colonie de Shavei Shomron, à l’ouest de Naplouse.
  • Le dimanche 15 novembre 2020, l’OIF a établi deux postes de contrôle à l’entrée du village d’Asira ash-Shamaliya et sur la place du village d’Einabus.
  • Le lundi 16 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’entrée de la colonie de Shavei Shomron (la route reliant Naplouse à Jénine).

Jénine:

  • Le dimanche 15 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’entrée du village de Kufeirit, au sud-ouest de Jénine.

Hébron:

  • Le jeudi 12 novembre 2020, l’OIF a établi trois postes de contrôle dans les villages de Sa’ir et idhna et dans le camp de réfugiés d’al-Aroub.
  • Le vendredi 13 novembre 2020, l’OIF a établi 3 postes de contrôle aux villages de Beit Kahel et Kharsa, à l’entrée sud d’Hébron.
  • Le samedi 14 novembre 2020, l’OIF a établi 4 postes de contrôle dans les villages de Beit Awwa, al-Hadab et Surif, ainsi que dans le camp de réfugiés d’al-Aroub.
  • Le lundi 15 novembre 2020, l’OIF a établi 6 postes de contrôle à l’entrée nord de Halhoul (Nabi Yunus), Beit Einun, les villages de Beit Ummar, l’entrée sud d’Hébron, le village de Yatta et Idhna.
  • Le mardi 17 novembre 2020, l’OIF a établi 4 postes de contrôle à l’entrée sud d’Hébron (al-Harayeq), ad-Dhahiriya, Beit Ummer et Bani Na’im.
  • Le mercredi 18 novembre 2020, l’OIF a établi trois postes de contrôle à l’entrée sud de Halhoul, au camp de réfugiés d’al-Aroub et au village d’Ad-Dhahiriya.

Qalqilya:

  • Le jeudi 12 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’entrée du village d’Izbat at-Tabib, à l’est de Qalqilya.
  • Le vendredi 13 novembre 2020, l’OIF a établi trois postes de contrôle aux entrées du village d’Izbat at-Tabib, à l’entrée est de Qalqilya, l’entrée du village d’Azzun, à l’est de Qalqilya. Ces points de contrôle ont été supprimés; aucune arrestation n’a été signalée.

Tulkarm:

  • Le jeudi 12 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle à l’intersection de la colonie d’Innab, à l’est de Tulkarm.

Salfit:

  • Le jeudi 12 novembre 2020, l’OIF a établi un poste de contrôle aux entrées de Deir Istiya, au nord de Salfit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 décembre 2020 par dans APARTHEID, COLONIALISME, DROITS DEMOCRATIQUES, DROITS HUMAINS, GAZA, ISRAEL, Palestine.
%d blogueurs aiment cette page :