NPA Loiret

Mel de Contact : npa.orleans@orange.fr

Tags sur l’immeuble LafargeHolcim à Zurich

La nuit du 23 décembre 2020 nous avons maculé de peinture le siège de l’entreprise de ciment LafargeHolcim a Zurich Oerlikon. Nous dénonçons ses crimes envers l’humanité et l’environnement et nous déclarons solidaires avec les luttes pour le climat, de Zurich à Eclépens jusqu’au Rojava.

 Zürich  Rojava | 29 décembre

Nous vivons actuellement une crise climatique – c’est notre quotidien. De plus en plus de personnes partout dans le monde sont menacées par l’exploitation, la pauvreté, la violence patriarcale et raciste, par les guerres et par des catastrophes naturelles causées par les humains. Afin de ne plus être coincé.es dans ce manque apparent de perspectives, ils commencent à s’organiser ensemble.

En 2018 des jeunes ont lancé pour la première fois la grève pour le climat. Ils et elles ont fondé le mouvement de grève/Fridays for Future. Ils et elles ont réalisé que la crise du climat n’a rien d’abstrait, mais que c’est la réalité actuelle. Il est très important de rester actif.ve aussi en temps de Coronavirus. La pandémie ne met pas en pause l’exploitation et la destruction de l’environnement. La pandémie aggrave la crise du capitalisme, ce qui rend encore plus important les luttes pour une vie solidaire et le respect pour la nature.

Depuis octobre 2020 des activistes occupent la colline de Mormont à 1312 Eclépens. Elles et ils ont appelé la zone la « ZAD de la colline » et la défendent contre la production de ciment de LafargeHolcim qui a déjà détruit la moitié de la colline, malgré sa riche biodiversité. L’entreprise est la sixième plus grande émetteuse de gaz à effets de serre en Suisse. Pour produire du ciment, la roche calcaire doit être chauffée à 1450 degrés. En plus il faut du sable pour construire avec du béton et il y a déjà aujourd’hui un manque de sable global. Quand LafargeHolcim parle de construction écologique ce n’est que du greenwashing. Le béton écologique n’existe pas. En plus l’entreprise est prête à tuer pour le profit. Il existe une longue liste de crimes auxquels LafargeHolcim a pris part : expulsions des paysan/nes a Eclépens et ailleurs, des expropriations, des intoxications de personnes au Nigeria, des centaines de morts par des accidents dans leurs usines et plus…

En Syrie LafargeHolcim a payé des millions de dollars à l’Etat Islamique pour pouvoir continuer ses affaires. Ils ont ainsi financé la terreur, torture, assassinats, la violence contre les femmes, etc. Au nord-est de la Syrie, connu sous le nom Rojava, les gens montrent qu’il y a des alternatives à l’exploitation et a la répression. Depuis la révolution en 2012 ils et elles construisent une société autogérée selon les principes de la démocratie radicale, de la libération des femmes et de l’écologie.

Nous ne sommes pas surpris.es que les entreprises et les Etats soient opposés à nos luttes écologiques et sociales, ils veulent rester au pouvoir. L’Etat turque et le gouvernement régional kurde de Barzani essaient ensemble, avec leurs alliés impérialistes, de briser l’auto-gouvernance de la région Sengal à coté du Rojava. Et LafargeHolcim veut expulser les personnes qui occupent la ZAD. Mais nous ne les laisserons pas briser notre utopie : quand on s’organise et quand on lutte, la vie libre, écologique et bonne est possible. Mettons la solidarité en pratique. Organisons-nous pour le Rojava et le Sengal !

Berxwedan jiyan e ! La résistance c’est la vie !
Créons un climat révolutionnaire !

Groupe « Liberté pour Leyla Güven ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 décembre 2020 par dans Actualités des luttes, SUISSE.